Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le vendredi 19 février 2016

le 19 février 2016 : Cérémonies Commémoratives du centenaire de la Bataille de Verdun 1916-2016 à la Borne de Verdun place Carnot

 

 

 Cérémonies Commémoratives du centenaire de la Bataille de Verdun 1916-2016 à la Borne de Verdun place Carnot à Lyon 2 ème, en présence de

Robert Batailly (président de l'association "Ceux de Verdun",

Jean Dominique Durand (Maire adjoint chargé de la mémoire)

 

 

 

 

 

 

 

 Ce vendredi matin,  à 10h, Place Carnot à Lyon 2ème , Robert Batailly  'Président de l’association « Ceux de Verdun ») a souhaité avec  le Sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb,  représenté par son dynamique Adjoint en charge de la Mémoire Jean-Dominique Durand, faire mémoire aux vaillants soldats morts héroïquement à Verdun, ils ont levé les couleurs pour rappeler la prise de décision du Président  Raymond Poincarré à l’Elysée pour préparer la  défense la ville de Verdun.

 

 

 

Plusieurs personnalités ont répondu à l’invitation de Robert Batailly, Philippe Rivé (Directeur Général de l’ONAC , représentait. Michel Delpuech, (Préfet du Rhône et de la Région Rhône-Alpes-Auvergne,)  le Colonel Plat qui représentait le Gouverneur Militaire de Lyon Général des Corps d’Armées Pierre Chavancy, Ulysse (Président  de la légion d’honneur), ULRICH (Président de l’Ordre du Mérite),  MUDLER, (Président de la Fédération des Anciens Combattants),  VESIO, (Représentant des Anciens Combattants Italiens, LAROCHE (Président du  Diplôme de la Légion  d’honneur Pour Péril de leur vie=, Armand WALLERICH  (Président  des Anciens combattants d’Indochine), le Colonel Bizet  (Secrétaire Général de la Légion d’Honneur). Denis Broliquier (Maire du 2e), en voyage en Asie avec ses étudiants de l’Ecole de Commerce de l’IDRAC était représenté par son fidèle Adjoint au maire en charge de l’Histoire , de la Vie Economique et Sociale François Royer. 

 

 

 

 

 

 

 Michel Reynaud a apporté un coffret de terre  qu’il a prélevé à Verdun. 

Cette terre sera versée à la Borne de Verdun le 29 mai 2016

lors de la commémoration du Centenaire de la bataille de Verdun

 

Francois Royer

(Conseiller du 2ème arrondissement Délégué à la Vie économique et sociale, à l’Histoire et à la mémoire)

a invité 

 Jean-Dominique Durand (adjoint au maire de Lyon chargé du Patrimoine, de la Mémoire et des Anciens Combattants)

 à l’accompagner lors du dépôt de gerbe.

J’ai beaucoup apprécié ce geste où des élus de l’opposition et de la majorité montrent un

bon exemple du vivre et du faire ensemble

 

 

 

 

 L’objectif de cette commémoration  d’après Robert Batailly est de marquer le début de la bataille de Verdun car il y a Cent ans  le Général Joffre  Chef d’Etat  Major Général, Georges  Clémenceau  Président de la Commission Sénatoriale des Armées et le Président de la République Poincarré  décidaient à l’Elysée que la route départementale Bar le Duc à Verdun serait interdite à tout trafic civil et réservée exclusivement aux convois militaires.

Cette route départementale allait devenir « La voie sacrée » pour empêcher les Allemands de s’emparer de Verdun.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Guilès est venu de Pusignan, Eminé, Cansel et Ebru sont venues de Décines et de Meyzieu.  Ces jeunes sont scolarisés au Lycée des Métiers JAPY et participent au Concours : « Raconte-moi ton quartier pendant la Première Guerre mondiale ».

Ils travaillent sur le 6e arrondissement.

