Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le dimanche 14 mai 2017

le 14 mai 2017 : DESTINATION TAQWA Avec Sheikh Bilal Gangat et Sheikh Chakil Omarjee aux Terrasses du Parc à Villeurbanne

  

 

 « Ô croyants ! Le jeûne vous est prescrit comme il a été prescrit aux peuples qui vous ont précédés, ainsi atteindrez-vous la piété (Taqwa) »

 [Coran, Sourate 2, Al Baqarah : Verset 183] 

 

Hidayah séminaires vous emmène en voyage, au cœur du mois de Ramadan.

Nous vous invitons à travers ce séminaire d’une journée qui marque le début de l'aventure Hidayah à Lyon inshaAllah, à venir préparer le mois de Ramadan avec excellence.

 

Sheikh Chakil Omarjee et Sheikh Bilal Gangate vous donneront la feuille de route à suivre pour espérer gravir les degrés de la piété.

 

Avez-vous remarqué combien nous sommes organisés lorsqu’il s’agit de la vie d’ici-bas - la dunya ?

Dans le cadre d’un voyage, censé durer une courte durée pourtant, nous pensons à tout … Bagages / billets / logement / repas / activités / budget …

Nous préparons tout dans le moindre détail pour partir l’esprit tranquille et le cœur léger !

 

Et… Qu’en est-il de la préparation de notre vie dernière – la akhira ?

La préparons-nous aussi minutieusement ? Nous sommes pourtant sûrs et certains que notre dunya a une fin et qu’un voyage pour l’éternité nous attend...

 

Qu’en est-il de ces périodes bénies comme notre si vertueux mois de Ramadan – pouvant nous mener à la destination tant rêvée et convoitée : la taqwa … cette conscience proactive de Dieu, cette piété qui est une caractéristique des gens du Paradis.

Nous sommes aux portes d’un mois, qui est un véritable cadeau de la part d’Allah, tant ses mérites et ses bienfaits sont immenses. Ne mérite-t-il pas que l'on honore sa présence et que l’on soit au moins aussi consciencieux dans sa préparation que pour un simple voyage? Ne devrait-on pas décider de se donner des objectifs clairs, de faire un programme réfléchi, et de nous mettre dans un état d’esprit permettant d’accueillir ce mois comme il se doit ?


Assalam aleykum wa rahmatuLlahi wa barakatuh,


Itinéraire : DEPART LYON - DESTINATION TAQWA

Compagnie : HIDAYAH

Référence : #DESTINATION_TAQWA


Vous avez choisi d'embarquer avec Hidayah Séminaires pour son prochain voyage au cœur de Ramadan :


DESTINATION TAQWA

Avec Sheikh Bilal Gangat et Sheikh Chakil Omarjee

Dimanche 14 mai


Nous vous remercions sincèrement pour votre confiance et nous avons hâte de vous accueillir in sha Allah.


Ramadan…


Il nous est rapporté que les compagnons l’attendaient avec une hâte inégalée et qu’ils s’y préparaient jusqu’à six mois à l’avance, invoquant Allah de leur permettre d’être parmi les jeûneurs bienheureux. 


Ramadan est sans conteste l’école de la vie, et celui qui en toute conscience parvient à cette conclusion comprendra dès lors l’enthousiasme des rapprochés du bien-aimé, alayhi salât wa sallam. 


C’est le mois où tout aspirant à la Vérité verra ses efforts multipliés, où l’espérance renaît et où l’on puise la force d’affronter le reste de l’année.


Rendez-vous à 8h30 pour l'enregistrement


L'équipage sera prêt à vous accueillir à partir de 9h


Départ imminent à 9h !


Soyez à l'heure, l'avion ne vous attendra pas ;)


Informations utiles : Avant ce voyage, nous voulons nous assurer que vous n’avez rien oublié dans vos bagages :)


CHECK LIST :


- Soigner son intention :

Enfin, ayez la ferme intention de ne venir au séminaire qu'entièrement et exclusivement pour Allah Subhanahu Wa Ta'ala.


- Analysez vos précédents Ramadan :


Nous allons plonger au cœur du mois tant attendu, cet invité si spécial, si honorable... in sha Allah. Nous vous proposons de commencer dès maintenant à vous réformer pour rendre ce prochain Ramadan encore plus significatif, qu'il soit un nouveau départ pour des vies plus proches d'Allah et de Sa satisfaction inshaAllah.


Le premier pas étant l’analyse sincère et personnelle de nos précédents Ramadan, et la remise en question intrinsèque, nous vous invitons à vous mettre dans une dynamique de changement positif… pour Allah in sha Allah.


- Prier deux unités (rak'ats) surérogatoires :


Faites à la fin de ces dernières ainsi qu’à la fin de vos 5 prières obligatoires quotidiennes de sincères invocations à Allah en l'implorant d'augmenter votre savoir, « Rabbi zidni 'ilma ». 


Demandez-Lui abondamment pardon par l'istighfar «astaghfiruLlah wa atubu ilayh» et invoquez Allah de vous accorder la sincérité dans vos démarches de recherche de science, dans vos intentions et vos actions.


