Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le dimanche 27 mai 2018

le 27 mai 2018 : Les rencontres du Ramadan à la Grande Mosquée de Lyon sur le thème: « S'en remettre à Dieu ou compter sur soi ? »

 

 

 Les rencontres du Ramadan à la Grande Mosquée de Lyon sur le thème: « S'en remettre à Dieu ou compter sur soi ? » 

 

 

 


 Présentation de la rencontre par  Kamel Kabtane

(Recteur de la Grande Mosquée de Lyon et Président de l'institut Français de Civilisation Musulmane)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 Abdallah Dliouah

(Imam de la Grande Mosquée de Valence)

 

 

 Beaucoup de musulmans pensent que croire au destin,  qui est un des 6 piliers de la foi, souvent souffrir,  c'est un manque de respect vis à vis de Dieu.

 

 

 Les causes font parties du destin. Un verset du Coran nous dit de faire confiance en Dieu. Dieu nous dit de faire des choses,  mais elles ne sont pas toutes accessibles à notre niveau. 

 

 

 Agir et faire confiance,  mais ne jamais s'insurger contre Dieu.  L'homme qui a la foi,  met sa confiance en Dieu.  Même quand on a peu de moyens,  autant les utiliser à bon  escient.  Le corps fourni les moyens,  il y a la confiance en Dieu,  c'est le coeur. 

 

 

 Ai je fourni tous les efforts que Dieu me demande ?  Prenons l'exemple du mariage,  c'est le destin, chercher et Dieu vous facilitera.  C'est comme la patience, il y a la patience passive et la patience active. 

 

 

 


Le Père Régis Charre

(Curé de la paroisse l'Epiphanie des Minguettes à Venissieux)

 

 

 Tout faire comme si tout dépendait de soi, selon Saint Ignace de Loyola.  Quel que soit notre âge,  comme un enfant, il dépend de ses parents,  et en particulier de son père,  pas de repli sur soi, pas de suffisance. 

 

 

Est ce que je mets ma confiance en Dieu.  Pour nous chrétiens,  il y a l'esprit Saint,  c'est la parole de Dieu.  S'en remettre à Dieu,  c'est accueillir l'esprit saint.  Amour, patient, paix. Vérifier si ce n'est pas mon égocentrisme qui me guide.

 

 

 S'en remettre à Dieu ou compter sur soi même parle du sacrement du baptême.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Françoise Sternberger

(Pasteure de l'église Protestante d'Oullins) 

 

 

S'en remettre à Dieu,  c'est compter sur sa grâce,  d'une façon inconditionnelle. S'en remettre à Dieu,  c'est remettre sa vie dans les mains de Dieu,  par l'accueil et le pardon. 

 

 

 S'en remettre à Dieu,  c'est cette relation verticale que nous avons vis à vis de Dieu.  

 

 

On devient responsable,  c'est d'articuler les deux, l'axe vertical et l'axe horizontal en étant fidèle aux préceptes que Dieu nous insuffle.  La responsabilité,  c'est aussi de lire les écritures, le protestant est responsable de ses actes.

 

 

La responsabilité,  c'est aussi de lire les écritures, le protestant est responsable de ses actes.  Quand tous les chrétiens, catholiques et protestants,  récitent le Notre Père avec cette phrase qui a été changé : "Ne nous laisse pas entrer en en tentation".

 

 

 


 le Rabbin Raphaël El Haddad

(de la Synagogue de Bron)

 

 

 Le verset de la genèse,  Dieu se reposa de toute son oeuvre qu'il a créé.  Il y a cette révélation,  où l'homme vit un dilemme et attend tout de Dieu.  Il faut qu'il intervienne.  Les 3 associés de la création de l'homme,  c'est ton père,  ta mère et moi. 

 

 

 Je dois faire ma part et compter sur Dieu ou alors,  je peux dire j'ai confiance à Dieu et je m'en remets à toi. 

 

 

 Quelle est la priorité ? En Israël,  dans un hôpital il y a un écriteau qui dit : "Je soigne et c'est Dieu qui guéri".  Jusqu'où Dieu peut intervenir ? Ou,  jusqu'où l'homme intervient.  C'est à nous d'intervenir dans notre effort.