Une autre classe travaillent sur le 2e arrondissement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le discours de Robert Battailly, ce fut le tour de M. Jean-Dominique Durand de rappeler cette mémoire commune à laquelle nous devons tous  nous associer pour ne pas oublier le sacrifice de ses vaillants soldats, puis il a porté à la connaissance des personnalités et de l’assistance présentes La date du 25 mai  a été choisie au niveau national pour  faire mémoire de la bataille de Verdun.  Et que cette commémoration aura lieu le 25 mai Place  Carnot, organisée par « Ceux de  Verdun » et  en novembre, Place Bellecour  organisée par la Ville de Lyon.  Puis un élève du collège Jeanne d’Arc a levé le drapeau en mettant en pratique  les explications du Colonel Plat. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis Jean Dominique Durand a donné la parole à Yasmine Nehdi, élève de CAP ECMS au Lycée des Métiers JAPY qui a lu la lettre d’un soldat  à ses enfants.
Lettre de Lazare Silbernmnn à ses enfants lue par Yasmine Naehdi, ce matin :

 

Mes chers petits enfants,

J’ai une suprême recommandation à vous faire. Aujourd’hui, vous êtes petits ;demain vous serez grands. Prenez en considération ce que je vous écris. Respectez votre maman ;obéissez lui sans cesse car c’est elle qui a la lourde charge de la mère et du père… 


Prenez l’exemple de nous. Aimez-vous,soyez loyaux et honnêtes, et vous serez heureux en ayant votre conscience tranquille. C’est à toi, Rosette ,ma chère enfant, de donner l’exemple à Ernestine ta petite sœur et à Jean et Charles tes petits frères pour que vous preniez tous le bon chemin.


Soyez tous bons enfants. […] Que mes larmes que je verse en faisant cette lettre vous inspire de faire tout ce que je voudrais et que vous deveniez tout ce que je vous souhaite.


Gardez précieusement cette lettre ;souvenez vous de votre malheureux père et suivez ses conseils.


Lazare Silbermann

P.-S. : Surtout respectez votre maman. Evitez-lui tout chagrin qu’il pourra lui se présenter. Adoucissez-lui sa vie et faites-lui oublier tout ce qu’il pourra se présenter comme amertume dans la vie».


 

 

 

 

 Yasmine qui habite à  Villefranche su Saône est venue exprès 

dès 9h pour rendre hommage aux soldats morts pour la patrie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Delphine Baya et  Lixing Zhou

 


le Colonel Roland Minodier  (Président du Comité de la Légion d'Honneur) 

et Lixing Zhou

 

 

 

 


 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 07 février 2016

le 07 février 2016 : Commémoration du 73 ème anniversaire de la  Rafle de la rue Sainte Catherine à Lyon le 9 février 1943

 

 

 Chaque année , à LYON , une cérémonie est organisée à la mémoire des juifs raflés par la gestapo le 9 février 1943 ; ce jour là , le siège de l'UGIF (Union Générale des Israélites de France) 12 , rue Ste Catherine a fait l'objet d'une descente de la gestapo aux ordres de Klaus Barbie. L'UGIF était un organisme créé par Pétain et imposé par l'occupant et le gouvernement de Vichy pour assurer la représentation de tous les juifs de france auprès des pouvoirs publics et des autorités d'occupation L'UGIF regroupait les activités de plusieurs associations d'aides aux réfugiés : OSE (Oeuvre de secours aux enfants) , CAR (Comité d'Assistance aux Réfugiés) , FSJF (Fédération des Sociétés Juives de France) . Ces associations indépendantes , quant à leur fonctionnement se consacraient à la distribution de subsides aux nombreux juifs étrangers nécessiteux ainsi qu'à l'établissement de fausses identités ,aux filières d'évasions vers la Suisse ou au placement de juif en danger chez des non-juifs sympathisants.

La gestapo organisa une descente sur le local de la rue Ste Catherine suivie d'une souricière pour ramasser le maximum de personnes , employés ou cadres de ce bureau d'assistance et des personnes qui s'y présentaient.

86 personnes furent raflées , deux d'entre elles s'échappérent avant le transfert 84 furent transférées à Drancy et 78 furent déportées à Auschwitz ; Il n'y eu que 3 survivants . Cette rafle a eu pour conséquence l'arrêt de l'activité de la direction Lyonnaise de l'association et le ralentissement de celles des autres services sociaux . L'UGIF créa par la suite une autre délégation régionale 9 ,rue de l'Hôtel de Ville pour répondre aux besoins de la population juive.

