Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le mardi 03 janvier 2017

le 03 janvier 2017 : Conférence Mardi d'éthique, en vidéotransmission depuis le Centre Sèvres à Paris à l'Espace Saint Ignace

 

Mardi d'éthique, en vidéotransmission depuis le Centre Sèvres à Paris

à l'Espace Saint Ignace 20 rue Sala à Lyon 2ème

"Quels enjeux internationaux attendent la France et l’Europe ?" 
 

 

 En partenariat avec la revue Etudes

Dans la perspective des prochaines échéances électorales, et tenant compte des évolutions importantes de la scène internationale (arrivée au pouvoir de D. Trump, rôle croissant de la Russie, crise du projet européen, menaces terroristes persistantes, faiblesse du système onusien...), il apparaît utile de réfléchir aux enjeux auxquels la France se trouve confrontée et va devoir apporter des réponses. En vidéotransmission depuis le Centre Sèvres à Paris

 

 

 François Boedec

(Jésuite, docteur en sciences politiques, maîtrise en théologie,

maître de conférences en sciences politiques)

 

 

 

 

 

 

 

 

 Douglas Herbert

(Chroniqueur éditorialiste)

 

 

 2016 est elle la pire année du monde (Selon le journal Slate) ? Il y a des périodes dans l'histoire où tout peut basculer (François Hollande à l'occasion des voeux aux Français). 

Les enjeux, il y a un côté un sombre, un peu pessimiste.  Dans le court terme,  toutes les tendances,  vont basculer.  Nous avons une Europe qui va se fragmenter.  2016,  n'est pas l'année de Donald Trump, mais plutôt celle de Vladimir Poutine.  Les mots qui vont dominer en ce début d'année 2017, sont :  "Résilience,  résistance,  tolérance, compréhension, courage".

Donald Trump est imprévisible.

 

 

 Il y a quelques années, la Pologne était considérée comme un des meilleurs pays européens.  C'est inquiétant quand certains pays d'Europe refusent les quotas des flux migratoires.  C'est l'idée reçue,  comment Vladimir Poutine pourrait tester l'Otan, si il faisait une violation du droit international.

 

 

 

 

Pascal Boniface 

(Diplômé de Sciences-Po Paris et Docteur d’Etat en droit public)

 

 

 La conscience augmente,  nous un flot d'informations.  Nous nous dans une guerre froide.  La Russie n'a rien à voir avec l'Union Soviétique. Il y a une paresse intellectuelle qui veut que nous recopions les événements du passé.  Il n'y a pas de conflits idéologiques,  mais il y a des compromis avec les différents états.  Les rivalités internationales existeront toujours.  A chaque fois que les occidentaux veulent imposer quelque chose au reste du monde,  ça ne marche pas,  nous allons à l'échec.  Nous avons un climat de guerre froide, alors que la guerre froide est terminée.  Les États Unis risquent de lever les sanctions de boycott envers la Russie,  avant les européens.  L'Europe est une puissance multilatérale. Le brexit est une formidable opportunité pour l'Europe.

En 2003, la France qui a a eu le courage de non aux superpuissances, rapport à la guerre en Irak.

 

  
 Aujourd'hui la France a changé,  de l'étranger, on dit que la France est islmophobe.  Le  plus important,  c'est de résister à la menace.  En quelques années,  la France a perdu de sa crédibilité.  Nous parlons trop du terrorisme,  cela devient une victoire pour les terroristes.  C'est contre productif.  On tombe dans le piège qui nous est tendu.  Il faut avoir une réflexion collective,  même si l'état islamique perd de son aura dans l'année,  on n'aura pas enrayé le terrorisme.  

