Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le jeudi 29 mars 2018

le 28 mars 2018 : Marche Blanche en hommage à Mireille Knoll du Veilleur de Pierre Place Bellecour à la Grande Synagogue du Quai T

 

 

 Marche Blanche en hommage à Mireille Knoll du Veilleur de Pierre Place Bellecour à la Grande Synagogue du Quai Tilsitt à Lyon 2ème

 

Suite au meurtre odieux de Mireille Knoll, une femme Juive de 85 ans, à son domicile à Paris, l'UEJF, le Crif, le Consistoire et la Licra appelle à une marche blanche en sa mémoire et en soutien à sa famille.
Cette marche blanche est l'expression de la compassion de tous les Français.

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le mercredi 28 mars 2018

le 28 mars 2018 : Hommage National au Lieutenant-Colonel Arnaud BELTRAME au Veilleur de Pierre Place Bellecour à Lyon 2ème

 

 

 Hommage National au Lieutenant-Colonel Arnaud BELTRAME au Veilleur de Pierre Place Bellecour à Lyon 2ème

La cérémonie d’hommage aux victimes des attentats de TREBES et de CARCASSONNE Elle est présidée par le Préfet aux côtés des élus et des forces de sécurité et civile.

 

 

Émouvante cérémonie d'hommage au Colonel de Gendarmerie, Arnaud Beltrame, rendue ce matin au Veilleur de Pierre Place Bellecour à Lyon
"Qui sauve une vie, sauve l'humanité route entière" (Coran 5-32)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le lundi 26 mars 2018

le 25 mars 2018 : Culte Gospel « 50 ans après... » Florilèges de textes de Martin Luther King au Grand Temple Protestant Quai Vict

 

 

Culte Gospel « 50 ans après... »
Florilèges de textes de Martin Luther King au Grand Temple Protestant
Quai Victor Augagneur à Lyon 3 ème 
 

 

 "I have a dream"... Il y a plus de 55 ans Martin Luther King prononçait ces mots qui ne cessent de résonner depuis. Un an plus tard en 1964, la ségrégation était abolie. Prouvant l'efficacité de ce discours à mobiliser ceux qui l'ont entendu. 

 

 

 Prononcé le 28 août 1963, à l’occasion du centenaire de l’abolition de l’esclavage aux États-Unis, ce rêve partagé transforma la ségrégation raciale des États du Sud en honte nationale. C'est un discours vibrant que livre Martin Luther King face à la foule rassemblée à Washington. Un discours lyrique et prophétique, qui sonne comme un chant d'amour. Si l'histoire n'a retenu que le rêve, le discours du pasteur King est bien plus que ça. C'est un hommage à ceux qui ont fait avancer la cause de la communauté noire américaine et un rappel puissant des injustices de l'Histoire.

 

 

 Ce jour-là, une marche sur Washington appelée "emplois et liberté", s’achève en meeting devant le célèbre mémorial d’Abraham Lincoln, l’homme qui a fait abolir l’esclavage un siècle plus tôt en 1863. Il l’a payé de sa vie, assassiné comme Martin Luther King le sera à son tour, en 1968. Mêmes causes, mêmes effets.

 

 

D'une voix vibrante, le pasteur dénonce la ségrégation, les autres formes de racisme qui touchent les Noirs américains et lance un message de paix : "Je fais le rêve qu'un jour, sur les collines de terre rouge de Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité." Et encore : "Je fais le rêve que mes quatre enfants habiteront un jour une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau mais à la mesure de leur caractère." 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 25 mars 2018

Le 25 mars 2018 : Conférence-débat « Le divorce en islam, Droits et Devoirs ? » par Cheykh Mahmoud Kalisa (imam et conférencier)

 

 

 Conférence-débat « Le divorce en islam. Droits et Devoirs » par Cheykh Mahmoud Kalisa (imam et conférencier, professeur en sciences religieuses) au Centre Tawhid 8 rue Notre Dame à Lyon 6 ème 

