Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le jeudi 23 novembre 2017

le 22 novembre 2017 : Conférence-debat :« Les limites idéologiques du nationalisme arabe radical » organié par le Forsem à Science

 

 

 Conférence-debat :« Les limites idéologiques du nationalisme arabe radical » organisé par le Forsem à Science Po Lyon par Lahouari Addi, (Professeur de Sociologie à Sciences Po Lyon, auteur du livre «Radical arab nationalism and political Islam» , paru à Georgetown University Press, 2017). 

 

 

 

 

 « Dans cette conférence, Lahouari Addi reprend l’analyse de son dernier ouvrage paru à Georgetown University Press où il montre que le nationalisme arabe radical (en Egypte avec Nasser, en Algérie avec Boumédiène, en Syrie et en Irak avec le Baath) a non seulement échoué à développer l’économie comme il ‘avait promis, mais il a donné naissance à l’islam politique pour avoir négligé la culture moderne et la réforme de la théologie musulmane. »

 

 

 Tahar Kalfhoune

 

 

 

 

 

 

 

 

 Aujourd'hui,  il s'agit de réfléchir sur ce nationalisme arabe par des élites qui ont été formés dans les années 60.  Mais si il n'y a pas cette réflexion qu'ils devraient avoir et risque d'avoir une menace sur la sécurité. 

 

Ces pays ont interdit tous pouvoirs avec les corps politiques,  religieux, économiques,  culturels. 
En interdisant tous les pouvoirs,  c'est la caste militaire qui prend la place.  Il a sous estimé les corps culturels. 
 

 

 Il fallait que l'état absorbe la société et l'économie. La sphère de la production et de l'échange est du domaine public.  Le socialisme danslespays arabes, permettait de contrôler la dynamique économique.  L'équivalence d'euros n'a pas la même capacité en Suède qu'en Algérie,  parce que des généraux algériens,  vont prélever des pré ventes.  Il y a des prédateurs qui vont enrayer la machine économique du pays, les lois de l'état de droit,  correspondent aux lois du marché.  L'économie n'est pas protégée,  car il y a un pouvoir de prédateurs.  Nous ne sommes pas dansle cas d'une économie légale.  L'économie politique,  c'est l'économie qui permet à la vie démocratique. 

 

 

 Ces régimes n'ont pas été capables de mettre sur pied une économie collaborative. Il fallait protéger le capital public.  Il faut combattre les rentes, il faut combattre l'économie spéculative privée.  Il est plus facile de mettre un importateur en prison que de combattre un chef d'entreprise.  

 

Ces régimes n'aiment pas la société,  ils préfèrent le peuple surtout quand le peuple est agressé par l'étranger.  C'est régimes en font une conception d'un peuple imaginaire.  Cette conception ne veut pas avoir à faire à la société.  
Après,  la notion de peuple a été condamné par ces projets populaires.  
Il faut insister sur ces notions de peurs,  en Algérie,  comme en France,  il y a eu des héros de guerre.  En temps de guerre,  ces régimes sont considérés comme étant des régimes révolutionnaires.  
Ces régimes tournent le dos à la notion de société civile.  Ils développent une agressivité. 
 

 

Dans les pays démocratiques,  il y a cette notion d'alternance,  même avec 48% des voix à la suite des élections.  La notion d'état nation, c'est historique,  mais aussi culturel,  c'est un pouvoir central qui l'allegence.
L'humanité est diverse et une, les peuples ont apporté la démocratie,  l'économie,  la culture. 

 

Ces régimes arabes radicaux, ce sont des régimes révolutionnaires,  mais ils ont échoué. Les monarchies n'ont pas de projets de modernisation. La culture,  c'est un concept qui est très large,  il va y avoir une révolution culturelle. L'économisme ambiant,  va se réapproprier le le passé,  une relecture du passé,  on a enseigné le passé mythique du passé. Le monde arabe a raté 3 révolutions,  intellectuelle,  industrielle et scientifique.   

 

 

 Le nationalisme arabe radical n'a pas donné de de réponse à cette question.  Ils ont préféré demander à des oulémas les notions en rapport avec les valeurs de l'islam.  En Algérie,  le ministre de l'éducation nationale faisait parti des oulémas, le salafisme religieux.  La philosophie de Descartes était dans la philosophie de Galilée. Le nationalisme arabe, inspiré par la communauté européenne,  a gagné plusieurs couches de démocratie.  Les militaires arabes pensent vaincre les sociétés occidentales.  L'échec du nationalisme arabe,  n'ont pas opéré la rupture de la culture occidentale.  C'est aussi l'échec du nationalisme radical arabe a fait naître l'islamisme,  comme l'était les frères musulmans en Égypte en 1928 avec Hassan El Banna.  

