Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le samedi 21 février 2015

le 21 février 2015 : Conférence-débat sur le thème : « Mohamed (paix et salut soit sur lui), Le prophète de la miséricorde »

 

 

5ème Rencontre Mensuelle à la Mosquée Othmane de Villeurbanne, 51 rue Octavie et à une Conférence-débat sur le thème :

« Mohamed (paix et salut soit sur lui), Le prophète de la miséricorde »

par Cheykh Zakaria Seddiki ( Diplômé de l'Université Islamique d'Al 'Azahr du Caire et de l’École Pratique des hautes Études de la Sorbonne (EPHE), Président de l'ACERFI (Audit, Conformité et Recherche en Finance Islamique), Directeur de l'IMED (institut Musulman d'Enseignement à Distance)

 

 Le prophète Mohamed (Paix et bénédiction d’Allah sur lui) était bienveillant envers chaque être vivant et cette bienveillance était sans limite. Il était très aimable vis-à-vis des animaux aussi.

 

 Mohamed (que le salut et la paix deDieu soient sur lui) transféra l'homme – sur révélation divine- de la servitude et de la domination  envers l'homme à la servitude et la domination  envers Seigneur Dieu Allah qui n' a point d'associé, libérant de la sorte l'homme de la servitude de tout autre qu'Allah, ce qui constitue le plus grand honneur accordé à l'homme.

 

 

 Mohamed (que le salut et la paix de Dieu soient sur lui) fit preuve de respect et de considération, sans pareils, à tous les prophètes qui le précédèrent dont  Abraham, Moïse et le Christ, que la paix et le salut soient sur eux. Allah lui révéla un texte stipulant que si quelqu'un démentait l'un d'eux ou le dénigrait, il ne faisait plus partie de la communauté des musulmans car tous les prophètes sont des frères ayant participé à l'appel au culte de Dieu Unique sans associé aucun.

 

 Mohamed (que le salut et la paix de Dieu soient sur lui) libéra l'entendement des gens – sur ordre d'Allah- des mythes, de la supercherie, du culte des idoles, des fausses divinités et de croire aux idées contraires à la logique comme  de prétendre que Dieu a un fils humain qu'il sacrifia sans avoir commis un quelconque péché pour assurer le salut de l'humanité. ·        Mohamed (que le salut et la paix deDieusoient sur lui)  jeta les bases de la tolérance entre les hommes. Allah lui révéla dans le Coran qu'il n'y a point de contrainte en religion.

 

 Le messager d'Allah (que le salut et la paix de Dieu soient sur lui) montra les droits des non musulmans qui ne font pas la guerre aux musulmans stipulant qu'ils ont droit à la sécurité pour leurs personnes, leurs enfants, leur honneur et leurs biens. Et pour preuve, l'existence jusqu'à nos jours dans les pays islamiques de ressortissants juifs et chrétiens qui y vivent honorablement, alors que les tribunaux d'inquisition mirent fin à la présence des musulmans  en Espagne dans une vague d'épura- tion ethnique contraire à tous les principes annoncés par la civilisation occidentale.

 

  Sur révélation divine, Mohamed (que le salut et la paix de Dieu soient sur lui) apporta une religion conforme à la nature humaine qui tenait compte des besoins de l'esprit  et des exigen- ces du corps, une religion établissant un parallèle entre le travail pour la vie ici bas et pour l'au-delà, qui pondérait les instincts de l'homme, ne les refoulait pas ni ne les effaçait complètement comme ce fut le cas dans d'autre civilisations  ayant sombré dans l'idéa- lisme contraire à la nature humaine, privant les ascètes de leurs droits naturels tel le mariage et de leurs réactions naturelles face à l'agression en les appelant à pardonner aux  agresseurs, ce qui poussa la majorité des fils de cette civilisation au rejet de ces principes et à l'adoption effrénée  du matérialisme pur qui satisfait les exigences du corps et délaissait l'esprit dans sa solitude.

 

  Mohamed (que le salut et la paix deDieu soient sur lui) présenta à l'humanité le modèle parfait de fraternité entre les hommes. Il  indiqua qu'aucune race n'avait de faveur sur une autre race car elles sont toutes égales dans la création, les droits et les devoirs. Il  accorda des chances égales aux adeptes de sa religion pour servir la religion comme le firent Souhaib le Romain, Bilal l'Ethiopien et Salman le Perse, de concert avec leurs frères arabes.

