Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le mardi 31 janvier 2017

le 31 janvier 2017 : Rencontre entre le Cardinal Philippe Barbarin et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia à l'Université Catholi

 


Dans le cadre de la semaine universelle de prière pour l’unité des chrétiens, depuis 2006, le Cardinal Barbarin a choisi de rencontrer un frère ainé dans la foi ; de partager sa lecture de l’Ecriture avec une personnalité juive.

 

Cette démarche, le Cardinal l'explique ainsi : "Avec les autres chrétiens, nous considérons que les juifs sont nos frères aînés, et qu'il est bon de nous mettre ensemble, ce jour-là, à leur écoute ou d'organiser avec eux un débat, un échange."

 

 

Cette année, le Cardinal Barbarin a invité le Grand Rabbin de France Haïm Korsia afin de partager leur lecture du Psaume 32 (31) verset 5 :


Je t'ai fait connaître ma faute, je n'ai pas caché mes torts. J'ai dit : « Je rendrai grâce au Seigneur en confessant mes péchés. » Et toi, tu as enlevé l'offense de ma faute.

Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia est un acteur important du dialogue judéo-chrétien. Il a remis en novembre 2015 aux Eglises chrétiennes de France la « Déclaration pour le Jubilé de fraternité à venir 1», écrite par d’éminentes personnalités juives, dans laquelle nous pouvons lire :

Nous, Juifs, travaillons… à la fraternité universelle d’une humanité rassemblée autour du Dieu Un et Unique ….par l’étude de la Torah, la pratique des mitsvot, c’est-à-dire des commandements divins, par l’enseignement de sagesse qui en découle, et qui vise la transformation des cœurs et des esprits. Vous, Chrétiens, y travaillez par l’accueil du Verbe qui vous donne ce supplément d’être, d’élévation du cœur et de l’esprit. Les divergences théologiques ne doivent pas nous faire oublier que bien des enseignements chrétiens sont en parfaite concordance avec ceux de la tradition rabbinique.

En 2017, exceptionnellement, la rencontre a lieu après la semaine de prière pour l’unité des chrétiens,

 

1 Vous pouvez retrouver cette déclaration sur le site de l’Eglise catholique de Lyon « Relations œcuméniques et interreligieuse » avec le lien suivant : http://www.cdo-lyon.cef.fr/spip.php?article2026


 

 Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia

et le Grand Rabbin Régional Richard Wertenschlag

 

 

 Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia

 

 

Présentation de la soirée par Jean Marie Thomas 

(Responsable diocésain en relation avec le judaïsme)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Modérateur et introduction Philippe Abadie

(Professeur, doctorat en histoire des religions-anthropologie religieuse et science théologique, élève titulaire de l'École Biblique et Archéologique française de Jérusalem)

 

 

 

 

 

 

Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia
Est ce que l'on a droit à l'oubli ? Dans le ciel,  la mémoire de David est pure.  On ne peut pas enlever ce qui est.  L'idée de l'on a du repentir,  c'est que Dieu,  remet nos péchés a zéro.

 

 

On le met en valeur absolu.  Là, où il y a un repentant absolu, on développe une théorie magnifique.  On peut connaître le bonheur,  là où on l'ignore. 

La grandeur de l'humain,  c'est sa perfectbilite. Il faut mettre un point de départ là où il y a du repentir.

 

 

C'est ce dit le Roi David,  c'est avouer que nous avons une part de responsabilité.  Celui qui se confesse est libéré du poids de ses pêchés. 

C'est le principe même que fait le Roi David,  c'est de parler à Dieu dans l'intimité de son âme.

 

 

Heureux celui qui fait connaître son péché, d'une transparence absolue.

On a besoin,  par pudeur,  de cacher se que l'on fait.  Dieu tient parole. 

 

 

Dieu est crédible.  Tu as effacé la peine de mon pêché.

Une demande de pardon est essentielle.

 

 

 

 

Le Cardinal Philippe Barbarin (Archevêque de Lyon, Primat des Gaules) .
Ce psaume 32 est dit le vendredi soir aux vêpres.  Ce psaume est un psaume d'action de grâce.  Le péché,  il va falloir en faire une évocation. 

 

 

Si tu veux avoir la justice de Dieu,  il faut que tu ai la foi, pour avoir la reconnaissance du péché.  Il faut que nous confessions nos péchés pour être pardonné.  Comment en sortir ? Par la confession pour obtenir le pardon, par une parole de louange.

 

 

Je rendrai grâce au Seigneur en confessant mes pêchés. 