 

 

 Connais Dieu dans tous ses chemins.  C'est le terrain d'exercice du croyant.  Tout ce qui se passe,  c'est Dieu qui intervient,  on vit des événements du quotidien. Dieu réalise tous nos voeux de la terre.

 

 

 


 Yahia Christian Bonaud

(Islamologue traducteur et commentateur du Saint Coran)

 

 

L'homme se réalise entre la sacralité et la conjonction de la spiritualité.  Faut il mette des grandes idées en question.  Qu'est ce que je dois faire. Compter sur moi ou m'en remettre à Dieu. 

  

 

 Nos fermes intentions se retrouvent brisées.  En me remettant à Dieu,  je peux alors entreprendre.  Il me suffit pour croire pour me sauver.  Il me suffit comme fierté d'être ton serviteur,  d'être ton esclave.  Tout le projet d'une vie humaine qui définit toute raison de faire le bien,  de progresser. 

 

 

 Celui qui l'a compris,  peut suivre son seigneur.  C'est l'histoire de la vie de Moise.  Avec la fuite en Égypte,  comme l'est indiqué dans la Bible et l'ancien testament. 

 

 

 Utilise les causes,  n'en sois pas celui qui les subit.  Remettre sa confiance entièrement à Dieu,  c'est celui qui se confie à Dieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 26 mai 2018

le 26 mai 2018 : Les Conférences du Ramadan à la Mosquée Othmane de Villeurbanne « La spiritualité du jeûne » avec Cheykh Mohamed

 

 

 Les Conférences du Ramadan à la Mosquée Othmane de Villeurbanne

« La spiritualité du jeûne »

avec Cheykh Mohamed Bouayad


(Conférencier et Imam de la Mosquée Es Salem de la Rue Baraban

à Lyon 3 ème)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Quand arrive le mois béni de Ramadhan, les portes du paradis s'ouvrent, tandis que les portes de l'enfer se ferment irrémédiablement.  

C'est pendant les heures de prières, que le croyant se rapproche de Dieu.  C'est pendant le mois de Ramadhan,  qu'Allah ( Soubhanallah Wa ta Allah ) nous envoie sa miséricorde afin que nous nous rapprochions plus près de lui.  Shaytan fera tout pour que l'on,s'éloigne de Dieu.  L'être humain a deux grands ennemis,  il y a shaytan et notre égo. 

 

 

 Dieu nous dit, je te met face à ta responsabilité propre.  Pendant ce mois de Ramadhan,  tu dois mener un combat contre tes propres pulsions.  Le but ultime, le but essentiel,  c'est d'atteindre cette perfection,  la Taqwa,  la piété. Après le mois de Ramadhan,  ja vais avoir besoin de continuer,  dd vivre cette piété.  Pour toutes les adorations que Dieu nous a donné,  il y a cette purification qu'est le souffle de Dieu. Nous sommes naturellement habité par le souffle de Dieu.

 

 

 Notre égo,  qui nous tiraille en permanence,  par diverses tentations, qui nous empêchent de vivre en plénitude notre vie de croyant. Dieu nous dit ce qu'il y a ce combat,  il va nous purifier. Celui qui perd son âme en l'enfouissant sous la terre,  quel est le rôle du jeûne ? C'est afin que nous puissions être conscient d'arrêter les liens des shaytanines, c'est le lien qui nous mène à la purification.  Le jeûne du mois de Ramadhan,  c'est l'enseignement de la nourriture des coeurs,  c'est la purification de l'âme.  

 

 

 La lecture du Qur'an,  c'est la pure nourriture de l'âme, nous nous purifions par cette lecture spirituelle.  Nous sommes en relation avec Allah ( Wa azeogel ).  La purification de l'âme est aussi de faire du dikhr en disant "la Illah illallah".

Il y a un autre point,  c'est l'apprentissage de la patience, mais la patience a deux vertus.  Être patient pour ne faire quelque chose, ne pas faire ce qui est interdit,  et la patience active, pour faire quelque chose, en multipliant les bonnes actions. 