Le pape François appelle aux au dialogue avec les différentes communautés religieuses pour contrer le terrorisme et jle djihadisme. 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le lundi 02 janvier 2017

le 01er janvier 2017 : Conférence-débat "Sur les pas de Abdoullah Ibn Abass" par Cheykh El Houssine Oummali au Centre Tawhid

 

  
 Conférence-débat sur le thème :
« Sur les pas de nos pieux prédécesseurs »
par Cheykh El Houssine Oummali
(Professeur de sciences islamiques sur la région Rhone-Alpes, Imam, Conférencier)
au Centre Tawihd Shatibi, 8 rue Notre Dame à Lyon 6 ème
 

 

 

 

 

 

Présentation  de la Conférence  

 

 

 

 

 Se préparer au grand rendez vous avec notre créateur.  Ça fait partie des branches de la foi.  Le Prophète ( sallala alleyi wa salem ),  nous dit : "La illa illallah", c'est la phrase la plus importante.  Le Prophète est venu illuminé la création,  c'est l'amour du Coran,  c'est aimer Allah ( subhanallah wa ta allah ).  Puis,  il a choisi des hommes et des femmes qui ont suivi l'exemple du Prophète, plus on les connaît, plus on a envie de les suivre.  

Aujourd'hui,  je vous parle d'Abdoullah Ibn Abbes

 

 

 Il est né 3 ans avant l'hégire.  Il vivra la période prophétique,  c'est le fruit parfait du message du Prophète ( sallala alleyi wa salem ).  Ce porteur de lumière,  ce porteur de miséricorde,  quand Dieu lui veut du bien,  pour ce porteur de l'islam. L'objectif de chaque musulman,  c'est de transmettre ce message l'islam.  Les meilleurs noms de l'islam,  c'est Abdallah,  c'est Abderrhamane.  Ce sont des noms qui transmettent les noms divins de Dieu.  

Les gens les plus éprouvés par Dieu,  ces sont les messagers et les prophètes. La vraie vie n'est pas celle d'ici bas,  mais ce sera la vie éternelle auprès de notre Seigneur.  

 

 

 Sa mère est la deuxième femme de l'islam après Khadija. 

Il deviendra mufti à l'âge de 18 ans.  Il a appris l'hébreu en 15 jours.  La chose la plus importante,  c'est la compréhension du coeur.  C'est la lumière du coeur,  avoir accès à des gens qui ont leur coeur lumineux.  Le Coran et les hadiths, on peut leur faire dire n'importe quoi tant que l'on n'a pas la compréhension de notre lecture.  La science est importante, la lumière précède nos intentions par le savoir. Le Coran,  c'est la parole de Dieu. La quiétude et l'apaisement viennent dans les coeurs.

 

 

 Abd Allâh était le fils d’Al-’Abbas (qu’Allah les agrée 

 

tous deux), un des oncles du Prophète (Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui). Il est né seulement 3 ans avant l’Hégire (c’est 
à dire environ en 619 de l’ère chrétienne). A la mort du 
Prophète (Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui),Abd 
Allâh n’avait ainsi que 13 ans .

A sa naissance, sa mère l’emmena au Saint Prophète d’Allah (Paix 
et Bénédiction d’Allâh sur lui) afin qu’il mette un peu 
de sa propre salive sur la langue du bébé avant que celui-ci n’ait 
pris le sein de sa mère. Ce fut le début d’une étroite 
et intime relation entre Al-’Abbas, qu’Allâh l’agrée, et le Prophète 
(Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) qui promettait, toute 
leur vie durant, amour et dévotion ! 

Quand Abd Allâh, qu’Allâh l’agrée, atteint l’âge de raison, 
il se dévoua au service du Prophète (Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui). Il courait rapporter de l’eau au Prophète (Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) lorsque celui-ci voulait faire 
ses ablutions. Pendant la prière, il restait derrière le Prophète 
(Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) et quand le Prophète 
(Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) partait en voyage ou 
en expédition il le suivait au pas. Abd Allâh devint ainsi l’ombre 
du Prophète (Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui), constamment 
en sa compagnie.
 

 

 

 Dans toutes ces situations, il était attentif et alerte quels que soient 

 

les faits et dires dur Prophète (Paix et Bénédiction d’Allâh 
sur lui). Son cœur était enthousiaste et son jeune esprit était 
pur et disponible, mémorisant ainsi les mots du Prophète (Paix 
et Bénédiction d’Allâh sur lui) avec la capacité 
et la précision d’un appareil d’enregistrement. Dans cette voie et à 
travers ses constantes recherches postérieures, comme nous avons pu le 
voir, Abd Allâh devint l’un des plus érudits compagnons du Prophète 
(Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) conservant au nom 
des générations futures de musulmans, les inestimables propos 
du Messager d’Allâh (Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui).
 

