Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le dimanche 06 mars 2016

le 06 mars 2016 : Conférence-débat avec Nabil Ennasri sur le thème : "Islam 2016 : Etats des lieux" au Centre Shatibi à Lyon 6 ème

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Diplômé de cet IEP en 2006, Nabil Ennasri a effectué son mémoire de Master II sur la vision des étudiants qataris envers les paradoxes de la politique étrangère de leur pays. Aujourd’hui il est doctorant à l'Institut d’Études Politiques (IEP) d'Aix-en-Provence. Son sujet de thèse porte sur la politique étrangère du Qatar. Il doit sa compréhension du Qatar aux nombreux séjours qu’il y a fait pour stage de langue, enquête de terrain, participation à des colloques etc.Il occupe par ailleurs la fonction de président du Collectif des Musulmans de France (CMF). :

  

 

 

 

 

 

 

 

 "État des lieux de l'islam en France".  Projection sur les 10 ou 25 prochaines années à venir.  Malheureusement,  les attentats en France en 2015.  Panorama historique,  le radicalisme violent. 

 

20 mars 2003,  les États Unis envahissent l'Irak, pays souverain.  Accuse de prétendu armes de destruction massives.  Insurrection les sunnites irakiens. 
Jean Pierre Filliu (conférencier).  Nous avons payé à Paris la facture des américains.  

 

 

 Dans les premiers mois de la révolte,  les gens voudront se défendre contre l'armée loyaliste. Phénomène dans la region, via les réseaux sociaux.  Les filières se mettent en place, Ingérences étrangères, face aux massacres de Homs. 

 

 

 Naissance de Daech,  supprimant les frontières entre entre l'Irak et la Syrie.  Nous sommes en 2013.  Rétablissement du califat islamique le 29 juin 2014.  Beaucoup de jeunes français font allégeance a ce prétendu califat.  

 

 

Les jeunes de France,  principalement dans les banlieues,  quittent le système scolaire. En échec scolaire Rapport dd de l'institut Montaigne.  Ces jeunes tombent dans la délinquance et se radicalisent. Toute cette violence est canalisée

La France est un pays de la colonisation.  Divorce et desamour avec les valeurs de la République française.  Vont aller sur internet,  avec des explications très superficielles, se radicaliser avec propagande qui vont les happer.  Avec une logique d'occupation occidentale vont happer ces jeunes gens. 

 

 

 Grosses erreurs en France,  bombardements des positions de Daech en Syrie et mise en place de l'état d'urgence. 

 Après les attentats du 13 novembre 2015,  51% des français éprouvent de la haine envers les musulmans.  Rétablir le juste milieu de la religion musulmane.  Nécessité pour chacun,  de s'informer et de donner une bonne perception de la vie du musulman.  Le

L'islam du juste milieu, c'est de comprendre les textes et prendre en compte le contexte.

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 06 mars 2016

le 06 mars 2016 : Colloque dur le thème : « La miséricorde » au Chatelard 41 Route du Bruissin à Francheville. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Interventions d Azzedine Gaci,  Nicole Fabre et René Pfertzel.  

 

 

 

 

 Mot d'accueil de Chantal Fraisse

 

 

 

 

 

 

 Modératrice Béatrice Soltner de RCF

 

 

 

 

 

 

 Nicole Fabre. Pasteure protestante. 

La miséricorde,  c'est une corde lancée à la misère.     La misère et la corde, l'évangile de Luc nous parle la tendresse et la bonté de Dieu.  Il a montré sa bonté.  Il a montré la bonté profonde pour guider nos pas sur les chemins de la Paix.  Bouleversement profond des valeurs.  C'est lié a la libération de toutes peurs.  C'est la prière centrale.  Prends pitié de nous.   C'est cette distance entre Dieu et nous.  C'est une émotion qui nous amène a une action.  Parler de la miséricorde,  c'est avoir la pitié de Dieu.  Et son regard est regard qui ne comprend pas,  sortir de l'idolâtrie.

