Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le dimanche 24 avril 2016

le 24 avril 2016 : Conférence débat sur le thème : « Réusir ses études et approfondir ses valeurs » par Anas Saghrouni (Président

 

 

 Conférence débat sur le thème : « Réusir ses études et approfondir ses valeurs »

par Anas Saghrouni (Président de l'EMF Etudiants Musulmans de France)

à la Maison des Syndicats 17 rue Georges Bizet à Valence,

avec l'Imaml Abdallah Deliouah (Imam de la Mosquée Al Fourquane de Valence)

et l'Association l'Ouverture de Valence ;

 

 

 Iqra,  lis au nom de ton seigneur qui t'as créé. Etre à la recherche de la science,  à la recherche du savoir. Je me rapproche de Dieu en étant à la recherche de la science,  je gagne des hassanates.

 

 

 En tant que musulmans,  nous devons encourager nos enfants à les pousser dans leurs études.

 

 

L'EMF, sert à aider les étudiants dans leurs études.

Nous avons le devoir de changer les mentalités et les préjugés.  

 

 

 

 

 Être actifs au sein du campus.  Autant transmettre les valeurs de l'islam dans les meilleures conditions. Donner une bonne image de l'islam.  La culture française est ma culture,  et nous devons transmettre ce message.

 

 

 Triple peine pour les musulmans, comme le dit Tarek Oubrou,  l'origine ethnique,  l'origine religieuse et l'origine sociale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 C'est au niveau de chacun qu'il faut surmonter ces handicaps. Nous devons inculquer aux populations musulmanes le désir d'apprendre et de réussite.  En plus de cela,  nous sommes des citoyens français,  c'est à dire que nous avons un contrat vis à vis de la société française.

 

 

 Pour montrer la force du contrat,  c'est de chercher le meilleur pour notre pays.  Demander à Dieu de nous faciliter notre travail,  donne moi un soutien de ma famille.

 

 

 Faciliter la notion de travail collectif.  Faire le travail en groupe.  L'engagement individuel ne va pas nous emmener très loin,  mais l'engagement collectif est beaucoup plus judicieux.

 

 

 Quand il s'agit de lutter contre l'islamophobie,  il faut être solidaire entre musulmans. 

Être en quête de sciences,  c'est sunna. 

 

 

 La quête de la science

 


Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Abou Darda (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit:
« Celui qui prend un chemin pour rechercher la science, Allah lui fait prendre par cela un chemin vers le paradis. Certes les anges étendent leurs ailes pour celui qui recherche la science et certes tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre demandent le pardon pour le savant même le poisson dans l'eau.
Le mérite du savant sur l'adorateur est comme le mérite de la lune par rapport aux autres astres.
Et certes les savants sont les héritiers des prophètes et les prophètes n'ont pas laissé comme héritage des dinar ou des dirham mais ils ont laissé la science, celui qui la prend aura prit une part importante »

(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sunnas n°2682 et authentifié par cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 24 avril 2016

le 23 avril 2016 : Conférence débat sur le thème : "L'importance de la Sunna" par l'Imam Abdallah Deliouah à la Mosquée Othmane à

 

 

 Conférence-débat sur le thème : « L'importance de la Sunna »

par l'Imam Abdallah Deliouah (Imam conférenceier de la Moquée Al Fourquanne de Valence)

à la Mosquée Othmane de Villeurbanne

 

 

 

 La mission du  Prophète ( sallala alleyi wa salem ) n'est pas seulement de transmettre le Coran,  mais aussi c'est de transmettre la sunna. Il parle de la révélation.  Ne pas confondre le Coran et la Sunna. Le dikr c'est aussi la Sunna. C'est expliquer. Prenez de moi,  prenez vos rites.  La Sunna est une source de la législation des 4 écoles coraniques de l'islam.  La Sunna verbale, les paroles du Prophète ( sallala alleyi wa salem ),  c'est ce qu'on appelle le hadith.  C'est une source de droit.  Quand elle concerne une source par rapport à la religion,  c'est une source de droit.  Quand il s'agit des choses de la vie quotidienne,  ne fait pas partie des sources de droit. 

Quand il y a une pratique,  c'est la Sunna de droit.

 

 

 

 Quand le Prophète ( sallala alleyi wa salem ) faisait naturellement,  ce n'est pas une obligation (s'habiller, marcher,   dormir ou manger).

Manger des dattes,  n'est pas une Sunna.  