 

 

 Quand nous jeûnons, nous luttons contre nos égos, contre nos pulsions agressives et négatives.  Nous allons patienter pendant le mois de Ramadhan à retenir notre langue,  à ne pas dire n'importe quoi,  la médisance, la turpitude, les mauvaises pensées, les mauvaises paroles.  

 

 

 Notre but, c'est d'être aspiré par Dieu,  toutes les adorations peuvent être faites avec ostentation.  Si je viens à la Mosquée,  c'est pour prier notre créateur,  ce n'est pas pour ce faire voir aux yeux de tous le monde. 

 

 

 Le jeûne,  c'est la meilleure école qui nous permet de se rapprocher d'Allah ( Wa azeogel ),  ce mois de Ramadhan est miraculeux, car il permet de rapprocher la communauté. C'est un des grands secret, qu'est ce cheminement qui nous mène à Dieu.   

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 26 mai 2018

le 25 mai 2018 : "Iftar" de Participation Spiritualité Musulmane à la Mulatière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 24 mai 2018

le 24 mai 2018 : Les Rencontres de la Librairie La Procure avec Monseigneur Emmanuel Gobillard (Évêque Auxiliaire) Aime et ce que

 

 

 Les Rencontres de la Librairie La Procure avec

Monseigneur Emmanuel Gobillard (Évêque Auxiliaire de Lyon ) 

"Aime et ce que tu veux fais-le !"

Regards croisés sur l’Église et la sexualité

 

 

 

 

 

 

 éd. Albin Michel Le journaliste Arthur Herlin a interrogé l'évêque auxiliaire de Lyon Mgr Emmanuel Gobilliard ainsi que la philosophe et sexologue Thérèse Hargot. Ces entretiens portent sur la manière dont l’Église aborde la sexualité. Parmi les thèmes évoqués figurent le célibat, le mariage et le divorce, la pornographie, l'avortement, l'homosexualité ainsi que la pédophilie.

 

 

Je ne travaillais pas assez mes homélies,  je n'avais pas suffisamment d'humilité. Quand j'étais à Madagascar,  je faisais des homélies en malgache. 

Maintenant, je travaille beaucoup plus mes homélies. Une homélie doit être parlée et non pas écrite, mais avec la grâce de Dieu,  on arrive à obtenir ce que nous voulons. "Aime et fais ce que tu veux", C'est une citation de Saint Augustin.  

 

 

 Il faut parler de sexualité,  il faut oser, j'ai déjà écris un livre sur la pudeur,  c'est plus facile pour moi de l'exprimer. Avec une journaliste,  dans le cadre de la doctrine sociale de l'église,   c'est un dialogue, c'est un regard croisé, avec une sexologue féministe et non catholique. 

 

 

 Curieusement,  le livre a été écrit en toute liberté,  y compris de la pédophilie,  avec l'étonnement qu'un évêque parle de sexualité.  Or la sexualité fait partie de notre quotidien,  c'est une création de Dieu,  c'est la plus belle relation qu'il peut y avoir entre un homme et une femme.  Et puis s'adresser aussi aux catholiques,  le vrai péché,  c'est le péché de l'esprit. 

 

 

 On  prend une âme et un corps, et c'est la sexualité, on passe aussi par la masturbation, et aussi par l'homosexualité.   L'homme est fait pour qu'il puisse se tourner vers la femme.  

 

 

 Dans ce livre,  Dieu est partout.  Dans le célibat de Jésus, il y a une joie. 

On ne peut pas vivre la différence dans dignité ou on ne peut pas vivre la dignité dans la différence.  La diversité des couleurs ne peut que se vivre dans l'amour.  Il y a un reflet de cette dignité. 

 

 

Le rapport que je peux avoir avec Dieu est dans le reflet de la dignité.  J'ai besoin de la dignité de l'autre,  en fait ça correspond à notre nature.  Plus j'agis,  plus je suis en relation avec notre créateur.   

 

 

  Le plus grand péché c'est de dire que l'herbe est plus verte dans le pré d'à côté. 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article