Je sors de moi avec la demande de pardon. 

 

 

C'est le mot de la confession.  Le seul mot qui m'importe,  c'est ton amour.  Dans la Genèse, il est dit : "Ils se cacherent dansle jardin d'Eden".

 

 

Nous avons le sacremement du pardon avec la confession. 

Mes yeux ne te quitteront pas pour que tu aies un regard sur moi

 

 

Psaume 32

1

De David. - Pieuse méditation. Heureux celui dont la transgression a été remise, dont le péché est pardonné!

2

Heureux l'homme à qui Yahweh n'impute pas l'iniquité, et dans l'esprit duquel il n'y a point de fraude!

3

Tant que je me suis tu, mes os se consumaient dans mon gémissement, chaque jour.

4

Car jour et uuit ta main s'appesantissait sur moi; la séve de ma vie se desséchait aux ardeurs de l'été. - Séla.

5

Je t'ai fait connaître mon péché je n'ai point caché mon iniquité; j'ai dit " Je veux confesser à Yahweh mes transgressions " et toi, tu as remis l'iniquité de mon péché. - Séla.

6

Que tout homme pieux te prie donc au temps favorable! Non! quand les grandes eaux déborderont, elles ne l'atteindront point.

7

Tu es mon asile, tu me préserveras de la détresse; tu m'entoureras de chants de délivrance. - Séla.

8

"Je t'instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre; je serai ton conseiller, mon oeil sera sur toi. "

9

Ne soyez pas comme le cheval ou le mulet sans intelligence; il faut les gouverner avec le mors et le frein, autrement, ils n'obéissent pas.

10

De nombreuses douleurs sont la part du méchant. mais celui qui se confie en Yahweh est environné de sa grâce.

11

Justes, réjouissez-vous en Yahweh et soyez dans l'allégresse! Poussez des cris de joie, vous tous qui avez le coeur droit!


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le lundi 30 janvier 2017

le 30 janvier 2017 : Conférence-débat "Religion et citoyenneté en Turquie" à Science Po à Lyon

 

 

Religion et citoyenneté en Turquie
Birol Caymaz
(Professeur en Sciences Politiques, Université de Galatasaray,  Turquie,  auteur de l'ouvrage, 
Türkiye’de vatandaşlık. Resmiideoloji ve yansımaları. la Citoyenneté en Turquie Idéologie officielle et ses portées)

 

 

 

 

Présentation par Laouhari Addi

(Professeur à l'Université de Lyon)

 

 

La Turquie est intervenue sur la question syrienne,  mais il s'agit de la situation actuelle avec la présidence d'Erdogan.

 

 

 

 

Situation à ce jour,  on peut penser que tout va bien en Turquie,  qui est entrée dans une voie de démocratisation. Mais ce n'est pas le cas actuellement.  Après avoir voyagé dans le pays, dans plusieurs grandes villes,  que devient le citoyen et que devient la citoyenneté. 

 

 

L'histoire commence en 1908, l'éducation à la citoyenneté, quel projet de société pour devenir un citoyen modèle.  De 1908 à 1913,  c'est la fin de la guerre des balkans de fin de l'empire ottoman.  La multireligiosite, on conçoit un citoyen,  comme étant ottoman.  Mais ça n'a pas marché.  A partir de ce moment là, les anciens sujets de l'empire ottoman, l'idéologie nationaliste de Mustapha Kamal Pacha avec un patriotisme revanchard.  C'est une conception nationale essentialiste. Cela devient un citoyen militant,  un peu trop responsabilise. 

 

 

Vers 1926,  vers la fin du califat ottoman.  Les changements politiques ont un impact sur les ouvrages scolaires.  Vers 1930,  le régime,  devient autoritaire, avec un parti unique, n'y aura plus de tendance. Ce pouvoir,  met l'accent sur l'intégration nationale,  que ce soit sur le plan géographique et religieux.  Cette évolution correspond à la rébellion kurde, à l'est de la Turquie.  Le projet de créer l'homme nouveau à échoué.  La laïcité a été créée pour avoir une religion civile.  Les turcs sont obligés de devenir des citoyens militants.  Dans les manuels scolaires,  on parle de l'unité de sang, on parle d'une définition de turcs presque génétiques. C'est une définition totale d'être turc par esprit civisme. Jusqu'à la fin des années 1940, un modèle type de citoyen avec le port obligatoire d'un chapeau ou d'une casquette.

