Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le jeudi 10 décembre 2015

le 09 décembre 2015 : Conférence-débat sur le thème : « "Le christianisme et le plaisir" par Charles-Eric de Saint Germain, (agrég

 

 

Conférence-débat sur le thème :« "Le christianisme et le plaisir"

par Charles-Eric de Saint Germain,
(
agrégé de philosophie)

 

Sous l'influence des travaux de Michel Onfray, on associe traditionnellement le christianisme à un mépris du corps et de la chair, comme si le plaisir était, en régime chrétien, fondamentalement "suspect". Pourtant, le christianisme, que l'on confond parfois avec des tendances gnostiques issues en réalité du manichéisme, de l'encratisme ou du catharisme, donne au corps une dignité incomparable, et même le puritanisme pourtant si décrié n'évacue aucunement les plaisirs sensuels, pourvu que l'homme n'en devienne pas l'esclave. Il est vrai qu'on pourra toujours reprocher au christianisme d'avoir introduit, au coeur du sujet désirant, une distinction qualitative entre le "permis" et le "défendu" qui n'existait pas dans la gestion antique des plaisirs, liée davantage à un souci de "mesure". Mais outre que la restriction à l'égard de certains plaisirs charnels ne prend sens que par la valorisation de plaisirs spirituels, il faudrait se demander aussi si l'abolition de cette distinction ne risque pas plutôt de conduire à la mort du désir, s'il est vrai que les tabous sont nécessaires à l'intensification du désir lui-même - un désir qui ne pourra finalement trouver qu'en Dieu son assouvissement complet.

 

Jean-Noël Dumont.

(Enseignant en classe préparatoire à l'externat Sainte-Marie à Lyon

et directeur du Collège Supérieur),

 

 

 

 

Nous sommes devenus aujourd'hui,  une société de consommation,  en quête de plaisir.  
Michel Onfray,  écrit des livres sur le sujet,  la haine du corps et des plaisirs charnels. Ce sont des tendances agnostiques et manichéennes.

Le christianisme a été traversé des ces tendances.  
Epicure fait du bien être du corps et la maîtrise de plaisirs.  Le christianisme va entraîner une philosophie du corps et de l'esprit. Michel Foucault,  parlait de la sexualité grecque,  il n'y a pas de codification dans l'art de vivre dans la fidélité. C'est une esthétique de l'existence d'une bonne vie ou d'une vie bonne.  Cette maîtrise de soi passe par cette passivité dans l'acte sexuel. La philosophie grecque,  c'est les justes moments de l'amour. 

 

C'est l'usage des plaisirs dans la Grèce antique,  il y a un moment pour faire la guerre et un moment pour faire l'amour.  Le christianisme cherchera à traquer les moments de concupiscences de cette recherche de plaisir.  Il n'y a pas de codification dans l'échelle du plaisir.  La femme doit fidélité à son mari. Renoncement aux plaisirs charnels,  pour la splendeur du bien. Le christianisme fera dans de cadre du mariage. On accuse le christianisme d'être misogyne,  le christianisme a une conception de la chaire. 

 

  Courant de l'ancratisme,  c'est l'abstinence.  Il est préférable de ne pas se marier.  Il vaut mieux se marier que brûler (Saint Paul). La mari ne dispose pas de son corps,  mais c'est la femme.  Inversement,  la femme ne dispose pas de son corps,  c'est le mari. Le corps n'est nullement la déchéance de l'âme.  Le  corps est le véhicule neutre de l'âme et de tous les plaisirs.  La source du péché,  c'est le coeur,  le meurtre,  les vols. L'oeil est le miroir de l'âme.  C'est dans le coeur où se trouve la source du péché. 

Et c'est le coeur qui regarde. 

 

 

Selon que l'on est un homme charnel ou un homme spirituel peut se laisser conduire par les désirs impurs de son coeur.  L'âme est unie à un corps.  Assouvir les besoins du corps est hérité de notre nature corrompue.  Ceux qui vivent pour les tendances de la chaire, c'est ce que le corps qui participe.  Le corps n'a que des besoins.  Le péché de gourmandise est d'avoir plus que le corps désire réellement. 

L'animal,  va manger et boire à sa faim.

