Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le mercredi 01 février 2017

le 01 février 2017 : Conférence-débat "L'avènement de la démocratie, : entretien avec Marcel Gauchet" à l'Institut d'Etudes Politi

 

 

Que s’est-il passé pour qu’advienne un nouveau monde dont nul n’avait anticipé les traits ? En quoi consiste au juste sa nouveauté, qui à la fois marque le triomphe du principe démocratique à une échelle jamais vue, et rend sa mise en oeuvre si problématique ?

 

 

L'avènement de la démocratie avec Marcel Gauchet (est un philosophe et historien français né en 1946 à Poilley. Directeur d’études émérite à l’École des hautes études en sciences sociales, il est rédacteur en chef de la revue Le Débat)

 

 

 

 

 Mot d'accueil de

Renaud Payre

(Directeur de Sciences Po Lyon)

 

 

 

 

 

 

animé par Nicolas Weill (Journaliste au Monde). 

En partenariat avec la librairie Passages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Chat noir,  chat blanc,  peut importe,  du moment qu'il attrape les souris".
Je pratique une histoire philosophique, parce que je n'ai pas les a prioris de l'histoire,  tout simplement dans le contexte où nous sommes.  D'où ce titre,  l'avènement de la démocratie.  Je propose une histoire philosophique de la démocratie.  Les religions ont joué un rôle fondamental dans cette compréhension.  Du moins,  c'est ce que j'ai compris aujourd'hui. 
On pourrait dire que l'avènement de la démocratie,  remonte dans le courant des années 70.  Les révolutions viennent toutes de la même période.  Je parlerai de la crise du libéralisme, c'est toute l'histoire du 20 ème siècle.  Nous sommes passés dans période qui remonte à 1974,  c'est une révolution.  Les révolutions se font,  on ne les fait pas.  Cette révolution néo libérale qui a été l'effondrement du mur de Berlin entre 1989 et 1991.

 

 

On passe du communisme à la cleptocratie. On peut voir la sortie de la religion qui a commencé il y a 5 siècle.  A consacré un livre sur le thème la religion dans la démocratie.  Les formes religieuses restent de plus en plus prégnante.  Ces retours du religieux ne démentent en rien,  entre un musulman classique et un fondamentalisme radical.  A propos de l'Europe,  je parlerai de la construction de l'Europe  c'est la crise européenne,  les citoyens ne se reconnaissent pas dans cette construction.

La crise remonte à plus de mille ans d'histoire, avec la sortie de la religion.

 

 

Les États Unis,  n'ont que 200 ans d'histoire.  La religion,  la famille.  C'est la structuration sur laquelle repose la famille. Dans l'individualisme européen,  c'est le taux le plus élevé de la planète.  Aujourd'hui,  les États Unis sont à un degré bien moins important que les européens.  Le processus avancé,  la dégénérescence de l'Europe,  c'est la perte des valeurs religieuses.  La référence américaine est un exemple dans le monde.  Nous assistons avec la présidence Trump,  à un spectacle sans nom.
Le capitalisme ne peut pas se comprendre dans une société économiste.  Ce n'est pas un sens trivial,  c'est une évidence,  il faut vivre avec l'économie.  Les acteurs de l'économie,  converge avec cette thèse,  la culture de la croissance. 

L'économie,  c'est un changement fondamental,  pour une production vers l'avenir. 

La religion, nous est donnée avec les traditions du passé.

 

 

Aujourd'hui,  nous sommes voués à l'économie,  à construire notre propre monde.  C'est la délégation de nos sociétés à produ un par nous même.  C'est l'imbrication de toute notre histoire.  Aujourd'hui, c'est la victoire de l'économie sur la politique.  C'est l'illusion idéologique de la radicalisation de la modernité.  L'individualisme à pris sa place dans l'économie de marché.

La radicalisation de la modernité a pris sa place dans cette économie de marché. 
La démocratie marie deux choses,  qui vont ensemble,  la liberté personnelle et épuise cette idée de démocratie. 

