Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le dimanche 10 janvier 2016

le 09 janvier 2016 : Couscous solidaire en faveur des plus démunis organisé par AMEA à la Salle Condorcet à Saint Chamond,


 

Couscous solidaire en faveur des plus démunis

à la Salle Condorcet à Saint Chamond,

organisé par L'Association Musulmane El Andalous

et la Grande Mosquée de Saint-Chamond 

dont les bénéfices sont intégralement reversés

à l'association Aide Soutien Partage.

 


 Benaissa Chana

(Vice-président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes)

 et

Abdelkader Laïd Bendidi

(Président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes) 

 

 

 

 

Abdelkader Laïd Bendidi

(Président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Aissa Gueriani

(Vice-président du Centre Culturel Musulman de Saint-Chamond)

 

 

 Aissa Gueriani

(Vice-président du Centre Culturel Musulman de Saint-Chamond)

 

 

 Aissa Gueriani

(Vice-président du Centre Culturel Musulman de Saint-Chamond)

 

 

 Sabrina

 

 

 Sabrina

 

 

 Sabrina

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Hervé Reynaud

(Maire de Saint-Chamond)

 

 

 Hervé Reynaud

(Maire de Saint-Chamond)

 

 

 Hervé Reynaud

(Maire de Saint-Chamond)

 

 

 

 

 

 

 le président Mourad Assaoui

 

 

 

 

Père Bruno Cornier (Curé de Saint Chamond)

 

 

Père Bruno Cornier (Curé de Saint Chamond)

 

 

Père Bruno Cornier (Curé de Saint Chamond)

 

 

Père Bruno Cornier (Curé de Saint Chamond)

 

 

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

et

et Abdelkader Laïd Bendidi

(Président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes)

 

 

Abdallah Haloui 

(imam de la mosquée de St Etienne-Bellevue et Membre du Collectif des Associations Musulmanes de la Loire) 

 et

  Benaissa Chana

(Vice-président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes)

 

 

le Père Sami Nehme (prêtre)

 

 

le Père Sami Nehme (prêtre)

 

 

le Père Sami Nehme (prêtre)

 

 

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abdallah Haloui 

(imam de la mosquée de St Etienne-Bellevue et Membre du Collectif des Associations Musulmanes de la Loire)

 

 

Abdallah Haloui 

(imam de la mosquée de St Etienne-Bellevue et Membre du Collectif des Associations Musulmanes de la Loire)

 

 

Abdallah Haloui 

(imam de la mosquée de St Etienne-Bellevue et Membre du Collectif des Associations Musulmanes de la Loire)

 

 

 

 

 Benaissa Chana

(Vice-président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes)

 

 

 Benaissa Chana

(Vice-président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes)

 

 

 Benaissa Chana

(Vice-président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes)

 

 

 

 

 Benaissa Chana

(Vice-président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes)

 

 

Abdelkader Laïd Bendidi

(Président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes) 

 

 

Abdelkader Laïd Bendidi

(Président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes) 

 

 

Abdelkader Laïd Bendidi

(Président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes) 

 

 

Abdelkader Laïd Bendidi

(Président du Conseil Régional du Culte Musulman Rhône-Alpes) 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le mercredi 06 janvier 2016

le 06 janvier 2015 : Face à la haine, un grand voyage scolaire à la Maison d’Izieu, avec les élèves de 4 établissement scolaires d

 

 

Face à la haine, un grand voyage scolaire à la Maison d’Izieu,

avec 140 élèves de 4 établissement scolaires de Lyon

 Lycée des Métiers Japy,

le Lycée ORT,

le Lycée Saint-Marc de Lyon

et le

Lycée d'Enseignement Professionnel Jamet Buffereau

 

 

Lieu d’histoire et de mémoire ouvert à tous,
le mémorial de la Maison d’Izieu perpétue le souvenir
des enfants et des adultes juifs qui y avaient trouvé refuge
de mai 1943 à la rafle du 6 avril 1944.
Attaché au présent et tourné vers l’avenir,
il suscite la réflexion sur le crime contre l’humanité et les circonstances qui l’engendrent.
À travers l’évocation des enfants juifs d’Izieu et de leurs éducateurs, c’est contre toute forme d’intolérance et de racisme qu’il entend lutter.

 

 

La Maison est dédiée à la mémoire. 

 Elle est le lieu où ont vécu les enfants et leurs éducateurs pendant près d’un an. Plutôt qu’une reconstitution, la muséographie privilégie une évocation de l’atmosphère de l’époque de la colonie et de la présence disparue des enfants. 

 La Maison esquisse ainsi le quotidien de la vie des enfants. Une signalétique discrète indique l’usage de chaque pièce ; des lettres et des dessins des enfants sont exposés dans le réfectoire ; le portrait de chaque enfant arrêté le 6 avril 1944 figure dans les dortoirs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 

christineb  le 08-01-2016 à 21:25:15  #   (site)

Une visite sûrement émouvante. C'est important de savoir ce qui s'est passé! J'aurais aussi aimé connaître les réactions de ces lycéens.