 

Les désirs naturels et nécessaires et les désirs vains qui ne pourront jamais être rassasiés. Ce qu'il faut rechercher,  ce sont les plaisirs naturels et nécessaires. La satisfaction des besoins du corps,  doit nous permettre de vivre en harmonie avec son âme.  La fornication,  l'infidélité, les excès de plaisirs de la chaire,  ne sont pas les reflets de l'âme.  L'homme est attiré par l'attrait du péché.  L'opposition de la grâce et péché sont dans un rapport de force.  L'homme peut triompher de son péché. 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 08 décembre 2015

le 08 décembre 2015 : Célébration des fêtes de Hanouccah avec Coexister au Centre d'Echanges de Perrache

 

 

 Célébration des fêtes de Hanouccah avec Coexister

au Centre d'Echanges de Perrache

 

 

 Cette fête importante dans la religion juive se tient du 25 du mois de Kislev au 2 du mois de Tebeth, ce qui correspond la plupart du temps au mois de décembre.

Cette année, Hanouka est célébré du 6 au 14 décembre.

 

 

 Y est célébrée la victoire du peuple juif, mené par Judas Maccabée, contre les troupes du roi greco-syrien Antochius Epiphane, à Jérusalem au 2e siècle avant JC.

Ce dernier avait forcé le peuple juif à adorer les divinités grecques et avait détruit le temple de Jérusalem.

 

 

 Métaphoriquement, Hanouka célèbre ainsi le triomphe de la lumière sur l’obscurité, de la pureté sur l’altération, et de la spiritualité sur le matérialisme.

Les bougies allumées à la tombée de la nuit

 

 

 En souvenir de cet épisode de leur Histoire, chaque famille juive place sur sa table, de préférence près d'une fenêtre, un chandelier à neuf branches, qu'on appelle la Menorah. Elle allument ensuite chaque jour l'une des bougies du chandelier, qui correspondent chacune à un thème : Hanoukia, Lumière, Miracle, Shabath, Héroïsme, Langue Hebraïque, Solidarité Juive, Paix.

 

 

 L'allumage doit se faire dès la tombée de la nuit, à l'apparition des trois premières étoiles. Ce dimanche 6 décembre, le soleil s'est couché à 16h54. 

Il faut également que la lumière luise au moins pendant une demi-heure en présence de la famille. 

 

Le chandelier renvoie également à l'épisode de la reconquête de Jérusalem.

Après avoir vaincu l'armée du roi Antochius Epiphane, les Juifs ont voulu allumer la Menorah du Temple.Mais il ne restait alors plus qu'une seule fiole d'huile utilisable.

 

Par miracle, celle-ci brûla pendant huit jours, jusqu'à ce qu'une nouvelle huile utilisable pour le rituel soit préparée.

 

 

  Le huitième jour de Hanouka, on offre habituellement des cadeaux, chaque enfant recevant notamment de l'argent ainsi qu'une toupie sur laquelle sont inscrites quatre initiales hébraïques signifiant : "ce fut un grand miracle".

 

 

 Et à la fin de la semaine, la famille se réunit autour d'un repas constitué de poulet ou de boeuf accompagnés de friture à l'huile d'olive, avec souvent des beignets à la confiture.

 

 

 

 Avec Hassan; Priscillia, Nathan, Sacha, Sarra et.....

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le lundi 07 décembre 2015

le 07 décembre 2015 : Conférence-débat sur le thème : « Quelles perspectives pour la génération d'Oslo ? » Retour sur le processu

 

 

Conférence-débat sur le thème : « Quelles perspectives pour la génération d'Oslo ? » Retour sur le processus de paix israélo-palestinien. 

À Science Po, 14 avenue Berthelot à Lyon 7 ème.

 

 

Intervention de trois spécialistes de la question: Jean-Paul Chagnollaud, Pierre Blanc et Lahouari Addi. Cette conférence a pour objectif de revenir sur les 22 années qui nous séparent aujourd’hui des accords d’Oslo et de l’emblématique poignée de mains entre Yasser Arafat, alors leader de l’OLP et Yitzhak Rabin, alors premier ministre d’Israël avant son assassinat deux années plus tard.

 

 

 En effet, les dernières vagues de violence qui traversent aujourd’hui la Cisjordanie et Israël semblent n’être que l’énième symptôme d’une situation politique figée. A mesure que le discours semble se durcir en Israël et que l’Autorité Palestinienne perd le peu de légitimité qui lui restait encore, la nécessité de faire un bilan sur la période s’impose.

