Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le mardi 20 février 2018

le 16 février 2018 : Conférence-débat : "l'Education bienveillante selon la méthode Adele Faber et Elaine Mazlish" par Farid Khéli

 

 

 Conférence-débat : "l'Education bienveillante selon la méthode Adele Faber et Elaine Mazlish" par Farid Khélifi au Centre Interculturel de Décines-Charpieu 

 

 

 Pourquoi se quereller avec les enfants quand il est possible de faire autrement ? Basé sur de récentes prises de conscience en psychologie, ce livre présente des façons innovatrices de résoudre les problèmes qu'on rencontre dans toute relation parent-enfant. Il met de l'avant une approche lucide, sensible et respectueuse, qui entraîne moins de stress et plus de gratification pour les parents comme pour les enfants. On y trouve des techniques à la fois concrètes, pratiques et surtout efficaces. Ça fonctionne, les résultats sont là! De charmantes bandes dessinées illustrent comment les habiletés de communication s'appliquent dans la vie quotidienne. Les parents apprennent comment : s'y prendre avec les sentiments négatifs de l'enfant, ses frustrations, ses déceptions, sa colère, etc ; suciter le désir de coopérer ; mettre des limites fermes tout en maintenant un climat d'ouverture ; éviter le recours à la punition ; favoriser l'image positive de l'enfant ; résoudre les conflits familiaux dans une atmosphère de calme.

 

 

 Faber et Mazlish, des outils pour soigner le dialogue Adele Faber et Elaine Mazlish ont décrypté nos différentes manières de communiquer avec les enfants. Pour les parents comme pour les pros, leurs outils sont de véritables clés pour apaiser et résoudre les conflits du quotidien, en accueillant les émotions avec bienveillance. 

. Dans les années 80, Adèle Faber et Elaine Mazlish, deux universitaires américaines et mères de famille de surcroit, ont développé une nouvelle approche de la communication entre adultes et enfants. Un regard bienveillant, basée sur l’écoute active, l’empathie, le respect mutuel pour mieux gérer les difficultés du quotidien... Inspirées par les groupes de parole de parents auxquels elles ont assisté pendant plus de dix ans, sous la houlette du Dr. Ginott, psychologue clinicien enseignant la communication bienveillante, elles expliquent dans leurs différents ouvrages devenus best-sellers* les outils mis au point, à grand renfort d’exemples concrets et de mises en situation. Une approche respectueuse à découvrir plus concrètement lors d’ateliers, largement répandus en France depuis une vingtaine d’années, à l’initiative du Dr Sophie Benkemoun

 

 

 Changer de regard sur l’enfant que l’on accueille    

Gérer les colères et conflits, se faire obéir sans crier, dénouer les stress, développer une solide estime de soi, encourager l’autonomie de l’enfant… Les parents tout comme les professionnels de la petite enfance rencontrent tous des difficultés en matière d’éducation. L’approche Faber et Mazlish propose des exercices et outils pour changer de regard sur l’enfant, mieux accueillir ses sentiments négatifs en utilisant les mots justes, trouver des alternatives à la punition, résoudre les conflits dans le calme et exprimer sa colère sans blesser… Des habiletés de comportement et de langage à mettre entre toutes les mains pour rompre le cercle vicieux d’un langage nocif. « La base de Faber et Mazlish, c’est accueillir l’enfant tel qu’il est, avec ses émotions, positives comme négatives. On se rend vite compte que cela nous amène à plus de tranquillité : se sentant respecté, il devient plus respectueux », explique Sophie Marie, formatrice chez Parents Plus.  

 

 

 Vivre les émotions de l’enfant pour mieux les comprendre  

Alors concrètement ? « On n’explique pas l’approche Faber et Mazlish, on la fait vivre », explique Sophie Marie. Lors des ateliers proposés, on appuie là ou ça fait mal. Chacun est invité à se mettre en situation, dans la peau de l’enfant, pour prendre conscience des émotions qui l’animent dans telle ou telle situation. Voir ses émotions bafouées, subir l’ordre et la soumission, être puni, recevoir un compliment qui ne fait pas plaisir, être enfermé dans une étiquette, manquer d’autonomie… Une expérience à jamais marquante, mais parfois choquante ou culpabilisante pour les plus sensibles. Dans les ateliers que propose Sophie Marie, dans le cadre de la formation continue, les assistantes maternelles viennent chercher des conseils pour se faire obéir sans crier. Elles aborderont également les enjeux latents autour de la punition et de l’estime de soi. « La plupart ne connaissent pas encore le terme d’ « éducation bienveillante » mais sont en recherche d’un mode de fonctionnement plus apaisant, explique Sophie. Elles vont trouver du sens à faire évoluer leurs pratiques puisque cela va dans le sens de l’humain, et naturellement, elles en parleront aux parents. »

 

 

 Même avec les plus petits qui comprennent déjà tout sans même savoir parler, l’approche de Faber et Mazlish permettra de construire la relation différemment pour préparer le terrain en vue d’une communication meilleure avec l’enfant, par l’éclairage des neurosciences ou des travaux  de Catherine Gueguen  ou d’Isabelle Filliozat, pour comprendre comment se développe son cerveau, pourquoi l’enfant n’est pas encore capable de gérer ses émotions etc. Et pour beaucoup de professionnels de la petite enfance, se former à Faber et Mazlish c’est aussi apprendre à mieux gérer la relation avec leurs propres enfants et se trouver ainsi plus disponible d’esprit avec les enfants accueillis.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 20 février 2018

le 15 février 2018 : Rendez vous avec Mahyar Monshipour, l'homme, le boxeur, le citoyen à l'Espace Jean Couty 56 rue Sergent Miche

 

 

 

 Rendez vous avec Mahyar Monshipour, l'homme, le boxeur, le citoyen à l'Espace Jean Couty 56 rue Sergent Michel Berthet, à Lyon

 

 

 Mahyar Monshipour est une figure du sport français. Né à Téhéran (Iran) en 1975, il arrive en France en 1986 pour vivre à Poitiers chez sa tante. Loin de ses parents et de son pays natal, Monshipour va se construire une véritable rage de vaincre qu’il va investir dans la Boxe à l’âge de 18ans. 