Cette rafle fut retenue parmi les 17 chefs d'accusation dans le procés de Barbie comme crime contre l'humanité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Nathan Amouyal 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Allocution de

 

 

Nathalie Perrin-Gilbert

 

 

 (Maire du 1 er Arrondissement de Lyon)

 

 

  Allocution de

 

 

 Nicole Bornstein 

 

 

 (Présidente du Crif Rhône-Alpes)

 

 

 

 

 Allocution de

  

 

 Serge Klarsfeld

 

 

(écrivain, historien et avocat de la cause des déportés juifs en France)

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 07 février 2016

le 06 février 2016 : Repas interconfessionnel avec l'association AMEA à l'Horme (Loire)

 

 

 Voici votre ticket du repas interconfessionnel. Veuillez présenter ce ticket à l'entrée,

à imprimer ou à présenter directement sur votre téléphone.

Retenez bien votre numéro de ticket.

Salle Pian di Sco
22 route des côtes
à l'Horme ( Loire)

 

 

L'Association Musulmane El Andalous 

 

 

 

 

 

 les acteurs du dîner interconfessionnel d'AMEA

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

 Mouloud l'annimateur de la soirée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Sabrina

 

 

Sabrina

 

 

Père Bruno Cornier

(Curé de Saint Chamond)

 

 

 Père Bruno Cornier 

(Curé de Saint Chamond)

 

 

 Père Bruno Cornier 

(Curé de Saint Chamond)

 

 

 

 

 

 

 

 un mézzé de caviar d'aubergine 

 

 

 du riz boulettes

 

 

 

 

  Cheikh Omar Belbouab

(Imam de de la Mosquée Attaqwa de Saint Chamond)

 

 

 Père Bruno Cornier 

(Curé de Saint Chamond)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Solange  Berlier

(Vice-présidente déléguée à l'enfance, à la famille, ancienne Maire de l'Horme)

 

 

 Solange  Berlier 

(Vice-présidente déléguée à l'enfance, à la famille, ancienne Maire de l'Horme)

 

 

 Solange  Berlier 

(Vice-présidente déléguée à l'enfance, à la famille, ancienne Maire de l'Horme)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le quizz de la signification des prénoms

 

 

 

 

 un excellent amateur chantant du Luciano Pavarotti

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 Père Sami Nehme (prêtre)

 

 

 Père Sami Nehme (prêtre)

 

 

 Père Sami Nehme (prêtre)

 

 

Abdallah Haloui

(imam de la mosquée de St Etienne-Bellevue et Membre du Collectif des Associations Musulmanes de la Loire) 

 

 

 Abdallah Haloui 

(imam de la mosquée de St Etienne-Bellevue et Membre du Collectif des Associations Musulmanes de la Loire) 

 

 

Abdallah Haloui 

(imam de la mosquée de St Etienne-Bellevue et Membre du Collectif des Associations Musulmanes de la Loire) 

  

 

 

 

 Abdelwahab Bakli,

(membre du bureau national de l'UOIF)

 

 

 Abdelwahab Bakli,

(membre du bureau national de l'UOIF)

 

 

 Abdelwahab Bakli,

(membre du bureau national de l'UOIF)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Père Bruno Cornier

(Curé de Saint Chamond)

 

 

  Père Bruno Cornier 

(Curé de Saint Chamond)

 

 

 Aissa Gueriani

(Vice-président du Centre Culturel Musulman de Saint-Chamond)

 

 

 Aissa Gueriani

(Vice-président du Centre Culturel Musulman de Saint-Chamond)

 

 

 

 

 Mehdi

 

 

 Mehdi

 

 

 

 

 

 

 le président Mourad Assaoui et l'animateur Mouloud 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le vendredi 05 février 2016

le 04 février 2016 : Représentation de la pièce de théâtre : "Ces mots pour sépulture" de Benjamin Orenstein à la Salle Rameaux

 

 

Représentation de la pièce de théâtre « Ces Mots pour Sépulture » de Benjamin Orenstein à la Salle Rameau à Lyon 1er 

 

 

Benjamin Orenstein naît le 15 septembre 1926. Issu d’une famille juive polonaise, Benjamin est le cadet d’une d’une famille de cinq enfants (quatre garçons et une fille). Il grandit dans son village natal, Annopol, situé à 70 km de Lubin. Modeste commerçant, son père est un membre actif et respecté de la communauté juive du village.