 

 

Nous sommes dans un moment de grande incertitude de ce qu'est la démocratie.  L'Europe paie aujourd'hui ce processus de la sortie de la religion,  il n'y a rien de tel en Europe. Plus d'autorité,  au sens fort du mot.  Devant l'autorité,  on  s'incline.  Il n'y a plus d'autorité. On a un besoin de commandement dans l'autorité.  La démocratie,  c'est la démocratisation du pouvoir de commandement.  L'exercice d'une direction collective. 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le mercredi 01 février 2017

le 01 février 2017 : Conference-débat "Rencontre autour du manuscrit arabe" à l'Université Jean Moulin Lyon 3 Manufacture des Taba

 

 

Rencontre autour du manuscrit arabe,

Université Lyon 3 Jean Moulin, Manufacture des Tabacs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Présentation par Élisabeth

 

 

 

 

 

 

La richesse du patrimoine manuscrit du Yémen,
Conférence d'Anne Regourd.

(Senior Researcher chez University of CopenhagenFrance Études/recherche

Anne Regourd est chercheuse en codicologie et épigraphie sur textes en arabe. Spécialiste du Yémen, elle a étudié les pratiques divinatoires, magiques et magico-thérapeutiques dans ce pays. Elle participe depuis 2014 au projet “Islam in the Horn of Africa”, au Département d’Etudes régionales et interculturelles de l’Université de Copenhague. Elle est actuellement responsable d’un programme de sauvegarde de manuscrits dans les bibliothèques privées de Zabid (Yémen) et dirige la revue Chroniques du manuscrit au Yémen)

 

 

Les chroniques du manuscrit au Yémen.  L'importance du patrimoine oral yemenite, il y a aussi de la poésie chantée.  Les gens ne construisent plus comme avant.  Au Yémen,  il n'y a pas vraiment de centre de production des documents.  La carte des manuscrits produits,  correspond aux zones habitées.  A partir de mars 2015, depuis les combats d'Al Qaida, plusieurs archives ont disparu.  Les lettrés ne font pas partie d'une seule strate de la population. Il existe énormément de bibliothèques privées,  c'est plus difficile d'avoir des éléments de conservation. 

 

 

Ce n'est qu'à partir des années 1980,  que l'on retrouve des manuscrits sur des cahiers d'écoliers. Au Yémen, nous avons tous les échelons représentés avec les bibliothèques publiques et les bibliothèques privées. Ceci nous donne une idée pour évaluer le fonds, c'est difficile de faire un relevé d'un inventaire exact.  Puis il y a des manuscrits qui viennent du Yémen,  qui sont à l'étranger,  en Italie,  en Allemagne,  en Hollande,  et puis il y a ce qui se trouve à Istanbul,  ce sont des e-bibliothèques (bibliothèques électroniques).

 

 

Le gros des manuscrits qui sont entre nos mains,  remontent entre le 17 et le 20 ème siècle. Au Yémen, il y a des manuscrits écrits en arabe et d'autres en hébreu.
Au Yémen,  nous avons des manuscrits écrits par des lettrés et destinés aux lettrés. Il y a des marques de propriété.  Nous avons des sections de Coran, des "waqf",  c'est immobilisé.  Il ne peut pas être vendu,  ni être hérité. Le Yémen conserve des manuscrits du 18 ème siècle que l'on ne trouve nulle part ailleurs.  Il y aurait une ère culturelle,  qui tourne vers la Turquie et non pas vers l'Afrique. 

 

 

Ça existe dans le monde arabe,  que l'on retrouve en Andalousie.  C'est de traditions savantes écrites, mais non encore chantées. C'est un marqueur social,  qu'est la dicologie.  Chaque manuscrit est vraiment unique. 

 

 

 

 

La numération des manuscrits médiévaux à la Bibliothèque Municipale de Lyon,
Conférence de Pierre Guinard.

(conservateur et responsable des collections et, à ce titre, responsable de la bibliothèque numérique de l’établissement. Il a également été en 2014 le commissaire de l’exposition « Trésors » à la Bibliothèque de Lyon....)

