Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le vendredi 25 septembre 2015

le 25 septembre 2015 : Cérémonie de la journée nationale d'hommage aux Harkis et autres membres des formations supplétives.

 

 

Cérémonie de la journée nationale d'hommage aux Harkis et autres membres des formations supplétives

au Monument aux Morts de la ville d'Oran Place Bachaga Boualem

(Balmont-la Duchère) à Lyon 9ème

 

 

 

 Ils se sont battus par patriotisme comme supplétifs de l'armée française entre 1954 et 1962 pendant la guerre d'Algérie. Cinquante trois ans plus tard, les Harkis attendent toujours la reconnaissance des massacres subis en Algérie tout comme celle de leur abandon par la France.

Pour ces Harkis d'hier et leurs enfants d'aujourd'hui, la Licra demande au gouvernement d'appliquer le plan d'action de dix mesures annoncé le 25 septembre 2014 par son Premier ministre Manuel Valls et l'ancien secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Défense Kader Arif.

Rejetés par la France, les Harkis le sont aussi par les Algériens. Aujourd'hui encore, les familles réclament un droit d'inhumation en Algérie. Il est des rituels qui fondent nos sociétés. L'inhumation en est un. Les relations diplomatiques entre la France et l'Algérie peuvent certainement dénouer cette situation afin que leurs morts reposent en paix sur leur terre d'origine.

Les Harkis sont si souvent dénigrés que leur voix ne porte pas. Et pourtant, si leurs ainés ont été les seconds de l'armée, ils restent des Français de premier plan. Notre devoir est non seulement de leur rendre hommage pour leur courage mais aussi de les aider à laver leur honneur vis à vis de leurs enfants et de la société.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les Harkis se rattachent à ce mouvement d'"indigènes" pro-français qui naît en 1830 lorsque des tribus prêtent allégeance à la France.
  • 173.000 soldats "indigènes" algériens ont participé à la Première guerre mondiale.
  • Pendant la Seconde guerre mondiale, de 1939 à 1940, plus de 200.000 soldats "indigènes" algériens ont combattu aux côtés des soldats français.
  • Le 19 mars 1962, jour du cessez-le-feu de la guerre d'Algérie, on dénombrait en Algérie, 263.000 musulmans engagés du côté français (60.000 militaires réguliers, 153.000 supplétifs, dont 60.000 Harkis, et 50.000 notables francophiles) représentant, familles comprises, près de 1.500.000 personnes menacées sur 8 millions de musulmans algériens.
  • Dès le 19 mars 1962, les Harkis sont désarmés par l'armée française.
  • Après la déclaration d'indépendance de l'Algérie le 3 juillet 1962, les massacres de Harkis se développent. Ils sont dus à des règlements de compte, des vengeances mais aussi au zèle des "marsiens", ralliés au FLN de la 25e heure (au mois de mars 1962), voulant montrer leur patriotisme.
  • Le 15 juillet 1962, le gouvernement français envoie une directive pour limiter l'accueil des Harkis en France.
  • En novembre 1962, Jean Lacouture dénonce l'abandon et le les massacres des Harkis dans les colonnes du "Monde", plus de 10.000 Harkis auront été exécutés ou massacrés entre le 19 Mars et le 1er novembre. Aujourd'hui, les historiens évaluent le nombre de morts entre 60.000 et 70.000 personnes.
  • Au final, 91.000 Harkis et membres de leurs familles se sont établis en France de 1962 à 1968.
  • Ceux qui ont pu rejoindre la France, ont enduré des conditions inhumaines de rapatriement, le dénuement et la honte à l'intérieur de camps "provisoires" où ils seront regroupés. Ils étaient vivants, mais dans quelles conditions ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 24 septembre 2015

le 24 septembre 2015 : Conférence-débat sur le thème :  « La menace jihadiste et la révolution populaire syrienne »

 

 

 

Conférence -débat sur le thème :  « La menace jihadiste et la révolution populaire syrienne » au Palais du Travail, 9 Place Lazare Goujon à Villeurbanne par 

Jean-Pierre Filiu (professeur des universités en histoire du Moyen-Orient à Sciences Po (Paris).

Il séjourne régulièrement depuis 1980 en Syrie, pays où il a vécu plusieurs années et dont il parle couramment la langue. Il s’est infiltré en 2013 dans les zones tenues par la révolution au nord de la Syrie, ce qui a inspiré son témoignage, "Je vous écris d’Alep", publié chez Denoël. Le quotidien "Le Monde" le considère comme l’un des "meilleurs spécialistes mondiaux" d’Al-Qaida).

Soirée organisée par: Le Collectif Unitaire Lyon-69 avec la révolution populaire syrienne.
  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Pillage de la Syrie par la famille Assad.  La libération façon Bachar Al Assad,  c'est la seule dynastie de la famille Assad,  comme le parrain. C'est comme ci on demande son avis à quelqu'un pour le voler.   C'est l'appropriation de tout ce qui appartient au peuple syriens.

 

 

 Si on s'oppose,  on fait disparaître.  Disparaître au sens propre du terme.  Le bilan de 250000 morts,  mais la réalité est différente,  il faut doubler le chiffre.  Des prisonniers complètement disparus.  Nous allons découvrir des charniers en nombreuses quantités. 

 

 

 On lâche les loups,  les djihadistes, depuis 2003,  un certain Baghdadi,  une des filières des Buttes de Chaumont avec les frères Kouachi,  Coulibaly, n'est qu'une mouvances de cette filière djihadiste.  Printemps Été 2011,  ils vont massacrer,  avec l'aide de ces fameux djihadistes.

