Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le dimanche 07 février 2016

le 06 février 2016 : Repas interconfessionnel avec l'association AMEA à l'Horme (Loire)

 

 

 Voici votre ticket du repas interconfessionnel. Veuillez présenter ce ticket à l'entrée,

à imprimer ou à présenter directement sur votre téléphone.

Retenez bien votre numéro de ticket.

Salle Pian di Sco
22 route des côtes
à l'Horme ( Loire)

 

 

L'Association Musulmane El Andalous 

 

 

 

 

 

 les acteurs du dîner interconfessionnel d'AMEA

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

 Mouloud l'annimateur de la soirée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Sabrina

 

 

Sabrina

 

 

Père Bruno Cornier

(Curé de Saint Chamond)

 

 

 Père Bruno Cornier 

(Curé de Saint Chamond)

 

 

 Père Bruno Cornier 

(Curé de Saint Chamond)

 

 

 

 

 

 

 

 un mézzé de caviar d'aubergine 

 

 

 du riz boulettes

 

 

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

 Père Bruno Cornier 

(Curé de Saint Chamond)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Solange  Berlier

(Vice-présidente déléguée à l'enfance, à la famille, ancienne Maire de l'Horme)

 

 

 Solange  Berlier 

(Vice-présidente déléguée à l'enfance, à la famille, ancienne Maire de l'Horme)

 

 

 Solange  Berlier 

(Vice-présidente déléguée à l'enfance, à la famille, ancienne Maire de l'Horme)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le quizz de la signification des prénoms

 

 

 

 

 un excellent amateur chantant du Luciano Pavarotti

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 Père Sami Nehme (prêtre)

 

 

 Père Sami Nehme (prêtre)

 

 

 Père Sami Nehme (prêtre)

 

 

Abdallah Haloui

(imam de la mosquée de St Etienne-Bellevue et Membre du Collectif des Associations Musulmanes de la Loire) 

 

 

 Abdallah Haloui 

(imam de la mosquée de St Etienne-Bellevue et Membre du Collectif des Associations Musulmanes de la Loire) 

 

 

Abdallah Haloui 

(imam de la mosquée de St Etienne-Bellevue et Membre du Collectif des Associations Musulmanes de la Loire) 

  

 

 

 

 Abdelwahab Bakli,

(membre du bureau national de l'UOIF)

 

 

 Abdelwahab Bakli,

(membre du bureau national de l'UOIF)

 

 

 Abdelwahab Bakli,

(membre du bureau national de l'UOIF)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Père Bruno Cornier

(Curé de Saint Chamond)

 

 

  Père Bruno Cornier 

(Curé de Saint Chamond)

 

 

 Aissa Gueriani

(Vice-président du Centre Culturel Musulman de Saint-Chamond)

 

 

 Aissa Gueriani

(Vice-président du Centre Culturel Musulman de Saint-Chamond)

 

 

 

 

 Mehdi

 

 

 Mehdi

 

 

 

 

 

 

 le président Mourad Assaoui et l'animateur Mouloud 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le vendredi 05 février 2016

le 04 février 2016 : Représentation de la pièce de théâtre : "Ces mots pour sépulture" de Benjamin Orenstein à la Salle Rameaux

 

 

Représentation de la pièce de théâtre « Ces Mots pour Sépulture » de Benjamin Orenstein à la Salle Rameau à Lyon 1er 

 

 

Benjamin Orenstein naît le 15 septembre 1926. Issu d’une famille juive polonaise, Benjamin est le cadet d’une d’une famille de cinq enfants (quatre garçons et une fille). Il grandit dans son village natal, Annopol, situé à 70 km de Lubin. Modeste commerçant, son père est un membre actif et respecté de la communauté juive du village.

Dès août 1939, face aux premières réquisitions de l’armée polonaise et à l’avancée allemande, la famille Orenstein quitte Annopol. Bien vite, n’ayant nulle part où aller, elle rentre et trouve son village occupé par les soldats allemands. Si les relations avec les troupes de la Wehrmacht sont relativement correctes, la situation change radicalement lorsqu’au début 1940, les soldats sont remplacées par les SS. Un « conseil des Juifs » est mis en place au sein du village : il doit fournir aux nazis main-d’oeuvre et marchandises. Désormais, les Juifs ont obligation de porter un brassard blanc imprimé d’une étoile de David et interdiction de sortir du village sans un laissez-passer visé par les autorités allemandes. Vexations, rafles et exécutions sont quotidiennes.

Alors âgé de treize ans, Benjamin Orenstein parvient à se soustraire à l’obligation du port du brassard, jouant de son apparence physique. Cette relative liberté lui permet de poursuivre au ralenti le commerce de son père. Trop jeune pour être raflé et astreint au travail, comme beaucoup d’enfants de son âge, il s’occupe à différentes tâches afin d’aider sa famille.
Au printemps 1941, son père est arrêté et envoyé au camp de
 travail d’Ieniszow. Conscient que ce dernier ne survivra pas aux conditions de travail éprouvantes et ses trois frères travaillant déjà, Benjamin prend sa place. Il parvient rapidement à s’évader et rejoint son village sans être inquiété (du fait de son âge, il n’est pas inscrit sur le registre des détenus du camp). Quelques jours après son retour, son frère Léon est à son tour interné dans un camp pour Juifs à Janow. Dans un contexte de plus en plus difficile où les arrestations de Juifs se multiplient et où la nourriture vient à manquer, Benjamin quitte sa famille pour travailler chez des paysans du village voisin.