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 21 février 2015

le 21 février 2015 : Conférence-débat sur le thème : «  Les versets qui dérangent dans le Coran » par Réda Kadri

 

 

Conférence-débat organisé par L'association co-adhérence sur le thème : «  Les versets qui dérangent dans le Coran »

- couper les têtes, - frapper les femmes, - Couper les mains, - ou encore le verset « Tuez-les où vous les trouvez ».

Est-ce réellement le Coran qui est violent ou les traductions et la mauvaise compréhension du sens de ses mots qui comportent des failles ?

par Réda Kadri (Diplômé en langue et civilisation arabe de l’Université Lyon 2, conférencier, chercheur en langage Coranique et professeur en langue et terminologie Coranique au centre Co-Adhérence à Vénissieux.

Auteur du procédé d’enseignement de la langue Coranique pour francophones « ALAC »). Association Co-Adherence " Al Alac ". 18 rue Yves Toudic à Vénissieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 14 février 2015

le 14 février 2015 : Conférence-débat sur le thème : « A la découverte de la Zakat » par Cheykh Mohamed Minta

 

 

 Conférence-débat sur le thème : « A la découverte de la Zakat »

à l'initiative de Zakat France

à la Mosquée Bilal, 7 rue Claudius Thirard à Saint Fons

par Cheykh Mohamed Minta (diplômé de l’université islamique de Médine, directeur des sciences religieuses au lycée Al Kindi et imam de la mosquée de Décines-Charpieu. Il est également auteur de plusieurs ouvrages portant sur la spiritualité Musulmane).

 

 

 

 

 

 

 

Le terme " Zakât", souvent traduit en français par "aumône légale", signifie littéralement "purification". Il désigne l'aumône obligatoire que chaque musulman verse en vertue des règles de solidarité au sein de la communauté musulmane.


 Troisième pilier de l'Islam (après l'attestation de foi et la prière), la Zakât est en effet une obligation pour tout musulman possèdant une richesse minimum (appelée Nisâb).

De multiples passages du Coran font allusion à la Zakât, en tant que purification des biens, bénédiction et solidarité.

 

La Zakât, en tant que charité, purifie les possessions du musulman en lui rappelant que la richesse ne lui appartient pas et qu'elle lui est accordée par Dieu, richesse sur laquelle le désérité possède un droit.

 

 Elle tend aussi à purifier l'âme humaine en l'éloignant autant que possible de l'avarice et de la cupidité.

 

 Cette aumône a pour fonction d'aider le pauvre et le nécessiteux dans les difficultés qu'ils rencontrent. Elle représente ainsi une sorte d'impôt de solidarité dont s'acquitte volontairement le croyant.

 

 La Zakât est destinée, en priorité, à huit catégories de personnes :
  • le pauvre,
  • l'indigent,
  • celui chargé de collecter et distribuer les aumônes (en tant que salaire),
  • celui dont le coeur s'incline vers l'Islam,
  • l'esclave (ou le prisonnier) musulman à affranchir,
  • la personne endêtée pour une cause juste,
  • celui qui lutte pour la défense de l'Islam,
  • le voyageur à court de provision.

Il est à noter que la Zakât est destinée aux musulmans habitants dans la région du donateur, sauf cas exceptionnel (famine par exemple).

Cette aumône légale peut-être faite soit directement par le croyant ou par l'intermédiaire d'une personne chargée de collecter les dons et de les répartir équitablement entre les catégories citées plus haut.

 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 14 février 2015

le 14 février 2015 : Rencontre-débat sur le thème : « La guerre moderne, peut-être elle juste ? »

 

 

Rencontre-débat sur le thème : « La guerre moderne, peut-être elle juste ? » à partir du numéro spécial des Études : la guerre : controverses éthiques et spirituelles 1914-2014 par Jean Dominique Durand (Professeur des Universités, historien, Adjoint au Maire (patrimoine, mémoire, anciens combattants)

à l'Espace Saint Ignace 20 rue Sala à Lyon 2ème,

en présence

du père Dominique Gonnet (modérateur jésuite et chercheur à l'Institut des Sources chrétiennes).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article