Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le dimanche 04 juin 2017

le 04 juin 2017 : 1 ère Conférence du Ramadan à la Mosquée Othmane avec Cheykh Mohamed Minta (Imam de la Mosquée de Décines)

 

 

1 ère Conférence du Ramadan à la Mosquée Othmane

avec Cheykh Mohamed Minta (Imam de la Mosquée de Décines-Charpieu) dont le thème est : "Ramadan le mois du pardon" 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bismillah Arhamane Arhahim.  La miséricorde d'Allah ( Soubhanallah Wa ta Allah ) est immense.  Il nous a fait descendre cette miséricorde,  non seulement pour le monde,  les annimaux , les plantes et pour les croyants.

Chaque moment,  chaque instant,  devrait être consacré à adorer Allah. 

 

 

 Est ce que chaque heure,  chaque minute,  nous la consacrons à adorer Allah ?

Pourtant,  je t'ai donné la vie,  je t'ai donné la santé,  alors que fais tu pour ta mission à l'égard de Dieu.  Dieu nous pardonne nos manquements et nos erreurs, pas seulement nos péchés,  et Dieu sait combien nous en commettons.  Les 5 prières quotidiennes,  du vendredi au vendredi.

 

 

 Celui qui jeûne pendant le mois de Ramadhan,  motivé par la foi,  aura ses péchés pardonnés.  Je jeûne permet de pardonner,  la prière nocturne permet de pardonner.  

L'haleine du jeûneur, est plus agréable que celui qui n'a pas jeûner. 

 

 

 Implorent le pardon d'Allah jusqu'à la rupture du jeûne.  Les anges,  ceux qui portent le trône d'Allah,  implorent le pardon d'Allah.   Chaque jour,  Allah ( Soubhanallah Wa ta Allah ) embellit les portes du paradis.  On enchaîne le rebelle auprès du shaytan.  Le salaire qu'Allah réserve au jeûneur,  c'est le pardon.  Les anges implorent le pardon.  Quand on dit : "Amine", cela fait parti du pardon.  Le pardon,  c'est le visa pour rentrer au paradis.  Aucun d'entre nous n'aura accès au paradis,  sans le pardon d'Allah, sauf s'il nous adresse sa grâce et sa miséricorde. 

 

 

 Allah nous demande,  "hatez vous de demander le pardon avant d'entrer au paradis". Il y a le marché du paradis,  tout ce que l'âme désire,  on le trouve dans ce marché.  En récitant Al shahada, notre profession de foi,  nul ne peut être adoré en dehors d'Allah.  Allah aime que nous nous pardonnons entre nous,  même si quelqu'un nous a fait du mal.  Il faut toujours pardonner, même à celui qui m'agresse.  Sachons pardonner et Allah nous pardonnera.  

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 04 juin 2017

le 04 juin 2017 : "Non à la censure, oui à la liberté d'expression" au Centre Tawhid avec l'Union des Jeunes Musulmans. 

 

 

 "Non à la censure, oui à la liberté d'expression" au Centre Tawhid avec l'Union des Jeunes Musulmans. 

Avec Cheihk Mohamed Minta (Imam de la Mosquée de Decines),

Yamine Makri (Président des éditions Tawhid)

et le Professeur Hani Ramadan en viio conférence depuis Genève (Suisse)

 

 

 

 

 Récitation coranique

 

 

 Sur décision du Ministre de l'intérieur,  le Professeur Hani Ramadan est interdit de territoire français. 

 

 

 Intervention de Syria Charity, et diffusion d'une vidéo

 

 

 

 

 

 

 

 

 Intervention de Cheihk Mohamed Minta

 

 

 La liberté d'expression,  l'islam est une religion pour libérer l'homme et de la servitude des hommes.  L'islam est une religion qui apporte la liberté totale à l'homme.  La foi,  la croyance,  Allah ( Soubhanallah Wa ta Allah ) n'a pas voulu imposer la croyance aux hommes,  il a donné la liberté totale aux hommes. 

 

 

L'islam garanti la liberté d'expression aux hommes,   à condition de ne pas transgresser cette liberté. Allah a appris à l'homme,  à s'exprimer clairement à condition que l'honneur et la dignité soit respecté.  

 

 

 Le système social en islam est basé sur la liberté d'expression.  Il est dit,  consultez vous dans vos affaires. En islam, on a le droit de pouvoir exprimer son opinion. 

 

 

 Le Prophète ( Sallallah Aleyi Wa Salem ),  incitait ses compagnons à s'exprimer en toute liberté.  Ce que n'avons pas le droit, en islam,  c'est de porter atteinte à ceux qui veulent exprimer leurs opinions.  La seule chose que l'islam condamne,  c'est la diffamation.  

 

 

 

 

Intervention de Yamine Makri.  