- Invoquer !

Demandez à Allah qu'Il bénisse l’assemblée et en fasse une assemblée qui se retrouvera au plus haut degré du Paradis.


Demandez à Allah qu’Il facilite le travail de Sheikh Mustafa Bilal Gangat et de Sheikh Chakil Omarjee dans leur mission de transmission du savoir, et d’accepter leurs efforts.


Demandez à Allah qu'Il vous accorde la Taqwa...


- Bien dormir :


Faites en sorte d'avoir une bonne nuit de sommeil ce soir afin d'arriver en forme. 


- Se parer de bonne humeur :


Parez-vous de vos plus beaux habits et de votre plus beau sourire ;-)


- Infos pratiques :


Adresse 

 


Terrasses du Parc
115 boulevard Stalingrad
69100 Villeurbanne

 


Plan 


http://www.lesterrassesduparc.fr/contact


Prise de notes


Nous vous invitons à emmener de quoi prendre des notes (carnet, stylo)


 


Chers voyageurs, c’est un réel plaisir de tous vous retrouver, nous mesurons le poids de cette responsabilité qui nous incombe, puisse l’aide d’Allah nous accompagner...

Gardez-nous dans vos invocations, vous êtes dans les nôtres, nous vous remercions sincèrement d’avoir choisi d’embarquer avec nous !

 


Très fraternellement,

L’équipe Hidayah

 

 

 Récitation coranique

 

 

 

 

 

 

 Intervention de Cheihk Chakil Omarjee


Cheikh Chakil Omarjee est né au Port, sur l‘ile de la Réunion. Issu d’une famille versée dans les sciences religieuses, il commença son parcours par les cours de mémorisation du Saint Qur’an à la madrassah de sa ville. Il fut très tôt animé par l‘envie d’en savoir toujours plus et de vouloir savoir pour comprendre.

Soutenu par sa famille et ayant obtenu son BTS en Gestion Immobilière, il donna alors la priorité à ses études Islamiques et embarqua à l‘âge de 19 ans pour l‘Inde ou il étudiera dans la madrassah fondée à l‘origine par son Grand père avant de rejoindre l’Université de Kantharia – Gujurat – où iI étudia les Sciences du Qur'an, les Sciences du Hadith, le Fiqh et il y obtint un Master en Sharia et un Master en Fiqh, ainsi que le titre honorifique de « Mufti » lui conférant ainsi la légitimité d’émettre des avis juridiques en matière de droit musulman.

Il reviendra sur l‘ile de la Réunion en 2007, pour y occuper la fonction d’Imam dans la Grande Mosquée du Port, où il commença à enseigner et mettre en place des programmes d’éducation pour les jeunes de sa ville. Il est également très sollicité par le milieu associatif et s’investit dans les domaines du halal et de la finance islamique.

Il devient par la suite Membre permanent du CFCI, La Cellule de  Fiqh du Centre Islamique de la Réunion qui a pour mission principale d'étudier de façon approfondie les questions en rapport avec le droit musulman. Au sein de cette cellule de Fiqh, il se spécialise sur les questions liées aux affaires économiques, financières et immobilières avant d’être finalement nommé à la fonction de Vice-président du Centre Islamique de la Réunion.

Arrivé en France métropolitaine en 2009, avec l‘intention de contribuer au développement de la Finance Islamique, il reprend ses études en finance d’Entreprise et Finance de Marché au CNAM de PARIS et à l‘Université d’Evry. Puis il participe en tant que Consultant dans de nombreux projets de développement d’offres de finance Islamique (en tant que membre du Sharia Board : ACERFI) et il apportera également son expérience d’auditeur indépendant du Halal dans de nombreux projets.

Ayant été très souvent sollicité pour intervenir lors de conférences, il prend conscience de la soif de savoir énorme qui sommeille dans notre communauté et souhaite donc répondre à cette demande en travaillant sur une diffusion structurée du savoir. 

 

Le mois de Ramadhan,  c'est le 9 ème mois,  c'est le mois du pardon,  c'est le mois du partage,  c'est le mois d'Allah par excellence.  Le mois de mois de Ramadhan,  c'est le mois de la piété,  c'est le mois qui n'est pas un mois comme un autre.  C'est le mois où les portes du paradis sont grandes ouvertes et les portes de l'enfer sont fermées.  

Dans notre vie de tous les jours,  c'est compliqué,  parce qu'il y a shaytan,  il y a le diable.  Il y a l'influence angélique prendre le dessus.  Ce mois de Ramadhan est ce mois où l'on peut développer toutes les valeurs que nous avons en nous pour que nous puissions nous surpasser afin d'obtenir la Taqwa. 

