Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le mardi 29 septembre 2015

le 29 septembre 2015 : Soirée-débat sur le thème : «  Quelles solidarités avec les chrétiens d'Orient ? » à la Faculté Catholique

 

 

Soirée-débat sur le thème : «  Quelles solidarités avec les chrétiens d'Orient ? »

à la Faculté Catholique Campus Carnot Amphi Jean Paul II,

Soirée-débat organisée à l'occasion de la parution des actes du colloque : "La vocation des chrétiens d'Orient, défis actuels et enjeux d'avenir dans leurs rapports à l'islam".

Avec

Le Cardinal Philippe Barbarin, (Archevêque de Lyon, Primat des Gaules),

Monseigneur Pascal Gollnisch, (directeur Général de l'OEuvre d'Orient)

et Le Professeur Michel Younès, (directeur du CECR).

 

 

 

 

 

 

Présentation de la soirée par Bertrand Pinçon

(Doyen de la faculté de théologie, Prêtre du diocèse de Lyon )

 

 

 

 

Intervention de Michel Younes, déroulement de la situation actuelle en Orient,  avec les chrétiens d'Irak et de Syrie. 

La question la solidarité des chrétiens d'orient,  au moins pour qu'ils restent dans la région où il sont nés.  L'ambiguïté de certains pays de la région. 

Si bien que les chrétiens d'Orient est complexe. 

La question de l'accueil des chrétiens d'orient et des réfugiés. 

Quel type de solidarité pouvons nous apporter.  

 

 

 

 

 

 

Intervention de Monseigneur Pascal Gollnisch : Historique sur l'exode.  Le christianisme est né en Orient,  les byzantins,  les arabes,  les croisés,  les Turcs,  les européens et les américains. 

Ce sont les conciles qui ont essayé d'exprimer le divin et l'humain.  
Discriminations,  politiques,  juridiques,  professionnelles,  de voisinages. 

Actes de violence ponctuels ne font pas une persécution.

Les frères musulmans ont incendié des églises en Égypte. 

Violences avec DAESH, État Islamique, les militaires. 

Les conflits les plus durs en Irak et en Syrie.  Il faut neutraliser leurs forces.

Depuis un an, DAESH,  a pris Mossoul et rien n'a été récupéré. Ils ont pris Palmyre et bien d'autres villes aussi,  sans que la coalition internationale ne soit intervenue. 

Pendant ce temps les minorités fuient leurs pays.  
La question musulmane nous questionne,  l'islam bouscule la foi chrétienne. 

A question très importante,  c'est le devenir des chrétiens d'orient. 

Faut il prendre les armes ?

 

 

 

 

 

 

Le Cardinal Philippe Barbarin.  
Évocation de son déplacement à Karakoch au cours de l'été 2014,

avec Monseigneur Louis Sako. 

L'espérance chrétienne,  ce n'est pas que demain ça ira mieux.  Mais c'est la foi en Dieu.  Témoignage poignant de son déplacement à Erbil,  contre les avis contraires de la préfecture et de l'ambassade de France. 

Évocation de l'appel des 110,  grand rassemblement interreligieux,  place Bellecour à Lyon le 1 er octobre 2014.  Projet de faire un jumelage de famille à famille,  un jumelage spirituel.  Le Cardinal a ressenti la poid de la peine de la population. 

Comment accueillir les réfugiés dans la cité. 

Il est absolument nécessaire que nous nous parlions. 

Évocation de son voyage au Liban,  le 25 mars,  jour de la fête nationale,  avec le recteur Kamel Kabtane

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 27 septembre 2015

le 27 septembre 2015 : Conférence-débat sur le thème : « Le mariage, un engagement pour la vie » à la Maison des Syndicats

 

 

Conférence-débat sur le thème : « Le mariage, un engagement pour la vie »

à la Maison des Syndicats à Valence (Drôme)

par Abdallah Deliouah (imam de la Mosquée de Valence)

et Abdallah Berrouachedi (Imam)

 

 

Récitation coranique.  Invocations coraniques.

 

 

 

 

Présentation de la nouvelle association Mawaddat, mettre en relation un homme et une femme en vue d'une future union dans le but de se marier, par Sophie et Hassan.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est la compatibilité qu'il faut tenir compte.   Ce n'est pas un site de rencontre.