 

 

Celui à qui Allah (Soubhanallah Wa ta Allah) ta donné une épouse,  c'est déjà la moitié de la religion.  L'homme est une proie facile pour le séparer de son épouse.  Un homme, ou une épouse, qui ne vivent pas ensemble dans une vie conjugale normale, ils s'éloignent du paradis.  Un homme conscient et une femme consciente sont fait pour vivre ensemble.  Ils doivent prendre tous les moyens nécessaires pour vivre ce contrat d'une façon harmonieuse. Il ne faut pas que la science du Prophète (Sallallah Aleyi Wa Salem) nous échappe.   

À Medine, les femmes medinoises avaient de l'influence sur leurs maris, ne serait ce que pour accomplir les ablutions et les prières. 

 

 À La Mecque,  c'était une société conservatrice, une société traditionnelle,  alors qu'à Medine,  c'est une société moderne,  cosmopolite,  avec un état d'esprit plus ouvert. 

Il faut que tu aies une femme spirituelle,  qui soit pieuse. Le plus grand combat que nous devons mener,  c'est dansla vie conjugale.  Quand on s'installe dans un foyer,  il faut admettre qu'il y aura des soucis.  Nous pouvons être éprouvés par diverses difficultés,  que ce soit par les enfants, le travail, l'argent, l'agressivité de l'épouse. Il faut s'asseoir et discuter avec son epouse, gérer ce problème. Et si il n'y a pas de solutions,  alors,  on peut demander le divorce.  Mais au préalable, il y a tout un processus de réconciliation. 

 

 

 l y a le divorce réversible etle divorce irréversible.  Il y a cette période de 3 mois, qui correspond à la période de 3 menstrues.  Il faut continuer à vivre une vie conjugale normale, on mange ensemble,  on dort ensemble,  que ce soit réversible ou irréversible.  C'est seulement au bout de 3 demande de divorce,  que le divorce peut être prononcé,  mais auparavant,  il faut contacter un Imam et des témoins.  Mais iblis est toujours présent, qui incite à quitter le domicile conjugal. Il incite les femmes et les hommes à choisir un conjoint avec une vie qui tourne  aupres de l'argent, une vie matérialiste.  Aujourd'hui,  c'est une vie,  qui nous impose une mode, une liberté trompeuse,  et en plus de cela shaytan n'est pas très loin.  Pour un rien, on divorce, il n'y a que des futilites sans intérêt.  

 

 

 Et pourtant Allah nous facilite le mariage, dans la compréhension et les recommandations que nous indiquent le Coran, dans la tradition du Prophète (Sallallah Aleyi Wa Salem). Il faut accepter le choix d'Allah,  c'est lui détient les clefs du futur, il connaît ce que nous avons dans nos coeurs. Il se peut que ce bonheur,  dans la vie d'ici bas,  soit dans la vie de l'au delà. Le divorce est un phénomène fréquent de nos jours et qui a connu un accroissement considérable ces dernières années. Il semble important de souligner que cela touche toutes les communautés, y compris la nôtre. Bien qu’il soit légal en Islam, il est préférable d’éviter le divorce et de le considérer comme l’ultime solution. Intéressons-nous de plus près à ce phénomène d’abord avec un regard historique, puis en adoptant un point de vue islamique. Nous nous baserons essentiellement sur les ouvrages de ‘Abd al Malik al Qasim intitulé « Réfléchis avant de divorcer » et de Khalid Chayi’ nommé « Le divorce, les causes et les remèdes ».

 

 

Un peu d’histoire et de sociologie…

Comme le mariage, le divorce est une vieille institution. En effet, il a été créé durant la révolution française. Auparavant, le divorce était considéré comme une sorte de manquement à l’ordre familial. Or, depuis les années 1970, le nombre de divorces augmente considérablement. En 1975, une loi ouvre la possibilité d’un divorce par consentement mutuel. A la suite de cette loi, le nombre de divorces a été multiplié par quatre. Cette a notamment eu d’importantes conséquences morales sur la séparation. En effet, autrefois, le divorce était un échec et une sanction de vie de couple. Le divorce à consentement mutuel a éradiqué ce sentiment de culpabilité lié à la séparation.