 

 

 L'objectif du mois de Ramadhan est d'atteindre la Taqwa.  On ne peut pas se permettre de passer à côté de cet objectif.  Il faut absolument comprendre pourquoi on le fait.  La Taqwa, c'est la crainte irrevencielle de Dieu.  Crainte est égale à peur. La crainte induit l'éloignement.  La Taqwa,  c'est de ramener Dieu au centre de ma vie.  Le grand absent de notre islam,  c'est Allah.  C'est pourquoi la Taqwa,  c'est de revenir ami avec Allah.  Et pendant ce mois de Ramadhan,  ce sera facile d'atteindre la Taqwa.  C'est une occasion inespérée pour se rapprocher de Dieu.  Pendant cette période,  nous allons changer notre façon de vivre,  tous les jours c'est Allah,  soumission aux ordres d'Allah. 

 

 

 Ce mois de Ramadhan,  c'est de se reapproprier al chahada.  Si le mois de Ramadhan se passe bien,  l'année entière se passe bien.  Pendant le mois de Ramadhan, on s'interdit les choses autorisées,  mon objectif ce n'est pas d'adorer le mois de Ramadhan, c'est d'adorer Allah.  On n'a pas d'autres choix. Pour tous les aspects de notre vie,  ce mois de Ramadhan doit être un mois de retrouvailles avec Allah, pour vivre des mois de Taqwa tout le long de l'année.  Taqwa,  c'est un état de conscience,  c'est une prise de conscience.  

Cette Taqwa va m'accompagner tout au long de ma vie. 

Cette Taqwa change nos vies. 

 

 

Le feuille de route pour aller vers la Taqwa. 

Mouhasabah : Faire un bilan,  état des lieux.  Quel est mon point de départ ? Il faut savoir d'où on part ? L'objectif c'est de ramener Allah au centre de notre vie.  Quels sont les éléments qui me freinent au quotidien,  qui m'empêchent d'aller vers Allah.  Nos seules ressources intérieures,  sont celles que l'on se fixe. Les sahabas,  ce sont les plus pieux, ce sont les élèves du Prophète (Sallallah Aleyi Wa Salem). Être musulmans,  c'est être un sahaba. C'est croire en Allah,  je contraints aux règles d'Allah (Soubhanallah Wa ta Allah). 

 

 

 Musulman veut dire,  être soumis à Allah.  Dès que je récite Al Chahada,  c'est que je me soumets aux règles d'Allah (Soubhanallah Wa ta Allah). Wallahi,  je veux le faire.  C'est la vision de ma vie.  Il faut donner à nos rêves une raison d'être.  Ce désir de changement se se réaliser.  Il faut savoir être persévérant dans nos actes. Ça devient un objectif,  ça va transcender ma vie.  Quelle meilleure occasion qu'est cette période du mois de Ramadhan.  "La pire des personnes à qui je peux mentir,  c'est à moi". 

 

 

 Tawbah : Remettre les compteurs à zéro.  Il faut à tout prix chercher le pardon d'Allah (Soubhanallah Wa ta Allah). Le pardon,  ce sont les bénédictions divines. Qu'Allah nous préserve de la mauvaise pensée des gens.  Allah (Soubhanallah Wa ta Allah) est pardonneur. Chacun et chacune d'entre nous,  devons pardonner, n'ayons pas peur de pardonner. N'ayons pas peur de parler à Allah. Aujourd'hui,  c'est la procrastination,  c'est remettre à plus tard ! Tawbah,  c'est maintenant, ce n'est pas demain.  

 

 

 Islahouz-zahir : C'est la correction des actions.  Zahir,  c'est l'action.  Parfois,  on se dit,  j'attends d'être pieux pour faire de bonnes actions.  La prière est un moyen de protection contre le vice.  Même si parfois on a de mauvaises habitudes,  il ne faut pas s'arrêter de faire la prière.  C'est la même chose pour le hadj,  n'attend pas d'être pieux pour faire le hadj.  Ce sont les actions qui vont contribuer pour être bon.  Le chemin le plus court pour aller vers Allah,  c'est le d'aller tout droit.  Ce sont les obligations.  C'est le focus sur l'essentiel.  C'est la prière,  c'est la première des choses sur laquelle on sera questionné,  c'est la prière.  Être rigoureux dans la prière,  ne pas manquer chaque prière.  Tous les jours de ma vie, je me dois de faire ma prière.  Je trouve un endroit,  je fais ma prière, c'est la préoccupation de ma vie. Il faut corriger et contrôler sa position,  sa tenue,  que la position soit stable et les bras ne se baladent pas.  Le but de ce contrôle,  c'est que je suis dans le hallal. Abstenons nous du haram.  C'est la prière qui nous vient en aide.  Je le fais quand même.  Si je fais le mois de Ramadhan, je fais très attention aux interdits.  Quand je fais un pas vers Allah,  Allah fait deux pas vers moi.

 

 

 Islahoul-Batin : la correction de l'intérieur. Avoir un coeur pur.  Le coeur de l'être humain va impacter ces actions.  Se débarrasser des défauts qui sont en nous.  Celui qui a réussi à purifier son coeur,  aura réussi. Le premier des outils,  c'est le dikhr,  c'est se rapprocher d'Allah (Soubhanallah Wa ta Allah). Le but du dikhr,  c'est d'emmener sa conscience vers Allah.  Que chaque instant de ma vie dépend d'Allah.  Quelques formules,  le matin et le soir.  On répète 10 ou 100 fois "La Illah illallah", "Stafirallah"

La langue,  préserve ta langue,  beaucoup de pêchers viennent de la langue,  par les mauvaises paroles que nous pouvons avoir.  

