Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le lundi 01 mai 2017

le 30 avril 2017 : L’AMAF a organisé un tournoi de football au gymnase Chanfray, dans le 2e arrondissement de Lyon.

  

 

 Etonnée de voir des lycéens venus de l’Isère et de la Drôme pour assister à notre tournoi.  Nous étions au nombre de 125 personnes  dont plus de 100 écoliers, collégiens et lycéens venant de  18 établissements de Lyon, de la Métropole,  du Rhône, de l’Isère et de la Drôme.

 

 

 Sur  10 équipes, 8 sont restées jusqu’à la fin. Les jeunes du quartier Sœur JANIN avaient formé trois équipes. Des jeunes de tous les arrondissements de Lyon étaient représentés à notre tournoi. 

 

 

 Des jeunes de tous les arrondissements de Lyon étaient représentés à notre tournoi. Les jeunes ont eu l’honneur de recevoir M. et Mme Didier et Félina BERNARD, Constance ORIEUX  de l’AMAF, Thérèse NDOLI, sympathisante de l’AMAF, Mme Rebecca BOUISSA-MATOKO sympathisante de l'AMAF ; M. Abbes de Cap Diversité, M. Abdel Malik DUCHAINE, chargé du Dialogue inter religieux auprès du Culte Musulman en Rhône-Alpes, M. Eléazar BAFOUNTA, ancien Adjoint au maire de Vénissieux Professeur d’Economie Gestion, Mme Arlette GRENIER du 5e arrondissement de Lyon, M. Saïd INTIDAM, Adjoint aux Sports de la Mairie du 5e  représentant M. Thomas RUDIGOZ, Maire du 5e. M. Denis BROLIQUIER, Maire du 2e arrondissement de Lyon est resté avec nous de 16h à 17h

 

 

 Tous nos remerciements à M. Abdel Malik DUCHAINE pour les photos que vous pouvez voir sur son blog

 

 

 Par ailleurs, d’autres personnes n’ont pas pu être des nôtres  et se sont excusées : Mme Nicole BORSNTEIN Présidente du CRIF-Auvergne-Rhône-Alpes, Mme Bénédicte LOUIS élue de l’opposition du 5e arrondissement de Lyon,  Mme Anne LORNE Conseillère Régionale, M. Michel NIELLY Professeur de Management et de Communication, M. Benjamin COHEN  PDG de Carré Santé Beauté,  M. Yann CUCHERAT Adjoint  au maire Délégué aux Sports à la Ville de Lyon, M.  Jean-Dominique DURAND, Adjoint au maire , Délégué aux anciens combattants à la Ville de Lyon,  M. Thomas RUDIGOZ, Maire du 5e…

 

 

 Les jeunes étaient si heureux de se retrouver et de passer un très bon moment ensemble. Il régnait une ambiance très conviviale, une ambiance de fête.

 

 

 Comment avons-nous financé ce tournoi ?


 

 La  Mairie centrale a  mis à notre disposition à titre gracieux, le gymnase.

La Mairie du 2e  a offert 5 coupes et 14 médailles.

La Mairie du 7e arrondissement  nous a  offert  4 coupes et 60 médailles

 

 

 M. Youssoufou GASSAMA , Président d’un Club du 2e que j’ai contacté à  la demande  de M. Jean Stéphane CHAILLET, Adjoint aux Sports du 2e arrondissement de Lyon, a  prêté à l’AMAF deux ballons, le sifflet et des chasubles. 

 

 

Tout jeune qui voulait jouer au football devrait donner une contribution d’un euro. Avec l’argent collecté, nous avons offert  à la fin du tournoi , la boisson et  les gâteaux. 

 

 

  Ce sont les jeunes eux-mêmes qui ont arbitré les différents matchs.
Tous voulaient être utiles et faire du tournoi , un moment de réussite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Cheidia MAAOUI, chargée de la Jeunesse de l’AMAF  est allée vers 11heures à Carrefour de Confluence, faire les courses avec l’argent collecté  lors du tournoi (participation d’un euro de chaque joueur au tournoi) .

Après les courses, il restait 10 euros. J’ai demandé à Cheidia de les garder pour l’achat des  gâteaux lors de la prochaine activité de l’AMAF.

 

 

 Nous avons confié  à Cheidia  de s’occuper de l’organisation du tournoi.

Nous lui avons uniquement apporté   notre aide lorsqu’elle ne  savait pas ce qu’il fallait faire. Merci à Cheidia que  je connais depuis plus de 15 ans, dès la classe de 6e, elle faisait partie des jeunes de l’AMAF.

Aujourd’hui, elle travaille et je  remercie ses parents, M. et Mme MAAOUI qui ont toujours cru en l’AMAF.

Merci  aussi à Marie Thérèse NDOLI et à  Constance ORIEUX qui ont aussi aidé Cheidia dans l’organisation de ce tournoi.