Aujourd’hui, nous assistons donc a une banalisation des ruptures. Précisons que les probabilités de ruptures sont plus importantes pour les couples sans enfants. Nous pouvons alors nous demander si l’absence d’enfants fragilise le couple ou si c’est la fragilité du couple qui détermine l’absence d’enfants… Sans doute un peu des deux !

Par ailleurs, le divorce a augmenté car il y a une modification des modes de vie. Autrefois, on ne divorçait pas pour des raisons morales, économiques… car la femme ne travaillait pas à l’extérieur. De nos jours, il est commun de divorcer car sur le plan économique, les femmes ont une autonomie financière qu’elles ne possédaient pas auparavant. Ainsi, selon l’ined, plus de 46 mariages sur 100 finissent pas un divorce. On peut donc considérer que le divorce concerne la moitié de la population actuelle ce qui est loin d’être négligeable.

 

 

Le statut islamique du divorce

Le taux de divorces n’augmente pas seulement pour les non musulmans mais également au sein de notre communauté. C’est ainsi que la plupart d’entre nous connaissent au moins un couple musulman qui a divorcé. Il nous faut alors rappeler que le divorce est à éviter même s’il est légal.

En effet, Allah a autorisé le divorce en ces termes : {Ô Prophète, quand vous répudiez vos femmes, faites-le en respectant leur période de viduité} (Sourate 65 : Verset 1). Ainsi, le divorce est autorisé à condition de respecter la période de viduité de la femme, autrement dit, le divorce doit être prononcé lorsque la femme est en état de pureté sans qu’il n’y ait eu de rapports depuis son dernier cycle menstruel.

Une fois que le divorce a été prononcé une seule fois, il faut attendre une certaine période durant laquelle l’homme peut revenir sur sa décision. Cette période peut s’étendre sur trois mois, neuf mois ou moins en fonction des cas. En effet, Allah a dit : {Les femmes répudiées attendront trois menstrues} (Sourate 2 : Verset 228), autrement dit environ trois mois, {Quant aux femmes enceintes, leur attente est jusqu’à ce qu’elles accouchent} (Sourate 65 : Verset 4). Ainsi, le divorce a un statut légal en Islam. Nous ne pouvons toutefois détailler les caractéristiques du divorce en Islam car le sujet est très dense et complexe. 

 

 

 Un acte autorisé mais à éviter…

Bien que le divorce soit légiféré, il faut tant que faire se peut, éviter d’y recourir. En effet, le divorce n’est pas une décision à prendre à la légère. Il convient de peser le pour et le contre, de bien y réfléchir et de tenter toutes les autres solutions afin de sauver sa vie de couple. Nous devons donc prendre en compte plusieurs éléments y compris la vie de famille. À titre d’exemples, les enfants se retrouvent souvent au premier rang des divorces et cela peut avoir des conséquences sur eux.

Il faut garder à l’esprit qu’il n’existe pas de couple au sein duquel les tensions ou les problèmes n’existent pas. Les épouses du meilleur des hommes (‘alayhi salat wa salam) étaient jalouses entre elles et ne se gênaient pas pour le faire savoir. Si le couple du Prophète (‘alayhi salat wa salam) a connu de tels moments, comment nos couples pourraient en être épargnés ? Il faut considérer cela comme une épreuve de notre Seigneur face à laquelle nous devons patienter afin d’espérer une récompense. 

