Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le dimanche 05 novembre 2017

Le 04 novembre 2017 : Soirée solidaire : « Ensemble pour la Palestine » à la Salle Irène Joliot Curie à Vénissieux

 

 

 Soirée solidaire : Témoignages-stands-librairie-exposition-musique-plats palestiniens-pâtisseries-glaces...

 

Avec :
- Rania Madi, (avocate et juriste palestinienne Badil- alternative refugee centre), 
 
- Gilles Devers (avocat barreau de Lyon), 
 
- Khaled Shouli (association "one justice")

  

 

 Le “Collectif 69 de soutien au peuple palestinien” organise une soirée de solidarité, salle Joliot-Curie à Vénissieux, en présence de la juriste palestinienne Rania Madi, de l’avocat lyonnais Gilles Devers, de Khaled Shouil (“One Justice”) et du groupe Talawine. 

 

 

 

 

Assiette  palestinienne 

 

 

Les années en 7 marquent d’une pierre noire le destin du peuple palestinien.

  • les 100 ans de la « déclaration Balfour » de 1917 par laquelle le gouvernement britannique promettait unilatéralement l’établissement en Palestine d’un foyer national juif.

  • les 70 ans du plan de partage de la Palestine voté par l’ONU en 1947 dont a résulté la Nakba de 1948 – la destruction de plus de 530 villages palestiniens et l’expulsion de 750 000 Palestiniens.

  • les 50 ans de l’occupation par Israël, en 1967, de la Cisjordanie, de Jérusalem Est, de la Bande de Gaza et du Golan.

  • Les 10 ans du siège criminel de GAZA et son lot de crimes et de massacres continuent.

Depuis des décennies, les Palestiniens subissent la dépossession continue de leur territoire et de leurs moyens d’existence.

Les démolitions de maisons, la colonisation, les crimes, les confiscations de terre, le mur de l’apartheid, le déni de leur culture et de leur mémoire forment le quotidien du peuple palestinien.

Ces faits, à l’œuvre depuis plus de 100 ans, ne peuvent être acceptés.

C’est pourquoi les citoyens se mobilisent et agissent, notamment dans le cadre de la campagne BDS (Boycott, Désinvestissements, Sanctions).

C’est pourquoi nous vous invitons à marquer, avec nous, votre soutien au peuple palestinien. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Plus de 300 personnes se sont réunis le samedi 4 novembre à la salle Joliot Curie de Vénissieux.

Fédéré autour de la commémoration et du rappel des années en 7 un public attentif et engagé a pu s’informer et se mobiliser.

Les rappels historiques et leur prolongement d’aujourd’hui ont été nombreux au cours de cette soirée, ils seront fort utiles pour contrer en 2018 la propagande pro-israélienne que l’on s’attend à voir déferler au cours de "l’année France-Israël".

Khaled Al ShouliRania Madi et Gilles Devers s’employèrent à décrire ces va-et-vient entre histoire et actualité.

"Talawine", oud et percussions, a permis quelques respirations musicales, entre la dégustation d’une assiette palestinienne, d’un thé ou d’une glace à la datte de Palestine, créée pour l’occasion.

Autour des stands et de la librairie ont eu lieu de nombreuses rencontres, discussions, et prise de contacts, et chacun a pu se procurer des produits palestiniens.

Un quizz permis de tester les connaissances quant à la situation du peuple palestinien et le gagnant emporta un panier de produits de Palestine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quizz Palestine : Testons nos connaissances 

le ou la gagnante gagne un panier palestinien

après tirage au sort des bonnes réponses 

 

 

 

 

 

  

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 05 novembre 2017

Le 04 novembre 2017 : Conférence à la Mosquée Er Rahma à Villeurbanne par Cheykh Mahmoud Kalisa. Sur le Thème la Patience. 

 

 

 

 

 

 

 Un musulman a besoin de la patience pour aller au paradis. La patience,  c'est une station spirituelle,  mais il y a un certains nombres de choses qu'il y a à faire.  Mon coeur doit être apaisé, que mon coeur soit cadré,  que mon intention soit cadrée. 

 

 

 Il y a 3 domaines où le musulman doit montre la la patience, l'endurance dans les actes d'adoration, il faut être patient et résistant,  la patience dans les épreuves.

 

 

 La prière,  avec ma langue je prononce des mots de la prière, mes gestes sont aussi dans la prière, c'est là où il faut être patient.  

Un dicton africain dit : "Quand un vieillard qui meurt,  c'est une bibliothèque qui brûle". 

 

 

 Allah nous envoie des épreuves pour que nous puissions être patient, car Allah nous éprouve tous les jours,  ne serait ce qu'au moment de la prière de fajr.  

Il y a actuellement,  des musulmans qui sont attachés aux choses de ce bas monde.  Il y en a qui sont capables de couper des têtes pour pouvoir y arriver.  Ils sont capables de vendre leur propre religion

 

 

 Vendre à crédit,  acheter à crédit,  c'est interdit dans la religion musulmane.  C'est de la ribba. 

C'est la même chose dans la purification de nos péchés. Allah veut nous purifier dans toutes ces épreuves,  même un petit caillou dans notre chaussure,  c'est une gêne passagère,  mais,  c'est une épreuve quand même.

 

 

Les gens les plus éprouvés,  ce sont les prophètes.  Allah ( Soubhanallah Wa ta Allah ) leur a donné les clefs de l'invisible.  Si nous connaissions les clefs de l'invisible,  nous ne serions pas dans ce monde d'ici bas. 

La vie d'ici bas est une épreuve.  