 

 

 Heureusement Dieu est différent de moi.  La parabole du fils prodigue.  Les exégètes murmurent.  Il y a plus de joie pour un pêcheur qui se repent, que plusieurs qui n'ont pas besoin de repentance.   La miséricorde touche à ça.  Énormément devant ce Dieu qui est miséricorde.  Aller dire cet amour et cette tendresse au plus profond de ceux qui sont en détresse.  Celui qui est chargé de s'engager a ré-ouvrir ton avenir.  C'est une clé,  la miséricorde,  Dieu nous appelle a sortir de notre bulle,  au plus profond,  c'est ça qui nous transforme,  c'est cette tendresse de Dieu. 

 

 

 L'honneur de Dieu c'est ce qui est extrêmement capital,  se laisser pétrir par cette tendresse de Dieu.  Amour et résurrection sont très liés.  La miséricorde va loin,  au registre de la pitié,  de l'amour.  Nous sommes amenés a nous transformer par cette miséricorde. La perfection de Dieu n'est ce pas vouloir la vie de quiconque.  Parler de la miséricorde,  c'est parler d'une autre manière d'être au monde.  

 

 

 Azzedine Gaci,  iman et recteur de la mosquée Othmane de Villeurbanne.  

 

Il y a un verset plus miséricordieux qui dit : Sourate 39 versets 53 52
La miséricorde est au centre de notre vie.  La miséricorde est cité plus de 130 fois dans le Coran.   Rien ne lui ressemble, mais il voit tout,  entend tout,  il sait tout.  Dieu est multiple dans ses bienfaits.  Les 99 attributs de Dieu.  La miséricorde , le tout miséricordieux,  le très miséricordieux.  17 fois par jour.  Au nom de Dieu le tout miséricordieux, le très miséricordieux. 

 

 

 

 Ne pas oublier Dieu.  Souviens toi de moi dans la joie,  je me souviendrai de toi quand tu seras dans la peine.  Le désespoir n'a pas sa place dans le coeur du croyant.  N'est pas croyant celui qui désespère de la miséricorde de Dieu.  Dieu est pardonnant.  Il se peut que Dieu inscrive un pêcher en faisant naître un acte d'adoration qui td fera retourner vers Dieu.  La relation entrela foi et la miséricorde de Dieu.  Plus on croit,  plus on se rapproche de Dieu.  C'est une miséricorde qui s'étend à tous.  La miséricorde envers les parents,  c'est une dette qu'on ne pourra jamais rembourser.  Ceux qui ne font pas miséricorde,

 

 

 Dieu ne leur fera pas miséricorde.  Lien de tendresse et de miséricorde envers son conjoint.  La miséricorde envers les proches,  oncles,  tantes,  le même statut que ses propres parents.  Fais attention à tes parents.  La miséricorde envers les orphelins.  Le Prophète Mohamed ( sallala alleyi wa salem ) était né orphelin.  Tu veux voir ton coeur s'attendrir, fait miséricorde avec les orphelins,  envers tes voisins,  même la miséricorde envers les animaux.  En ces moments difficiles que nous traversons,  nous avons tous besoin de cette miséricorde de Dieu.  Soyez miséricordieux avec les gens d'ici bas. Dieu saura reconnaître la miséricorde.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 René Pfertzel.  Rabbin de la synagogue libérale Keren Or, 15 Rue Jules Valles à Villeurbanne.  

Si vous ne mettez pas de sens dans ce que vous faites,  il n'y aura pas "hagada".  Ce que dit la Bible dans la miséricorde divine. On parle des miséricordes. Dieu ne va pas nécessairement absoudre le fauteur,  mais peut être plusieurs générations après.  Dieu garde la fidélité pour des milliers.  Le mot El,  la racine est la même pour les musulmans,  qui désigne Dieu.  Nous sommes dans une théorie de punition repentance.  Pourquoi devons nous être responsable des pêchers de nos parents. 

 

 

La faute des parents sera reportée sur les enfants.  Chacun sera mis à mort pourson propre péché.  Vous êtes responsable de vos actes.  Est ce que la miséricorde divine est accordée automatiquement.  L'amour de Dieu se manifeste dans la miséricorde mais aussi dans la justice.  Dieu est un verbe : Être.  On parle du Dieu de justice.  L'attribut de compassion est dans le divin. Toutes les qualités divines doivent se retrouver dans l'être humain.  