Le 13 octobre 1942, au cours de la rafle totale du village d’Annopol, Benjamin et ses frères sont emmenés au camp de Rachow où ils sont affectés à des travaux agricoles. Ses parents et sa soeur sont, quant à eux, déportés. Il apprendra plus tard qu’ils furent tous les trois gazés à Belzec. Courant 1943, il est désigné, avec l’un de ses frères, pour rejoindre le camp de Budzin, où ils travaillent dans une usine d’aviation pour les nazis. Quelques mois plus tard, son frère est renvoyé à Rachow. Malgré cette séparation douloureuse, Benjamin a la chance (comme il le dit lui-même) d’être affecté à des postes de travail qui lui permettent de sortir du camp et de se procurer de la nourriture. 
En novembre 1943, il apprend que tous les détenus de Rachow, dont faisait partie ses trois frères, ont été exécutés. Il est désormais le seul survivant des sept membres de sa famille.

En mai 1944, alors que l’armée soviétique est toute proche de Budzin, Benjamin est transféré, avec cent cinquante autres détenus, au camp d’Ostrowiec. De là, il est déporté à Auschwitz. Après un trajet de plus de douze heures, il entre dans le camp le 4 août 1944. Dès son arrivée, un numéro de matricule (B 4416) est tatoué sur son bras. Le 8 août, il est de nouveau transféré, dans le camp de Furstengrube (camp satellite d’Auschwitz III, situé à une trentaine de km) où, avec les autres déportés, il travaille dans d’anciennes mines de charbon.

Le 13 janvier 1945, il connaît les « marches de la mort ». Le camp de Furstengrube est alors évacué : durant dix jours, encadrés par de jeunes SS, Benjamin et ses codétenus, très affaiblis, rejoignent à pied et dans le froid (température atteignant les – 20°) le camp de Dora. Souffrant d’une grave infection et de sévères engelures, il est contraint de gagner l’infirmerie où il est opéré deux fois de la jambe. C’est alité qu’il assiste à la libération du camp par les Américains, le 11 avril 1945.

Pris en charge par la Croix-Rouge, il est hospitalisé à l’hôpital de Thionville (France). Contacté par un de ses cousins habitant Lyon, il s’installe finalement en France en novembre 1951.

 

 

 

 

 

 

 Jean Dominique Durand (Adjoint délégué à la Mémoire et aux Anciens Combattants à la Mairie de Lyon),

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 02 février 2016

le 02 février 2016 : Conférence-débat sur le thème : « Libye 2011-2015 : de la révolution au chaos » par Jacques Fontaine, (agrégé

 

 

 Conférence-débat sur le thème : « Libye 2011-2015 : de la révolution au chaos »

par, Jacques Fontaine (agrégé de Géographie, maître de conférences

à l'Université de Franche-Comté,

et qui fut enseignant à l'Université de Constantine (Algérie),

 

 

 

 

 

 Gilbert Meynier est un historien français né en 1942 à Lyon. Il est actuellement professeur émérite à l’université Nancy II depuis 2002. C'est un spécialiste de l'histoire de l'Algérie.

 

  

 

 

 Jacques Fontaine (agrégé de Géographie, maître de conférences à l'Université de Franche-Comté, et qui fut enseignant à l'Université de Constantine (Algérie), s'est spécialisé dans les questions économiques, démographiques et géopolitiques des pays de Tamazgha. Il est l'auteur d'une thèse, puis d'une synthèse, consacrées à l'Algérie, et également d'articles portant sur ses thèmes de prédilection). A l'ENS Lyon Salle F105, parvis René Descartes à Lyon 7ème

 

 

 La Libye, ce pays immense mais majoritairement désertique et par conséquent peu peuplé, acteur central de la région du Maghreb dont il est le coeur, vit en 2011 son « printemps arabe ». En effet, du 15 février au 23 octobre 2011, la révolution enflamme le pays, conduisant à la mort son chef d’Etat, le colonel Kadhafi. Quelle est la situation du pays plus de quatre ans après cet épisode révolutionnaire ? Par comparaison avec le modèle de relative réussite tunisien, que peut-on encore espérer des promesses de la révolution libyenne ?

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 02 février 2016

le 02 février 2016 : Assemblée Générale de l'association Inter religieuse "Mains Ouvertes"

 

 

 

 

Une association déclarée doit régulièrement signaler à l'administration, dans les 3 mois, les changements liés à l'évolution de ses dirigeants ou des dirigeants de ses associations membres. 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article