 

 

 La bonne compagnie.  Le vrai ami c'est celui qui en ta présence mentionne Allah et qui en ton  absence,  mentionne Allah.  

Qur'an, le mois de Ramadhan, c'est le mois du Qur'an.  Savoir lire et déchiffrer le Coran.  C'est une ibada à part entière.  C'est un acte d'adoration.  La nécessité absolue,  c'est d'apprendre à lire le Qur'an.  La véritable raison d'être sur terre c'est notre relation avec Allah.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Sheikh Bilal Gangat est né à Saint Pierre sur l’île de La Réunion. Fils de Sheikh Ishaq Gangat, directeur de la Madrassah Atyaboul Madaris, c’est tout naturellement, auprès de lui qu’il débute son apprentissage du Texte Sacré. Après avoir complété la mémorisation du Saint Qour’aan, il décide de poursuivre ses études en Sciences Islamiques dans des instituts spécialisés à l’étranger...

Il initie son cursus en Inde à l'université "Falahe Daraïn" où il passe la majorité de ses années d'études, et le complète en Afrique du Sud, à l'Université "Arabia Islamia". Suite à cela, il rentre à  l'île de la Réunion, diplômé en Shariah, où il occupe les fonctions d’Imâm à la mosquée "Atyaboul Massâdjid" de Saint-Pierre depuis 2001. Il intervient régulièrement dans des conférences sur des thématiques spirituelles et religieuses.

Enseignant dans le département de Tahfîdh oul Qour'aan (dédié à la mémorisation de la Parole d'Allah) à la Madrassah "Atyaboul Madaris" de Saint-Pierre auprès du jeune public, il s'appuie sur la formidable formation reçue auprès de son père Sheikh Ishaq Gangat et de son Sheikh en récitation du Qour'aan (Quirâ-âte), Shaikh Muhammad Siddiq Falahi.

Sa méthodologie va améliorer de façon très sensible la façon d'enseigner le Qour'aan aux jeunes enfants et va également contribuer à une meilleure préparation des candidats réunionnais pour les compétitions locales et internationales de mémorisation du Qour'aan. L'île de la Réunion a ainsi l'honneur d'être primée régulièrement depuis 2008 dans les compétitions internationales de mémorisation de Qour'aan à Makkah (et plus récemment Dubai)

En 2015, il fut désigné parmi les membre du jury à l'occasion de la 3ème compétition internationale de récitation et mémorisation du Qour'aan "MTQ International", organisé à Jakarta.

Membre du Centre Islamique de la Réunion, il contribue en 2001 à la création du site internet www.islam-reunion.com (devenu maintenant islam-reunion.re) et en est l'administrateur jusqu'en 2010.

Parallèlement, il assume depuis 2002 avec Sheikh Mohammad Patel la gestion d'un institut dédié à l'enseignement pour adultes des sciences islamiques où il assure notamment des cours de Tafsîr (exégèse coranique) et d'apprentissage de la langue arabe. Dans la continuité de cette première expérience, il a participé plus récemment (en 2014) à la mise en place d'un autre institut de formation ayant pour principale vocation d'offrir au grand public un enseignement religieux contextualité.

Vice Président de l'Institut Privé d'Enseignement (IPE) de 2011 à 2015, il a participé de façon active à la mise en place du premier collège privé à sensibilité éthique de la Réunion.

Investi dans le dialogue inter religieux à l'île de la Réunion (GDIR Sud), il intervient de façon régulière auprès d'un public multi confessionnel, pour permettre d'entretenir le fameux "vivre ensemble" si cher à l'île de la Réunion.

 

 Intervention de Cheihk Bilal Gangate

Durant ce mois de Ramadhan,  Allah ( Soubhanallah Wa ta Allah ) a un regard précieux sur nous, les portes du paradis sont ouvertes,  les portes de la miséricorde et les portes de l'enfer sont closes.  Objectif de ce mois de Ramadhan,  c'est la Taqwa.  Allah nous aime.  Chacun d'entre nous a sa réponse.  Lorsque que l'on doit développer la Taqwa,  il y a d'abord la relation verticale avec Allah où il faut lire, jeûner,  prier,  invoquer,  s'isoler et le pèlerinage. 

 

 

Il y a également les autres,  en premier,  il y a la famille,  la générosité et le focus sur moi même, la nourriture et le temps.  Le Ramadhan,  c'est le mois du Qur'an.  Le Qur'an est un guide pour les musulmans,  à travers la lecture. Le Qur'an,  c'est la parole d'Allah qui a été révélée au Prophète Muhammed (Sallallah Aleyi Wa Salem), par l'intermédiaire de l'ange Gabriel qui lui dit : "Iqra, lis au nom de ton seigneur qui t'a créé". La parole alif,  lam, mim. Ces mots sont miraculeux,  c'est une lecture sans compréhension,  mais qui ont une importance particulière miraculeuse.  