Dès août 1939, face aux premières réquisitions de l’armée polonaise et à l’avancée allemande, la famille Orenstein quitte Annopol. Bien vite, n’ayant nulle part où aller, elle rentre et trouve son village occupé par les soldats allemands. Si les relations avec les troupes de la Wehrmacht sont relativement correctes, la situation change radicalement lorsqu’au début 1940, les soldats sont remplacées par les SS. Un « conseil des Juifs » est mis en place au sein du village : il doit fournir aux nazis main-d’oeuvre et marchandises. Désormais, les Juifs ont obligation de porter un brassard blanc imprimé d’une étoile de David et interdiction de sortir du village sans un laissez-passer visé par les autorités allemandes. Vexations, rafles et exécutions sont quotidiennes.

Alors âgé de treize ans, Benjamin Orenstein parvient à se soustraire à l’obligation du port du brassard, jouant de son apparence physique. Cette relative liberté lui permet de poursuivre au ralenti le commerce de son père. Trop jeune pour être raflé et astreint au travail, comme beaucoup d’enfants de son âge, il s’occupe à différentes tâches afin d’aider sa famille.
Au printemps 1941, son père est arrêté et envoyé au camp de
 travail d’Ieniszow. Conscient que ce dernier ne survivra pas aux conditions de travail éprouvantes et ses trois frères travaillant déjà, Benjamin prend sa place. Il parvient rapidement à s’évader et rejoint son village sans être inquiété (du fait de son âge, il n’est pas inscrit sur le registre des détenus du camp). Quelques jours après son retour, son frère Léon est à son tour interné dans un camp pour Juifs à Janow. Dans un contexte de plus en plus difficile où les arrestations de Juifs se multiplient et où la nourriture vient à manquer, Benjamin quitte sa famille pour travailler chez des paysans du village voisin.

Le 13 octobre 1942, au cours de la rafle totale du village d’Annopol, Benjamin et ses frères sont emmenés au camp de Rachow où ils sont affectés à des travaux agricoles. Ses parents et sa soeur sont, quant à eux, déportés. Il apprendra plus tard qu’ils furent tous les trois gazés à Belzec. Courant 1943, il est désigné, avec l’un de ses frères, pour rejoindre le camp de Budzin, où ils travaillent dans une usine d’aviation pour les nazis. Quelques mois plus tard, son frère est renvoyé à Rachow. Malgré cette séparation douloureuse, Benjamin a la chance (comme il le dit lui-même) d’être affecté à des postes de travail qui lui permettent de sortir du camp et de se procurer de la nourriture. 
En novembre 1943, il apprend que tous les détenus de Rachow, dont faisait partie ses trois frères, ont été exécutés. Il est désormais le seul survivant des sept membres de sa famille.

En mai 1944, alors que l’armée soviétique est toute proche de Budzin, Benjamin est transféré, avec cent cinquante autres détenus, au camp d’Ostrowiec. De là, il est déporté à Auschwitz. Après un trajet de plus de douze heures, il entre dans le camp le 4 août 1944. Dès son arrivée, un numéro de matricule (B 4416) est tatoué sur son bras. Le 8 août, il est de nouveau transféré, dans le camp de Furstengrube (camp satellite d’Auschwitz III, situé à une trentaine de km) où, avec les autres déportés, il travaille dans d’anciennes mines de charbon.

Le 13 janvier 1945, il connaît les « marches de la mort ». Le camp de Furstengrube est alors évacué : durant dix jours, encadrés par de jeunes SS, Benjamin et ses codétenus, très affaiblis, rejoignent à pied et dans le froid (température atteignant les – 20°) le camp de Dora. Souffrant d’une grave infection et de sévères engelures, il est contraint de gagner l’infirmerie où il est opéré deux fois de la jambe. C’est alité qu’il assiste à la libération du camp par les Américains, le 11 avril 1945.

Pris en charge par la Croix-Rouge, il est hospitalisé à l’hôpital de Thionville (France). Contacté par un de ses cousins habitant Lyon, il s’installe finalement en France en novembre 1951.

 

 

 

 

 

 

 Jean Dominique Durand (Adjoint délégué à la Mémoire et aux Anciens Combattants à la Mairie de Lyon),

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article