Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le mardi 20 février 2018

le 15 février 2018 : Rendez vous avec Mahyar Monshipour, l'homme, le boxeur, le citoyen à l'Espace Jean Couty 56 rue Sergent Miche

 

 

 

 Rendez vous avec Mahyar Monshipour, l'homme, le boxeur, le citoyen à l'Espace Jean Couty 56 rue Sergent Michel Berthet, à Lyon

 

 

 Mahyar Monshipour est une figure du sport français. Né à Téhéran (Iran) en 1975, il arrive en France en 1986 pour vivre à Poitiers chez sa tante. Loin de ses parents et de son pays natal, Monshipour va se construire une véritable rage de vaincre qu’il va investir dans la Boxe à l’âge de 18ans. 

 

 

 Rapidement amené sur le Ring Mahyar le quittera définitivement en 2009 après 35 combat et seulement 3 défaites, et deux titres de Champion du Monde. Ses combats il les mène également avec lui-même, notamment lorsqu’il retourne en Iran pour retrouver sa mère après plus de 20 ans d’absence.

 

 

 Derrière le boxeur, c’est aussi l’homme qui a accepté de partager avec Les Cités d’Or les raisons de ses choix et les chemins qui l’ont conduit à devenir acteur de sa vie et de la société.

 

 

 Les Auditions Publiques:

Des Parcours de vie riches et exemplaires pour leurs réussites comme pour leurs échecs surmontés, mis en lumière par un groupe de Citoyens d'Or autour du thème: pleinement acteurs de nos vie, pleinement acteurs de la société. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 Je suis un vrai iranien qu'est devenu français.  Ici en France,  nous avons que des amis,  mais en Iran,  nous avons toute la famille.  La balance est comme ça.  Ma fille Shirine,  dont la maman est marocaine,  est française.  Il faut connaître,  comprendre ses origines,  d'où on arrive.  On est français avec des parents d'une autre culture.  Il faut être clair dans sa tête.  

 

 

 Je me suis senti accepté comme tel. On ne doit rien aux parents,  ce sont eux qui nous on fait naître,  et c'est déjà une grande reconnaissance,  on leur doit le respect.  On ne doit rien,  à part le respect à nos parents. 

 

 

 Mahyar Monshipour, né le 21 mars 1975 à Téhéran est un boxeur français d'origine iranienne, son père l'envoie en France, à Poitiers chez sa tante. Il fréquente alors les écoles de boxe anglaise, sport où il va se montrer très doué.

Le « cogneur technique » passe professionnel en 1996. Il se forge alors un palmarès exceptionnel : 37 combats, 31 victoires, vainqueur de la coupe de France professionnelle en 2001, champion de France et d'Europe en 2002, et surtout champion du monde poids super-coqs WBA, de 2003 à 2006.

 

 Décoré de l'ordre national du Mérite, il a témoigné de son parcours dans un livre La rage d'être français, sorti en 2007 chez Grasset. Mahyar Monshipour démontre sa parfaite intégration à travers plusieurs missions au service du sport.

 

 

 Il est chargé de mission au cabinet du conseil général de la Vienne, de juillet 2002 à juin 2006. De 2006 à 2011, il est élu directeur adjoint des sports du conseil général de la Vienne. Depuis 2011, il est conseiller technique national du ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, placé auprès de la fédération française de boxe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 20 février 2018

le 11 février 2018 : Table-ronde sur le thème : « La reconnaissance de DIEU comme PARENT céleste par les grandes religions »

 

 

  Table-ronde sur le thème : « La reconnaissance de DIEU comme PARENT céleste par les grandes religions » Pour la semaine de l’harmonie interconfessionnelle à Espace Culture & Paix

2, rue Villebois Mareuil (122, rue du Dauphiné), Lyon 3ème

Une initiative de l’équipe lyonnaise des Ambassadeurs de Paix

 

 

 Trois thèmes y seront traités

·       Le concept de Dieu dans chaque grande religion,

Expliqué par des représentants de chaque religion

·       Dieu Créateur comme entité unique, éternelle et immuable.

·       Dieu d’Amour comme Parent de l’humanité.