 

 

 La lecture est considérée comme une compréhension.  S'approprier la parole d'Allah ( Soubhanallah Wa ta Allah ),  c'est l'objectif de la parole du Qur'an. Le but ultime,  c'est de lire régulièrement,  c'est un livre de chevet,  il faut lire et écouter la parole d'Allah,  c'est une Sunnah.  Lire le Qur'an est une action active,  l'écouter est une action passive.  La méditation du Qur'an, sur la force des versets,  c'est le faire comprendre à son coeur,  nous lisons et nous méditons.  S'approprier la parole d'Allah,  c'est comprendre.  "Si tu veux savoir ce Qu'Allah te dit, ouvre le Coran". On n'est pas obligé de connaître l'arabe pour comprendre le Qur'an.  Il n'est pas interdit d'ouvrir le Musraf.  

 

 

 Quel challenge ? Est ce que mon lien du Qur'an est fort,  est ce que connaître l'arabe est fort ? 

 

Se fixer des objectifs le lecture pendant le mois de Ramadhan.  
On peut avoir un mois de Ramadhan sans ne rien dire, ne rien voir,  ne rien entendre.  Le résultat,  ce que nous aurons un coeur pur. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 13 mai 2017

le 13 mai 2017 Le Soufisme Dimension Mystique de l'Islam, Organisé par  Valeurs Spirituelles Musulmanes Lyon au Musée Africain

 

 

 Le soufisme est le mysticisme de l’Islam. Comme tel, il a la particularité d’exister aussi bien dans l’Islam sunnite que dans l’Islam chiite. Décrire le soufisme est une tâche redoutable. Comme tout mysticisme, il est avant tout une recherche de Dieu et son expression peut prendre des formes très différentes. D’autre part, par ses aspects ésotériques, il présente des pratiques secrètes, des rites d’initiation, eux aussi variables selon les maîtres qui l’enseignent.

 

 

   Bien que le soufisme se veuille rigoureusement musulman, l’Islam traditionnel, sunnite et chiite, considère le soufisme avec la plus grande méfiance.

 


En Iran, la grande majorité des mollas y est vivement opposée et dans l’Islam sunnite, la plupart des Ulema sont beaucoup plus intéressés par la lettre du Coran et ses interprétations juridiques que par les spéculations des soufis auxquelles ils trouvent une odeur de soufre. Cette opposition généralisée contribue à la discrétion du soufisme.

 

 

 

 En outre le soufisme n’a aucune unité. Chaque maître se constitue une cohorte de disciples attirés par la réputation de son enseignement. Tout au plus, ces maîtres déclarent se rattacher à une " confrérie ", elle même fondée par un célèbre soufi des siècles passés ; personne ne vérifie une quelconque orthodoxie de l’enseignement donné, du moment qu’il se réfère à l’Islam.

 

 

 L’importance de cet Islam secret n’en est pas moins remarquable. Historiquement, il a joué un rôle de premier plan dans la naissance des déviations du chiisme que sont l’Ismaëlisme et la religion druze. En littérature, il a profondément inspiré certaines des oeuvres arabo-persanes les plus remarquables comme les Contes des Mille et Une Nuits ou le poème d’amour deLeyla et Majnoun.

 

 

C’est cependant par sa spiritualité que le soufisme est le plus original. Dans la conception soufie, l’approche de Dieu s’effectue par degrés. Il faut d’abord respecter la loi du Coran, mais ce n’est qu’un préalable qui ne permet pas de comprendre la nature du monde. Les rites sont inefficaces si l’on ignore leur sens caché. Seule une initiation permet de pénétrer derrière l’apparence des choses. L’homme, par exemple, est un microcosme, c’est-à-dire un monde en réduction, où l’on trouve l’image de l’univers, le macrocosme. Il est donc naturel qu’en approfondissant la connaissance de l’homme, on arrive à une perception du monde qui est déjà une approche de Dieu. 

 

 

Selon les soufis, toute existence procède de Dieu et Dieu seul est réel. Le monde créé n’est que le reflet du divin, " l’univers est l’Ombre de l’Absolu ". percevoir Dieu derrière l’écran des choses implique la pureté de l’âme. Seul un effort de renoncement au monde permet de s’élancer vers Dieu:

" l’homme est un miroir qui, une fois poli, réfléchit Dieu ". 

 

 

 Le Dieu que découvrent les soufis est un Dieu d’amour et on accède à Lui par l’Amour : " qui connaît Dieu, L’aime ; qui connaît le monde y renonce ". " Si tu veux être libre, sois captif de l’Amour. "

 

 

 

 

 Ce sont des accents que ne désavoueraient pas les mystiques chrétiens. Il est curieux de noter à cet égard les convergences du soufisme avec d’autres courants philosophiques ou religieux: à son origine, le soufisme a été influencé par la pensée pythagoricienne et par la religion zoroastrienne de la Perse ; l’initiation soufie, qui permet une re-naissance spirituelle, n’est pas sans rappeler le baptême chrétien et l’on pourrait même trouver quelques réminiscences bouddhistes dans la formule soufie " l’homme est non-existant devant Dieu ".

