Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le jeudi 30 juin 2016

29 juin 2016 : "Iftars" rupture du jeûne dans les Mosquées.

 

 

 

 

 à la Mosquée Al Waritime à Chambéry

 

 

 à la Mosquée Es Salem 3 rue Carry à Lyon 3 ème 

 

 

 

 

 

 

 à la Mosquée El Mohsinine de Bourg En Bresse 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
à la Mosquée Nour de Bellevile sur Saône  

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le lundi 27 juin 2016

le 26 juin 2016 : Conférence sur le thème : "La Zakat, un remède contre l'endettement"; à PSM à Vénissieux


 

 

  
"La zakat, remède contre le surrendettement".  
par le Docteur Moshine Bouayad



 

Présentation par Abderrhamane Ait Rabah de Zakat France.

 



 

La zakat est le 3 ème pilier de l'islam pour purifier l'âme,  on a comparé la zakat à une aumône.  Il y a une grande différence entre l'obligation et non obligatoire.  Le terme zakat,  veut dire augmenter,  c'est une purification,  c'est une taxe,  un impôts à prélever sur ses biens.  Elle a une action spirituelle. 

La zakat est une taxe obligatoire purificatrice.

 

 

 Elle purifie l'âme de celui qui la donne.  3 choses font perdre l'homme,  l'avarice,  l'orgueil et la vanité. 

La foi ne fait jamais périr la purification.  La taux de la zakat a été prescrit à Medine par le Prophète ( sallala alleyi wa salem ). Croyez en Dieu et Prophète,  tous les biens qui sont sur terre, ne sont qu'un dépôt.  L'islam recommande d'autres types d aumônes.  La zakat doit être considérée comme un bienfait social.  Cela apaise le coeur de la personne qui s'en acquitte. 
C'est un devoir,  c'est une obligation, ce n'est pas une aumône libre. 
 

 

Les aumônes sont destinées aux pauvres et aux nécessiteux.  Ce droit financier ne doit pas être donné à son fils ou à la ses parents.  De même,  on ne doit pas donner à son époux ou son épouse.  Cest une obligation de subvenir aux besoins de sa famille,  mais,  ce n'est pas considéré comme zakat.  La zakat s'adresse aux pauvres et aux nécessiteux, ceux qui n'ont aucun moyens pour vivre et se nourrir.  Les endettés,  les nécessiteux et les pauvres. 

Ce sont aussi les les coeurs à gagner,  ceux qui se rapprochent de l'islam.

 

 

Être sur le sentier de Dieu.  La zakat peut servir à la construction des Mosquées.  La voie de Dieu,  comprend toutes bonnes actions,  c'est fissabilillah.  Le voyageur peut être être bénéficiaire de la zakat.  
A qui doit on donner la zakat ? L'argent doit être prélever de l'argent des riches pour le redistribuer aux autres pauvres. 
Pour avoir une solidarité plus large et une solidarité plus vaste.
 

 

La priorité veut que l'on donne en priorité aux nécessiteux de notre entourage.  Dans l'intention de la zakat,  c'est d'abord autour de soit, et après,  c'est à l'étranger,  les pays en guerres ou les pays atteints des catastrophes climatiques.  
La valeur correspond à 85 grammes d'or. 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le lundi 27 juin 2016

le 26 juin 2016 : Conférence du Ramadan à la Grande Mosquée de Lyon sur le thème : "Le rapport au Coran et textes sacrés dans notr

 

 

Dans le cadre des conférences inter-religieuses du mois de Ramadan, une conférence sur "Le rapport au coran et textes sacrés dans notre religion" par Abolfazl Khoshmanesh et une récitation du coran par Rahim Khaki 

 Grand Récitateur international du coran.

 

i

 

 

 

 

 

 

 

 Rahim KHAKIun Grand Récitateur international du coran

 

 

 

 

 Rahim Khaki 

 Grand Récitateur international du coran.