L'individu a deux identités.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 19 novembre 2017

Le 19 novembre 2017 : Concert de Jazz, Jazz Fusion, Jazz Manouche avec le guitariste David REINHARDT (petit-fils de Django) 

 

 

  Concert de Jazz, Jazz Fusion, Jazz Manouche que le guitariste David REINHARDT (petit-fils de Django)  qui assure en Eglise Evangélique de Décines-Charpieu. Entre autres musiciens, il est accompagné de Dominique DI PIAZZA, considéré actuellement comme l’un des meilleurs bassistes au monde. Ils feront partager leur témoignage chrétien, à l’appui de leur musique sur base de «jazz manouche ».

 

 

Les Assemblées de Dieu en France

 

Pourquoi «ASSEMBLÉES DE DIEU» ? Que sont-­elles ? Qu'enseignent-­elles ? Quelles sont leurs pratiques ?

Les «ASSEMBLÉES DE DIEU», établies en France par le Mouvement de Pentecôte, sont, au XXème siècle, la continuation fidèle des Assemblées ou Églises (le mot grec "ecclésia" signifie : Assemblée) chrétiennes des temps apostoliques, décrites par les Ecritures.

On ne saurait, par conséquent, les qualifier de «religion nouvelle» ou les assimiler à telles «sectes» aux enseignements en contradiction avec la Vérité Evangélique.

 

 

 Répandues dans le monde entier et formées d'hommes et de femmes de toutes races, de toutes couleurs et de toutes les conditions sociales, amenées à une foi vivante par la prédication du «Plein Evangile» accompagnées de signes et de miracles, avec la puissance du Saint-Esprit ; elles forment un rassemblement chrétien au sein duquel beaucoup redécouvrent le «Christianisme» des temps apostoliques, dans toute sa spontanéité, sa puissance et son efficacité primitive.

 

Elles n'ont ni «maison ­mère» ni autorité centrale, ni fondateur humain et ne reconnaissent qu'un seul livre faisant autorité en matière de foi : La Bible, Parole inspirée de Dieu.

 

 

 

 

 

 

 Lucien Marzocchi, pasteur évangéliste, témoigne de ce que Dieu a fait dans sa vie. Guéri, libéré, pardonné, et sauvé. marié et père de trois enfants.

 

 

Impliqué dans l'église de Décines-Charpieu depuis le début de l'oeuvre, en 1976, il est également visiteur de prisons et pasteur évangéliste au sein de l'association "Gospel Vision". 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 David Reinhardt, né le 23 décembre 1986 à Longjumeau, est un guitariste français de jazz manouche.

Il est le fils de Babik Reinhardt et le petit-fils de Django Reinhardt.

Il fait ses premières armes à l'âge de six ans accompagné de son père Babik aux Djangodor en 1993. Depuis, il joue dans de nombreuses formations de jazz manouche avec notamment le nouveau trio gitan de Christian Escoudé (où il reprend la place de son père), mais aussi Noé ReinhardtRomaneStochelo Rosenberg...

Parallèlement, il a créé le David Reinhardt Trio en 2008. Le trio actuel, avec Yoann Serra à la batterie et Florent Gac à l'orgue Hammond, s'éloigne beaucoup du style manouche.

En 2015 David rentre à l'école biblique ressentant un appel à prêcher la bonne nouvelle , il se prépare a être pasteur mais n'abandonne pas pour autant la musique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 19 novembre 2017

Le 18 novembre 2017 : Charity Show en faveur des Rohingyas organisé par Human Appeal à la salle" le Comptoir des Roses " au 19 bis

 

 

 Charity Show en faveur des Rohingyas organisé par Human Appeal à la salle

" le Comptoir des Roses " au 19 bis rue Sigmund Freud à Vaulx en Velin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 19 novembre 2017

Le 18 novembre 2017 : Table Ronde de l'ACAT: « Respect de la dignité de l'homme, comment puis y contribuer ?» à l'Institut des Dro

 

 

 

 

 

 

 Table Ronde de l'ACAT: « Respect de la dignité de l'homme, comment puis y contribuer ?» à l'Institut des Droits de l'Homme ,

Université Catholique de Lyon Campus Carnot 23 place Carnot à Lyon 2 ème 

 

 

 

 

 

 

Modérateur Roger Koussetogue Koudé 

(Chercheur à la Chaire UNESCO « Mémoire Cultures et Interculturalité », Vice Doyen de la Faculté de Droit, Sciences Economiques et Sociales de l'Université Catholique de Lyon). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Guy Aurenche

(Avocat, ex président du CCFD, de l'ACAT et FIACAT)

 

 

 Les fondements de la dignité,  la question de la dignité,  c'est un choix.  On choisit de reconnaître la dignité.  C'est un choix,  c'est la source de vie.  C'est une dynamique,  c'est une conviction qui nous pousse. Il y a cet appétit de respect.  Une dynamique qu'il faut apprendre sans cesse.  La dignité de l'homme,  c'est la relation,  reconnaissance de l'autre,  du plus fragile,  dignité et mystère de l'autre.