 

 


Commentaires

 

Étirév Anwen  le 27-02-2018 à 12:39:09  #   (site)

Bonjour,
Permettez quelques mots sur le soufisme. Merci.
LES SOUFIS
Parmi les sociétés secrètes gardant la tradition sacrée de l'Avesta (livre sacré des anciens iraniens), nous trouvons les Soufis, ordre célèbre et vénérable.
La doctrine des Soufis affirme la psychologie divine, l'Unité de la Réalité, l'omniprésence et l'immanence de l'unique (unique Divinité féminine qui est partout où il y a des hommes, puisqu'elle est la Mère).
Cette doctrine proclame qu'on peut atteindre sa connaissance par l'amour et la dévotion. Elle recommande la méditation.
Mais en attendant, les frères Soufis, comme Empédocle, répètent des phrases prononcées par les Prêtresses qui disaient : « Je suis la Déesse elle-même ».
Eux disent : « Je suis Dieu lui-même ». C'est toujours la confusion des sexes.
D'après le professeur Inayat-Khan, le mot soufi viendrait du mot arabe « saaf » qui signifie pur. Nous croyons qu'il vient plutôt du mot Soffet qui signifie sage.
Les Soufis prêchent le renoncement aux vanités de ce monde, ils tuent en eux tous désirs se rapportant aux passions, comme les Cathares du moyen âge. Ils allient leur philosophie à la poésie et à la musique.
La plupart des grands poètes arabes ou persans appartiennent à leur ordre. L'un d'eux, Saâdi, qui fut prisonnier des Croisés, est l'auteur du Gulistan (Jardin des Roses). Avicenne fut affilié à l'ordre, Averroès aussi, et nous faisons remarquer que leurs deux noms commencent par Avé, nom divin chez les Israélites.
Ce détail a dû être remarqué car, par réaction, on a fait de Avi-cenne - Ïbn-Sina ; de Ave-rroès - Ibn-Roschd.
Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/perse-et-chine.html
Cordialement.

 
 
posté le samedi 13 mai 2017

le 13 mai 2017 : Festival Du Vivre Ensemble au Centre culturel Charlie Chaplin à Vaulx en Velin

 

 

 Le Festival du Vivre Ensemble Auvergne / Rhône-Alpes" est un événement riche en couleur, qui permet aux jeunes de divers horizons de se rencontrer, de partager leurs expériences, leurs compétences au travers de chants, de poésies, de danses folkloriques etc. mais surtout de créer un esprit de cohésion sociale et de vivre-ensemble.

 

 

 Ainsi, "Le Festival du Vivre Ensemble Auvergne / Rhône-Alpes" est le fruit d’une préparation. Tous les ans les préparations débutent en septembre pour s’achever au courant du seconde trimestre pour donner lieu au festival. Les élèves, encadrés par des bénévoles, apprennent à se connaître les uns avec les autres, à se respecter, à travailler et à collaborer ensemble pour parvenir à un spectacle harmonieux. En moyenne, tous les ans de 60 à 80 enfants se préparent pour animer la scène. Que ce soit au niveau fonctionnel ou opérationnel, "Le Festival du Vivre Ensemble Auvergne / Rhône-Alpes" est soutenu par plus de 30 bénévoles et une dizaine de prestataires.

 

 

 Les objectifs du projet sont les suivants :

 

-Développer et renforcer les liens entre les jeunes
-Valoriser et développer les compétences artistiques des élèves
-Promouvoir la diversité culturelle, la mixité sociale et le vivre-ensemble entre les élèves
-Favoriser la réussite éducative par le développement et le renforcement de la confiance en soi
-Consolider les échanges entre les acteurs : parents - enfants -  l’extra-scolaire

 

 

 

 

"Nous sommes le coeur de la Nation",

les Enfants du Festival

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 "Da Squad"

Ecole  100 % Danse Saint Pierre de Chandieu

Chorégraphie : Juliane Bourget

 

 

 

 

 "Salut à toi"

Violette Duscher, Arthur Guy, Gwladys Biuton et Loan Bloume

 

 

 

 

 

 

Danse turque

Centre Culturel Anatolia de Vaulx en Velin

Chorégraphie ; Kubra Sirindil

 

 

 

 

 

 

 "Né quelque part"

Arthur Guy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chant turc "Hayat bayram olsa"

Neva Baram, Marine Berlingard,et Adil Kara

 

 

 

 

 "Come"

Gwladys Biuton et les danseurs de différentes associations

Chorégraphie : Juliane Bourget

 

 

 

 

 

 

 

 

Danse maghrébine,

Centre social Levy Vaulx en Velin

Chrorégraphie : Saleha Belkorchia

 

 

 

 

 

 

 

 

Chant Russe "Les anges blancs"

Anastasia et Thaissia Ahond Annecy

Professeur de chant ; Lina Gurina

 

 

 

 

Danse Madagascar

Club Mad Lyon

 

 

 

 