 

 

 Et le jugement doit se retrouver dans la miséricorde. Confiance et foi,  c'est la même racine.  Dans la tradition biblique et la tradition talmudique,  ne juge pas quelqu'un avant d'avoir été à sa place.  Ne juge pas avant d'être à la place de quelqu'un.  La miséricorde exprime la justice.  La parcelle de divin que j'ai en moi,  je la transmets aux autres.  Il n'y a pas de pardon sans miséricorde.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 05 mars 2016

le 05 mars 2016 : Journée d'étude de l'ISERL sur le thème : "Islamophobie, le poids des mots, la réalité des maux" à l'ENS

 

 

 Islamophobie, le poids des mots, la réalité des maux

‘L’association Raja-Tikva a été sollicitée il y a quelques semaines par des associations lyonnaises initiatrices d’un projet de colloque sur l’islamophobie. Elle a souhaité en accompagner la préparation, en conditionnant sa participation à l’organisation préalable d’une journée d’étude qui se tiendrait sous l’égide de l’Institut supérieur d’étude des religions et de la laïcité.
 
Dans les débats qui traversent notre pays, les avis divergent sur le contenu à donner à la notion de laïcité : reflux du religieux dans la sphère privée ou bien gestion de l’exercice des libertés religieuses dans la sphère publique. De ce point de vue, le terme d’islamophobie est fortement contesté en ce qu’il substituerait au combat contre les discriminations vécues par les musulmans une censure de toute critique envers une religion et ceux qui s’en réclament.
 
Attachée au vivre-ensemble comme à la liberté de conscience, l’association Raja-Tikva s’est montrée partagée quant à la participation à cette démarche. Raja-Tikva est une association non confessionnelle, et le choix de son nom, association d’amitié arabo-juive en Rhône-Alpes, en témoigne. Le souhait de s’associer à la démarche d’associations dont certaines revendiquent une appartenance religieuse renvoie au fait que l’amitié que nous nous efforçons de promouvoir suppose avant tout une démarche de présence, de respect et d’écoute de l’autre. Cela suppose aussi un lieu neutre où la rencontre puisse se faire. En l’occurrence, l’accueil de l’ISERL a paru indispensable pour que cette journée d’étude se déroule dans un cadre pluraliste qui ne soit pas seulement celui du lieu de culte ou de l’association cultuelle, mais celui de l’université.
La journée d’étude du 5 mars ne peut en aucun cas être une tribune pour telle ou telle association. C’est une journée d’écoute et de dialogue dans un cercle relativement restreint, d’associations entre elles et d’associations avec des chercheurs. ‘
Journée organisée par l’Institut supérieur d’Étude des Religions et de la Laïcité (ISERL) et un collectif d’associations : Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), Conseil régional du culte musulman (CRCM), Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI), Coup de soleil Rhône-Alpes, ISM-Corum, la Ligue de l’enseignement, Organisation Racism Islamophobia Watch (ORIW), Participation et Spiritualité musulmane (PSM), Raja-Tikva, association d’amitié arabo-juive en Rhône- Alpes.
 
 Première partie : La réalité des maux

 

 Mot d’accueil par Frédéric Abécassis, ENS de Lyon

 

 

 

 

 

 Myriam Sabil, CCIF

 

 

 

 

 

 

 

 Jamilla Farah, CRI

 

 

 

 

 

 

 

 Bilal ORIW

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Keltoum Berrami,

psychothérapeute (Centre Interculturel Famille Couple Education de Villeurbanne)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Éric Cediey :

ISM Corum, La démonstration des discriminations par testing.

L’exemple de candidat-e-s supposés musulmans (et juifs) 

 

 

 

 

 

 

 Lila Charef,

CCIF : Du déni de l’islamophobie à sa reconnaissance

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 Deuxième partie : Le poids des mots

 

 

 (Modération: Khalid El Khadiri, PSM)

 

 

 

 

 

 

 Joël Roman :

philosophe, Commission : islam et laïcité, Ligue de l’Enseignement :

La laïcité contre l’islamophobie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Marie-Anne Matard- Bonucci :

université de Paris 8 :

Antisémitisme-Islamophobie ::enjeux et pertinence d’une comparaison

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Conclusions :Ali Mostfa, Université catholique de Lyon

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 

abdelmalik  le 07-03-2016 à 15:52:52  #   (site)

C'était effectivement très intéressant et passionnant avec des intervenants de grandes qualités.