 

 

Le cas de notre frère Hani Ramadan,  est une situation grave. Quand on parle de liberté d'expression,  quand on laisse le choix,  quand on veut témoigner de Dieu sur la place publique,  on trouve toujours des occasions pour interdire la possibilité de pouvoir s'exprimer. 

 

 

 La Taqwa,  on ne peut pas vivre dans ce monde sans parler de cette piété,  de l'origine. Dans toutes choses,  il y a une origine.  L'état d'urgence actuellement fait sauter le pouvoir judiciaire. 

 

 

 On est soumis aux directives de la police.  Ici en France,  on restreint la liberté d'expression.  Le désaccord n'interdit pas l'injustice.  Nous musulmans,  nous ne devons pas accepter cela.

 

 

 Si il n'y a pas de liberté d'expression,  il n'y a pas de liberté de témoigner en Dieu.  L'être humain,  quand il est libre,  il va vers Dieu.  

 

 

 

 

 Intervention du Professeur Hani Ramadan en vidéo conférence. 

 

 

 On me reproche  certaines de mes interventions qui datent de 2002, 

il y a 15 ans.  

Je me suis toujours opposé à la lapidation des femmes,  notamment en Iran et au Nigeria

 

 

 On me reproche de comparer la femme à une pièce de 2 euros,  qui passe de mains en mains. 

 

 

La censure est une contrainte à la liberté d'expression.  L'usage des mots et l'usage de certaines expressions,  sont réductrices par rapport à l'islam.  

 

 

 Les musulmans sont appelés à vivre la laïcité.  Nous nous engageons,  nous, musulmans à vivre un dialogue constructif.

A la censure,  il faut opposer la diffusion.    

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 03 juin 2017

le 03 juin 2017 : Conférence du Ramdan au Centre Tawihd avec Samah Djedid sur le thème "Le repentir".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zakat France avec Abderhamane Ait Rabah

 

 

Présentation de Zakat France par la soeur Nadia.

C'est souvent un pilier que l'on oublie. 

C'est à l'initiative de Cheihk Mohamed Minta que Zakat France a été créé.

 

 

En 2016 Zakat France a collecté 90000 €.

La zakat est destinée aux pauvres et aux nécessiteux, 

c'est le droit aux pauvres. 

 

 

Le voyageur en détresse en est bénéficiaire.  Zakat France examine les dossiers pour savoir si les personnes concernées,  sont éligibles à la zakat.  

 

 

 

 

Le repentir par Samah Djedid

(Samah Djedid a terminé son doctorat à l’âge de 29 ans à l’Université Badji Mokhtar d’Annaba (Algérie) et des études postdoctorales à l’Université d’Athènes (Grèce). Elle a publié plus de 15 articles scientifiques dans des revues réputées. Actuellement elle est enseignante chercheuse au département de Biologie à l’Université Badji Mokhtar d’Annaba).

 

 

Comment vivre heureux.  Sourate Nour, implorons le pardon de Dieu tous ensembles,  sur terre et dans au delà.  Tous musulmans est exposés à commettre des péchés.  Il faut savoir se repentir,  mais ce n'est pas donner à tous le monde. Écouter de la musique,  n'est pas compatible avec la foi.  Les péchés commis en privé,  par exemple,  le délaissement de la prière.  Nous avons besoin de revenir sur ce lien avec Allah (Azeogel).

 

 

Quand on commet des péchés,  petits ou grands,  et cet impact de nos péchés va diminuer notre foi. Si tu veux dire "la illallah", je dois cultiver cette pratique dela foi.  Nos coeurs s'endurcissent on s'éloigne de la foi,  et le coeur est malheureux.  On est fait pour adorer Allah.  Le Prophète ( Sallallah Aleyi Wa Salem ) dit,  quand on commet un péché,  une tâche noire sur met sur notre coeur.  Jusqu'au moment où cette tâche noire recouvre complètement le coeur.  Un péché va embellir un autre péché.  Et ce péché va être embelli par shaytan.  Un péché aura un impact sur notre vie. Si je ne me ressaisi pas, le châtiment de la tombe sera plus obscurci, sans parler du jugement dernier.  Pour se repentir, il faut faire une aumône purificatrice.  

 

 

Qu'est ce que le le repentir,  Tawbah,  c'est être conscient que l'on a commis un péché. Il faut stopper,  ne pas revenir au péché,  il va falloir réparer,  il faut pardonner.  Comment reconstruire,  être convaincu qu'Allah est miséricordieux,  quelque soit la taille de nos péchés. Car Dieu est clément et miséricordieux.  Sourate 53.  Reviens quand tu peux, la porte de la miséricorde d'Allah restera toujours ouverte.   Il ne faut pas juger celui qui commet des péchés.  Allah a ce pouvoir de tout transformer en bonnes actions.  Dieu pardonne et il est miséricordieux.  Il faut tout de suite demander pardon à Dieu,  pour éviter que les péchés m'envahissent.