 

 

l n'y a pas de problèmes avec les juifs,  mais il y a un problème avec les israéliens.  C'est un partage de la terres par substitution.  Ce ne sont pas les palestiniens qui ont demandé deux états.  La politique d'Israël,  c'est de maintenir une sorte de division des territoires,  cela devient un apartheid.  

 

 

 

 

Lahouari Addi.(professeur de sociologie à l'Institut d'études politiques de Lyon (université Louis Lumière-Lyon 2), est chercheur au CERIEP (Centre d'études et de recherches de l'Institut d'études politiques) et au GREMMO (Groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient). Ancien enseignant-chercheur à l'Université d'Oran, il a été plusieurs fois professeur invité dans diverses universités américaines. Il est notamment l'auteur, à La Découverte, de L'Algérie et la démocratie (1994)

et Les Mutations de la société algérienne(1999). 

 

 

Trouver une solution équitable pour sortir de cette crise Israëlo palestinienne,  chaque vie est sacrée. Est ce que les israéliens sont prêts a former une état palestiniens. 

Ce sera la solution algérienne, les algériens ont pris les armes et ils ont eu leur indépendance. 

 

 

Pour une coexistence dans la dignité et l'égalité.  Dansla culture musulmane,  il n'y a pas de problèmes d'antisémitisme.

Parmi les juifs israéliens,  il n'y a pas de juifs algériens,  mais il y a des juifs européens. 

 

 

 

 

 

 

Pierre Blanc est enseignant-chercheur en géopolitique au CIHEAM-IAMM (Centre international des hautes études en agronomie méditerranéenne - Institut agronomique méditerranéen de Montpellier). Il est également chercheur associé à l'IFPO (Institut français du Proche-Orient).

 

 

4 dates,  1917, 1947, 1967, la guerre des 6 jours.  Les accords d'Oslo. Les territoires palestiniens occupés parle l'état d'Israël.  Beaucoup de retentissements internationnaux. Oussama Ben Laden,  a revendiqué les attentats dd New York en 2011 en mémoire du sang versé parles palestinien.  La dépossession des ressources est très vives.  Les accords d'Oslo,  étaient à l'origine des accords de paix.  La politique de dépossession internationale n'est pas improvisée,  elle est pensée.  On s'est totalement trompé.

 

 

Les États Unis ont voulu établir des accords de Paix.  Il y avait une demande de paix du côté israéliens.  Politique de désobéissance,  refus de payer des impôts a Israël. La poignée de mains entre Itzak Rabbin et Yasser Arafat,  les accords de Camp David en 1993.

 

 

L'autorité palestinienne a été créée en 1994.  Les palestiniens faisaient une rétrocession majeure pour ces accords de  paix.  Itzak Rabbin a été assassiné en 1995. Les constats géographiques.  On a reculé sur le plan territorial.  Total contrôle israéliens. 

On est loin d'avoir une assise territoriale palestinienne. 

 

 

La colonisation n'est jamais que le discours après la guerre des 6 jours en 1967.  La colonisation a été menée par Ariel Sharon sur le haut des collines. La colonisation et l'extension de Jérusalem.  Constructions intensives de routes,  de 700 kms. Accablement spécifique pour les palestiniens. 

L'autorité palestinienne reste dépendante des colons israéliens.  

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Paul Chagnollaud : (Professeur de science politique, ancien doyen de l'UFR de droit de l'Université de Cergy-Pontoise et directeur de la revue internationale Confluences-Méditerranée).

 

 

Nous ne sommes pas seulement une forme d'occupation,  mais Israël est une part de nous même.  C'est une occupation contre l'occident.   3 mots. Domination territoriale,  avec un grand nombre de colons.  Domination par une conjoncture,  domination politique,  idéologique. 

Qui dominent ? Les forces de droites.

 

 

Bloc de droite qui domine avec Benjamin Netanyaou.  Nous sommes dans une logique de forme coloniale avec un regard sur l'autre.  Mais l'autre n'existe pas.

Les forces de droite le disent,  on ne veut pas d'état palestiniens.

