Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le vendredi 06 novembre 2015

le 05 novembre 2015 : Conférence débat sur le thème : « L’héritage d’Israël dans la culture française, une alliance spirituelle »

 

 

Conférence débat sur le thème : « L’héritage d’Israël dans la culture française, une alliance spirituelle » à ll’Espace Hillel, 113 Bd Vivier Merle, Lyon 3e

à l'initiative des amitiés Judéo-Chrétiennes par  Michaël Bar Zvi

 

 

Michaël Bar Zvi (Né en France en 1950, docteur en philosophie (Sorbonne) Michaël Bar-Zvi monte en Israël en 1975, où il devient Professeur de Philosophie à l’Institut Levinsky de Tel Aviv. Philosophe d’une grande rigueur, marqué par ses maîtres Emmanuel Levinas et Pierre Boutang, il a été directeur du Département de l’Éducation de l’Agence juive, et il en a gardé un sens pédagogique élevé et une grande force de persuasion. Détaché de l’Université israélienne, Michaël Bar-Zvi a été, de 2002 à 2010, Délégué général du Keren Kayemeth LeIsraël à Paris).

 

 

 

 
  le Père Jean Massonnet
(President des Amitiés Judéo Chrétiennes)

 

 

 

 

 

 

 

 

Michael Bar Zvi. Deux grandes communautés sur le territoire français,  les Juifs et les Musulmans.  Actuellement,  on est entrain d'effacer le nom d'Israël en France.  Quand on ne peut plus enseigner dans les établissements scolaires,  l'histoire de nos racines est remise en cause.  On deconstruit l'histoire juive en France.  Qu'est ce qui se passe en France ? Crise de l'autorité,  les jeunes des banlieues.  La société ne transmet plus ses valeurs. 

 

 

Plus on va détester Israël,  plus on renie la transmission des valeurs.  La haine d'Israël est aussi la crise des transmissions.  Le peuple juif,  qui est aussi le peuple de la transmission, l'idée qu'il est aussi un peuple élu.  Quand on parle des valeurs de la République en citant Voltaire,  alors qu'il n'avait pas plus raciste que Voltaire.  La France,  fille aînée de l'Église,  guidée par le peuple juif.  Il n'y a pas de judaïsme sans la France.  Défendre le judaïsme,  c'est défendre les valeurs de la France,  Montesquieu, Montaigne. 

 

 

Le déclin de la France,  risque de dislocation politique de la France.  "Monter" en Israël, c'est faire son "allya". La culture française est fondamentale pour un juif.  La vraie question,  quelle est la place du judaïsme dans la culture française.  Et puis,  il y a l'état d'Israël.  Israël et le peuple juif,  c'est une même entité. 

En France,  on aime beaucoup plus les juifs morts que les juifs vivants.  

 

 

Il faut éviter que le conflit iraelo-palestinien,  ne soit pas une guerre de religion. Pour les juifs de France,  c'est dangereux.  Le palestinisme, devient une situation dangereuse en France.  La nation française est liée à la nation israélienne.  L'islam est dans une discontinuité,  que la France est une nation judeo - chrétienne.  C'est une vision morale.  Il y a deux visions du monde,  il y a,  les judeo-chrétiens et puis il y a l'islam.  

Nous sommes dans une société multiculturelle. 

 

 

Il y a une diaspora juive, ce qui veut , dire demeure, habitation,  des gens qui habitent dans une même maison.  Nous sommes venus en Israël pour construire et se construire.  L'idée de se construire,  c'est de transmettre,  c'est l'exil.  Il faut être étranger pour se sentir chez soi.  

 

 

 

 

Plus de 50%  des juifs,  vivent en Israël.

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 03 novembre 2015

le 03 novembre 2015 : Conférence en vidéo transmission sur le thème : «Conférence sur le climat : va-t-on vraiment changer les cho

 

 

 

Conférence en vidéotransmission depuis le Centre Sèvres à Paris

à l'Espace Saint Ignace, 20 Rue Sala à Lyon

sur le thème : « Conférence sur le climat : va-t-on vraiment changer les choses ? »  

En partenariat avec la revue Études.

Avec la participation de Jean Jouzel (climatologue, prix Nobel de la paix et vice-président du Groupement intergouvernemental d’experts sur le climat (Giec)

Bernard Perret(ingénieur et socio-économiste au Ministère de l’écologie, Auteur de nombreux ouvrages dont Au-delà du marché, les nouvelles voies de la démarchandisation, Les petits matins, 2015) ;

Alain Grandjean, (économiste, fondateur du cabinet de conseil Carbone 4, membre du comité scientifique de la Fondation Nicolas Hulot, co-auteur du Rapport « Mobiliser les financements pour le climat » (2015).