 

 

Cela va nous aider à prendre conscience de notre rapport à Dieu.  La personne qui commet des péchés,  n'est pas apaisé. Il est important qu'il y a un impact sur mes adorations.  On doit pouvoir s'éloigner des personnes qui sont néfastes pour nous.  Parfois, il fait changer ou déménager,  nettoyer son compte Facebook.  Éliminer certaines personnes qui nous sont pas recommandables.  Il va falloir multiplier nos actes d'adoration envers Dieu, par le comportement,  la prière, l'aumône, le bon conseil,  le dikhr.  Crains Dieu où que tu sois.  Ai un bon comportement envers les gens,  pas uniquement les musulmans.  Choisir les bonnes fréquentations.  Ne pas penser aux péchés d'avant,  les amours de jeunesse.  Les tentations viennent dans nos coeurs comme une tâche noire, une par une.  La lutte contre les péchés, c'est le jihad.  Ceux qui auront combattu sur le sentier d'Allah ( Soubhanallah Wa ta Allah )  seront récompensés.   Allah aime ceux qui se repentent régulièrement et qui se purifient dd leurs péchés.  Allah aime les personnes qui se repentent à chaque péché.  

 

 

Il faut éprouver de l'amertume pour chaque péché, et éprouver des actes d'adoration,  avoir une grande crainte de retomber dans le péché. Ressentir dans son coeur l'humilité,  la crainte de Dieu,  c'est un signe d'humilité. 

On va éprouver de la pitié pour ceux qui commettent des péchés. 

Il faut faire du dikhr pour se rapprocher d'Allah. 

Être utile et agréable aux autres, remercier Allah pour qu'il nous guide. 

Les portes s'ouvrent,  pour celui qui demande pardon à Dieu.  
En fin de vie,  il faut toujours demander le pardon à Dieu, 

par le "sthirfar Allah".  
Au moment du hadj,  demander pardon à Dieu, également à salât jenazza, on demande pardon pour le mort.  

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 01 juin 2017

le 01 juin 2017 Conférence du Professeur Ali Benmaklouf dans le Grand Amphi de l'Institut politique de Lyon, 4 rue du Professeur A

 

 

 Conférence du Professeur Ali Benmaklouf dans le Grand Amphi de l'Institut politique de Lyon, 4 rue du Professeur Appleton Lyon 7ème.

 

 

 L'invité, agrégé de philosophie, est professeur de philosophie arabe, spécialiste d'Averroes, de Montaigne, de logique et des philosophes logiciens.

Il traitera de son dernier livre "Pourquoi lire les philosophes arabes".

 

 

 Présentation par Lahouarri Addi (Professeur à Sciences Po Lyon)

 

 

Ali Benmaklouf est né le 10 novembre 1959 à Fès. Agrégé de philosophie, il enseigne la philosophie arabe et la philosophie de la logique à l'Université de Paris Est-Créteil Val-de-Marne tout en étant également présent dans la vie intellectuelle du Maroc par sa participation à des colloques et conférences mensuelles. Il est l'auteur d'ouvrages sur Averroès, Montaigne ainsi que sur des philosophes logiciens. Impliqué dans la vie publique, Ali Benmakhlouf est président du Comité consultatif de déontologie et d’éthique de l'Institut de recherche pour le développement et vice-président du Comité consultatif national d'éthique. 

 

 

 Lire les philosophes arabes médiévaux avec l'oeil de la philosophie contemporaine pour y trouver des affinités de méthode et de doctrine, tel est le parti pris de ce livre. Lire ces philosophes arabes, c'est aussi les inscrire dans la tradition et le patrimoine de l'humanité, car ils ont su ménager des accès multiples à la vérité où religion et philosophie sont pensées de manière conjointe. Leurs travaux dans de nombreux domaines, comme la médecine, la logique ou l'histoire continuent de nous interpeller comme ils ont contribué à la formation de la pensée européenne. Le médiéval rejoint alors le contemporain dans cette riche histoire qui est celle de l'humain et de l'intellect.

 

 

 On sait quelle dette l’Occident a vis-à-vis de la philosophie arabe, qui lui a transmis une grande partie des œuvres de Platon et d’Aristote. Encore faut-il parler des philosophes de langue arabe, puisque Al-Farabi (801-873) était persan, tout comme Al Ghazali (1058-1111), tandis qu’Averroès (1126-1198) vivait à Cordoue.

 

 

 Mais ces intellectuels n’étaient pas seulement des traducteurs. Leur lecture profonde et assidue des Grecs les conduisit, d’une part, à développer le genre bien particulier du commentaire, et, d’autre part, à intégrer cette pensée étrangère dans le contexte islamique. 