 

 

Les occidentaux refusent de voir ce qu'il se passe.  On appeler cela une Instrumentalisation de la Shoah.  Nous sommes dans une fausse appréciation coloniale.  Le 2 ème mot,  c'est la démission internationale.  On sait l'histoire de la colonisation,  mais c'est une démission politique de la part des États Unis.  Ils n'ont rien fait pour apporter les accords de paix. L'Europe est dans une pulsaminite outrageante.  Il ne faut pas s'en mêler.

 

 

Et puis,  il y a la France. C'est la consternation.  C'est de la démission-soutien de l'occident.  C'est le monde entier qui démissionne.  Le 3 ème mot.  C'est la division des Palestiniens,  la division entre le Hamas et le Fatah.  C'est une division structurelle.  C'est un conflit qui s'appelle l'apartheid. 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 05 décembre 2015

le 05 décecembre 2015 : Conférence-débat sur le thème : «Al andalous histoire essentielle de l'Espagne musulmane » par Abderrahim

 

 

 

 

 

 

Rencontre organisée par l' EMF (Étudiants Musulmans de France)

 

 

Jeune professeur de lettre, Abderrahim Bouzelmate  vit et travaille dans les quartiers Nord de Marseille. Très tôt engagé dans diverses associations, il rencontre au gré des échanges des journalistes, des écrivains, des chercheurs et des responsables d'ONG au contact desquels il prend conscience de la situation du monde. Ses écrits se veulent être une peinture sans concession des dérives de la société moderne.

 

 

Ce qui m'intéresse aujourd'hui,  c'est l'histoire des hommes.  Il faut essayer de faire une histoire en regardant les autres.  Avoir cette capacité de réunir les gens.  Ce qui nous intéresse,  c'est l'histoire de l'Andalousie en 712.  En l'espace de 3 ans, les arabes occupent les 3/4 de l'Espagne et du Portugal.  Ce qui nous intéresse,  ce n'est pas le pillage,  mais,  c'est de convertir à l'islam.  La jizia,  était l'impôt à payer pour les non musulmans.  Le but était d'extirper la peste judaïque de l'Andalousie.  Nombre de conversions très important,  beaucoup aussi de mariages mixtes. 

Créer une symbiose entre les trois religions,  Juifs,  Chrétiens et Musulmans. 

 

 

Dans l'histoire de l'Andalousie,  la langue arabe a joué un grand rôle.  L'arabe supplante le latin.  Tous les jeunes chrétiens,  connaissent la littérature arabe.  La période Abderhame 3, à l'âge de 22 ans le 16 octobre 912.   Il s'emploie à faire de la culture,  une de ses priorités.   Beaucoup d'admiration pour Charles Martel,  a réussi a réunir toute l'Europe,  qui était déchirée.  La culture devient l'affaire de tous.  Les livres sont une priorité.  Cordoue,  devient une ville fourmillante de savoirs, supplantant presque Bagdad.  Les livres en latins et est en grecs sont traduit en arabes. Le fait d'apprendre par coeur,  va précipiter l'Andalousie dans sa déchéance.  Relecture des textes musulmans sur le contexte.  La foi et la raison les guident.  En 1031,  c'est la chute du califat de Cordoue.  L'amour échappe, l'amour de Dieu donne une valeur à l'amour des gens.  Avoir un regard critique de sa propre religion pour mieux connaître les autres religions.  Danls les livres de la grande bibliothèque de Cordoue,

 

 

il y avait 400000 volumes.  Après la chute du califat qui a duré un siècle. Averoess et Maimonide. Cordoue chute en 1236,  ainsi que Séville.
Maimonide a écrit 135 livres,  dont 55 ont été perdus.  Averoess avait une pensée très critique.  La raison a besoin de la foi.  La foi a besoin de la raison.  Il faut lire le Coran. Averoess disait,  pour comprendre la philosophie, il faut connaître les signes. 

Al Ghazali,  était le plus grand philosophe arabe de tous les temps.
Maimonide est un rabbin,  qui écrit en arabe,  a écrit "le guide des égarés".

On ne peut approcher la Thora que par des paraboles.  

 

 

L'ignorance est la cause de tous les maux. 
Ne pas avoir une vision binaire de l'islam (hallal haram). 
Les pays musulmans sont morts à partir du moment où on se replie sur soi même.

Laissons entrer la lumière. 

Dès que vous apprenez d'une façon mécanique,  savoir par coeur,  c'est se scléroser.  
La tragédie vient de l'obscurantisme,  et l'ouverture vient de la lumière. 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article