 

 

 

Depuis le Centre Sevres de Paris,  Facultés Jésuites
Conférence sur le climat la COP21 qui se déroulera a Paris le Bourget.

Dans la prolongation de l'encyclique du Pape François Laudato Si.

La protection de l'environnement est un enjeu primordial pour cette année.  
Présentation de la soirée par
François Euve.et François Boedec.
3 spécialistes.  

 

 

 

 

Jean Jouzel.  La convention climat, plusieurs pays réfléchissent sur la diminution des gaz à effet de serre, stabiliser le climat, dans un objectif de limiter d'un ou 2 degrés . Le protocole de Kyoto.  Il n'y a que l'Europe qui est impliquée.  Les énergies fossiles sont en diminution. 

3 périodes,  d'ici 2020, nous irions vers une augmentation de 3 degrés.

 

 

Ce serait un développement harmonieux de notre humanité par la solidarité humaine et la solidarité avec la planète.  Il faut lire l'encyclique Laudato Si.   

 

 

Alain Grandjean. Beaucoup de pays sont autour de la table,  il ya des pays qui on des avis totalement divergent.  Les énergies fossiles (80%) sont de notre dépendance.

Le trou de l'ozone, ne touchait pas notre économie.  Nous sommes dans une ère de finaciarisee, la raison d'être pessimiste,  l'argent, le marché et moi. Le climatosepticisme, les climatosceptiques. Ce qui est remarquable,  c'est la mobilisation internationale,  ce sont également les financiers, vu avec Nicolas Hulot et Pascal Canfin.

 

 

C'est très important que les états puissent s'engager.  Il faut qu'on révise d'une manière très forte l'émission des gaz a effet de serre.  C'est l'enjeu et la question fondamentale de coopération.  On est capable de coopérer a un niveau international, même si c'est longet fastidieux.  Les citoyens et la société civile se mobilisent. 

L'idée de la taxe carbone, c'est une notion économique dans le but de moins consommer afin de ne pas émettre des gaz à effet de serre.

 

 

La transition énergétique et les énergies renouvelables,  il faut trouver un compromis.  L'énergie solaire est très importante.  Ces questions sur le climat doivent être des enjeux essentielles pour les politiques dans les mois à venir. 

 


 

 

 

 

Bernard Perret. Balance entre optimisme et pessimisme,  nous n'avons pas encore pris l'enjeu de la dimension internationale.  C'est l'ampleur et de la transformation a faire,  l'ampleur de la solidarité internationale es pays émergeants, l'ampleur de du contrôle.  C'est aussi la volonté de diminuer les émissions de l'empreinte carbone sur le plan national.  La baisse des prix du pétrole on été présenté d'une façon politique sur le plan national. 

 

 

Les enjeux liés à l'occupation du sol, le mode d'habitation,  éloignement des gens de leur lieu de travail,  utilisation de la voiture au maximum.  L'année 2014 a été vertueuse pour la decarbonisation.  Tout passe par des objectifs de bien être, le vrai bien etre, une frugalité,  un imaginaire technique.  La tâche qui est devant nous est de savoir comment nous pouvons faire mieux pour économiser les énergies fossiles.

 

 

L'encyclique  Laudato Si du Pape François, correspondant tout à fait à cet imaginaire.  Nous avons besoin de normes techniques,  avoir des politiques qui soient en conformité avec les changements climatiques. 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 31 octobre 2015

le 31 octobre 2015 : Conférence-débat sur le thème : "Le rôle de de la Jeunesse Musulmane" par Cheykh Zakaria Seddiki

 

 

Conférence-débat sur le thème : « Le rôle de la jeunesse musulmane »,

par Cheykh Zakaria Seddiki (Diplômé de l' Université Islamique d'Al-Azhar au Caire et de l'Ecole pratique des hautes études de la Sorbonne (EPHE), président de l'ACERFI (Audit, Conformité Et Recherche en Finance Islamique), directeur de l'IMED (Institut Musulman d'Enseignement à Distance),

au Lycée Al Kindi 17 rue Sully à Décines Charpieu.

 

 

 

 Récitation Coranique

 

  

La jeunesse musulmane. Nul ne sait qu'elle est la destinée de chacun.  C'est pourquoi,  il est important de mettre sa confiance en Allah ( subhanallah wa ta allah ). 

A l'âge de 15/16 ans,  on se pose beaucoup de questions par rapport à la religion et à la société. 