 

 

 Une table-ronde sur le thème « La reconnaissance de Dieu comme Parent céleste par les grandes religions » s’est tenue à Lyon à l’occasion de la semaine de l’harmonie interconfessionnelle. Trois intervenants principaux sont intervenus, Jean-François Debiol de tradition Catholique pour exprimer sa compréhension de Dieu comme Père, Abdel Malik Richard Duchaine, de tradition musulmane pour témoigner du Dieu unique et miséricordieux, et Jean-Paul Chaudy pour présenter le rôle de la religion dans l’histoire. Merci à tous les participants qui ont pu apprécier l’importance du dialogue interreligieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 11 février 2018

le 10 février 2018 : Dîner solidaire Organisé par AMEA Salle Condorcet - Saint Chamond

 

 

 Dîner solidaire Organisé par AMEA

Salle Condorcet - Saint Chamond

 

Retrouvez-nous pour notre traditionnel repas solidaire !  Pourquoi ?
Dans le Cadre des ses actions citoyennes, l'AMEA reconduit pour la cinquième fois le repas de solidarité en faveur d'une association humanitaire local " Aide Soutien et partage " qui œuvre sur la Vallée du Gier. 
Cette année nous avons le plaisir d'organiser cet événement avec l'Union des Travailleurs Turcs de Saint-Chamond.
Tous les bénéfices seront versés à ASP (Banque Alimentaire). Pour qui ? Tout le monde ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le mercredi 07 février 2018

le 06 février 2018 : Conférence-débat « Le défi de la pluralité des religions » Organisé par Dominicains de Lyon Conférence suivie

 

 

 Conférence-débat « Le défi de la pluralité des religions » Organisé par Dominicains de Lyon Conférence suivie d'un débat par le frère Rémi Chéno o.p. (couvent du Caire)

 

 

 Le pluralisme, et tout spécialement le pluralisme religieux, est un fait de notre temps. Faut-il s’en protéger ou plutôt l’embrasser ? Petit parcours sur les approches chrétiennes possibles de la pluralité des religions.

Le défi de la pluralité des religions par le Frère Rémi Cheno (Couvent du Caire).

 

 

 Est depuis 6 ans au Caire en Égypte.  Mon premier objectif n'est pas d'établir un dialogue avec l'islam,  mais d'obtenir des compétences.  L'islam est dans une situation difficile aujourd'hui.  Mon travail consiste à travailler sur le patrimoine sur monde arabo musulman. Tout l'enjeu est de savoir parler lq langue de l'autre.  Être vraiment bilingue,  il faut parler musulman. Être capable de changer de langage.  C'est la figure un peu nouvelle de la pluralité religieuse.  

 

 

Qu'est ce la théologie du pluralisme religieux.  Je vais me placer comme croyant.  Il y a quelque chose du mystère de Dieu qui est en nous.  Le pluralisme,  c'est quelque chose qui est à l'intérieur de nous.  On peut avoir des amis très à gauche ou très à droite,  tout est imaginable. Il peut y avoir des gens qui refusent ce pluralisme culturel,  après tout chacun est libre.  Il peut y avoir un pluralisme intérieur,  comme il existe un pluralisme extérieur. 
On avoir plusieurs rationalités en soit.  Nous sommes dans du bricolage.  

 

La théologie du pluralisme religieux,  c'est la question,  que va t il advenir des non-chrétiens ?  

 

 

 C'est l'affirmation biblique,  Dieu veut le salut de tous les hommes. 

 

En dehors de l'église point de salut. 
Il y a 3 façons d'aborder le pluralisme religieux.  

 

 

La position exclusiviste, elle conserve tout le mystère chrétien, avec le corps du Christ et l'esprit saint.   

 

 

 La position inclusiviste, qui regroupe les "semences du verbe" et tout ça peut porter du fruit.  C'est le principe de l'esprit saint, c'est l'esprit du Christ. Et Concile Vatican II dit,  il existe des rayons de vérité dans l'esprit des gens. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La position pluraliste,  les hommes, sont tous à l'écoute du verbe. Ils cherchent un universel qui serait commun à tous les hommes.  Il faut les écouter,  c'est le respect du génie humain.  Toutes les religions convergent vers le même point.  Il y a une réalité ultime, c'est la recherche du bien de l'humanité.  

Il faut que les religions acceptent les autres, si on veut se rencontrer,  il faut perdre sa religion ?

 

 

 Il existe une 4 ème position,  post-moderne, il y a des saluts (au pluriel).  Ça fait penser,  ça fait réfléchir.  Une religion,  c'est une façon de vivre,  c'est une vison du monde dont je ne peut pas me défaire.  Le langage de Dieu est indisponible pour l'homme.  Ce que dit l'autre, je ne peut pas le comprendre,  c'est de l'incomensurabilité. 

Le dialogue,  il faut commencer par se taire,  et on écoute,  on prend le temps qu'il faut.  On arrive à se comprendre,  on arrive à tisser des liens,  on arrive a construire des ponts.  On arrive à se parler quand même.  

  
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article