 

 

 Rapidement amené sur le Ring Mahyar le quittera définitivement en 2009 après 35 combat et seulement 3 défaites, et deux titres de Champion du Monde. Ses combats il les mène également avec lui-même, notamment lorsqu’il retourne en Iran pour retrouver sa mère après plus de 20 ans d’absence.

 

 

 Derrière le boxeur, c’est aussi l’homme qui a accepté de partager avec Les Cités d’Or les raisons de ses choix et les chemins qui l’ont conduit à devenir acteur de sa vie et de la société.

 

 

 Les Auditions Publiques:

Des Parcours de vie riches et exemplaires pour leurs réussites comme pour leurs échecs surmontés, mis en lumière par un groupe de Citoyens d'Or autour du thème: pleinement acteurs de nos vie, pleinement acteurs de la société. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 Je suis un vrai iranien qu'est devenu français.  Ici en France,  nous avons que des amis,  mais en Iran,  nous avons toute la famille.  La balance est comme ça.  Ma fille Shirine,  dont la maman est marocaine,  est française.  Il faut connaître,  comprendre ses origines,  d'où on arrive.  On est français avec des parents d'une autre culture.  Il faut être clair dans sa tête.  

 

 

 Je me suis senti accepté comme tel. On ne doit rien aux parents,  ce sont eux qui nous on fait naître,  et c'est déjà une grande reconnaissance,  on leur doit le respect.  On ne doit rien,  à part le respect à nos parents. 

 

 

 Mahyar Monshipour, né le 21 mars 1975 à Téhéran est un boxeur français d'origine iranienne, son père l'envoie en France, à Poitiers chez sa tante. Il fréquente alors les écoles de boxe anglaise, sport où il va se montrer très doué.

Le « cogneur technique » passe professionnel en 1996. Il se forge alors un palmarès exceptionnel : 37 combats, 31 victoires, vainqueur de la coupe de France professionnelle en 2001, champion de France et d'Europe en 2002, et surtout champion du monde poids super-coqs WBA, de 2003 à 2006.

 

 Décoré de l'ordre national du Mérite, il a témoigné de son parcours dans un livre La rage d'être français, sorti en 2007 chez Grasset. Mahyar Monshipour démontre sa parfaite intégration à travers plusieurs missions au service du sport.

 

 

 Il est chargé de mission au cabinet du conseil général de la Vienne, de juillet 2002 à juin 2006. De 2006 à 2011, il est élu directeur adjoint des sports du conseil général de la Vienne. Depuis 2011, il est conseiller technique national du ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, placé auprès de la fédération française de boxe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 20 février 2018

le 11 février 2018 : Table-ronde sur le thème : « La reconnaissance de DIEU comme PARENT céleste par les grandes religions »

 

 

  Table-ronde sur le thème : « La reconnaissance de DIEU comme PARENT céleste par les grandes religions » Pour la semaine de l’harmonie interconfessionnelle à Espace Culture & Paix

2, rue Villebois Mareuil (122, rue du Dauphiné), Lyon 3ème

Une initiative de l’équipe lyonnaise des Ambassadeurs de Paix

 

 

 Trois thèmes y seront traités

·       Le concept de Dieu dans chaque grande religion,

Expliqué par des représentants de chaque religion

·       Dieu Créateur comme entité unique, éternelle et immuable.

·       Dieu d’Amour comme Parent de l’humanité.

 

 

 Une table-ronde sur le thème « La reconnaissance de Dieu comme Parent céleste par les grandes religions » s’est tenue à Lyon à l’occasion de la semaine de l’harmonie interconfessionnelle. Trois intervenants principaux sont intervenus, Jean-François Debiol de tradition Catholique pour exprimer sa compréhension de Dieu comme Père, Abdel Malik Richard Duchaine, de tradition musulmane pour témoigner du Dieu unique et miséricordieux, et Jean-Paul Chaudy pour présenter le rôle de la religion dans l’histoire. Merci à tous les participants qui ont pu apprécier l’importance du dialogue interreligieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 11 février 2018

le 10 février 2018 : Dîner solidaire Organisé par AMEA Salle Condorcet - Saint Chamond

 

 

 Dîner solidaire Organisé par AMEA

Salle Condorcet - Saint Chamond

 

Retrouvez-nous pour notre traditionnel repas solidaire !  Pourquoi ?
Dans le Cadre des ses actions citoyennes, l'AMEA reconduit pour la cinquième fois le repas de solidarité en faveur d'une association humanitaire local " Aide Soutien et partage " qui œuvre sur la Vallée du Gier. 
Cette année nous avons le plaisir d'organiser cet événement avec l'Union des Travailleurs Turcs de Saint-Chamond.
Tous les bénéfices seront versés à ASP (Banque Alimentaire). Pour qui ? Tout le monde ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article