 

 

La bibliothèque numérique de Lyon.  L'accès relativement simple de mettre à disposition des usagers.  La Bibliothèque de Lyon, est une des plus grosse bibliothèque regionale. 
L'époque carolingienne a été une période riche en manuscrits.  Il existait des scriptoriums, notamment,  du côté de l'île Barbe dans le 9 ème arrondissement de Lyon.  Plusieurs évêques vont poursuivent dans la vie politique et religieuse.  Pour pouvoir travailler sur les textes sacrés, il fallait copier les manuscrits,  de la période médiévale.

 

 

A l'époque de Saint Augustin,  vers le 6 ème siècle.  Les manuscrits étaient déposés dans les églises, ce qui constituait la validité des manuscrits religieux.  C'est depuis 1803 que ces manuscrits religieux appartiennent à la Grande Bibliothèque de Lyon.  Tous ces manuscrits étaient écrit en latin sur les parchemins depuis le 5 ème siècle,  c'est de la peau de mouton. 

 

 

Les premiers écrits remontent à l'époque mérovingienne.  En occident,  entre les versions grecques et hébraïques, on retrouve des éditions du Pentateuque.  Il y a une traduction des manuscrits qui n'ont pas été conservé. Les louanges de la Sainte Croix,  5 dessins qui forment une croix,  comme étant le début de chaque Évangiles.  Au début était le verbe. 

Des Évangiles de Marc,  Matthieu,  Luc et Jean. 

 

 

Au début,  l'objectif de la numérisation, n'était pas la conservation,  mais de pouvoir le diffuser plus largement auprès d'un public de connaisseurs.  Des chercheurs continuent à consulter des ouvrages très anciens.  Ce projet de numérisation d'ouvrages médiévaux,  c'est de mettre en "luminure", afin de mettre en catalogue et avoir accès à la version numérique des ouvrages à la disposition du public. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 31 janvier 2017

le 31 janvier 2017 : Rencontre entre le Cardinal Philippe Barbarin et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia à l'Université Catholi

 


Dans le cadre de la semaine universelle de prière pour l’unité des chrétiens, depuis 2006, le Cardinal Barbarin a choisi de rencontrer un frère ainé dans la foi ; de partager sa lecture de l’Ecriture avec une personnalité juive.

 

Cette démarche, le Cardinal l'explique ainsi : "Avec les autres chrétiens, nous considérons que les juifs sont nos frères aînés, et qu'il est bon de nous mettre ensemble, ce jour-là, à leur écoute ou d'organiser avec eux un débat, un échange."

 

 

Cette année, le Cardinal Barbarin a invité le Grand Rabbin de France Haïm Korsia afin de partager leur lecture du Psaume 32 (31) verset 5 :


Je t'ai fait connaître ma faute, je n'ai pas caché mes torts. J'ai dit : « Je rendrai grâce au Seigneur en confessant mes péchés. » Et toi, tu as enlevé l'offense de ma faute.

Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia est un acteur important du dialogue judéo-chrétien. Il a remis en novembre 2015 aux Eglises chrétiennes de France la « Déclaration pour le Jubilé de fraternité à venir 1», écrite par d’éminentes personnalités juives, dans laquelle nous pouvons lire :

Nous, Juifs, travaillons… à la fraternité universelle d’une humanité rassemblée autour du Dieu Un et Unique ….par l’étude de la Torah, la pratique des mitsvot, c’est-à-dire des commandements divins, par l’enseignement de sagesse qui en découle, et qui vise la transformation des cœurs et des esprits. Vous, Chrétiens, y travaillez par l’accueil du Verbe qui vous donne ce supplément d’être, d’élévation du cœur et de l’esprit. Les divergences théologiques ne doivent pas nous faire oublier que bien des enseignements chrétiens sont en parfaite concordance avec ceux de la tradition rabbinique.