 

 

 À lire Ali Benmakhlouf, on mesure à quel point notre méconnaissance de ces penseurs repose sur des présupposés et sur un long travail d’oubli. Force est de reconnaître l’esprit d’ouverture de ces philosophes qui tentèrent une double conciliation : celle des maîtres grecs entre eux, puis de ces derniers avec la loi divine, la charia.

 

 

 Les rapports entre raison et foi furent tumultueux dans la chrétienté, mais il n’en allait pas de même en terre d’islam. En effet, si, pour les penseurs présentés par Ali Benmakhlouf, la vérité est une, les accès à la vérité sont, eux, multiples.

 

 

 Il n’y a pas opposition entre croyance et raison, entre la parole inspirée et la parole argumentée, entre religion et philosophie. Que l’on fasse du Coran une lecture au premier degré est certes permis, mais les hommes ont le devoir d’apprendre et de découvrir et il revient aux philosophes de voir, derrière les images du texte, le contenu conceptuel sous-jacent. 

 

 

 a conception du vrai, mais aussi de l’intellect, de ces penseurs montre la permanence de certaines problématiques. En effet, tout comme les logiciens de la fin du 19e siècle, Gottlob Frege notamment, les philosophes arabes ont une approche objectiviste de la pensée. L’intellect, qui produit continuellement de la pensée, n’est pas le propre de l’humain, il ne fait qu’y participer.

 

 

Le vrai ne peut donc être détenu ni par un seul homme, ni par une seule culture, il reste un horizon. Par là, et bien d’autres points encore, l’on comprend pourquoi il faut lire les philosophes arabes, souvent plus souples et moins dogmatiques que leurs collègues européens à la même époque. 

 

 

 La religion musulmane est venue à un moment historique du 7 ème siècle.  La naissance de cette philosophie est venue par les mathématiques et la géographie.  Les attributs dd cette religion sont inhérents à Dieu,  car Dieu est audient et omniscient. Les attributs sont résidents avec le sacré avec le grec.  La philosophie,  c'est la connaissance dans leur réalité, la géographie, les mathématiques, la médecine. 

 

 

 La philosophie,  c'est d'abord le fait de se poser des questions.  Il y a un aspect anecdotique,  que seuls ceux qui veulent épouser l'ignorance et ceux qui ont la faculté de pouvoir donner des réponses et de justifier la philosophie.  Un homme seul,  ne peut pas accéder à la vérité,  dans le style du mythe, le style de la façon de vivre.  Mais la philosophie et la religion sont bien distincts. L'image donne dans un contexte, exemple dans le Coran,  quand il est dit : "les plantes et les arbres se prosternent". 

 

 

 Le sens opposé,  c'est le principe des plantes et des arbres qui se prosternent.  Il y a un principe qui est l'âme de l'univers. Le philosophe Averoes, le refera dans la sagesse. Dans la philosophie, le mot sagesse dans le Coran,  est une belle création de Dieu,  éloge du savoir démonstratif.  

 

 

 Logique et médecine, Aristote avait schématisé les grandes notions de la terre.  Les grecs sont méditerranéens,  ils sont dans le raisonnement, des conditions de prime abord, le plaisir est un bien.  Chez les philosophes arabes,  les sens sont multiples, on suit l'oeuvre pas à pas, on suit le commentaire.  La parole appartient à moitié de celui qui la dit et de celui qui l'écoute.  La vérité,  appartient à un sens religion,  dans la sacralite. C'est la vérité religieuse. C'est l'exemple du sacrifice du mouton. Faut il un couteau bien aiguisé et qui coupe bien.  La médecine c'est l'art de conserver la santé,  c'est la prévention, mais ce n'est pas de soigner.  La philosophie,  c'est de prendre très au sérieux les maladies de la tête.  La réforme de l'entendement,  c'est la guérison des maladies de la tête. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La science de la civilisation,  rhétorique et politique.  Toujours recommencer,  le Prophète était le messager de Dieu, le lieutenant de sa parole. Abou Bakr était le calife du messager de Dieu, le commandeur des croyants.  La religion,  c'est du spirituel.  Il n'y a qu'une seule justification d'une migration,  c'est d'avoir une nouvelle vie. 

 

 

 ll faut lire les textes sacrés,  non seulement pour ce qu'ils disent, mais aussi pour ce qu'ils ne disent pas.  Le texte n'est pas une norme politique. Il n'y a pas de "charia" dans le Coran, ce mot est totalement flou par rapport à sa conception.  Un savoir arabo-musulman est rentré dans la philosophie européenne.  

 

 

 On peut être très cultivé sans être instruit.  L'exemple des premiers hadiths,  venaient de la transmission orale. La notion de création n'est pas indivisible.  Au Maghreb,  il faut reconnaître qu'il y a un déficit éducatif. L'integibilité du passé permet d'avoir une bonne integibilité du présent. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article