 

 

Il s'agit,  en sorte,  d'une intervention de l'état dans la vie privée des citoyens.  À cette époque, le vote est un devoir, payer son impôt et de faire son service militaire.  Le discours,  à cette époque,  est que chaque citoyen est redevable envers l'état.  Il y a l'absence de classes sociales.  Le corps social est conçu par la famille,  le métier et l'état.  À partir de 1946/1950,  on valorise la démocratie, on demande aux enfants de participer à l'école et a la famille.  Les garçons et les filles ne sont pas égaux dans les activités quotidiennes.  À partir du début des années 1960, c'est la notion de démocratisation qui prédomine.

 

 

  Au début des années 1980, après un coup d'état par un putsh militaire,  c'est une orientation politique de la Turquie sous une forme religieuse.  La nation est absorbée par l'état, la langue, la religion et la race.  C'est l'introduction de la religion dans l'état par les militaires, ce sont des sunnites de l'école hanafite.  C'est l'islam officiel de la nation turque.  Les manuels scolaires parlent des droits de l'homme et de la citoyenneté.

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 29 janvier 2017

le 29 janvier 2017 : Conférence-débat "Le halal  en France : entre enjeux et defis" au Centre Tawhid rue Notre Dame à Lyon 6 ème

 

 

 

 

 

 

 Réciation Coranique

 

 

Si la question du halal suscite beaucoup d’intérêts chez les
musulmans, force est de constater que certains acteurs économiques,
politiques et médiatiques ne sont pas en reste. Il en es ainsi parce
que depuis quelques temps les consommateurs musulmans sont devenus la
cible de certains industriels dont la motivation principale reste le
profit, et non le halal.

 

 

Ce constat alarmant a poussé AVS à signer avec d'autres organisations
musulmanes une charte permettant de préserver le halal des risques
d'une industrialisation qui lui soustrait toute dimension spirituelle.
C'est inédit en France. Mais il faut aller plus loin afin de faire
respecter cette charte.

 

 

Qu'en est-il de la réalité du halal aujourd'hui? et quels sont les
enjeux de cette question?

 

 

Le halal  en France : entre enjeux et defis.

Par Fouad ImarRaine ( Fouad Imarraine, membre fondateur du Collectif des musulmans de France (proche d'AVS et de Tariq Ramadan)Porte Parole d'AVS)

3 enjeux, politique,  commercial et religieux. 
Le débat en jeu. La question du bien être animal : approche du rapport à la nature.
Pratiques réelles,  mais occasionnellement : Aid
Traitement des animaux dans les abattoirs : vidéo de l'association L214.
Electronarcose : Pourquoi ?

 

 

Quelle est la place de la souffrance animale dans le cadre de l'abattage rituel,  halal ou casher.  Manifeste politique du groupe animal politique avec 30 associations.  Le lobbing,  ça existe.  Taxation du halal en France. Visites des politiques aux abattoirs.   Table de travail au sein du CFCM.  Essayons de trouver ce qui fait commun. Le halal réglementé, distinction du porc.  Mais abattage rituel : oui.
Les textes.  Le code rural français.  La liberté religieuse conservée, mais pratique, plus contrôlée. 

 

 

 

 

 

 

Cheykh Zakaria Sediki

  • Intervenant ponctuel

  • Diplômé en sciences religieuses de l’université d’al Azhar

  • Docteur en islamologie

  • Membre fondateur de l’union mondial des oulémas musulmans

  • Président de l’ACERFI (Audit conformité Ethique et recherche en finance islamique)

  • Auteur de l’ouvrage « lumière des yeux »

 

 

 

Nous sommes des créatures de d'Allah ( subhanallah wa ta allah ).  Il existe des règles entre la création et l'animal.  Nous ne pouvons pas agresser,  sur un arbre,  sur un animal. Il y a un consens chez les musulmans,  la chasse est interdite, pour le plaisir de tuer. C'est dans ce sens que nous comprenons la notion du halal.

 

 

C'est un acte du divin, comme,  pardonner. Qu'est ce qui est permis,  autorisé ? Qu'est ce qui a le droit de donner le statut du halal. C'est Dieu.  Il vous a été autorisé les bonnes choses.  Le halal,  c'est cet acte divin qui est bon pour les croyants. Dans l'approche du halal,  c'est réglementé,  pour sa propre consommation.

 

 

L'excès dans la consommation,  n'est pas respectueux dans le cadre du sens de ces règles,  les lois,  ont un esprit.  Tout ce que dit Allah ( subhanallah wa ta allah ),  est juste avec ses règles.  L'ensemble des règles liées à la consommation, sont réglementées par Dieu. Quand,  il y a une clarté,  il y a un consensus. 

