Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le lundi 19 juin 2017

le 17 juin 2017 : Visite de la Grande Mosquée de Lyon avec Coexister Lyon

 

Les photos et les textes sont de Arkia 

 

 

Le samedi 17 juin 2017 l'association Coexister organisait une visite de la Grande Mosquée de Lyon située au 146 boulevard Pinel dans le huitième arrondissement. Nous étions une vingtaine de personnes, la visite guidée a été menée par Hacène. Nous avons été accueilli chaleureusement.

 

 

Dans un premier temps nous sommes resté un petit moment dans la cour de la mosquée où Hacène nous a raconté l'histoire de ce lieu de culte, les musulmans lyonnais ont dû attendre un certain nombre d'années avant d'avoir leur mosquée puisque l'association culturelle lyonnaise islamo-Française a été fondée en 1981, mais il a fallu attendre 1992 pour que la première pierre soit posée, l'inauguration s'est faite en 1994. Les riverains étaient très opposés à ce projet alors qu'aujourd'hui se sont eux qui ramènent souvent de nouveaux visiteurs à la mosquée.

 

 

Hacène nous a expliqué que l'on reconnaît une mosquée à son minaret (tour élevée qui sert à l'appel à la prière dans les pays musulmans) le guide nous explique que les musulmans se sont inspiré des clochers des églises. Il y a aussi le dôme. On retrouve également l'un des symboles de l'Islam sur ses éléments caractéristiques des mosquées : le croissant de lune, car la religion musulmane s'appuie sur un calendrier lunaire pour déterminer les dates du mois de Ramadan par exemple.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S'ensuivent quelques questions des visiteurs notamment sur le port du voile Hassan nous expliquent que la femme cache ses cheveux car ils font partie de sa parure c'est une question de décence, ensuite une personne demande si les mariages doivent obligatoirement avoir lieu à la mosquée Hassan explique que non pas spécialement on peut faire appel à l'imam , se marier à la mosquée, mais on peut également tout faire chez soi, la religion est avant tout une relation entre nous et Dieu. Enfin petite anecdote le minbar (cette sorte d'escabeau qui permet à l'imam d'être vu et entendu par tous) qui se trouve dans la salle de prière est d'architecture ottomane et pour cause c'est la communauté turque qui a fait ce cadeau à la Grande Mosquée de Lyon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous pénétrons ensuite dans la grande salle de prière pour les hommes, les femmes prient à l'étage.

Cette grande salle est orientée en direction de La Mecque lieu saint de l'Islam. On se remémore quels sont les cinq piliers de l'Islam :

1) Profession de foi appelé Al Chahada « il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah (qui signifie Dieu en arabe) et Mohammed est son messager »

2) la prière : il y en cinq obligatoire dans la religion musulmane elle rythme la journée du lever du soleil jusqu'à son coucher les horaires sont indiqués sur des cadrans dans la salle de prière il y a une sixième prière c'est celle du vendredi avec le prêche de l'imam cela dure aux totales 30 minutes. Le vendredi il y a beaucoup de monde il faut être serré sur les tapis de prière, beaucoup de contact physique c'est pour cela que les femmes et les hommes sont séparés.

3) L'aumône ou Zakat c'est donner aux plus nécessiteux si nous avons nous-mêmes les moyens bien sûr !

4) Jeûner pendant le mois du Ramadan c'est une période pendant laquelle le musulman fortifie sa foi, à la fin du ramadan le fidèle doit s'être rapproché de Dieu, bien plus que s'abstenir de manger ou de boire, c'est un véritable travail sur soi, sur son comportement et notre relation avec les autres.

5) Le pèlerinage à La Mecque si le fidèle en a les moyens ce pèlerinage est en quelque sorte un retour aux sources, un hommage aussi au père de toutes les religions monothéistes : Abraham.

Hacène nous explique que l'Islam n'est pas une nouvelle religion, mais la continuité du Judaïsme et du Christianisme et que d'ailleurs les musulmans reconnaissent tous les prophètes.

Il y a même dans le Coran un chapitre entier consacré à Marie (Meriem).