 

 

 Le Prophète (Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) 

 

considérait Abd Allâh comme un enfant proche de lui (Paix et Bénédiction 
d’Allâh sur lui). Lui donnant une tape sur l’épaule, le Prophète 
(Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) fit une invocation 
pour lui :
" Ô Allah, donne-lui une profonde compréhension de la religion 
de l’Islam et instruis-le dans l’explication et l’interprétation des 
choses".

 

 

Il y eut ensuite beaucoup d’occasions où le Prophète (Paix et 
Bénédiction d’Allâh sur lui) répéta cette 
invocation ou prière pour son cousin et dès lors Abd Allâh 
Ibn ’Abbas, qu’Allâh l’agrée, comprit que sa vie devait être vouée 
à la recherche de l’apprentissage et du savoir.

 

 

De plus, le Prophète (Paix et Bénédiction d’Allâh 
sur lui) ne se contenta pas de demander à Allah qu’Il lui accorde la 
connaissance et la compréhension mais aussi la sagesse. Abd Allâh, qu’Allâh l’agrée, raconta l’incident suivant à propos de lui 
 : " Une fois, le Prophète (Paix et Bénédiction d’Allâh 
sur lui), était sur le point de faire ses ablutions. Je me pressai afin 
de lui amener de l’eau à cet effet. Il (Paix et Bénédiction 
d’Allâh sur lui) était ravi de ce geste de ma part. Au moment où 
il (Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) alla commencer 
à prier, il (Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) 
me fit signe de me poster à ses côtés. Cependant, je restai 
derrière lui. Une fois la prière terminée, il (Paix et 
Bénédiction d’Allâh sur lui) se retourna vers moi et dit 
 : " qu’est ce qui t’a empêché de venir prier à côté 
de moi, ô Abd Allâh ? " Tu es bien trop illustre et éminent 
à mes yeux pour que je me place côte à côte avec toi, 
répliquai-je ! ". Levant ses mains vers le ciel, le Prophète 
(Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) fit cette invocation 
 : " Ô Allah, accorde-lui la sagesse". Cette invocation du Prophète 
(Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) fut indubitablement 
accordée au jeune Abd Allâh, qu’Allâh l’agrée, et prouve 
une fois de plus qu’il, qu’Allâh l’agrée, possédait une sagesse 
bien au-delà de son age. Mais cette sagesse ne vint qu’avec de la dévotion 
et une avide recherche de connaissance à la fois du vivant du Prophète 
(Paix et Bénédiction d’Allâh sur lui) et après sa 
mort.
 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le vendredi 30 décembre 2016

Le 30 décembre 2016 : Conférence-débat : "La double peine des handicapés de Gaza et les conséquences du blocus international"

 

 

 

 

Conférence-débat : "La double peine des handicapés de Gaza et les conséquences du blocus international"

Avec Mohammed Al Arabi, Président de l’association des handicapés de Gaza

Accompagné de Zareef Al Ghorra et Mohammed Shehada

au Centre Tawihd 8 rue Notre Dame à Lyon 6ème

 

 

 

 

 Chants palestiniens 

 

 

 

 

 

 

Présention de la conférence par Nadia et Lila

 

 

 Lila Mani Membre de l'UFCM et vice présidente du Collectif 69.

 

 

 

 

 

 

 

 

Saladin est de traducteur de nos frères palestiniens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Artisanat palestinien, broderie faite main. 
 
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 25 décembre 2016

le 25 décembre 2016 : Conférence de Mahmoud Kalisa au Centre Tawhid : "Sur les pas de nos pieux prédécesseurs. Abdallah Ibn Omar"

 

 

 Sur les pas de nos pieux prédécesseurs Abdallah Ibn Omar

par

Cheykh  Mahmoud Kalissa

(Diplômé en sciences religieuses (Caire, Egypte),

Imam à la mosquée de Saint Fons, Conférencier)

 

 

 

 

 La meilleure guidance, c'est de se tenir à la lecture du Coran. 