 

 

 Rahim Khaki 

 Grand Récitateur international du coran.

 

 

 

 

 

 

 Rahim Khaki 

 Grand Récitateur international du coran.

 

 

Mondher Najjar 

(imam de la Grande Mosquée de Lyon 

fonctionnaire tunisien diplômé en droit musulman (Fiqh) de l'université de la Zitouna à Tunis)

 

 

Abolfazl Khoshmanesh 

diplômes obtenus

Baccalauréat en sciences Experimentales 1988 à Qom.

Licence Maîtrise ès ET Études coraniques ET des traditions islamiques de l'Université d 'Imam Sadeq, Téhéran, respectively en 1991 et 1996.

Doctorat de les sciences coraniques et de la tradition islamiques de l'Université de Qom, 2004.

Langues parlées: Farsi, Arabe, Français, Anglais. Connaissance de la langue allemande.

Œuvres publiées

Port du Coran, Recherche sur la Méthodologie de l'apprentissage du Coran par cœur.

Articles traduits

1-Jomier, Jacques, Le nom divin '' al Rahman '' in the Coran. Mélanges, Louis, Signon II, Damas, 1957, pp. 361-381.

2-Blachère, Régis, Remarque sur le substantif nafs '' souffle vital ''; '' Amé '' in the Coran. Semitixca 1 (1948) pp. 69-77; also Dans Anlecta 5. Institut français de Damas, Damas, 1975, pp. 51-60.

3-Cuypers Michel, Structurs réthoriques de la sourate (al-Muddathther) DANS LE Coan. Luaman, Téhéran, 13II, (1997), pp. 37-74.

4-Moussa, Abdallah, De l'hébraïsassions moderne du Coran: à propos de la Translation du Coran par André Chouraqui. Arabica, 42i, (1995), p.127-126, (Le Coran, l'Appel, Paris, 1990)

5- Rippin, Andrew, Rahman et les hanifs, études islamiques présentées à Charles, J. Adams. Edité par Wael B. Hallâq & Donald P. Little, Leiden EJ Brill, 1991, pp. 153-168.

6-Neuwirth, Angelika, Images et métaphores dans la section d'introduction des sourates mecquoises, Approches du Coran, Ed. GR Hawting & Abdul-Kader A. Shareef. Londres, Routledge, 1993, pp. 3-36.

7 Jacqueline Chabbi, Histoire et tradition sacrée, La biographie impossible de Mahomet.

8-Claude Giliot, les juifs 'informateurs de et Chrétiens de Mahomet,Reprise d'ONU Problème Traité par Aloys Sprenger et Théodore Nöldeke.

Articles rédigés

1- Les démarches du Prophète verser CONSTRUIRE LA sociétémusulmane SELON le ​​martyre Motahary, Ar-Rachad-Revue d'enseignement et de recherche, Qom, Septembre 2007.

2- La méthode des Ahl ul-Bayt verser la formation de l'homme parfait, Ibid., Mars 2007.

3- La liberté et la liberté de pensée SELON le ​​professeur Motahari, Ibid, juin 2006.

4- Régime du droit de femme en islam, Ibid., Juin 2006.

5- La cruauté ou La rationalité des lois de l'islam, Ibid., Juin 2006.

6- Sayyed Jamal-ud-din Assad Abadi, grand réformateur contemporain de l'umma musulman - Biographie et pensée, Ibid, Juin 2005..

7- Préparatifs et intimité Avec le Saint Coran, Ar-Rachad-Revue d'enseignement R. et de recherche, Qom, Juin 2005.

8- Discussions Coraniques, Essai Pour Une compréhensions moderne du Coran par le Coran, Ar-Rachad-Revue d'enseignement et de recherche, Qom, Juin 2005.