 
 
posté le lundi 04 janvier 2016

le 02 janvier 2016 : Conférence-débat sur le thème : « Solidarité et récompense divine » par Abdessamad Merimi (Imam de la Mosquée

 

 

Conférence-débat sur le thème : « Solidarité et récompense divine »

par Abdessamad Merimi (Imam de la Mosquée d'Athis-Mons),

Dans le cadre de l'opération chaleur d'hiver avec

Human Relief Foundation, en partenariat avec la

Mosquée Assalam et le Centre Culturel Abdullah Al Darwish de Nantes

(Loire Atlantique) Rue Rosa Parks

 

 

A son évident mérite, Nantes intègre au cœur de son prestigieux patrimoine, la plus spacieuse mosquée du grand ouest, la mosquée Assalam et son centre culturel Abdullah Al Darwish.

Cet édifice majestueux, d’une conception architecturale admirablement fondée sur le respect de son environnement et de son immersion dans l’urbanité de notre métropole, inspire sans complexe la résurgente mémoire du fameux traité de la tolérance et de la liberté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Ceux qui dépensent leur biens dans le sentier d'Allah ressemblent à un grain d'où naissent 7 épis, à 100 grains l'épi. Car Allah multiplie la récompense à qui Il veut et la grâce d'Allah est immense, et Il est Omniscient" S2 V261

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8200€ ont été collectés ce samedi 02 janvier 2016 à la Mosquée Assalam de Nantes en partenariat avec la Mosquée Al Houda et HRF Secours Humanitaire pour le soutien de l’opération Chaleur d’Hiver au profit des réfugiés Syriens en Irak.

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 27 décembre 2015

le 27 décembre 2015 : Conférence-débat sur le thème : « Rohingyas de Birmanie (un) certain avenir » par Nourredine Errais (Cofond

 

 

Conférence-débat sur le thème : « Rohingyas de Birmanie (un) certain avenir » par Nourredine Errais (Cofondateur et Président du Collectif HAMEB association humanitaire créée pour venir en aide à la minorité musulmane des Rohingyas de Birmanie persécutée ) oragnisé par l'Union des Jeunes Musulmans

au Centre Tawihd 8 rue Notre Dame à Lyon 6 ème

 

 

 

 

Récitation coranique : Sourate El Hadj. 

 

 

  D’où viennent les Rohingya ?

Entre 800 000 et 1,3 million de Rohingya vivent actuellement dans l’Etat de l’Arakan, à l’ouest de la Birmanie. Un pays dont 80 à 90 % des 51 millions d’habitants sont bouddhistes.

certains historiens considèrent que les Rohingya descendent de commerçants et de soldats arabes, mongols, turcs ou bengalis convertis à l’islam au XVe siècle.

 

 

Dans le pays, l’origine même du nom de Rohingya est controversée. Les historiens birmans soutiennent que personne n’en avait entendu parler avant les années 1950. Ceux-ci renforcent la position du gouvernement qui estime que les Rohingya sont arrivés au moment de la colonisation britannique à la fin du XIXe siècle et qu’ils sont donc des immigrés illégaux du Bangladesh voisin.

 

 

Apatrides depuis 1982 Une loi de 1982 instaurée par la dictature militaire a rendu les Rohingya apatrides. Ils n’ont pas été reconnus comme faisant partie des 135 ethnies répertoriées en Birmanie. Le gouvernement birman ne reconnaît en effet que les « races nationales », celles présentes dans le pays avant l’arrivée des colons britanniques en 1823.

 

 

Sous pression des pays occidentaux et de l’ONU, le gouvernement birman a accepté avec réticence, fin 2014, le principe d’un « plan d’action » consistant à laisser la possibilité à ces résidents sans citoyenneté de demander leur régularisation. Les Rohingya voulant faire cette démarche sont cependant contraints de se déclarer comme « Bengalis » auprès de l’administration et donc de reconnaître être des immigrés illégaux.

En mars, le gouvernement a révoqué les cartes d’identité temporaires accordées jusqu’alors à des centaines de milliers de membres de la minorité musulmane, les privant du droit de vote pour les élections législatives du 8 novembre.

 

 

 

Massacre qui dure depuis plus de 30 ans,  mais ce n'est que depuis 2012,  que nous avons pris conscience de ces massacres.  La communauté musulmane ne savait ce qu'il se passait dans cette région.  Rassemblement  très important en 2014 au niveau mondial.  Axe humanitaire très important en 2013 avec Baraka City. Actions permanentes et actions ponctuelles.  Construction d'un hôpital en Malaisie.  Le Bangladesh, pays voisin,  vit dans une pauvreté absolue.  Physiquement,  le Rohingyas,  ressemble au Bengali. 

Beaucoup de réfugiés Rohingyas fuient la Birmanie pour aller au Bangladesh.  

 

 

Cela fait plus de 10 siècles que les musulmans Rohingyas vivent en Birmanie. Ne sont pas reconnus par l'état de Birmanie , sont considérés comme des étrangers.  

 

 

1948 : Création de l'état de Birmanie indépendante. U Nu devient le premier ministre.  
1962 : Le général Ne Win renverse le gouvernement de U Nu.
1982 : Mise en place de la loi relative à la citoyenneté birmane. 

 

 

Dans les années 1980,  lorsque les talibans ont détruit les statues relatives au bouddhisme, 

le gouvernement de Birmanie s'en est pris à la communauté musulmane des Rohingyas.  Actuellement, c'est un génocide,  ou un nettoyage ethnique.  

 

 

Ne pas hésiter à parler de la cause de la communauté musulmane des Rohingyas en Birmanie sur les réseaux sociaux. 

 

 

Le bengali profite de la cause des Rohingyas pour avoir des papiers en bonne et du forme. 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article