 

 

Il y a 3 modes opératoires : égorger,  poignarder,  chasser à distance.  Il y a cette notion de maîtrise de l'animal.  Il faut le mettre dans une situation facile à égorger.  Le bel agir.

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui,  c'est la machine qui a remplacé l'homme.  L'islam,  ne veut pas que le sang se répande.  Il y a toute une philosophie derrière cette acte,  c'est au nom du créateur que nous le faisons. 
Il faut avoir la confiance totale, pour l'intérêt de l'homme.  Mais cet intérêt,  s'inscrit dans les règles de la création. 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 29 janvier 2017

le 28 janvier 2017 : Journée Régionale de la Laïcité, elle a pour thème "La laïcité est la fraternité"

 

 

 

 

La Journée Régionale de la Laïcité est organisée par l'Urfol Auvergne Rhône-Alpes, le Cercle Condorcet de Lyon, et la Fol du Rhône de la Ligue de l'enseignement.

Cette année, elle a pour thème "La laïcité est la fraternité".

 

 

 

 

4 ème Journée Régionale de la Laïcité organisée par L'URFOL.
Le Cercle Condorcet
(Union Regionale des fédérations des Oeuvres Laïques Auvergne Rhône Alpes)
Rencontre regionale. Hôtel de Région,  1 Esplanade François Mitterand Lyon
Animation de la journée par Antoine Quadrini.

 

Animation de la journée par Antoine QUADRINI,

Président de la FOL69

 

 

La laïcité va avec soit,  souvent instrumentalisee.

La laïcité sans l'éducation,  ne serait qu'un vain mot.

 

Laïcité égale Liberté à conquérir chaque jour pour avoir l'égalité.

 

 

 

Jacques Gelly

Président de L'URFOL.

 

En cette année 2017,  nous allons vivre un moment important par l'élection présidentielle.  Si l'est un domaine où l'on doit s'exprimer,  c'est la laïcité.  La laïcité se trouve confronté à une fausse interprétation de la liberté absolue de la liberté de conscience. Notre République ne peut pas être une juxtaposition comme étant un dogme contre les religions.  Les dogmes religieux doivent être combattus avec force pour être le rempart infranchissable de la laïcité républicaine.

 

La défense de la laïcité est devenue une marchandisation d'une quelconque appellation. Il faut mettre en exergue la fraternité.  La France,  comme d'autres pays Européens,  s'est retrouvée face à cette complexité.  Si notre devise républicaine n'avait que la Liberté,  il n'y aurait plus rien.  Si il n'y avait que la fraternité,  c'est la même chose.  Alors que sur les frontons de nos établissements publics les mots Libertés,  Égalité,  Fraternité, ne sont pas des valeurs ringardes, mais au contraire,  dans le cadre d'un mieux

"Vivre Ensemble".

 

Abdenour Bidar (Philosophe et écrivain)
Plaidoyer pour la fraternité. 

 

 

Pourquoi plaider pour la fraternité.  Le philosophe doit toujours réfléchir à la citoyenneté et former des électeurs,  mais avant tout de former des êtres humains. Ce qui constitue son humanité,  c'est d'apprendre à penser,  à aimer, le travail sur soit.  Apprendre à penser,  avoir le discernement.  Avoir l'amour de l'humanité, au delà des frontières et d'avoir cette capacité supérieure de dignité et respectabilité de la conduite de sa propre existence.  La laïcité est la fraternité.  Ce sont deux éléments totalement différents.  La laïcité est au sérieux de la fraternité.  De même, la fraternité est aussi au service de la laïcité.  C'est un service rendu à nos valeurs républicaines.

 

Que nous soyons croyants,  religieux ou athées, c'est un rempart de pacification grâce au dispositif duquel, je vis en toute liberté.  Il faut que nous ayons conscience de notre liberté de cultiver la notion de la fraternité,  qui est le sens d'un altruisme. L'égalité de l'autre,  est aussi importante pour nouer cette relation humaine dans les sociétés modernes,  où nous allons tout droit vers un individualisme.  Il est urgent que nous nous tournions vers la fraternité afin de mener le combat vers la liberté et l'égalité.  C'est la vertu, c'est une force,  c'est une valeur requise quand une situation sociale nous fait plonger dans une radicalite. Il y a actuellement en France,  une guerre autour de l'islam.

 

Une guerre culturelle qui a 3 facteurs. 