En 2017, exceptionnellement, la rencontre a lieu après la semaine de prière pour l’unité des chrétiens,

 

1 Vous pouvez retrouver cette déclaration sur le site de l’Eglise catholique de Lyon « Relations œcuméniques et interreligieuse » avec le lien suivant : http://www.cdo-lyon.cef.fr/spip.php?article2026


 

 Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia

et le Grand Rabbin Régional Richard Wertenschlag

 

 

 Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia

 

 

Présentation de la soirée par Jean Marie Thomas 

(Responsable diocésain en relation avec le judaïsme)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Modérateur et introduction Philippe Abadie

(Professeur, doctorat en histoire des religions-anthropologie religieuse et science théologique, élève titulaire de l'École Biblique et Archéologique française de Jérusalem)

 

 

 

 

 

 

Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia
Est ce que l'on a droit à l'oubli ? Dans le ciel,  la mémoire de David est pure.  On ne peut pas enlever ce qui est.  L'idée de l'on a du repentir,  c'est que Dieu,  remet nos péchés a zéro.

 

 

On le met en valeur absolu.  Là, où il y a un repentant absolu, on développe une théorie magnifique.  On peut connaître le bonheur,  là où on l'ignore. 

La grandeur de l'humain,  c'est sa perfectbilite. Il faut mettre un point de départ là où il y a du repentir.

 

 

C'est ce dit le Roi David,  c'est avouer que nous avons une part de responsabilité.  Celui qui se confesse est libéré du poids de ses pêchés. 

C'est le principe même que fait le Roi David,  c'est de parler à Dieu dans l'intimité de son âme.

 

 

Heureux celui qui fait connaître son péché, d'une transparence absolue.

On a besoin,  par pudeur,  de cacher se que l'on fait.  Dieu tient parole. 

 

 

Dieu est crédible.  Tu as effacé la peine de mon pêché.

Une demande de pardon est essentielle.

 

 

 

 

Le Cardinal Philippe Barbarin (Archevêque de Lyon, Primat des Gaules) .
Ce psaume 32 est dit le vendredi soir aux vêpres.  Ce psaume est un psaume d'action de grâce.  Le péché,  il va falloir en faire une évocation. 

 

 

Si tu veux avoir la justice de Dieu,  il faut que tu ai la foi, pour avoir la reconnaissance du péché.  Il faut que nous confessions nos péchés pour être pardonné.  Comment en sortir ? Par la confession pour obtenir le pardon, par une parole de louange.

 

 

Je rendrai grâce au Seigneur en confessant mes pêchés. 

Je sors de moi avec la demande de pardon. 

 

 

C'est le mot de la confession.  Le seul mot qui m'importe,  c'est ton amour.  Dans la Genèse, il est dit : "Ils se cacherent dansle jardin d'Eden".

 

 

Nous avons le sacremement du pardon avec la confession. 

Mes yeux ne te quitteront pas pour que tu aies un regard sur moi

 

 

Psaume 32

1

De David. - Pieuse méditation. Heureux celui dont la transgression a été remise, dont le péché est pardonné!

2

Heureux l'homme à qui Yahweh n'impute pas l'iniquité, et dans l'esprit duquel il n'y a point de fraude!

3

Tant que je me suis tu, mes os se consumaient dans mon gémissement, chaque jour.

4

Car jour et uuit ta main s'appesantissait sur moi; la séve de ma vie se desséchait aux ardeurs de l'été. - Séla.

5

Je t'ai fait connaître mon péché je n'ai point caché mon iniquité; j'ai dit " Je veux confesser à Yahweh mes transgressions " et toi, tu as remis l'iniquité de mon péché. - Séla.

6

Que tout homme pieux te prie donc au temps favorable! Non! quand les grandes eaux déborderont, elles ne l'atteindront point.

7

Tu es mon asile, tu me préserveras de la détresse; tu m'entoureras de chants de délivrance. - Séla.

8

"Je t'instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre; je serai ton conseiller, mon oeil sera sur toi. "

9

Ne soyez pas comme le cheval ou le mulet sans intelligence; il faut les gouverner avec le mors et le frein, autrement, ils n'obéissent pas.

