Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le jeudi 12 octobre 2017

le 12 octobre 2017 : Rentrée solennelle de l'Université Catholique Campus Saint Paul Amphithéâtre Alain Mérieux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Présentation par le père Thierry Magnin

(Recteur de l'Université Catholique de Lyon).

 

 

 Augmentation de 5% du nombre de d'étudiants. Des formations pour le monde d'aujourd'hui,  science,  technologie,  business,  société (innovation). Faculté de droit/sciences Économiques et Sociales Faculté des Sciences. Transversalité des facultés de théologie.  

 

 

 L'importance croissante et rapide du numérique. Applications à beaucoup de métiers aujourd'hui.  La nécessité des croisements entre technologie,  économie et éthique.  La responsabilité sociale des Universités (Catholiques). Proposer une offre performante de formation tout au long de la vie.  Ouverture internationale,  en lien avec l'UDL. L'intelligence au service de l'homme.  

 

 

 Présentation par le Cardinal Philippe Barbarin

(Archevêque de Lyon, Chancelier de l'Université Catholique de Lyon)

 

 

 Reinhard Marx, né le 21 septembre 1953 à Geseke, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie est un cardinal catholique allemandarchevêque de Munich et Freising depuis 2007, président de la Commission des épicopats de la communauté européenne et président de la Conférence épiscopale allemande depuis 2014. Il est ordonné prêtre pour le diocèse de Paderborn le 2 juin 1979 par Mgr Johannes Joachim Degenhardt. Il obtient un doctorat en théologie en 1989.

Le 23 juillet 1996Jean-Paul II le nomme évêque auxiliaire de Paderborn avec le titre d'évêque titulaire (ou in partibus) de Petina. Il est consacré le 21 septembre suivant par l'évêque qui l'avait déjà ordonné 17 ans plus tôt.

 

 

 Le 20 décembre 2001 il est transféré à Trèves le plus vieux siège épiscopal allemand avant d'être nommé archevêque de Munich et Freising le 30 novembre 2007 par Benoît XVI, qui a lui-même occupé ce siège de 1977 à 1982. Il y succède au cardinal Friedrich Wetter qui se retire à près de 80 ans.

Il est créé cardinal par Benoît XVI lors du consistoire du 20 novembre 2010. Il reçoit alors le titre de cardinal-prêtre de San Corbiniano. Il est alors le plus jeune membre du collège des cardinaux1,2 jusqu'au consistoire du 18 février 2012.

Il participe au conclave de 2013 qui élit le pape François. Le 13 avril 2013, le nouveau pape constitue un groupe de neuf prélats issus de tous les continents, chargés de l'épauler dans la réforme de la Curie romaine et la révision de la constitution apostolique Pastor Bonus. Pour l'Europe, c'est le cardinal Marx qui est choisi, ainsi que Marcello Semeraro, évêque d'Albano3. Le 8 mars 2014, il est nommé membre et coordinateur du Conseil pour l'économie.

Le 12 mars 2014, il est nommé président de la Conférence épiscopale allemande.

 

 

 

 

 Conférence du cardinal Reinhard Marx

"Le Chemin de l'Europe Aujourd'hui et Demain"

 

 

 Très heureux d'être ici aujourd'hui à Lyon,  c'est même émouvant avec les saints de Lyon.  C'est un carrefour très important de la soie,  mais aussi une ville de la résistance avec Jean Moulin. 

 

Le président Emmanuel Macron,  parlait des dangers pour l'Europe.  
L'Europe n'est pas s seulement un projet politique,  mais c'est un projet qui était plus grand, il faut faire un rêve. Ce n'est pas seulement de la politique.  C'est quelque chose avec le coeur,  il faut être utopique.

 

 

 

 C'est important de discuter avec les femmes et les hommes,  avec les prêtres,  avec les laïcs de l'avenir de l'Europe.  L'église a une responsabilité de s'engager et parler sur les chemins de l'Europe.  Dans les années 50,  c'était un grand événement.  C'est le particularisme, le populisme,  c'est une responsabilité pour l'église.  Ce sont des sujets interdisciplinaires porte la l'avenir de l'église,  qui correspond à la vocation ee l'humanité tel que le présentait le concile de Vatican II.