 

 

 En effet, le Prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Le croyant n’est pas touché par une maladie, une peine, une tristesse, une inquiétude ou un mal – voire une épine qui l’égratigne – sans qu’Allah n’absolve, en contrepartie, certains de ses péchés » (Al Bukhari et Muslim). Les soucis qui peuvent exister dans un couple doivent donc être considérés comme un moyen d’absoudre nos péchés al hamdouliLlah. Prendre du recul sur nos problèmes de couple en méditant sur les paroles d’Allah, nous permettra d’éviter le divorce incha Allah.

De plus, chacun d’entre nous doit purifier son cœur et éviter de juger, de critiquer ou de blâmer ouvertement son conjoint. En effet, nul n’est parfait et de nombreuses erreurs peuvent être commises au sein du couple mais l’amour pour Allah doit être au-dessus de tout. Comprendre l’autre et lui pardonner ses faux pas, voilà le bon comportement à adopter envers notre conjoint incha Allah. Allah a dit au sujet des femmes : {Elles sont un vêtement pour vous et vous êtes un vêtement pour elles} (Sourate 2 : Verset 187). Par « vêtement », il faut entendre une source de tranquillité, de quiétude et de complémentarité réciproque entre les deux époux. Le but du couple est donc de vivre en ayant pour fondement la parole d’Allah et de Son Messager (‘alayhi salat wa salam).

 

 

Par ailleurs, si le couple est en danger au point où la communication est rompue, nous devons faire intervenir une personne issue des deux familles afin de remédier au problème. En effet, Allah a dit : {Si vous craignez une rupture entre eux, alors envoyez un juge de la famille de l’époux et un juge de la famille de l’épouse. Si tous deux veulent la réconciliation, Allah facilitera l’entente entre eux} (Sourate 4 : Verset 35). Sinon, il est possible de contacter des personnes de science afin de leur expliquer la situation et que ces dernières nous proposent une issue favorable à notre vie de couple.

Enfin, le divorce est à éviter autant que possible dans la mesure où l’ennemi d’Allah se réjouit de cet acte alors qu’Allah ne l’aime pas. En effet, le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a dit : « La chose licite la plus détestée d’Allah est le divorce ». (Abu Dawoud et ibn Majah). Parallèlement à cela, il (‘alayhi salat wa salam) a dit : {Iblis installe son trône sur l’eau puis envoie ses troupes. Les plus proches de lui seront ceux qui auront causé le plus de mal. L’un deux vient et dit : « J’ai fait telle et telle chose ». Iblis répondra « Tu n’as rien fait ! ». Puis un autre vient et dit : « Je ne l’ai pas laissé avant de l’avoir séparé de sa femme ». Iblis le rapproche de lui et lui dit « Tu es admirable ! » ». (Muslim). 

 

 

 Le divorce est donc l’un des actes les plus appréciés de shaytane. Cela devrait suffire afin de nous en éloigner le plus possible incha Allah.

Parfois, le divorce est inévitable voire obligatoire car l’un des époux s’éloigne progressivement du Coran et de la Sunna au point de délaisser des obligations religieuses. Cela s’avère être nuisible pour le couple mais également pour toute la famille, qu’Allah nous en préserve. L’ennemi d’Allah fait tout pour semer le trouble au sein du couple et il est malheureux de constater qu’il y parvient avec certains de nos frères. Cette épreuve qu’est le divorce est des plus difficiles. Ainsi, nous rappelons à tous nos frères et sœurs divorcés que « le malheur ne cesse de toucher le croyant ou la croyante dans son corps, sa famille et ses biens jusqu’à ce qu’il rencontre Allah sans avoir la moindre faute », d’après le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam). Ne désespérez pas de la Miséricorde d’Allah ! S’Il vous éprouve sur terre, c’est pour mieux vous récompenser dans l’au delà incha Allah car Il est le Tout Clément et Il est Capable de toute chose.

 

 

 Qu’Allah préserve nos couples et nos foyers sur le droit chemin. Puisse-t-Il assister nos frères et sœurs divorcés qui en ont besoin.

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article