Spécifiques au Prophète ( sallala alleyi wa salem ), le Coran fixe les règles.  Qui nous explique le Coran, c'est la Sunna. Le Prophète ( sallala alleyi wa salem ) est un législateur de la Sunna et de la révélation envoyé par Allah ( subhanallah wa ta allah ).  Les compagnons du Prophète ( sallala alleyi wa salem ) transmettaient les hadiths.

 

 

 

C'est une source de législation à partir de 2 compagnons.  Il y a la Sunna singulière,  transmise parun seul compagnon.  Ces hadiths de transmission, il faut qu'ils soient authentiques.  Il y a des hadiths qui ont été inventés. 

Les savants musulmans ont travaillé sur l'ensemble des hadiths. 

 

 

 

Le contenu du hadith de la chaîne de transmission,  doit être un hadith bon.  Faire attention aux hadiths inventés.  Ils sont conservés pour qu'on puisse les dénoncer.  Les plus grands savants de hadiths,  ne sont pas d'origine arabe. Quand ils transmettent quelques choses,  c'est que c'est fiables.  Il y a énormément de savants musulmans qui ont travaillé sur plus de 21000 hadiths. Le Coran,  c'est la parole de Dieu.  La Sunna,  c'est la parole du Prophète ( sallala alleyi wa salem ).  La Sunna est là pour comprendre le Coran.  Le Coran,  c'est la pratique,  la sunna est là pour expliciter le Coran. 

La Sunna,  donne la traduction du Coran.   

 

 

 

 3 types de dangers de la Sunna.  Ceux qui s'attaquent à la Sunna,  seront ceux qui s'attaqueront  au Coran.  Etre dans une compréhension très stricte du Coran.  Le Coran est consensuel,  il donne le sens général. L'interprétation est autorisée.  Le danger,  c'est de remettre en cause la Sunna du Prophète ( sallala alleyi wa salem ). 

 

 

 

 C'est une grande source de législation de la vie du musulman.  Quand il y a un hadith authentique,  il faut faire un effort pour le comprendre correctement.  Il ne faut pas reprendre le modèle d'y il ya 14 siècles.  Ne pas chercher des versets équivoques.  Allah ( subhanallah wa ta allah ) se charge de protéger le Coran.  Il y a plus de 25 chaînes de transmission du hadith et que les savants les préservent. 


 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 23 avril 2016

le 23 avril 2016 : Rencontre-débat sur le thème : "Ma route de Jérusalem, démarche interculturelle et intercultuelle" avec Michel

 

 

Rencontre-débat sur le thème : "Ma route de Jérusalem, démarche interculturelle et intercultuelle" Avec l'association Route de Jérusalem - Ecole de la paix, rencontre avec Michel Nodet, parti à pied vers Jérusalem l'été dernier et revenu en janvier. Son témoignage, à partir de nos questions aussi, suivi d’un échange et d’un buffet convivial.

 

 

La Route de Jérusalem : Un pari engagé pour une École de la paix 

 

 

 Question posée à de jeunes occidentaux :

- Nous voyons les bouleversements culturels (racismes…), économiques (chômage, paupérisation…), militaires (conflits armés…) affecter notre vie, être en partie à l’origine d’un sentiment d’impuissance, voire de désespérance.

 

 - Nous constatons souvent que la lutte des hommes et des peuples pour exister, se fait au détriment d’autrui (en s’assurant des territoires, des sécurités…)

 

 

 - N’y aurait-il pas alors une possibilité de lutter contre le caractère inéluctable de cette réalité et de faire que la rencontre humaine, la paix entre les peuples ne soient pas seulement une utopie ?

 

 

 Parti en juin 2015 de Vezelay.  La France,  l'Italie,  les Balkans,  la Bulgarie,  la Grèce,  la Turquie.  Après transfert en avion jusqu'en Israël.  A eu cette idée avec l'association les Fils D'Abraham.  Faire fructifier les valeurs culturelles.  A choisi de partir à pied et de vivre de l'hospitalité avec les gens.

 

 

 Aller à leur rencontre.  La crise économique, les arrivées des migrants.  Vivre de l'hospitalité,  c'est une expérience humaine et spirituelle. Estde confession chrétien orthodoxe.  

C'est se mettre en état de vulnérabilité très faible.  Avec un budget de 5 € par jour. 

Avec la foi,  on peut faire de très belles choses.  