 

 

 Il faut se montrer positif face aux épreuves que nous vivons avec notre quotidien.  Allah aime ceux qui sont patients, il est avec les patients, pour les aider, pour les renforcer pour cheminer avec lui. 

 

  
 
 


Commentaires

 
 
 
posté le vendredi 03 novembre 2017

le 03 novembre 2017 : Visite de courtoisie du nouveau Préfet Stéphane Bouillon au Conseil Régional du Culte Musulman Auvergne Rhô

 

 Visite de courtoisie du nouveau Préfet Stéphane Bouillon au

Conseil Régional du Culte Musulman Auvergne Rhône Alpes 

 Cette visite de courtoisie était également conviviale et a permis de faire connaissance avec les plus représentatifs des différents composantes musulmanes et responsables du Conseil Régional du Culte Musulman Auvergne Rhône- Alpes , le responsable de la Grande Mosquée de Paris, le Rassemblement des Musulmans de France, Ditib et Milli Gorus. 

 

 

Stéphane Bouillon, est le nouveau Préfet la région Auvergne-Rhône-Alpes, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Est, préfet du Rhône en remplacement de Henri-Michel Comet. Il était depuis deux ans, préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud, préfet des Bouches-du-Rhône. Stéphane Bouillon est ancien élève de l'Ecole nationale d'administration (Promotion « Louise Michel ») et diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris.

 

 

 En présence de


Benaissa Chana (Président du Conseil Régional du Culte Musulman Auvergne Rhône Alpes)


Abdelkader Laïd Bendidi (1 er Vice-président du Conseil Régional du Culte Musulman Auvergne Rhône Alpes),


Hulusi Gursoy (2 ème Vice-président du Conseil Régional du Culte Musulman Auvergne Rhône Alpes),


Nordine Messsili (Secrétaire Général du Conseil Régional du Culte Musulman Auvergne Rhône Alpes),


Hamza Morel (Vice président de la Mosquée Turque Eyup Sultan de Vénissieux),


Walid Naas (Chargé de Mission auprès du Conseil Régional du Culte Musulman Auvergne Rhône Alpes)  et

 

Abdel Malik Richard Duchaine (Délégué du Dialogue Inter-religieux auprès du Conseil Régional du Culte Musulman Auvergne Rhône Alpes). 

 

 

 Cette visite de courtoisie a permis de faire un tour d'horizon sur les problématiques et les préoccupations qui touchent la communauté musulmane vivant en France (les futures inaugurations des Mosquées Es Salem de la Rue Baraban à Lyon 3ème et de Décines-Charpieu, la formation des imams, les constructions des lieux de culte, la déradicalistions des jeunes).

 

 

 Les membres du Conseil Régional du Culte Musulman ont accueilli le nouveau Préfet, par des paroles chaleureuses de bienvenue, cette rencontre a permis de dialoguer sur un plan encore plus chaleureux sur beaucoup de sujets relatifs à la citoyenneté et à la fraternité.

 

 

 Le prefet nous a fait part de son admiration pour le chanteur Abd al Malik  rappeur, auteur-compositeur-interprète, 

 

 

   qu'il n'hésite pas à citer lors des cérémonies de naturalisation.

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 29 octobre 2017

le 29 octobre 2017 : Conférence à la Grande Mosquée de Givors

 

 

 J'ai pu assister à la Conférence à la Grande Mosquée de Givors, mais je déplore que les services de sécurité ne m'aient pas autorisé d'avoir eu la possibilité de prendre des photos des conférenciers, ni de prendre des notes, (par mesure de sécurité pour les invités m'a-t-on indiqué).

 

 La sécurité a été “un peu augmentée” notamment après que le groupe Génération Identitaire ait annoncé se rendre dans le sud de Lyon, la conférence étant “ouverte à tous”. L’après-midi s’annonçait sous tension. Mais finalement, personne n’est venu. À la dernière minute, Génération Identitaire, ont envoyé un communiqué pour préciser qu’il ne se rendrait finalement pas à la Grande Mosquée de Givors.

 

J'ai donc trouvé des photos sur google. 

 


  Le prédicateur polémique, Nader Abou Anas a bien tenu une conférence à la Grande Mosquée de Givors mais il n’a pas été question de mariage ni de femmes. Pour apaiser les esprits, la conférence a été axé sur les thèmes de la paix et de la tolérance.

 

 

  Nader Abou Anas a donc parlé pendant la conférence retransmise en direct sur Facebook du repentir et de la tolérance dans l’Islam. Du côté de la mosquée, on se dit très déçu par cette polémique “qui met à bat 20 ans de travail dans les quartiers avec des articles à charge”.
La mosquée se désolidarise en tout cas des paroles que Nader Abou Anas a pu prononcé sur le statut des femmes.

 

 

À la fin de la conférence, Nader Abou Anas est revenu sur la polémique devant les fidèles de la mosquée : “Je déplore ce qu’a fait l’imam. C’est une calomnie. C’est trop facile de faire trois coupures et de monter des images. Mon engagement est sans faille pour le vivre ensemble dans notre pays. J’ai toujours pris la défense de tout le monde, y compris des femmes”. En somme, malgré la présence de vidéos sur internet, Nader Abou Anas nie porter un jugement rétrograde sur les femmes. 

 

 

  Originaire de Montreuil, Moussa Ibn Yacoub ce membre de l'ONG musulmane Baraka City etait emprisonné au Bangladesh pour "activités suspectes" depuis fin décembre 2015.
 

 

 Âgé de 30 ans, il s'était rendu dans le pays pour venir en aide à des réfugiés Rohingyas, une minorité musulmane venue de Birmanie et persécutée.

 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article