 

 

 Les jeunes de chaque équipe étaient contents de voir M. Saïd INTIDAM du 5e arrondissement de Lyon et M. Denis BROLIQUIER, Maire du 5e, ils ont pu échanger avec les deux élus. 

Contents de voir des élus s’intéresser à eux et de venir les soutenir.

 

 

 Nos vifs remerciements à  Félina,  à son mari et à leur fils qui ont mis  à  notre disposition à titre gracieux, la sono pour l’animation de notre tournoi.

 

 

 Au moment du verre de l’amitié, les jeunes ont vraiment apprécié ce temps  et avant de partir  ont remercié les organisateurs.

 

 

 Les jeunes du quartier  Sœur JANIN ont  aidé  l’AMAF a nettoyé le gymnase avant de partir.

 

 

J’ai pu faire le constat suivant que  les jeunes ont besoin de ces temps de rencontre. Ils aiment le football et sont demandeurs de ce genre d’initiatives.  Nous allons alors proposer au  Maire du 5e , d’organiser un tournoi dans le 5e arrondissement de Lyon. 

 

 

Nous remercions Mme OLIVIER, gardienne du gymnase CHANFRAY pour sa disponibilité, elle  a assisté à notre tournoi , elle est restée avec nous jusqu’à la fin du match. 

 

 

 A la fin du tournoi, Cheidia a ramené d’autres jeunes. Félina a demandé à son fils Didier de me raccompagner avec trois jeunes du quartier Sœur JANIN. 

Je présente mes remerciements à Félina, à son époux  et à son fils.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Merci à tous ceux et toutes celles qui ont permis à l'AMAF d'organiser ce tournoi et merci à ceux et celles qui ont donné une suite favorable à notre invitation.

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 30 avril 2017

le 30 avril 2017 : 3e édition du Festival Culinaire Indonésien Organisé par PPI Lyon (association des étudiants indonésiens de Lyo

 

 

 3e édition du Festival Culinaire Indonésien Organisé

par PPI Lyon (association des étudiants indonésiens de Lyon)

au Centre Culturel de la Vie Association à Villeurbanne

 

 

 PPI Lyon (association des étudiants indonésiens de Lyon) vous présente la 3ème édition du Festival Culinaire Indonésien - Le paradis d'épices. Parcourez les stands du Festival Culinaire Indonésien et découvrez la culture et la gastronomie indonésienne à travers des mets, danses et chants entièrement élaborés par les étudiants indonésiens de France.

 

 

 Rendez-vous le dimanche, 30 avril 2017 du 12h à 16h

au Centre Culturel de la Vie Associative de Villeurbanne

(métro A arrêt Flachet).

Venez nombreux ! 

 

 

 Tarif d'entrée: 3€ plein tarif, gratuit pour les moins de 5 ans.

 

 

 

 

La cuisine indonésienne est souvent appréciée des visiteurs puisque les plats réservent rarement de mauvaises surprises.  Souvent à base de riz ou de nouilles,  ils ne sont pas trop épicés.  En fait, le Sambal, une pâte à base de piments et différents épices, est souvent placé sur le côté dans votre assiette, donc vous avez toujours le choix de rendre votre plat plus ou moins épicé 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Lorsque vous mangez en rue ou dans les restaurants locaux, il est important de connaître certains termes indonésiens car, dans certaines régions moins touristiques, vous risquez de ne rien comprendre aux menus. Avec ces quelques termes de base, vous pouvez déjà vous en sortir :

  • Nasi = le riz qui est bien sûr la base de l’alimentation,

  • Mie = les nouilles chinoises ou Noodles

  • Goreng = fris

  • Ayam = poulet

Pour vous y retrouvez, voici un lien très utile sur Wikipédia vers la liste de tous les plats indonésiens accompagnés de leur photo et d’une description !

LES PLATS TYPIQUEMENT INDONÉSIENS

Voici quelques plats typiques que l’on retrouve partout en Indonésie:

 

NASI GORENG

C’est LE plat indonésien qui va très vite vous être familier. Nasi Goreng signifie Riz Fris, et peut se servir seul avec des légumes ou avec du poulet, du boeuf ou des crevettes, et en général du Sambal (pâte de piments) sur le côté.  Il s’accompagne souvent des chips de crevettes (les chips chinoises), une tranche de tomate et deux tranches de concombres.  Une variante : le Nasi Goreng Special est un Nasi Goreng avec un oeuf fris par dessus. Traditionnellement, il est servi dans une feuille de bananier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 29 avril 2017

le 28 avril 2017 : Projection Débat - Les Hui, une ethnie musulmane chinoise. Organisé par Repères & Vocations et EMF Lyon

 

 

 

 

 Projection Débat - Les Hui, une ethnie musulmane chinoise. Organisé par Repères & Vocations et EMF Lyon Milli Görüş Lyon Bölgesi CIMG LYON

27 Rue des Frères Emmanuel Joseph et Louis Amadéo à Vénissieux 


 

 Regroupant une population de 9,82 millions de personnes, le groupe ethnique hui forme l’une des plus importantes ethnies minoritaires de Chine. On trouve des Hui dans la plupart des districts et villes du pays, particulièrement dans les régions autonomes hui du Ningxia et ouïgoure du Xinjiang, ainsi que dans les provinces du Gansu, Qinghai, Henan, Hebei, Shandong et Yunnan.