10

De nombreuses douleurs sont la part du méchant. mais celui qui se confie en Yahweh est environné de sa grâce.

11

Justes, réjouissez-vous en Yahweh et soyez dans l'allégresse! Poussez des cris de joie, vous tous qui avez le coeur droit!


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le lundi 30 janvier 2017

le 30 janvier 2017 : Conférence-débat "Religion et citoyenneté en Turquie" à Science Po à Lyon

 

 

Religion et citoyenneté en Turquie
Birol Caymaz
(Professeur en Sciences Politiques, Université de Galatasaray,  Turquie,  auteur de l'ouvrage, 
Türkiye’de vatandaşlık. Resmiideoloji ve yansımaları. la Citoyenneté en Turquie Idéologie officielle et ses portées)

 

 

 

 

Présentation par Laouhari Addi

(Professeur à l'Université de Lyon)

 

 

La Turquie est intervenue sur la question syrienne,  mais il s'agit de la situation actuelle avec la présidence d'Erdogan.

 

 

 

 

Situation à ce jour,  on peut penser que tout va bien en Turquie,  qui est entrée dans une voie de démocratisation. Mais ce n'est pas le cas actuellement.  Après avoir voyagé dans le pays, dans plusieurs grandes villes,  que devient le citoyen et que devient la citoyenneté. 

 

 

L'histoire commence en 1908, l'éducation à la citoyenneté, quel projet de société pour devenir un citoyen modèle.  De 1908 à 1913,  c'est la fin de la guerre des balkans de fin de l'empire ottoman.  La multireligiosite, on conçoit un citoyen,  comme étant ottoman.  Mais ça n'a pas marché.  A partir de ce moment là, les anciens sujets de l'empire ottoman, l'idéologie nationaliste de Mustapha Kamal Pacha avec un patriotisme revanchard.  C'est une conception nationale essentialiste. Cela devient un citoyen militant,  un peu trop responsabilise. 

 

 

Vers 1926,  vers la fin du califat ottoman.  Les changements politiques ont un impact sur les ouvrages scolaires.  Vers 1930,  le régime,  devient autoritaire, avec un parti unique, n'y aura plus de tendance. Ce pouvoir,  met l'accent sur l'intégration nationale,  que ce soit sur le plan géographique et religieux.  Cette évolution correspond à la rébellion kurde, à l'est de la Turquie.  Le projet de créer l'homme nouveau à échoué.  La laïcité a été créée pour avoir une religion civile.  Les turcs sont obligés de devenir des citoyens militants.  Dans les manuels scolaires,  on parle de l'unité de sang, on parle d'une définition de turcs presque génétiques. C'est une définition totale d'être turc par esprit civisme. Jusqu'à la fin des années 1940, un modèle type de citoyen avec le port obligatoire d'un chapeau ou d'une casquette.

 

 

Il s'agit,  en sorte,  d'une intervention de l'état dans la vie privée des citoyens.  À cette époque, le vote est un devoir, payer son impôt et de faire son service militaire.  Le discours,  à cette époque,  est que chaque citoyen est redevable envers l'état.  Il y a l'absence de classes sociales.  Le corps social est conçu par la famille,  le métier et l'état.  À partir de 1946/1950,  on valorise la démocratie, on demande aux enfants de participer à l'école et a la famille.  Les garçons et les filles ne sont pas égaux dans les activités quotidiennes.  À partir du début des années 1960, c'est la notion de démocratisation qui prédomine.

 

 

  Au début des années 1980, après un coup d'état par un putsh militaire,  c'est une orientation politique de la Turquie sous une forme religieuse.  La nation est absorbée par l'état, la langue, la religion et la race.  C'est l'introduction de la religion dans l'état par les militaires, ce sont des sunnites de l'école hanafite.  C'est l'islam officiel de la nation turque.  Les manuels scolaires parlent des droits de l'homme et de la citoyenneté.

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article