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre petit groupe s'est ensuite dirigé dans la salle d'ablutions pour les femmes. C'est une petite salle d'eau qui permet de se purifier avec de l'eau avant d'aller prier c'est un rituel qui prépare la rencontre avec Dieu et c'est aussi pour des normes d'hygiène. C'est également symbolique on se lave par exemple la bouche au cours des ablutions comme pour effacer les mauvaises paroles que l'on aurait pu dire. Si une personne ne dispose pas d'eau pour diverses raisons elle peut faire ses ablutions avec une pierre ou du sable. L'hygiène et l'entretien du corps sont importants dans l'Islam car notre corps ne nous appartient pas on le loue à Dieu en quelque sorte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le lundi 19 juin 2017

le 17 juin 2017 : "Iftar" (repas de rupture du jeûne) à la Mosquée de Meyzieu

 

 

Mohamed BENNAJI

Président de l’Association Culturelle et Educative de Meyzieu (ACEM)

Recteur de la Mosquée Al Mohsinine Al Mohsinine de Meyzieu

et les membres du Conseil d’Administration

Vous invitent à un Iftar (repas de rupture du jeûne) le samedi 17 juin 2017 à partir de 21h15 au 131, Rue de la République 69330 MEYZIEU

 

 

 

 

 

 

 Michel Forissier (Sénateur-maire de Meyzieu) et Mohamed Benaji


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Michel Forissier (Sénateur-maire de Meyzieu) et Mohamed Benaji

 

 

 

 

 

 

 

 
Djamel Ourak et Azzedine Gaci 
 
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 18 juin 2017

le 17 juin 2017 : Conférence-débat avec Zakat-France à la Grande Mosquée de Givors avec Cheykh Abdallah Haloui (Imam et Directeur)

 


Conférence-débat avec Zakat-France à la Grande Mosquée de Givors avec Cheykh Abdallah Haloui
Thème de la Conférence : La Zakat que l'on verse à l'étranger.

 


Abdallah Haloui, ima, Directeur de ISHN de Saint Etienne
Licence en Théologie Musulmane – IESH Château-Chinon
  • Diplômé en Sciences Islamiques – IslamAcademy (الأكاديمية الإسلامية المفتوحة).
  • DU en Religion, Liberté Religieuse et Laïcité – Université catholique de Lyon et Université Lyon III.
  • Mastère Génie Informatique et Logiciel – École Nationale des Mines de Saint-Étienne.
  • Doctorat en Chimie, Spécialité Génie des Procédés – Université Jean Monnet de Saint-Étienne.

 

 

 

 Présentation de Zakat France par Abderaham Ait Rabah

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit rappel sur les 10 derniers jours du mois de Ramadan.  Il y a le Coran,  le guide qui te sors des ténèbres, c'est un guide qui te dirige vers la guidance,  vers le droit chemin et t'éloigne du mal.  Ce Qur'an a été révélé dans la nuit du destin,  durant ce mois d'adoration et de partage qu'est le mois du Ramadan. 

 

 

C'est dans ce mois qu'il a été révélé dans les 10 derniers jours du mois. Le Prophète ( Sallallah Aleyi Wa Salem ) nous a laissé sa Sunnah.  Voilà cette nuit du destin,  les nuits impairs,  et gardons le rythme jusqu'à la fin du mois de Ramadan. 

 

 

La zakat que l'on verse à l'étranger.  Il faut relier la question d'un détail qu'il faut relié au fondement de la foi et du pilier dd l'islam. C'est aussi la question de l'héritage,  en islam,  le fils reçoit les deux tiers et la fille un tiers.  Pouquoi, parce que le garçon va se marier et devra verser une dot et meubler son futur appartement.  Tandis que la fille va se marier et recevra une dot de son futur mari,  qui aura aussi meublé l'appartement dans lequel ils vont vivre. 
Les questions que l'on se posent,  il faut toujours les relier à l'essentiel. 


 

Le système de la zakat dans sa globalité, c'est de prélever sur nos biens pour les donner aux pauvres et au nécessiteux,  c'est une purification.  La zakat est une obligation,  tandis que la sadaqa n'est pas obligatoire. 
Nous avons "fissabilillah",  c'est une aumône,  c'est donner de son temps et de son argent pour les autres.  Si,  ici en France, on pense qu'il n'y a pas de pauvres,  c'est faux.  Il y a des pauvres comme un peu partout dans le monde. 

 

 

Faire fissabilillah,  c'est aussi aider les projets de certains de nos frères musulmans,  telles que les écoles,  les institutions,  des associations et pourquoi pas donner à l'étranger. Nos frères qui sont à l'étranger,  pensent que ceux qui vivent en France sont très riches et attendent qu'on leur verse une partie de nos revenus.  C'est une question de methologie,  il faut toujours revenir à la ramification des écritures du livre saint que le Coran.

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 18 juin 2017

le 17 juin 2017 : Conférence "Le jeûne et la maîtrise de soi : le jeûne du corps et du coeur" par Cheykh Zakaria Seddiki à l'UFCM

 

 

Conférence-débat sur le thème :

« Le jeûne et la maîtrise de soi : le jeûne du corps et du coeur »

par Cheykh Zakaria Seddiki

(Fondateur de l'IMED, diplômé de l'Université d'Al Azhar)

à l'UFCM (Union Française des Consomateurs Musulmans)

45 rue Antoine Charrial à Lyon 3 ème.

