Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le samedi 14 février 2015

le 14 février 2015 : Conférence-débat sur le thème : « A la découverte de la Zakat » par Cheykh Mohamed Minta

 

 

 Conférence-débat sur le thème : « A la découverte de la Zakat »

à l'initiative de Zakat France

à la Mosquée Bilal, 7 rue Claudius Thirard à Saint Fons

par Cheykh Mohamed Minta (diplômé de l’université islamique de Médine, directeur des sciences religieuses au lycée Al Kindi et imam de la mosquée de Décines-Charpieu. Il est également auteur de plusieurs ouvrages portant sur la spiritualité Musulmane).

 

 

 

 

 

 

 

Le terme " Zakât", souvent traduit en français par "aumône légale", signifie littéralement "purification". Il désigne l'aumône obligatoire que chaque musulman verse en vertue des règles de solidarité au sein de la communauté musulmane.


 Troisième pilier de l'Islam (après l'attestation de foi et la prière), la Zakât est en effet une obligation pour tout musulman possèdant une richesse minimum (appelée Nisâb).

De multiples passages du Coran font allusion à la Zakât, en tant que purification des biens, bénédiction et solidarité.

 

La Zakât, en tant que charité, purifie les possessions du musulman en lui rappelant que la richesse ne lui appartient pas et qu'elle lui est accordée par Dieu, richesse sur laquelle le désérité possède un droit.

 

 Elle tend aussi à purifier l'âme humaine en l'éloignant autant que possible de l'avarice et de la cupidité.

 

 Cette aumône a pour fonction d'aider le pauvre et le nécessiteux dans les difficultés qu'ils rencontrent. Elle représente ainsi une sorte d'impôt de solidarité dont s'acquitte volontairement le croyant.

 

 La Zakât est destinée, en priorité, à huit catégories de personnes :
  • le pauvre,
  • l'indigent,
  • celui chargé de collecter et distribuer les aumônes (en tant que salaire),
  • celui dont le coeur s'incline vers l'Islam,
  • l'esclave (ou le prisonnier) musulman à affranchir,
  • la personne endêtée pour une cause juste,
  • celui qui lutte pour la défense de l'Islam,
  • le voyageur à court de provision.

Il est à noter que la Zakât est destinée aux musulmans habitants dans la région du donateur, sauf cas exceptionnel (famine par exemple).

Cette aumône légale peut-être faite soit directement par le croyant ou par l'intermédiaire d'une personne chargée de collecter les dons et de les répartir équitablement entre les catégories citées plus haut.

 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 14 février 2015

le 14 février 2015 : Rencontre-débat sur le thème : « La guerre moderne, peut-être elle juste ? »

 

 

Rencontre-débat sur le thème : « La guerre moderne, peut-être elle juste ? » à partir du numéro spécial des Études : la guerre : controverses éthiques et spirituelles 1914-2014 par Jean Dominique Durand (Professeur des Universités, historien, Adjoint au Maire (patrimoine, mémoire, anciens combattants)

à l'Espace Saint Ignace 20 rue Sala à Lyon 2ème,

en présence

du père Dominique Gonnet (modérateur jésuite et chercheur à l'Institut des Sources chrétiennes).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 12 février 2015

le 12 février 2015 : Conférence-débat sur le thème : « L'humiliation dans les relations internationales » à Science Po Lyon,

 

 

 

 

Conférence-débat sur le thème : « L'humiliation dans les relations internationales » à Science Po Lyon, 14 avenue Berthelot à Lyon 7ème et

en partenariat avec Ogmios Conférences

par Bertrand Badie (politologue français spécialiste des relations internationales. Il est professeur des Universités à l’Institut d’études politiques de Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L'humiliation est devenue l'ordinaire des relations internationales.
Rabaisser un État, le mettre sous tutelle, le tenir à l'écart des lieux de
décision, stigmatiser ses dirigeants : autant de pratiques diplomatiques
qui se banalisent. Ainsi se développe une « diplomatie de club », celle du Conseil de sécurité et du G7, tandis que les États émergents Inde, Brésil, Turquie ou les anciennes puissances Russie se voient dénier toute réelle capacité d'initiative ou contraints d'adopter des stratégies déviationnistes, souvent peu productives.

 


De quoi ces diplomaties de l'humiliation sont-elles révélatrices ? Les
réactions des humiliés de la conférence de Bandung en 1955 aux
printemps arabes n'invitent-elles pas à une autre gouvernance ?

 

 Convoquant l'histoire et la sociologie politique, Bertrand Badie remonte aux sources de l'humiliation : la montée des revanchismes dans l'entre-deux-guerres, une décolonisation mal maîtrisée. Il montre que sa banalisation consacre l'émergence dramatique des opinions publiques et des sociétés sur la scène internationale, mais qu'elle trahit aussi l'inadaptation des vieilles puissances et de leurs diplomaties à un monde de plus en plus globalisé.

 

 Dès lors, il devient urgent de reconstruire un ordre international dans lequel les humiliés et leurs sociétés trouveront toute leur place.

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 08 février 2015

le 08 février 2015 : Premier café littéraire à la La bibliothèque Tawhid Ibn Khaldun avec l'écrivain Cheikh Mohamed Minta

 

 

Premier café littéraire à la La bibliothèque Tawhid Ibn Khaldun avec l'écrivain Cheikh Mohamed Minta (diplômé de l’université islamique de Médine, directeur des sciences religieuses au lycée Al Kindi et imam de la mosquée de Décines-Charpieu). Il est également auteur de plusieurs ouvrages portant sur la spiritualité Musulmane),  dans le cadre des activités de l'UJM (l'Union des Jeunes Musulmans) avec le soutien et le partenariat de la librairie et les éditions Tawhid, le centre Shatibi, le CBSP Lyon et la dynamique associative lyonnaise à la librairie Tawhid 8 rue Notre Dame à Lyon 6ème

 

 

 

 

 

  Cheikh Mohamed Minta

(diplômé de l’université islamique de Médine, directeur des sciences religieuses

au lycée Al Kindi et imam de la mosquée de Décines-Charpieu)

 

 Cheikh Mohamed Minta

(diplômé de l’université islamique de Médine, directeur des sciences religieuses

au lycée Al Kindi et imam de la mosquée de Décines-Charpieu)

 

 Cheikh Mohamed Minta

(diplômé de l’université islamique de Médine, directeur des sciences religieuses

au lycée Al Kindi et imam de la mosquée de Décines-Charpieu)

 

 Cheikh Mohamed Minta

(diplômé de l’université islamique de Médine, directeur des sciences religieuses

au lycée Al Kindi et imam de la mosquée de Décines-Charpieu)

 

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article