 

 

 Le Pape François a poussé cette idée très fortement,  ce sont des orientations pour l'éthique sociale pour l'avenir de l'église.  C'est comme la monnaie commune,  il faut plus de cohésion,  une plus étroite collaboration, être plus compatible.  Il faut maintenant faire une union politique.  C'est de la responsabilité de l'église de souligner tout cela, c'est la vie concrète.  

La responsabilité de l'Europe,  doit donner des chances pour tous. Il faut réfléchir sur un nouvel ordre du monde.  

 

 

 Il faut voir l'intérêt de l'autre,  mais regarder aussi l'intérêt commun. Les papes,  Paul VI, Jean Paul II et Benoît XVI,  en avaient parlé auparavant.  Il faut changer l'identité de l'Europe. L'Europe,  c'est l'ouverture,  c'est l'occasion de trouver de nouvelles synthèses sur l'immigration.  C'est la volonté du vivre ensemble et un renforcement des échanges,  renforcer de parler les langues étrangères.  

 

 

Les relations franco-allemandes sont prioritaires, si on n'a pas un sentiment de destin commun,  on ne peut pas avancer.  C'est une nouvelle idée du progrès,  une faut une nouvelle pensée,  telle que le présente l'encyclique Laudato Si, où l'on parle de la maison commune.  Il faut avoir un regard plus intégral pour une nouvelle pensée pour l'avenir de l'humanité.  L'Europe peut être un laboratoire d'idées pour un nouveau regard.  L'église doit avoir ce regard,  cette image de Dieu,  c'est nécessaire pour l'avenir de l'humanité.  La foi chrétienne peut repenser,  être dedans,  c'est possible de faire un témoignage dans notre société,  être un instrument de l'humanité,  tel que le pape François le fait.  

 

 

 

 

 

 

 la chorale de l'UCLy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 10 octobre 2017

le 10 octobre 2017 : Conférence débat : « Daech : Origines, croissance et devenir d'un troisième totalitarisme » à l'ENS site Desc

 

 

 Le FORSEM a le plaisir de vous inviter à une conférence débat le mardi 10 octobre 2017 à 18h00 à l’ENS Lyon sur le thème : 

 

Daech : Origines, croissance et devenir d'un troisième totalitarisme

Avec 

Jean-Charles Jauffret, historien, spécialiste de l’histoire militaire  

 

 

 « Au moment où l’Etat islamique perd la bataille de Raqqa et dans ses derniers bastions en Irak et en Libye, tout en se fortifiant sur la défaite de l’Occident en Afghanistan et en lançant des tentacules jusqu’aux Philippines, il est temps de s’interroger sur cette hydre totalitaire qui mêle terreur et négation de la liberté et de la dignité.

Comme les deux autres totalitarismes, nazisme et dérivés, stalinisme et avatars, il s’agit d’une idéologie de contre-Etat et de contre-société allant jusqu’à l’embrigadement sanglant des jeunes. Sa particularité est de mettre en avant l’irrationnel, une déformation de l’islam. Successeurr d’Al-Qaida mais dans une dimension horizontale du terrorisme, 
Daech est aussi l’héritier de boutefeux, que ce soient les Américains en Irak, le régime syrien, ou de financements occultes de pétro-monarchies. 
Faut-il pour autant parler d’une « guerre mondiale diffuse contre le terrorisme depuis le 11 septembre 2001 », comme le suggère le pape François ?»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Gilbert Meynier est un historien français né en 1942 à Lyon, professeur émérite à l’université Nancy II depuis 2002. C'est un spécialiste de l'histoire de l'Algérie

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Charles Jauffret

Historien, agrégé d'histoire et spécialiste de l'histoire militaire coloniale.
Enseignant à à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence à à l'université de Montpellier Paul Valéry III et aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan.
Spécialiste de la guerre d'Algérie. 