 

 

Cheikh Zakaria Seddiki est né en Algérie. Fils d'un mystique et juriste malékite. Il fut baigné dès son plus jeune age dans les sciences religieuses et l'éducation mystique.

A l'age de 18 ans il part pour 10 années d'études érudites, au près des théologiens et maîtres spirituels égyptiens, dans la prestigieuse université d'al Azhar. Il sera entre autre un élève studieux de Cheikh Mohammed al-Ghazali. Il finira par être diplômé de la faculté de droit musulman.

Détenteur de plusieurs ijâza en Coran et ses lectures, fiqh, éducation spirituelle et hadith, il enseignera pendant cinq années à l'IESH de Château Chinon où il était le premier directeur de l'Institut de Coran puis membre du conseil scientifique. Sa thèse de doctorat à l'EPHE (Paris) portait sur la notion de martyre en islam. En 2004, il lança le premier institut musulman d'enseignement à distance en Europe : l'IMED, basé sur une plate-forme E-learning qui exploite la technologie des classes virtuelles.

Il est par ailleurs président et fondateur d'une association pour la promotion de l'éducation mystique et la réhabilitation de l'Islam comme le présentent les savants musulmans, justement nommée : La maison des savoirs. Centre de recherche, séjours spirituels et formations professionnelles sont autant d'activités organisées par l'association.


 

 

 

 

 

 

 

Dans la Sourate Al Baqarah,  Dieu nous nous précise les règles du jeûne,  comme je vous l'ai prescrit et comme il vous a été prescrit avant vous dans les autres communautés. La condition,  c'est la Taqwa,  la crainte révérentielle de Dieu et la piété.  Le Prophète ( Sallallah Aleyi Wa Salem ),  quand il voulait transmettre des informations importantes,  il répétait 3 fois,  avec les signes. 

 

 

Cet acte du coeur est dans nos poitrines, pour être dans l'acceptation de la Taqwa.  C'est un état du coeur, c'est se protéger par Dieu.  Qu'est ce qui nous fait tomber dans ce fossé dangereux ? C'est nous même, il ne faut pas chercher à l'extérieur.  C'est le coeur avant le corps.  Ne pas se laisser absorber par notre égoïsme,  c'est de développer notre amour que nous aurions pour notre prochain.  C'est la richesse de l'âme et de l'esprit. 

 

 

Nous devons nous concentrer sur le coeur pour avoir l'acceptation.  C'est d'être du côté de notre seigneur,  comme devrait l'être tous les êtres humains.  Le terme Taqwa,  c'est le renforcement,  c'est la crainte,  c'est la piété. L'objectif du jeûne,  c'est d'amener les croyants d'être du côté de Dieu avec la pureté de l'acte qui va les maintenir, dans n'importe quel endroit où te te trouve. 

C'est cela qui va garantir ta vie jusqu'au delà. 

 

 

Sépares toi de toi et tu auras ce que tu recherches.  C'est la Sunnah des actes et du coeur.  Se soucier de l'autre,  c'est un acte du coeur,  comme le Prophète ( Sallallah Aleyi Wa Salem ) nous l'enseigne. Les piliers de l'islam auraient tendance à être vidé de leur substance,  quand il devient une tradition,  on l'a vidé de son âme.  Cela devient tout à fait le contraire à l'esprit du Ramadan.  Se retrouver autour d'une table,  c'est pour la convivialité,  c'est pour le partage,  c'est ce qu'il y a dans le coeur,  c'est revenir à l'islam. 
Avec salât tarawih,  qui est une prière surrerogatoire, nous sommes dans la tradition et tu négliges les prières obligatoires. L'âme de la salât,  c'est la Taqwa.  On doit revivifier nos prières,  se consacrer à Dieu,  surtout dans les 10 derniers jours du mois de Ramadan.

 

 

Lire le Qur'an,  et l'entendre ce que nous avons lu.  Une des premières interrogations que nous aurons avec Allah ( Soubhanallah Wa ta Allah ),  c'est sur l'exigence de la salât.  La salât empêche tous les vices qui se propagent. Le jeûne est un acte qui s'associe à la Taqwa, ce n'est pas un mois,  c'est des heures dans la journée. C'est l'occasion pour revoir ses habitudes de consommation.  Cette Taqwa se retrouve dans tous les actes de l'islam. 
Certaines personnes disent que les portes de l'enfer sont fermées durant le mois de Ramadhan,  et d'autres en profitent pour faire des actes contraire à la loi,  il s'agit de l'individu. Il est recommandé pendant le mois béni de Ramadhan de faire de bonnes actions et non pas des actes délictueux. 


 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article