édité le 07-03-2016 à 15:54:00

Halima Seynod  le 07-03-2016 à 01:47:51  #

Cela a du être très intéressant et enrichissant! Bravo!

 
 
posté le vendredi 04 mars 2016

le 04 mars 2016 : Journée de décryptage sur le thème : Les Ressources Naturelles au Maghreb : Les Dangers d'exploitation du gaz d

 

 

 Journée de décryptage sur le thème : Les Ressources Naturelles au Maghreb :

Les Dangers d'exploitation du gaz de schiste

à l’Ecole Normale Supérieure Lyon, Salle F05 15 parvis René Descartes Gerland

(Métro B, station Debourg)

 

 

 Cette journée donnera à comprendre les différents enjeux que représente le gaz de schiste dans les trois pays du Maghreb. Pour mieux comprendre les dangers que représenterait son exploitation, les différents intervenants apporteront des clés de lecture sur les interactions existantes entre la question des ressources naturelles et la protection de l’environnement, le développement économique, les populations locales et les relations internationales. Ce colloque a pour but de sensibiliser un maximum de personnes sur les dégâts écologiques que les forages pétroliers renforceraient. Chaque intervenant témoignera de la résistance locale à laquelle a pris part la population des régions concernées.

 

 

 

 Lahouari Addi,

(sociologue et enseignant-chercheur à l'Institut d'Études politiques de Lyon) 

 

 

 professeur de sociologie à l'Institut d'études politiques de Lyon (université Louis Lumière-Lyon 2), est chercheur au CERIEP (Centre d'études et de recherches de l'Institut d'études politiques) et au GREMMO (Groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient). Ancien enseignant-chercheur à l'Université d'Oran, il a été plusieurs fois professeur invité dans diverses universités américaines.

 

 

 

 

 

 

 Frédéric Abécassis.

(maître de conférences en histoire contemporaine à l'ENS de Lyon, spécialiste de l'Egypte et du Maghreb au XXe siècle).

 

 

 

 

 

 

Zaher Harir, président de FORSEM

 

 

 

 

 

 

 

 

 Michel Wilson,

(co-président de l'association Coup de Soleil Rhône-Alpes)

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Hocine Malti 

(ex-vice président de la Sonatrach)

 

 

 « Nous sommes les femmes du désert et nous possédons cette gestion ancestrale de la parcimonie, de l’eau particulièrement, car elle est un élément vital de notre vie dans le désert. Voici plus d’une année que nous combattons contre le développement d’un projet mortifère pour nous. Nous luttons contre la coalition d’intérêts puissants, ceux des multinationales pétrolières, nous luttons contre Halliburton, Total ou Schlumberger et nous luttons aussi contre des intérêts d’Etat. Dans cette lutte de David contre Goliath et pour mener notre combat, nous ne disposons que de nos voix pour clamer notre rejet d’une technique d’exploitation, qui a déjà causé d’énormes dégâts ailleurs sur la planète et contre laquelle d’autres peuples que le nôtre se sont déjà soulevés. Nous disposons également de nos bras pour soulever des banderoles et des calicots qui expriment notre colère. Nous disposons surtout de la force extraordinaire que représente la solidarité absolue qui prévaut au sein de la population de notre petite ville. Nous disposons enfin du soutien total de nos frères et sœurs de combat qui, en Algérie ou ailleurs dans le monde, affrontent le même danger. C’est de cette lutte, de cette solidarité, des journées et des nuits que nous avons passées sur Sahat Essoumoud, des moments de doute et de nos espoirs que je voudrais vous entretenir aujourd’hui. Ce sont tous ces moments et sentiments que je voudrais partager avec vous, tout comme je voudrais vous parler de notre résistance et vous dire enfin que je suis profondément convaincue que nos sacrifices n’auront pas été vains et que nous réussirons à vaincre les forces puissantes auxquelles nous faisons face. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Abdelkader Saadallah,