En islam, on n'a pas le droit de raconter des rêves qui sont des cauchemars.  Mais les rêves qui sont positifs,  on peut les raconter.  Le Prophète ( sallala alleyi wa salem ) recommande de prier la nuit.  Vis dans la vie d'ici bas comme un étranger,  mais c'est plutôt,  vis comme un passant.  Si tu as un acte d'adoration à faire,  fais le maintenant,  n'attends pas la nuit pour le faire.  On n'a jamais vu un jeune vivre comme Abdallah Ibn Omar.  Plusieurs témoignages convergent dans ce sens.  Il n'a jamais quitté la situation que le Prophète ( sallala alleyi wa salem ) a laissé. Il a toujours refusé le pouvoir, à une petite échelle.  Il a atteint le plus haut degré de cheminement vers Allah ( subhanallah wa ta allah ). Les plus grands des savants disaient,  "ll faut fuir les endroits où il y a le pouvoir". Il n'a jamais été le successeur du Prophète,  calife.   Libérer les esclaves,  rendre la liberté à une personne. C'était un homme d'une grande générosité.  Au moment de la mort d'Abdallah Ibn Omar, il aurait libéré plus de mille personnes.  C'était un homme qui pleurait beaucoup quand il récitait le Coran, il priait toute la nuit. La prière de la nuit empêche d'aller en enfer.  L'islam n'est pas venu pour humilier les gens,  Abdallah Ibn Omar,  affranchissait beaucoup d'esclaves.

 

 

Récitation coranique. 

 

 

 Présentation de l'UJM (Union des Jeunes Musulmans) avec les professeurs.

 

 

 L’armée du Prophète, paix et bénédiction sur lui, forte de son millier de musulmans, s’arrêta à Shaykhan, à mi-chemin entre Médine et Uhud. Le soleil avait entamé sa descente vers l’horizon. Le Prophète, paix et bénédiction sur lui, descendit de son coursier Sakb. Il était habillé pour la bataille. Un turban entourait son casque. Il portait un pectoral sous lequel se trouvait une cotte de maille attachée par la sangle de cuir d’un glaive. Un bouclier protégeait son dos et à son flanc pendait son épée.

 

 

 Lorsque le soleil fut couché, Bilâl appela à la prière (adhân) et ils prièrent. Le Prophète, paix et bénédiction sur lui, passa une dernière fois ses troupes en revue. C’est alors qu’il remarqua la présence au milieu de ses hommes de huit garçons qui malgré leur jeune âge aspirait à prendre part au combat. Parmi eux Usâmah, le fils de Zayd et `Abd Allâh, le fils de `Omar [Ibn Al-Khattâb], tous deux âgés de treize ans. Le Prophète, paix et bénédiction sur lui, leur ordonna de retourner immédiatement chez eux. Toutefois deux des garçons montrèrent qu’ils étaient des combattants accomplis et furent autorisés à accompagner l’armée à la bataille de Uhud alors que les autres étaient renvoyés dans leurs foyers.

 

 

Dès son plus jeune âge, `Abd Allâh Ibn `Omar avait fait montre d’acharnement dans sa volonté à être associé aux actes du Prophète, paix et bénédiction sur lui. Il avait adhéré à l’Islam dès l’âge de 10 ans et avait émigré en compagnie de son père et de sa sœur, Hafsah, que Allâh — Exalté soit-Il — soit satisfait d’elle, qui deviendra une des épouses du Prophète, paix et bénédiction sur lui.

 

 

 Avant la bataille de Uhud, il avait déjà été renvoyé pour avoir tenté de participer à la bataille de Badr et ce n’est que pendant la bataille du fossé que lui et Usâmah, tous deux âgés de quinze ans, furent autorisés, ainsi que d’autres jeunes garçons de leur âge, à rejoindre les rangs des hommes, non seulement pour la construction du fossé, mais aussi pour la bataille elle-même.

 

 

 De l’époque de son émigration jusqu’à sa mort, plus de soixante-dix ans plus tard, `Abd Allâh Ibn `Omar se distingua comme serviteur de l’Islam et était considéré par les musulmans comme " le Bon, fils du Bon ", selon Abû Musâ Al-Ashari. Il était connu pour son savoir, son humilité, sa générosité, sa piété, sa sincérité, son honnêteté et sa constance dans l’adoration (`ibâdah).

 

  
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article