 

 

 Une richesse du voyage,  faisait que la personne qui accueille,  créer du lien.  

Partir de la campagne du Vezelay, pour aller loin. 

La présence qui gêné,  crée du lien.  

 

 

Le chemin d'Assise, jusqu'à Turin.  Longer la plaine du Po.  L'Italie du nord.  Des petites communes sympathiques. Venise,  Trieste, l'Adriatique, la Croatie. Avec une France dechristianisee. Après,  la Bosnie,  Dubrovnik.  Sarajevo.  Culture à majorité musulmane.  Après est passé en Serbie, la Bulgarie,  c'est la douche froide,  des gens tristes et abbatus.  La Grèce,  Thessalonique, avec quelques souvenirs d'école. 

La Grèce à vécu des périodes d'occupation.  

 

 

Les jeunes vivent pleinement.  Détour au mont Athos.  Arrivé à Istanbul,  beaucoup de saleté,  mais une grande dignité. Istanbul est une ville de 50 kms de long.  L'Anatolie, Konia,  Antalia.  A pris un bateau pour aller en Crête.  A repris un avion pour aller à Istanbul et un autre pour aller à Tel Aviv. La Cisjordanie,  Jérusalem. 

 

 

 Le but était de rester pendant 6 mois. Le fait de demander l'hospitalité,  peut interroger,  peut poser des questions,  mais amène la confiance. La méfiance a des raisons d'être,  mais avoir un excès de méfiance ne mène à rien. 

Voir à quels points peuvent être mes limites.

 

 

 Dernier point, je me suis rendu compte qu'il y avait beaucoup de gens qui ne savent pas lire.  On n'a pas la même langue,  pas les mêmes expressions. 

Avec le regard, avec le toucher on peut créer un contact. 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le mercredi 20 avril 2016

le 20 avril 2016 : Signature de la  charte d'accompagnement de la rénovation des institutions représentatives du culte musulman da

 

 

 Signature de la  charte d'accompagnement de la rénovation des institutions représentatives du culte musulman dans le Rhône.

 

 

 10 points… Une charte, la promesse du préfet du Rhône Michel Delpuech est tenue. La "Charte d’accompagnement de la rénovation des institutions représentatives du culte musulman dans le Rhône", était signée ce mercredi par Michel Delpuech préfet du Rhône, Laïd Bendidi président du CRCM, Kamel Kabtane, Recteur de la Grande Mosquée de Lyon, à la préfecture du Rhône.

 

Dans le but de remettre la religion musulmane à sa juste place dans la République, le préfet du Rhône signe ce mercredi la charte et précise que cette dernière est "un texte qui rappelle l’importance du dialogue inter-religieux, du dialogue de confiance entre l’institution publique et les représentants religieux." L’ouverture est le maître mot de cette charte. Elle replace l’enfant et la femme au cœur de la vie religieuse et favorise l’ouverture de l’islam à la société ainsi qu’une plus grande ouverture de la société sur la religion musulmane. Celle-ci permet de donner plus de rigueur, mais aussi de la transparence quant à la gestion des associations. Pour Michel Delpuech : "c’est un barrage contre les barbares." Le préfet a aussi la volonté de permettre aux maires, qui signeront la charte, de pouvoir être présent dans les associations musulmanes, sans pour autant trop s’immiscer pour ne pas aller à l’encontre de la loi de 1905.

 

 

Michel DELPUECH,

Préfet de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Préfet du Rhône 

 

 

 Les dix points de la charte

  1. Création d’un conseil des imams du Rhône

  2. Inciter les mosquées à se doter de deux associations pour gérer les lieux de culte

  3. Revivifier le protocole d’accord quadripartite

  4. Inciter les mosquées à s’ouvrir davantage à la société

  5. Aider les recteurs et présidents de mosquées, souvent démunis et dépassés par les événements, à se structurer

  6. Promouvoir la rigueur de la gestion et la transparence financière

  7. Encadrer davantage les écoles de langue arabe et d’éducation islamique au sein des mosquées

  8. Développer les activités les loisirs et les rencontres

  9. Encourage les imams à s’investir dans le dialogue interreligieux et interculturel

  10. Donner toute leur place aux femmes dans l’organisations du culte musulman et la gestion des mosquées


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Laid BENDIDI,

Président du CRCM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kamel KABTANE,

Recteur de la Grande Mosquée de Lyon 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article