 

 

 Qui serai je,  si je ne reconnais pas l'autre avec sa dignité.  L'altérité,  reconnaissance de l'autre,  une vie est elle possible ? Dignité essentielle.  Le premier défi est la toute puissance,  nous avons entre les mains,  les outils de toute puissance dont le monde dispose.  Les inégalités grandissent,  sur quelles bases ? Les inégalités face aux accès aux droits,  comment faire pour dire aux violents qu'ils refusent l'autre.  La référence à la dignité,  chaque matin, faut rappeler la rappeler.  

 

 

 Nous sommes tous dans l'interdépendance. C'est quoi le partenariat dans nos vies quotidiennes.  

 La recherche du sens,  la recherche éthique,  la dignité est au coeur de l'éthique.  Je recherche le sens,  au coeur de ce sens,  la révélation. 

Une référence dynamique, la dynamique des droit de l'homme,  c'est l'acte de foi. C'est un souhait ensemble.
  

 

 A partir de là,  une liste de droit,  ce sont des mesures politiques,  sociales,  oui l'argent. Ce qui est juridique dans les droits de l'homme,  c'est le droit de regard,  c'est la dignité de la personne.  Échanger à partir du prétexte de l'humanité. 

 

 

 Danièle Reppelin

(Coordinatrice du lieu d'écoute, de fraternité et de spiritualité de la belle porte)

 

 

Visiteur de prison.  J'avais rencontré une personne,  un bout de chemin était parcouru ensemble.  Je ne risque pas de l'abîmer dans sa dignité d'être humain.  Ce sont des personnes,  dont la part ténébreuse avait le dessus.  En aucune façon ne m'empêche de la regarder avec dignité avec cette personne vivant l'enfermement. La dignité est inaliénable,  c'est le respect,  parce que c'est un homme,  c'est une femme,  c'est une personne qui tient une place importante, qui est aimée de Dieu. 

 

 

 Lui parler en la respectant dans sa dignité.  Être vigilant vis à vis des personnes vulnérables,  cette personne doit toujours être traitée avec la meilleure des dignités, même si il est complètement enfoui dans le péché. 

 

 

 Une personne ne doit jamais être traitée comme un objet.  Tous les hommes sont des personnes,  la dignité nous demande un travail quotidien. Tout être humain a besoin d'être reconnu dans sa dignité a condition que nous nous sentons tous concernés.

 

 

 La dignité est une valeur inaliénable.  Cette dignité humaine qui est en constante évolution.

 

 

 Le père Vincent Feroldi.

(Directeur national des relations avec l'islam)

 

 

 Être très attentif aux mots que nous utilisons.  Quand on parle de l'islam,  on en parle au singulier.  Quand on parle d'islam,  autant parler de plusieurs islams et des musulmans.

 

 

Être attentif à prier pour cet autre qui est musulman,  mais cet autre est peut être dans le même paradigme que moi.  Nous croyons au même Dieu. 

 

 

 Mon action,  c'est de prendre en compte de ce qui est l'autre dans sa dignité.  Aujourd'hui,  en France,  dans les relations islamo - chrétiennes,  nous rencontrons les différentes difficultés quotidiennes,  prendre en compte aussi les problèmes de la laïcité. 

 

 

 Respecter la dignité de l'autre,  c'est aussi regarder tous ces jeunes qui sont partis faire le jihad en Syrie.  Si on ne donne pas à jeune,  des chemins qui vont lui donner un sens  et un avenir à sa vie. On est tous devenu des être fragiles,  nous sommes pour un choix du vivre ensemble,  de se reconnaitre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie Alacoque

(Médecins du Monde  "squat et bidonville" et accueil de mineurs isolés)

 

 

 Les personnes roms sont mal vues dans notre société.  La non scolarisation des enfants est un manque de dignité de l'être humain.  Comment peut on vivre dignement dans des terrains insalubres.  Leur culture est méconnue,  respecter leur attentisme. 

 

 

 

 

 

 

 Thomas Levesy

(Resonsable des Scouts det Guides de France)

 

 

Le scoutisme, m'a permis de grandir dans la transmission des valeurs aux plus jeunes.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Michaël Crublet

(Directeur le Valdocco ACIRPE (atelier chantiuer d'insertion)

 

 

 De Valdocco.  Aller à la rencontre du jeune pour l'aider à grandir.  C'est par le travail que nous pouvons retrouver sa dignité.  Mission d'insertion,  on essaye d'accueillir 16 personnes par jour. 

 

 

 On fait un choix à la vue des critères,  on les accueille chez nous, on les accompagnent pour pouvoir leur donner goût au travail.  Le vivre ensemble ça ne va pas de soit. 

 

 

 Il faut que chacun puisse s'investir,  nous sommes dans une dynamique circulaire,  on est tous ensemble.  Et c'est comme ça que l'on commence à se respecter.

 

 

 On n'a pas besoin d'attendre des institutions que tout vienne.  Aller à la rencontre de l'autre,  cela me met face à mes propres difficultés.  Il faut que la parole circule.  C'est le principe même de la pédagogie de Don Bosco, cela fait parti de la dignité.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article