 

 

 Le mot Hui est une abréviation de « Huihui », apparu pour la première fois dans la littérature de la dynastie des Song du Nord (960-1127). Ce mot fait référence aux Huihe (Ouïgours) qui ont vécu à Anxi du Xinjiang actuel et ses environs depuis la dynastie des Tang (618-907). Ces Huihui étaient en réalité les précurseurs des Ouïgours actuels qui sont totalement différents des Hui ou Huihui d'aujourd'hui. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Au début du XIIIe siècle, alors que les troupes mongoles faisaient leurs expéditions vers l’ouest, les gens de croyance musulmane d'Asie centrale, dont les Perses et les Arabes, ont été forcés de se déplacer ou ont volontairement émigré en Chine. Comme artisans, marchands, lettrés, officiels et chefs religieux, ils se sont dispersés dans beaucoup d’endroits du pays et se sont adonnés principalement à l’élevage du bétail. Ces gens, qui étaient également appelés Hui ou Huihui à cause de leurs croyances religieuses, étaient identiques aux gens d’Anxi et faisaient partie des ancêtres des Hui d'aujourd'hui. 

 

 

Plus tôt, vers le milieu du VIIe siècle, les Arabes et les Perses musulmans sont venus en Chine pour faire du commerce, et certains sont devenus résidants permanents de villes comme Guangzhou, Quanzhou, Hangzhou, Yangzhou et Chang'an (actuel Xi'an). 

 

 

 Ces gens, désignés sous le nom de fanke (invités des régions périphériques), ont construit des mosquées et des cimetières publics. Certains se sont mariés et ont eu des enfants que l’on a reconnus en tant que tusheng fanke, ce qui signifie « invités des régions périphériques nés ici ». 

 

 

 Pendant la dynastie des Yuan (1271-1368), ces gens ont formé une partie des Huihui qui venaient en grand nombre en Chine en provenance d'Asie centrale.

 

 

 Les Huihui d'aujourd'hui sont donc un groupe ethnique qui tire ses origines principalement dans les deux catégories mentionnées ci-dessus. 

 

 

 Au cours du développement, celles-ci ont intégré des gens d'un certain nombre d'autres groupes ethniques, dont les Han, les Mongols et les Ouïgours.

 

 

 L’islam a eu une influence profonde sur le style de vie des Hui. Par exemple, peu après sa naissance, un nom huihui doit être donné à l’enfant par un ahung (imam); des ahung doivent être témoins des cérémonies du mariage; et une personne décédée doit être purifiée avec de l'eau, enveloppée dans un linceul blanc et enterrée rapidement et sans cercueil en présence d'un ahung qui préside la cérémonie. Les hommes ont l’habitude de porter des calottes blanches ou noires sans rebord, particulièrement pendant les services religieux, alors que les femmes couvrent leur tête de foulards noirs, blancs ou verts -une habitude dérivée des pratiques religieuses. Les Hui ne mangent jamais de viande de porc ni de sang d’un animal qui est mort naturellement, et ils refusent de prendre de l'alcool. Ces coutumes proviennent du Coran des musulmans. Les Hui sont très particuliers sur l'hygiène. Ainsi, avant d'assister à des services religieux, ils doivent procéder soit à « un nettoyage mineur », c’est-à-dire laver visage, bouche, nez, mains et pieds, soit à « un nettoyage majeur », lequel exige un bain complet.

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 27 avril 2017

le 27 avril 2017 : Témoignage de Benjamin Orenstein à l'Université Jean Moulin Lyon 3

 

 

L'UEJF Lyon a l'immense privilège de recevoir Benjamin ORENSTEIN, ancien déporté des camps d’Auschwitz, pour un témoignage poignant.

 

Benjamin Orenstein est l'auteur du livre "Ces mots pour sépulture", adapté au théâtre, retraçant son parcours jusqu'à aujourd'hui.

 

 

L’Université Jean Moulin Lyon 3 et la section lyonnaise de l'Union des Étudiants Juifs de France ont eu le plaisir d’accueillir Monsieur Benjamin Orenstein, ancien déporté et survivant des camps de la mort, qui témoigne de ce qu'il a vécu. Un récit précieux puisqu’il est l’un des derniers survivants de la Shoah.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article