Consultant et Dr en Géosciences et Président et fondateur du GASS

(GeoAfricaSciences Society)

 

 

 Les réserves souterraines aquifères sahariennes menacées

 

 

 « Elles sont EPUISABLES, lentement renouvelables, avec une très faible recharge, telle est la réalité à ne pas se cacher derrière des chiffres gigantesques devenus contestables avec les progrès scientifiques et techniques qui nous obligent à reconsidérer les calculs anciens des années 1950. Elles sont aussi VULNERABLES, polluables, malgré leur isolement, car les pollutions ayant pénétré ne sortiront pas aisément. Elles constituent en premier lieu une ressource pour le développement local et durable des régions sahariennes et dont la gouvernance et la politique devraient être sous surveillance scientifique par des organismes indépendants et dans la plus grande transparence. Il s’agit du SASS (Système Aquifère du Sahara Septentrional) avec ses deux réservoirs : le Complexe Terminal (CT), et le Continental Intercalaire (CI), tels que les nomment les géoscientifiques, et que souvent on désigne par les eaux albiennes du Sahara. Le CI est constitué des formations du Crétacé inférieur (Barrémien, Aptien et Albien) ; alors que le Cénomanien argileux forme le toit sur lequel repose le CT formé par le Crétacé supérieur. (Sénonien de la stratigraphie saharienne) et le reste du Cénozoïque (Eocène, le Miocène et le Pliocène-Quartenaire). Depuis sa découverte avec les premiers forages pétroliers des années 1950, un mythe s’est créé dans l’imaginaire algérien, avec d’autres comme celui d’une richesse minière au Hoggar, basé sur ces réserves énormes et donc inépuisables. Les chiffres dans la littérature géoscientifique, surtout grand public, révèlent des chiffres allant de 30 000 à 66 000 milliards de m3 . Or cette réserve d’eau s’écoule lentement, elle est en bonne part fossile, les aquifères ont commencé à se charger au cours des périodes humides du quaternaire, soit vers -40 000 -10 000 ans. La recharge actuelle est réduite, estimée à quelques milliards (voire 1 milliard) de m3 /an, face au développement des besoins. Alors que les prélèvements d’eau prennent de plus en plus d’importance, 2-3 milliards de m3 , plus ceux transférés vers Tamanrasset (5-33 millions de m 3 /an), plus ceux inconnus des forages pétroliers, plus le projet de faire alimenter l’Atlas Saharien,… La pollution et la dégradation des aquifères par les accidents de forages pétroliers comme celui de Haoud Berkaoui (Ouargla), connu, sans parler de ceux qui sont maintenus dans le secret. Et maintenant pour les gaz de schistes ! Des prélèvements qui peuvent atteindre 20 000 m3 (20 millions de l.) par forage ! En plus de la pollution que la fracturation peut causer. Aussi, il faut au contraire se mettre dans notre imaginaire que ces aquifères sont EPUISABLES et VULNERABLES ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Mohamed Benata

Ingénieur agronome, Président de l’Espace de Solidarité et de Coopération de l’Oriental (ESCO), Coordinateur de l’Ecolo Plateforme du Maroc du Nord (ECOLOMAN)

 

 

 L'exploitation des huiles et gaz de schiste au Maroc

 

 