Exigences,  être divorcé,  non pas religieusement,  mais juridiquement. 

C'est un grand service que l'association rend a la communauté musulmane. 

Il n'y a pas de mariage temporaire,  c'est un mariage pour la vie.  

 

 

 

 

Abdallah Deliouah.  Le mariage dans la religion musulmane,  c'est un contrat entre deux personnes,  un  contrat qui rend licite d'être ensemble,  le mariage donne un cadre pour la vie commune. Le principe de pérennité.  Le mariage avec l'intention de divorcer,  c'est illégal. 

Vis à vis de Dieu,  c'est interdit.

Le mariage,  c'est la moitié des la religion.  Il ne faut pas le retarder,  il faut se marier au plus vite. 

Les parents ont un devoir d'accompagnement,  le devoir de conseiller ses enfants.  Il faut toujours garder le lien avec ses parents.  

L'aspect financier ne doit pas être un frein à la décision de se marier.

Le mariage est une cause de richesse. Le mariage est un moyen efficace de stabilité. 

 

 

Abdallah Berrouachedi. 
Lorsque quand on lit le Coran,  c'est Dieu qui s'adresse a nous. 

Cest la perfection totale et absolue.

C'est un signe qui nous demande a réfléchir. 

 

Le mariage est une cause de richesse. Le mariage est un moyen efficace de stabilité.  Se marier est une préservation à la débauche, préserver l'honneur de chacun.  Chercher l'équilibre, par l'esprit et le corps.  Pour pouvoir avancer,  il faut chercher l'équilibre.  Pas de monachisme dans la religion musulmane.

 

 

Il ne faut pas opposer les caractères féminins et masculins,  il sont complètementaires.

Tout a une signification,  le but de la sérénité,  la tranquillité, 

 

 

Le divorce est un échec.  Chercher la stabilité.  Chercher un homme et une femme qui se conviennent. 

S'en-traiter pour satisfaire Dieu,  pour affronter les difficultés de la vie. 

Former une cellule,  une famille saine.  Avoir des enfants,  c'est la continuité de notre existence,  préserver la descendance.  
Allah appelle la grande corruption sur terre quand il n'y a pas de filiation. 

Contraire au mariage entre deux  personnes du même sexe.

 

 

c'est un combat de tous les jours, par l'endurance par la patience.

Il va vers le conjoint,  il faut faire un effort pour aller vers l'autre. 

 

 

Sourate 2 Al Baqarah,  verset 187. "L'homme est un vêtement pour sa femme,  comme la femme est aussi un vêtement pour son mari."
L'homme sans défaut n'existe pas,  de même,  la femme sans défaut n'existe pas non plus.  Les sites de rencontres sont une catastrophe.

Les fiançailles sont une promesse de mariage.  On fixe la date de mariage,  on fixe la dot. Légalement, il n'y a pas de mariage.  Les fiançailles n'autorisent rien. 

Laisser une période de 3 à mois pour la préparation du mariage civil et religieuse. 

Faire une fête simple. Dans la simplicité,  il n'est pas nécessaire de dépenser beaucoup d'argent.  
Quand un imam récite "Al Fatiha" au moment des fiançailles,  ce n'est pas un mariage.  

 

 

C'est de la faute aux imams des pays d'origines. 

Un mariage religieux doit avoir lieu avec le mariage civil. 

 

 

Il y a 3 liens,  le lien du sang, le lien de filiation, et le lien de l'allaitement.

Le Coran décrit le mariage avec des termes précis.  
Sourate 2 Al Baqarah,  verset 187. "L'homme est un vêtement pour sa femme,  comme la femme est aussi un vêtement pour son mari."
L'homme sans défaut n'existe pas,  de même,  la femme sans défaut n'existe pas non plus.  Les sites de rencontres sont une catastrophe.

 

 

C'est l'attirance que l'on a vers l'autre,  c'est un sentiment,  c'est un choix, c'est une volonté. 

Il faut cette reconnaissance de l'autre,  c'est une miséricorde. 

C'est une bonté,  c'est être Pardonneur.