 

Cours dispensés

Exégèse du saint Coran, Histoire du saint Coran, langue anglaise spécialisée, langue et la littérature arabe, Terminologie et Etymologie coraniques, Idées Nouvelles - sur les Domaines des Études coraniques et traditions islamiques, Religions Comparées. 

 

 

 Abolfazl Khoshmanesh 

 

 

Abolfazl Khoshmanesh 

 

 

 

 

Abolfazl Khoshmanesh 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le vendredi 24 juin 2016

le 23 juin 2016 : Conférence-débat sur le thème : « Juifs et musulmans dans l’espace ottoman XV-XIXe siècle » organisée par l'asso

 

 

 

 Conférence-débat sur le thème : « Juifs et musulmans dans l’espace ottoman XV-XIXe siècle » organisée par l'association Raja-Tikva à la Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu.

 

 

Eliane Benbanaste-Stadler, hispaniste de formation, enseignante, a participé a la formation des enseignants au sein de la MAFPEN dans différentes académies sur le thème de l 'Espagne des trois religions. Le judéo-espagnol de Turquie, sa langue maternelle, l'a conduite à organiser des ateliers, des conférences, à monter avec Robert Beraha une émission de radio « ayer y hoy », à élaborer des spectacles au sein de l'association Vidas Largas dont elle a été co-présidente.

 

 

 Frédéric Abécassis est né à Casablanca. Agrégé d’Histoire,  il a enseigné en Égypte, puis à l’École normale supérieure de Lyon où il est actuellement maître de conférences en histoire contemporaine. Il est rédacteur en chef de la revue L’Année du Maghreb, présente sur le portail Revues.org. Ses recherches portent sur l’histoire de l’enseignement en Égypte à l’époque contemporaine, les processus de construction communautaire en situation coloniale, en Égypte et au Maroc, et l’histoire des diasporas post-coloniales au départ du Maghreb.

 

 

 Cette conférence fait partie du troisième volet historique du séminaire itinérant de Raja – Tikva Association Rhône-Alpes, consacré à l’Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours, ouvrage codirigé par Benjamin Stora et Abdelwahab Meddeb. L'émergence de l'Empire Ottoman (prise de Constantinople en 1453) et l'expulsion des juifs d'Espagne (1492) et du Portugal (1497) eurent lieu dans la deuxième moitié du XVe siècle. Les routes de l'exil conduisirent ces juifs à Amsterdam, dans le Sud Ouest de la France (Bayonne), et pour le plus grand nombre en Afrique du Nord ,dans l'Empire Ottoman. Commença alors une convivance  de cinq siècles, dont il importe de présenter les parts respectives de mythe et de réalité. Les juifs de la Péninsule Ibérique élaborèrent une culture fondée à la fois sur un attachement et une fidélité à leur culture d'origine et sur une présence active dans le tissu urbain des villes de l'empire : Sarajevo, Varna, Roustchouk, Salonique, Istambul, Bursa, Edirne, Izmir, Rhodes etc… Les liens tissés dans cet immense espace où plusieurs minorités juives et chrétiennes cohabitaient avec les musulmans, façonnèrent les identités séfarades dans la langue et dans les coutumes tout en alimentant un substrat culturel commun. La fin de cette convivance est un processus de longue haleine, marqué par l'émergence de mouvements nationaux au XIXe siècle, le démembrement de l'Empire ottoman au terme de la Première guerre mondiale et la formation d'États-nations au Proche-Orient au cours du XXe siècle. La migration de masse qui clôt cette histoire ne saurait l'effacer et ne doit pas empêcher de la considérer dans sa globalité.

 

 

 RAJA-TIKVA est une association d’amitié arabo-juive en Rhône-Alpes ouverte à toutes et à tous. Elle a vu le jour en 2002 pour faire face aux replis identitaires qui se développent à l’ombre d’une  mondialisation vécue comme une menace à l’encontre des solidarités construites sur les bases de fidélités culturelles, nationales, ethnico-linguistiques, spirituelles, territoriales …. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article