 

 

En France , c'est le Sarko-Show en Lybie.  Depuis 2011,  les syriens font leur travail de révolutionnaire. C'est une infamie,  BHL, téléphone à Sarkozy. 
Il y a des patriotes dans le régime de Bachar Al Assad. Le peuple est contraint à l'auto défense.   C'est la première foi que le régime bombardait avec des missiles scud avec une portée des 300 kilomètres (de Damas à Alep). 

 

 

 Les barils d'explosifs largués par des hélicoptères,  sont de fabrication russe.  Les Migs ont bombardé la ville de Soukode.  On constate au cours des années 2012 et 2013, des djihadistes du hezbollah iranien.  DAESH n'a rien de musulman.  Les dirigeants de DAESH,  sont des anciens du régime de Bachar Al Assad.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ce sont des extraterrestres (DAESH). 

On est dans cette situation où le peuple syriens n'est plus rien.

 

 

 

 
 
 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 22 septembre 2015

le 22 septembre 2015 : Conférence débat par Denis Tillinac sur le thème : "Laïcité restrictive ou laïcité positive"

 

 

 

Conférence-débat sur le thème : « Laïcité restrictive ou laïcité positive : la France à l’heure des choix »

par Denis Tillinac (romancier, essayiste, chroniqueur politique).

Au Couvent du Saint Nom de jésus, chez les frères dominicains, Agora Tête d'Or. 93 rue de la Tête d'Or à Lyon 6ème.

L’ actualité oblige à poser la question : faut-il cantonner les religions dans la sphère privée ou reconnaître la dimension religieuse dans l’art de vivre des Français ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  La laïcité restrictive.  Conscience religieuse.  Menaces sur la laïcité,  certainement pas de la communauté catholique.  Loi de 1905 avec la séparation de l'Église et de l'Etat.  Prépondérance à l'église sous le règne de Louis XIV. Conflits sous le second empire esprits conflictuels.

 On ne peut pas enseigner les religions,  sans tenir compte de la mémoire collective.  En scène politique, on ne peut pas se forger une mémoire politique.  On ne peut pas fractionner notre pays en plusieurs confessions différentes.

 

Hantise de le l'islam.  On va ressortir un anticlericalisme à la grand papa. Le catholicisme est une mémoire collective de l'identité française. 
Séparer le temporel et le spirituel. La laïcité finira par triompher.  

 

  On voit très bien dans les programmes scolaires le fait religieux sur l'histoire des religions.  
Toutes les confessions sont égales devant la loi et elles ne sont pas toutes dans la mémoire culturelle.

 

 Le CFCM n'a pas autorité sur les communautés musulmanes,  quel qu'elle soient.  Le monothéiste judeo chrétien est basé sur des idolâtres du monde du show bizz.

 

 Les États Unis d'Amérique sont exemplaires,  quand le président prête serment sur la bible au moment de son investiture. 

 

Nous assistons à un désinvestissement et a une dechristianisation de la plupart des pays européens.  Depuis les années 60.

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le lundi 21 septembre 2015

le 21 septembre 2015 : Conférence exceptionnelle avec Sylvie Germain, docteur en philosophie et écrivain au Collège Supérieur.

 

 

 

Conférence débat sur le thème : « La Littérature et le Mal »

par Sylvie Germain (femme de lettres française. Elle fait partie du mouvement de l'extrême contemporain), au Collège Supérieur 17 rue Mazagran à Lyon 7eme.  

Depuis près de trente ans, Sylvie Germain construit une œuvre singulière, couronnée de nombreux prix littéraires : Femina pour Jours de colère, Grand prix Jean Giono pour Tobie des marais, Goncourt des lycéens pour Magnus, Grand prix SGDL pour l’ensemble de son œuvre. Elle vient d’entrer à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

 

 

 

 

Le mal ne décharge pas de sa faute quand c'est celui qui le commet.  Le mal une force sourde et indéfinissable.  La foi un lieu de justice et de miséricorde.  Combat spirituel transformé en agonie.  Aveux qui rentre en résonance.  Qui cherche la vérité de l'homme,  va en crescendo.         

 

 

 

Bruno Roche

(Directeur du Collège Supérieur).

 

  Bruno Roche

(Directeur du Collège Supérieur).

 

  Bruno Roche

(Directeur du Collège Supérieur).

 

  Bruno Roche

(Directeur du Collège Supérieur).

 

Bruno Roche

(Directeur du Collège Supérieur).

 

 

 

 Le bien lui, na rien de théâtral.  Il donne a vivre en silence.  La bonté n'est guère romanesque. La mal a cette valeur souveraine.  Tout est affaire des dosage et de pertinence. Si le mal a besoin du bien,  cela est valable dans la réalité et la littérature.

 

Dans la littérature contemporaine,  le soleil est éteint,  les êtres et les vivants.  Le mal s'est desacralise,  delaicise. Des êtres à la limite de la dépersonnalisation.   Absence de subjectivité. Dénoncer la médiocrité humaine.

 

Le désenchantement est largement répandu.  Donner aux nouveaux venus une méthode de survivance à l'ennui.  Que faire de son temps libre ? (Michel Houellbecque).

 

 On peut toujours espérer qu'un chemin se profile,  le chemin des mots.  Passer à la plénitude.  Des débris de mots,  des casseaux.

 

Le travail du romancier et la réalité nous échappe.  On oublie le réel,  exiter l'imagination.  

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article