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 26 septembre 2015

le 26 septembre 2015 : Conférence-débat sur le thème : «Faut-il fermer, faut-il ouvrir les frontières ?» au temple de la Lanterne

 

 

Conférence-débat sur le thème : « Faut-il fermer, faut-il ouvrir les frontières ? »

au temple de la Lanterne, 10 rue Lanterne à Lyon 1er,

organisé par la Cimade, Forsem et l'association « Coup de Soleil en Rhône-Alpes »,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Zaher Harir

(Président du Forsem)

 

 Zaher Harir

(Président du Forsem)

 

  Zaher Harir

(Président du Forsem)

 

 

 

 

 

 

 

 Yves Grellier

(Président de la Cimade Rhône-Alpes)

 

 Yves Grellier

(Président de la Cimade Rhône-Alpes)

 

  Yves Grellier

(Président de la Cimade Rhône-Alpes)

 

 

 

 

 

« La question des migrations au regard des crises écologiques »

par Leila Bencharif,

(Vice-présidence - Vie associative, Éducation populaire et Démocratie participative - Conseil régional Rhône-Alpes)

 

 

L'Europe peut elle tolérer que l'on vienne mourir à ses frontières.  Article 13 de la convention des droits de l'homme.  Très en colère quand elle entend qu'il y a une crise des réfugiés.  On  ne sent pas seul avec notre malaise.  Honte a notre état et à l'union européenne de laisser faire cette immigration clandestine.  Spoliation des ressources naturelles des pays.  Tordre le cou à certaines idées reçues.  Michel Rocard disait en 1988,  "On ne peut pas accueillir toute la misère du monde". L'immigré va prendre le pain des français. 

 

 

Le taux d'immigration n'impacte pas les emplois en France.  L'accueil aux migrants n'interfère pas la vie économique en France.  L'essentiel des migrants sont plus importants en Amérique du sud.  Il n'y a pas des théorie de l'invasion des migrants.  Il y a aussi des réfugiés climatiques (163 millions) au niveau mondial.  Définir un statut ne convient pas. 

Spolier les terres dans les pays du sud. Il y a des urgences climatiques. 

Phénomène de migration international,  la COB21 en décembre à Paris, réfugiés climatiques,  réfugiés économiques,  réfugiés politiques.

 

 

Processus Nansem.  Boîte a idées,  se donner les moyens de vivre autrement.  L'arrivée des réfugiés syriens nous donne les moyens de réagir autrement.  Éradiquer la politique des quotas,  quand on fuit son parce qu'il est en guerre.  Les enjeux démographiques et économiques du pays,  de la France. 

L'Allemagne doit son taux de croissance aux migrations. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Décidément et plus que jamais le seul choix raisonnable est celui de la liberté de circulation »

par Violaine Carrère,

(juriste au Gisti)

 

 

L'argument de la naïveté,  les employeurs embaucheraient en sous payant les immigrés.
La peur et les inquiétudes. Ne pas répondre aux peurs.  Le bilan des pragmatiques.  Les morts en mer.  Les pêcheurs de Lampedussa,  remontent dans leurs filets,  des corps ou des membres d'êtres humains.  Des Afghans passeraient par la Lettonie pour arriver en France. 

 

 

Il y a des passeurs qui font leurs métiers des passeurs.  On peut parler de l'encampement. C'est un délit pour quitter le Maroc,  l'Algérie et la Tunisie.  Le Liban,  la Jordanie et Turquie,  accueillent un quart de leur population.  La militarisation du contrôle des frontières.  La guerre aux migrants avec un matériel guerrier.  Ce qui fait les affaires ee quelques entreprises privées.  Cet enfermement se développe de plus en plus,  hors de l'union européenne. 

 

 

Le droit au regroupement familial, les critères et  les conditions deviennent de plus en plus difficiles. Qu'est ce qui fait que cette situation devienne "normale". Bravo les pragmatiques,  on va fermer les frontières.  Si on veut empêcher ce fameux dumping social.  L'absence de liberté de circulation est excellente pour le dumping social.  Les printemps Arabes,  a généré un grand nombre de personnes. On  n'a rien anticipé,  rien prévu, empêcher les gens de partir,  bloqués aux frontières.  Mais on peut faire plus. 