 

 

 "Drôle de vie"

Violette Duscher, Gwladys Bouton, Loan Bloume et Marine Berlingard

 

 

 

 

 

 

 

 

 "What a wonderful world"

Violette Duscher, Gwladys Bouton et Arthur Guy

 

 

 

 

 "Happy"

Marine Berlingard et les danseurs de différentes associations

Chrorégraphie : Juliane Bourget

 

 

 

 

Danse Crump

Bd Gones Alliance Lyon

 

 

 

 

 

 

 "L'hymne à l'amour"

Loan Bloume et Gwladys Bouton

 

 

 

 

 

 

 Danse antillaise

Sol Antilles Events Bron

Chrorégraphie : Maranatha Torin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 11 mai 2017

le 11 mai 2017 : Colloque sur le dialogue interreligieux : "Ce qu'il se passe en nous quand nous dialoguons" à l'Université Catho

 

  

Le CECR (Centre d’Etudes des Cultures et des Religions) de l’Université catholique de Lyon,

l’ISTR (Institut des Sciences et Théologie des religions) de l’Institut catholique de la Méditerranée et la Conférence des évêques de France organisent le jeudi 11 mai 2017, à Lyon, un colloque sur le dialogue interreligieux :

 

 « Ce qu’il se passe en nous quand nous dialoguons »

 

 

L’autre peut nous « bousculer » par sa manière de vivre, ses convictions dans différents domaines et, s’il est croyant, sa manière de se situer par rapport aux autres croyants. Dans un contexte pluraliste, comment envisager ce discernement pour rendre le dialogue fructueux ? Quels sont les chances et les risques, les exigences et les orientations dans la pratique du dialogue ?

 

 

Présentation par Michel Younes

(Professeur de Théologie, CERC, UCLy)

 

 Ce qu'il se passe en nous quand nous dialoguons ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouverture par Monseigneur Michel Dubost,  

(Evêque d'Evry-Corbeil-Essones, Ile de Franc, Président du Comité des relations inter religieuses de la conférence des évêques de France)

 

 

Au fond,  j'ai envie de rencontrer les musulmans pour avoir de véritables rencontres,  avoir une soif de spiritualité commune. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Intervention du Père Maurice Borrmans 

(Professeur émérite d'islamologie,  PISAI,  Rome.)

 

 

Il faut tenir compte de l'outil linguistique.  Le dialogue devient il plus difficile,  voir même impossible.  Depuis le 11 septembre 2001,  beaucoup d'événements ont modifié la face du monde.  Il n'y a pas d'islamophobie et pas non plus de christianophobie. Ce qui prime avant tout,  c'est l'amour du prochain.  Je dirais,  l'amour du voisin.  Pourquoi imposer à l'autre qui me reçoit,  des boissons alcoolisées ou de la viande "haram". Tous ces rituels,  ne sont pas dansle Coran.  Que peuvent bien en penser les opinions publics. Depuis plus de50 ans, je m'emploie à créer des relations avec les musulmans dans l'amour du Dieu créateur. C'est surtout de l'amour de Dieu pour toutes ses créatures,  c'est un amour humain.  Avec ce désir de vivre ensemble avec l'amour de Dieu.  Le Coran invite les musulmans à parler avec les gens du livre de la manière la plus courtoise.  L'attitude des chrétiens dans le dialogue,  savoir ce qu'il se passe en eux dans ce dialogue.

 

 

Les difficultés du moment s'impliquent dans le dialogue islamo-chrétien, quelles sont les implications des chrétiens et l'écoute des musulmans,  identification à un modèle prophétique.  Que les 2 parties aient le courage de reconnaître les difficultés du passé.  Ne pas limiter l'islam au terrorisme,  aux barbares,  de même, les musulmans ne doivent percevoir les chrétiens comme des conquérants.  Il faut oeuvrer pour le bien commun,  savoir parler du mystère de Dieu,  du rôle des prophètes,  du secret de la prière.  Problème de vocabulaire, il y a 50 ans, les chrétiens refusaient de nommer les musulmans comme étant des croyants.  Le Coran est un pur monothéisme,  il s'adresse à tous,  tant aux chrétiens,  aux juifs et aux musulmans.  Il faut avoir cette reconnaissance,  beaucoup de musulmans posent des questions sur les rites chrétiens.  Ils interpellent les chrétiens, il ne faut pas perdre nos âmes.  Il fait avoir une parole commune entre vous et nous. Il y a des questions de langage. Les possibilités concrètes que nous rencontrons tous les jours. Le texte du Pape Jean Paul II de 1985 à Casablanca au Maroc. 

 

 

 

Christophe Roucou,

(Enseignant en théologie et en islamologie IST de Marseille,  ICM.)