La période du lycée est une période décisive.  

 

 

La personne commence à réfléchir vis a vis de ses parents,  l'école,  le lycée,  va être déterminant.  Certes, nous n'avons pas la maturité,  mais à cet âge là,  on peut avoir la vocation.  Cette ambition,  cette vocation,  peut donner de bons fruits. 

Le changement physiologique et mental va être déterminant,  trouvera l'apaisement interne est un élément important pour réaliser ses ambitions. 

 

 

C'est un combat interne,  apprendre le Coran,  apprendre l'arabe,  par l'étude et les idées vont marquer ces influences.  Mais dès qu'il y a des moments de doutes,  le raisonnement vient à critiquer et a remettre en question les bases. 

Cette cohérence interne,  c'est ce qui va donner l'accomplissement de cette vie.

 

 

Parmi les qualités du Prophète ( sallala alleyi wa salem ),  c'est cette capacité à prendre des risques.  Avoir une spontanéité à agir, c'est une qualité.  Quelqu'un qui est né musulman,  qui a toujours baigne dans l'islam, qui aura eu une éducation conforme à la religion, n'aura pas les mêmes mérites que quelqu'un qui est venu découvrir la religion musulmane. 

 

 

Le destin intervient dans ces moments. Il y a notre plan et il y a le plan des Dieu. 

Il y a une prière, une invocation,  c'est la prière de la consultation. 

C'est la prière du rôle et de la place que l'on doit prendre. Mets ta confiance en Allah.  

 

 

Le Prophète ( sallala alleyi wa salem ) élevait sa voix quand il faisait cette prière,  tout le temps et en toutes circonstances.  C'est la même chose lorsque nous voyageons. 

Nous remettons notre confiance en Allah ( subhanallah wa ta allah ). 

C'est la cohérence et l'équilibre.  Un jeune ne sait pas la fin de son parcours. 

C'est la même chose pour tout être vivant.

Le jeune,  dans son quotidien,  ne voit pas la présence de Dieu. 

Allah ( subhanallah wa ta allah ) te veut le bien,  te donne le bon chemin.  

 

 

 

 

Le changement de choix correspond à un décryptage de son parcours. 

Chaque être humain a son propre destin

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 31 octobre 2015

le 31 octobre 2015 : Remise des insignes de Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur à Foudil Benabadji à Chambéry

 

 

 Cérémonie de remise des insignes de Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur à Foudil Benabadji (Administrateur au Groupe d'Amitié Islamo Chrétien (GAIC), Membre du Comité Directeur de la Fraternité d'Abraham, Co-fondateur de l'Union des Enfants d'Abraham (UDEA) Aumônier des prisons et des hopitaux en Savoie),

par le Général Jose Leitchtmam (retraité du ministère des Armées),

le Colonel Roland Minodier (Président du Comité de la Légion d'Honneur)

Michel Dantin (Maire de Chambéry, député européen)

et Hervé Gaymard (Ancien Ministre)

 

 

 

 

 

 Benaissa Chana (Vice Président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes)

et Mohammed Jinami (Imam de la Mosquée d'Echirolles)

 

 Benaissa Chana (Vice Président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes)

et Mohammed Jinami (Imam de la Mosquée d'Echirolles)

 

 

 

 Michel Dantin (Maire de Chambéry, député européen)

 

 Michel Dantin (Maire de Chambéry, député européen)

 

 Michel Dantin (Maire de Chambéry, député européen)

 

 

 

 Michel Dantin (Maire de Chambéry, député européen)

 

 Roland Minodier (Président du Comité de la Légion d'Honneur)

 

Roland Minodier (Président du Comité de la Légion d'Honneur) 

 

 Roland Minodier (Président du Comité de la Légion d'Honneur)

 

 Roland Minodier (Président du Comité de la Légion d'Honneur)

 

 Roland Minodier (Président du Comité de la Légion d'Honneur)

 

 Hervé Gaymard (Ancien Ministre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 le Général Jose Leitchtmam (retraité du ministère des Armées)

 

 

 

 

 

 

 

le Général Jose Leitchtmam (retraité du ministère des Armées)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le Général Jose Leitchtmam (retraité du ministère des Armées)

 

 

 

le Général Jose Leitchtmam (retraité du ministère des Armées)

 

 le Général Jose Leitchtmam (retraité du ministère des Armées)

 

 

 

 

 

 Roland Minodier (Président du Comité de la Légion d'Honneur) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 le Général Jose Leitchtmam (retraité du ministère des Armées)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article