 

 

Protéger sa famille,  sa femme,  ses enfants, contre les bombes et les confilts. Empêcher et freiner l'immigration,  par le refus du visa,  instaurer un visa de transit aéroportuaire. Les êtres humains ont deux jambes, ils peuvent se déplacer selon son bon vouloir.  C'est évident, c'est naturel.  Une nation, c'est un lieu où les gens se retrouvent ensembles.  Protection des choses que nous avons acquise. Les travailleurs détachés.  Les contrats saisonniers.  Le territoire,  qu'est ce c'est ? Dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen indique,  que nous avons des droits et des devoirs. Le droit au travail.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Véronique Moreira

(13ème Vice-présidente déléguée à la coopération solidaire)

 

 Véronique Moreira

(13ème Vice-présidente déléguée à la coopération solidaire)

 

 Véronique Moreira

(13ème Vice-présidente déléguée à la coopération solidaire)

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le vendredi 25 septembre 2015

le 25 septembre 2015 : Conférence-débat sur le thème :"Les arabisants et la France coloniale" par Alain Messaoudi

 

 

Conférence-débat à l'Ecole Normale Supérieure site Descartes sur le thème :

 

Les arabisants et la France coloniale par Alain Messaoudi, maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Nantes, membre du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique (CRHIA) et associé à l’Institut des mondes africains (IMAF, Paris). Ses recherches portent la circulation des savoirs et des représentations entre le Nord de l’Afrique et l’Ouest de l’Europe

 Auteur du livre Les arabisants et la France coloniale. Savants, conseillers, médiateurs, (1780-1930), ENS Éditions, Lyon 2015. « L’engagement de ces savants et de ces professionnels de la langue dans la politique coloniale française a été plus ou moins intense. Une partie d’entre eux ont cependant été directement impliqués dans la définition et la mise en oeuvre de celle-ci, comme conseillers ou, plus modestement, dans leurs fonctions d’interprètes ou de professeurs – deux professions où se côtoient « Européens » et « indigènes », ces derniers moins nombreux et aux revenus souvent inférieurs. Ils ont contribué aux débats sur la politique linguistique à mener en Algérie, ont discuté du modèle de colonisation à privilégier, assimilationniste ou associationniste. Ils ont joué un rôle important comme informateurs – facilitant en cela l’expansion coloniale – mais se sont aussi fait l’écho ou le porte-voix des voeux et des revendications des colonisés – complexifiant ainsi la situation de domination coloniale, voire modérant sa rigueur. L’étude des arabisants permet donc de révéler un espace de contacts, d’échanges, de transferts, indispensable au bon fonctionnement de l’administration coloniale, et qui n’a sans doute pas entièrement disparu avec les décolonisations. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projet colonial,  du fait de la colonisation en Algérie.  Projet politique destiné a réformer l'islam et la langue arabe.  A la fin des années 20, le but, était d'éradiquer la langue arabe par la colonisation. Tout est fait pour déstabiliser les colonies arabisantes. Dans les années 1840/1850, des militaires s'intéressent à la calligraphie arabe. Il faut promouvoir la langue arabe dans les écoles supérieures et les États majors militaires, destiné a des élites,  au même titre que le latin et le grec. Tous ces arabisants vont contribuer à cette réforme de la culture islamique. En Algérie,  il y a eu la déstructuration de la langue arabe qui a débouché sur une guerre violente

 

 

 

Le but, il fallait que les français et les tunisiens,  soient bilingues. Et qu'il n'y ait plus cet arabe dialectal couramment employé.  Avoir une compétence linguistique.  Les officiers militaires devaient connaître la langue arabe,  il fallait avoir des interprètes juifs, Chrétiens. Des interprètes civils et interprètes judiciaires (plus difficile a trouver dans les années 1900/1910).

 

 

Des intellectuels se convertissent à l'islam (René Guenon),  et un goût pour la langue et la calligraphie. 
L'arabe devient une langue d'élite.  Il y a un avenir avec le projet de Sylvestre de Sassi, avec une dimension universelle.  Mais il contribue a l'élaboration d'un texte arabe. C'est une langue de l'humanité.  Au 19 ème siècle,  il faut faire de l'arabe une langue de la modernité.  Le modèle machreb, une identité maghrébine. 

 

 

Une langue arabe unique.  Il y a aussi une langue berbère,  qui n'intéresse pas les politiques.  Après l'indépendance de l'Algérie en 1962, 

 

  

il y a une critique très sévère de Michel Seurat.  Le péché originel d'Edward Saïd,  c'est l'écrasement de cette langue dialectale.  Le nombre de professeurs d'arabe en Algérie,  ne fait qu'augmenter. 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article