 

 

 

 

 Nous sommes dans un conflit global,  les grandes puissances sont là, nous sommes aussi dans un conflit Interreligieux.  Entre sunnites et chiites, entre musulmans et chrétiens coptes.  

Quand Saddam Hussein a été pendu,  il a crié : "Mort aux Perses". Quand le tueur dela Gare Saint Charles de Marseille,  il a choisi deux jeunes filles, c'est parce qu'elles représentaient l'Europe.  Daesh,  c'est la négation même de ce qu'est l'islam,  tout comme le sont les religions dans le judaïsme et le christianisme.  

 

 

 

 

 Cette notion d'apprendre à tuer aux enfants de deux ans,  c'est bien le totalitarisme. Daech, c'est l'extrapolation de la théorie de la haine,  ils disent,  la vérité,  c'est l'islam,  la mecréance c'est tout le reste du monde. 

Le 11 septembre 2001, c'est le début de la 3 ème guerre mondiale.  Le poids du traditionalisme a tué le printemps arabe.  Pour comprendre la création de Daesh,  on a touché les frontières coloniales.  

 

 

 

 

Le 3 mars 2003,  de discours de Dominique de Villepin à l'ONU.  

La question kurde, , une sorte de mille feuilles,  les kurdes font partis du jeu.  Pourquoi les kurdes,  parce que 1600 peshmergas ont été tués par daesh.  Aucun des États,  la Turquie,  la Syrie et l'Irak,  n'ont aucun intérêt à voir un état kurde. 

 

 

 

 

 Le dernier dernier responsable,  l'assaut meurtrier de de l'armée en Syrie.  

Mossoul,  Mosquée Al Nouri,  le 29 juin 2014, Al Baghdadi s'autoproclame calife de l'islam. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le lundi 09 octobre 2017

le 08 octobre 2017 : Assemblée Générale 2017 de l'équipe lyonnaise des Ambassadeurs de Paix à la l'Espace Culture et Paix à Lyon

 

 E.L.A.P

              Equipe Lyonnaise des Ambassadeurs de Paix                     

Espace Culture & Paix                         

2, rue Villebois Mareuil, 69003 – Lyon   

 

 

 Historique 1996-2017

Mise en évidence des 40 ambassadeurs de paix nommés pendant la période de 2005 à 2016.

quelques témoignages

19 participants dont 11 Ambassadeurs de paix.

9 personnes excusées.

Election du nouveau bureau : Ont été élus, Eitel Moutome, Christopher Kabamba, Jean-Paul Chaudy.

Cocktail offert par la Case Africaine.

La séance de l'AG s'est déroulée de 15h30 à 17h et s'est prolongée longuement autour du buffet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouveau Bureau :

Président : Jean-Paul CHAUDY

Secrétaire : Christopher KABAMBA

Trésorier : Eitel-Louis MOUTOME

 

 

 Chers Ambassadeurs de Paix,

Chers amis,

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer les résultats de l’élections du bureau d’ELAP qui s’est déroulée le dimanche 8 octobre 2017, l’Espace Culture et Paix de Lyon avec 19 participants et 8 personnes absentes mais ayant donné un pouvoir.

Trois ambassadeurs ont été élus au bureau de l’association, puis se sont répartis les missions :

Président : Jean-Paul CHAUDY (19 voix)

Secrétaire : Christopher KABAMBA (10 voix)

Trésorier : Eitel-Louis MOUTOME (11voix)

                              

                               Les personnes présentes par ordre alphabétique :