 

 

Que se passe t il quand nous pratiquons le dialogue inter religieux ?
La convivialité humaine,  c'est le premier enjeu,  c'est notre vocation à répondre à nos qualités humaines. Déplacer le mot convivialité,  vers le mot fraternité.  Les croyants qui s'appellent frères et soeurs,  revient à la fraternité.  Il y a également l'amitié qui relève dd l'amour entre les êtres humains.  Le premier enjeu est à la fois anthropologique et politique.  Saint Augustin parlait de cette cité mêlée aux autres, ce qui constitue une famille humaine.  C'est le but ultime de cette humanité,  de rencontrer Dieu dans son royaume.  Tout est fait à l'image de Dieu.  Aujourd'hui dans nos rencontres et nos réunions,  il est de bon ton de dire,  le vivre ensemble.  Dialogue de vérité ou dialogue en vérité.  Il est peut être juste de dire,  on fait la vérité comme on fait la lumière de Xavier Manzano.  Seule l'expérience du dialogue que nous faisons méthodiquement,  la vérité naît du contact et du dialogue.  Dialogue de vérité,  mais de quelle vérité ? Nous ne sommes pas des possesseurs de la vérité,  c'est Dieu qui détient la vérité. Le terme d'annonce se définit comme étant le message évangélique.  Avoir la connaissance explicite du message de Dieu.  Comment l'annonce de la bonne nouvelle entre la communication entre les êtres humains.  Ce qui signifie,  comment dire sa foi. Quelle justesse des chrétiens dans le dialogue de Dieu. 

 

 

Mettre en avant la convivialité,  pour avoir cet ajustement de mise en rapport avec le coeur, nos paroles, nos attitudes soient le plus ajustées à la parole du Christ. Comment l'annonce de la foi peut s'ajuster à l'attitude du Christ.  Il nous faut nous joindre aux musulmans sur notre propre chemin,  a travers la rencontre et l'échange,  c'est alors que naît le dialogue de vérité,  qui se fait aussi dialogue du Salut.  Trouver l'attitude chrétienne qui se fait ensemble,  que veux tu que je fasse pour toi ?
L'esprit saint est vivant à l'intérieur du coeur de chaque homme,  et c'est dans le dialogue que nous nous retrouvons dans l'amour,  non seulement en paroles,  mais aussi en actes.  Passer
de la convivialité humaine à la fraternité humaine.  Passer de la considération de la foi de l'éthique au service des frères,  c'est une attitude spirituelle et intellectuelle que nous avons à dialoguer. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repérer les fruits.  Président de séance  Michel Younes.

 

 

Roula Talhouk

(Directrice du centre de documentation et de recherches islamo - chrétiennes,  Université Saint Joseph de Beyrouth.)

 

 

Comment une réflexion théologique peut être stimulée par le dialogue ? 
Le Liban est une situation idéale depuis 14 siècles d'échanges entre chrétiens et musulmans.  La réalité est maintenant plus nuancée,  c'est un dialogue sécuritaire,  le pays étant une soupape de sécurité au moyen orient.  Les toutes premières réunions de dialogue entre chrétiens et musulmans se sont déroulées au Liban en 1954,  bien avant nostra-etatae. Les mouvements de jeunes chrétiens et musulmans se rencontrent régulièrement pour le développement et le dialogue.  C'est dans le sillage d'une pensée théologique inclusive pour que chrétiens et musulmans puissent se rencontrer,  bien souvent les personnes concernées sont souvent exclus dans ce genre de dialogue. 

 

 

Nous sommes dans une sorte d'integrisme naissant,  avec un courant nouveau.  Nous sommes aujourd'hui dans un cloisonnement des religions.  Notre coexistence avec les musulmans est fondamentale.  La présence chrétienne au moyen orient est indispensable.  La spiritualité du dialogue est primordiale. Le dialogue est authentique est indispensable pour prévenir le mal.  Le fondement de l'unité et de l'humanité s'enracine dans les semences du verbe.  La question du salut de l'autre est fondamentale, une réflexion de l'église orientale pour aller vers l'autre. 

 

 

 

 

Xavier Manzano par la voix de Colette Hamza
Foi et dialogue en interaction.

 

 

La fécondité du dialogue inter religieux ne pourra oeuvrer qu'avec la foi.  Foi et dialogue sont inséparables l'un de l'autre.  C'est dans cette lumière qu'il faut être associé au mystère,  parle,  vit,  aime. 

 

 

 Colette Hamza

(Enseignante en Islamologie, ISTR de Marseille, ICM) 

 

 

Marie Régine de Jaureguiberry et le Père Maurice Borrmans

 

 

 

 

 Atelier 3  : Quelle transmission de sa foi dans un contexte pluri -religieux ?

par Monseigneur Michel Dubost

 

 

 

 

 

 

Atelier 4 : A quoi mesurer le fruit du dialogue ?

par Colette Hamza 

 

 

 

 

 

 

Atelier 1: Quels déplacements les chrétiens et les musulmans peuvent être amenés à faire lors de leures rencontres ?

par Roula Talhouk

 

 

 

 

 

 

 Atelier 2 : Comment aller au-delà des revendications identitaires au coeur du dialogue ?

par Dennis Gira

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Conclusion : témoigner de sa foi et dialoguer en vérité, par Monseigneur Philippe Barbarin

(Cardinal-Achevêque de Lyon, Primat des Gaules)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article