Les territoires perdus de la République, nous avons laissé s'installer des ghettos.  Une véritable lutte des classes,  avec le sentiment d'avoir été abandonné.  Il y a un rural profond,  où les concitoyens ont le sentiment d'être abandonnés.  Oui,  nous sommes dans une situation où nous avons laissé nos valeurs à l'abandon.
La crise politique.  Il y a le triomphe de la raison économique. Comment allons réussir à faire société ensemble avec les biens communs,  avoir cette notion d'intérêt général.  Il y a cette faiblesse de la société civile.
Le retour du religieux,  parce que la nature à horreur du vide.  Dans ce désert,  les religions reviennent pour le meilleur et pour le pire.  Elles reviennent avec leurs pulsions,  presque invincibles. Est ce que le religieux parle de la fraternité ? Il faut fraterniser au delà d'une croyance.
Il y a aussi le phénomène de la mondialisation.  Des sociétés comme les nôtres,  sont confrontées à de multiples pertes de valeurs.  Comment donc allons nous réussir,  c'est la fraternité qui nous en donne le modèle.  Nous avons une proximité et une altérité.

 

 

On se voit de temps en temps.  Comment puissions vivre cette altérité que nous cultivons ensemble avec cette proximité et à nourrir cette fraternité.  La fraternité,  c'est un idéal vers lequel,  il va falloir s'engager.  On ne naît pas fraternel,  on le devient.  Nous avons oublié le mot culture,  c'est la culture de soit,  à force de connaissances,  à force de travail,  à force de recherches,  à force d'exercices.  C'est ce qui tend vers une société qui cultive la fraternité.  Nous,  êtres humains,  nous avons besoin d'être intégrés dans une équipe qui éprouve la joie de réussir. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Table Ronde.  La fraternité contre les discriminations. 

 

 

 

 

Jacqueline Costa Lascoux. Étranger, mon frère. 
Les lois de la ségrégation raciales était générées par la bible. 

Il y avait beaucoup d'étrangers qui n'avaient pas droit à la race humaine. 

Combien de nos contemporains ne comprennent pas la fraternité humaine. 

La symbolique de la foi partagée. La fraternité républicaine est tout autre. 

Aujourd'hui, on dit souvent : "mon frère". 

 

 

 

Ce mon frère est discriminatoire.  Au delà des appartenances,  des croyances,  la fraternité,  c'est une vertu qui donne une force de concilier nos libertés.  Les signes religieux,  est ce que ça contraint les autres ? Puissions nous nous poser la question : "Est ce que, mon signe,  je gêne l'autre? "

 

 

Il n'y a pas de commune humanité sans fraternité.  Les intégristes,  disent,  nous sommes entre nous et les autres sont impurs.  La pureté et l'impurete.

 

 

 

 

 

 

Philippe Couturaud.
Peut on Enseigner la fraternité à l'école? 

 

 

Qu'est ce qu'il y a dans une Segpa ? Il y a des professionnels,  des maîtres,  des enseignants.  Les élèves de Segpa sont des élèves un peu fragiles et ils doivent être accompagnés dans leur cursus scolaire.  Depuis 1979,  nous avons un enseignement civique,  juridique et social.

 

 

L'enseignement professionnel est loi de la réussite.  Avec les élus départementaux et métropolitains,  nous nous rencontrons régulièrement pour avoir un partenariat cohérent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Camille Simonet.
Femmes, oubliées de la fraternité. 

 

 

Il ne s'agit pas d'une guerre des sexes,  mais une égalité entre les sexes. 
Pourquoi la féminisation des mots ?

 

 

La parité à sa place dans la société française,  l'égalité femme homme est un des fondamentaux de notre constitution.  La femme est le primordial de l'humain (Jean Jacques Rousseau).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anais Curti et Théophile Martinet Comité de la Vie Lycéenne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La fraternité par l'éducation populaire.
Les cartes de la fraternité.
Frédéric Rideau.

 

 

 

Mettre en place des cartes mettant en valeur la fraternité au niveau des écoles,  collèges et lycées. 

 

 

Destinées à être adressées par tirage au sort,  à des particuliers,  choisis dans l'annuaire téléphonique. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sylvie Rivol.  Les services civiques. Avec Juliane et Ismane.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mustapha Sbay

Culture et coopération internationale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CLÔTURE : VERS UNE SOCIETE PLUS FRATERNELLE,

par Jean Louis Tourraine 

(Président du Cercle Condorcet de Lyon)

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article