 Suite au développement de la technologie des forages horizontaux et à la fracturation hydrochimique, l’exploitation des gaz de schiste a connu, pendant cette dernière décennie, une grande expansion aux Etats Unis d’Amérique, au Canada, et dans certains pays d’Europe notamment l’Angleterre et la Pologne. Mais des voix d’opposition à cette industrie extrêmement polluante et dangereuse se sont élevées parmi les scientifiques, les universitaires et les collectifs citoyens aussi bien aux Etas Unis, au Canada, en Europe et au Maghreb. La résistance à cette industrie s’organise aussi bien au niveau de chaque localité qu’à l’échelon internationale comme c’est le cas de la réunion de St Christol-lez-Alès en France qui a groupé l’année passée, les représentants de plus de 25 pays Européens et Maghrébins. La résistance civile a été couronnée avec succès par l’adoption de Loi pour interdire la fracturation hydro-chimique dans certains pays comme la France, la Bulgarie, la Suisse, la Suède ou des moratoires comme le Département du Québec au Canada et l’Etat de New York au Etats Unis. Le Maroc, bien que doté d’un grand potentiel en énergie propre et renouvelable, est fortement lié à l’étranger pour importer des hydrocarbures pour subvenir à ses besoins énergétiques. Les énergies fossiles occupent un grande part dans son bouquet énergétique. Après les découvertes des grands bassins sédimentaires, le gouvernement marocain espère se lancer dans cette branche énergétique pour alléger la facture des importations et faire diversifier son mix énergétique. Pour faire face à la volonté politique du gouvernement marocain pour explorer et exploiter les gaz et les huiles de schiste, plusieurs évènements ont été organisés par notre association, l’Espace de Solidarité et de Coopération de l’Oriental (ESCO), en collaboration avec plusieurs Universités et des associations de la Société Civile Marocaine pour sensibiliser les citoyens, les élus locaux, les parlementaires et les décideurs sur les dangers réels que représentent l’exploitation des Gaz et des huiles de schistes sur l'environnement, les ressources en eau et la santé des populations. Cette communication se propose dans une première partie de décrire les deux faces de la politique énergétique du Maroc qui veut se faire passer pour un leader en matière des énergies renouvelables avec les grands chantiers en cours mais aussi une forte volonté de se lancer dans l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels.

 

 

 Sabrina Barka

 

 

 Le gaz de schiste en Tunisie

 

 

 « Depuis septembre 2012, le gouvernement tunisien a affiché sa volonté d’explorer et d’exploiter le gaz de schiste. D’après des experts américains, des milliards de m3 de pétrole et de gaz de schiste se trouveraient dans le sous-sol tunisien, de quoi tenir encore pendant des dizaines d’années. La stratégie énergétique de la Tunisie, à l’horizon 2030, prévoit en effet le recours aux hydrocarbures de schiste comme source énergétique afin de pallier au déclin du pétrole et du gaz naturel. Le discours officiel a, pendant un temps, présenté le gaz de schiste comme une richesse qui doperait l’économie, en augmentant la croissance, « en créant plus de 100.000 emplois » et en réduisant la dépendance énergétique du pays. Mais aujourd'hui, la question ne semble plus être à l'ordre du jour et le silence des autorités autour de la question ne laisse rien présager de bon. Des faisceaux de preuves laissent craindre que le terrain se prépare: un nouveau code des hydrocarbures est en gestation et les multinationales communiquent clairement sur leur intention d’accéder à cette ressource. Consciente de la gravité des conséquences environnementales, sanitaires et socio-économiques engendrées par l’industrie du gaz de schiste, la société civile tunisienne s’est mobilisée et a entrepris différentes actions militantes visant à sensibiliser non seulement le grand public, les universitaires mais aussi les décideurs. »

 

 

 

 

 Hocine Malti,

ex-vice président de la Sonatrach auteur de Histoire secrète du pétrole algérien

 

 

 Le gouvernement algérien vient d’annoncer qu’il renonçait provisoirement à l’exploitation du gaz de schiste. Il justifie cette décision par la chute des prix du pétrole qui ont rendu l’opération non rentable. Est-ce là l’unique, la vraie raison? Dans l’exposé qui suit, nous verrons que la situation est beaucoup plus complexe que cela. La résistance farouche de la population d’In Salah y est pour quelque chose, La consultation de celle d’Adrar est un autre élément important de cette décision, Les calculs des multinationales pétrolières ont également pesé dans la prise de position de l’Etat. Sans oublier les interventions étrangères, les relations américano-algériennes et celles avec l’Union Européenne. Que nous réserve l’avenir? L’exploitation du gaz de schiste est-elle pour autant définitivement condamnée en Algérie? Jusqu’à quand le gouvernement va-t-il résister à la tentation de reprendre la position qui était la sienne jusqu’à ce jour? »

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article