1.       ASARE Sandy

2.       BENCHIKH Abbès

3.       BREDARD Michel

4.       CHAUDY Jean-Paul

5.       DRAME Landing

6.       DUCHAINE Abdel Malick Richard

7.       JIMMIE Charlotte

8.       KABAMBA Christopher

9.       KONDZOT Yolande

10.   LYANT Jacques

11.   MAONI Paulette

12.   MOUTOME Eitel-Louis

13.   MUSAVULI Véronique

14.   Nabil

15.   PIOLAT Ichiko

16.   ROUVEURE Adine

17.   SY Doudou

18.   TCHAVOUCH Aïda

19.   TCHAVOUCH Claude

Les personnes absentes ont été excusées et ont laissé un pouvoir

1.       DEBIOL Jean-François

2.       DELAGE Christian

3.       DELAGE Evelyne

4.       DUMAS Jean-Jacques

5.       EISENBERG Christina

6.       GUEYE Rosalie

7.       KATALAY José

8.       LOUNIS Embareck

 

 

 D’autres personnes se sont excusées, trop occupées par leurs engagements habituels. Nous les remercions de leur soutien.

 

Nous remercions particulièrement José KATALAY qui a été le président de l’équipe lyonnaise des Ambassadeurs de Paix en parallèle avec de nombreuses autres activités associatives.

 

L’Assemblée générale a débuté par une rétrospective des 20 années écoulées depuis 1996. Un PowerPoint a permis de revoir les photos de nomination de nombreux Ambassadeurs de Paix entre 2003 et 2017, et de comprendre la place de l’équipe lyonnaise au sein de la Fédération pour la Paix Universelle (FPU).

 

 

 De nombreuses personnes ont apporté des témoignages complémentaires : Mme Rouveure a parlé de l’ONU, M. Duchaine a exprimé les actions des activités inter-religieuses, du CCM et des Fils d’Abraham, M. Moutome a invité à l’AG de la Case Africaine le 22 octobre, Mme Asare a invité au bicentenaire le 22 octobre, M. Benchikh a invité à la soirée de Cap Diverses Cités le 18 novembre, M. Lyant a parlé des activités de l’ANAN et d’Africa 50, M. Sy a parlé des activités de SOPE, M. Tchavouch présentera une exposition sur le Patrimoine Arménien à l’espace Culture et Paix du 14 octobre au 2 novembre, On a aussi parle de l'AMAF, de la chorale NBana Mboca, du sport dans les banlieues, etc.

Les objectifs 2018 sont nombreux et devraient permettre de nombreuses activités,

Les statuts de l’Association ELAP seront déposés en Préfecture du Rhône dans les jours à venir, avec le compte rendu de l’AG. Bien que l’association aient débuté ses activités depuis deux décennies et qu’elle ait contribué à la nomination de nombreux ambassadeurs de paix sous la bannière de la FPU, elle n’avait jamais été enregistrée au niveau local.

L’AG s’est terminée par un cocktail offert par la Case Africaine. Une photo de groupe permet d’apprécier l’implication de chacun.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 De gauche à droite, devant : C Kabamba, E Moutome, Aïda Tchavouch, A Rouveure, Nabil,

A l’arrière : V Musavuli, C Jimmie, S Asare, D Sy, I Piolat, M Brédard, Y Kondzot, JP Chaudy, A Duchaine, P Maoni, A Benchikh, C Tchavouch, Photo de L Dramé.

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 08 octobre 2017

le 08 octobre 2017 : Culte de la cité, au Grand Temple de Lyon. Une célébration en présence du pasteur François Clavairoly.

 

 

 

  

  

 Une célébration en présence du pasteur François Clavairoly.

Cette année le Culte de la cité sera un peu particulier, il s'insère au coeur d'une semaine de festivités dans le cadre des 500 ans de la Réforme protestante. 

Ce Culte de la cité existe depuis une vingtaine d'années, 

 

 

"Le but de ce culte c'est favoriser la rencontre entre les autorités civiles et l'Eglise protestante unie de France", il s'agit donc de partager un temps de célébration, pour se connaître, se reconnaître "et se voir comme co-acteurs de la cité."  Préfet, élus, responsables des corps constitués mais aussi représentants des autres religions sont donc invités au Grand Temple.

Cette année la prédication sera donnée par le pasteur François Clavairoly (président de la Fédération protestante de France),

sur le thème "Vivre la fraternité".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article