Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le vendredi 12 octobre 2018

Le 11 octobre 2018 : Rentrée solennelle de l'Université Catholique de Lyon Amphithéâtre Alain Mérieux | Campus Saint-Paul

 

 

 

Monseigneur le Cardinal Barbarin, Archevêque de Lyon et chancelier de l'Université, Père Thierry Magnin, Recteur de l'UCLy et Monsieur Régis de Tarlé, Président de l'AFPICL

 

10h30 : Messe Église Sainte-Blandine

Conférence par Maître Jacqueline Moudeina, avocate tchadienne mondialement reconnue pour son implication dans le procès Hissein Habré

" Le combat contre l'impunité des crimes contre l'humanité : l'exemple du procès Hissein Habré " 

 

 

 

 

 

 


 Mot d'accueil du Père Thierry Magnin

(Recteur de l'Université Catholique de Lyon)

 

 

 

 

 

 

 

 


 Présentation de l'intervenante, Roger Koussetogue Koudé

(Titulaire de la Chaire Unesco Mémoire, Cultures et Interculturalité)

 

 

 


 Conférence de Maître Jacqueline Moudeina

(Avocate tchadienne mondialement reconnue pour son implication dans le procès Hissein Habré) le thème de la conférence : "Le combat contre l'impunité des crimes contre l'humanité: exemple du procès Hissein Habré.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 Le Cardinal Philippe Barbarin

(Archevêque de Lyon, Chancelier de l'Université Catholique de Lyon)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Commentaires

 
 
 
posté le mercredi 10 octobre 2018

le 10 octobre 2018 : Conférence de Dominique Vidal « Antisionisme = antisémitisme ? » Organisé par Collectif 69 de Soutien au Peup

 

 

 Conférence de Dominique Vidal « Antisionisme = antisémitisme ? » Organisé par Collectif 69 de Soutien au Peuple Palestinien à la Bourse du Travail Place Guichard à Lyon 3 ème 

 

 

 Les vrais enjeux d’un amalgame

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Dominique Vidal présente son dernier livre "antisionisme = antisémitisme ? Réponse à Emmanuel Macron".

 

 

« Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. » Albert Camus

 

 

 « En présentant l’antisionisme comme une forme d’antisémitisme, le président de la République a commis une erreur historique et une faute politique. 

 

 

Une erreur historique, car la majorité des Juifs, aujourd’hui comme hier, ne sont pas sionistes. Une faute politique, car l’interdiction de l’antisionisme créerait, en France, un délit d’opinion que, par principe, la République refuse.

La manœuvre est cousue de fil blanc : certains veulent empêcher toute critique de la politique israélienne. » 

 

 

 Ce n'est certainement pas un délit,  mais c'est une opinion.  

 

L'antisémitisme et l'anti judaïsme a traversé l'histoire, depuis plus d'un millier d'années.  Les nazis et en France,  le régime de Vichy ont contribué à l'extermination des juifs.  Les 4/5 des juifs en France ont été épargnés par les rafles.  L'antisémitisme a reculé depuis la dernière guerre, l'antisémitisme a été marginalisé,  au même titre qu'il ya des préjugés contre les corses, contre les auvergnats. Mais nous constatons qu'il y a une recrudescence raciste violentes depuis les années 70/80. Mais depuis 2003, ces chiffres sont en très nette diminution.  Il en est de même pour les actes islamophobes, ou les actes anti musulmans ou anti arabes,  il existe un terme : de l'antisémitisme musulmans.  Il y aurait un antisémitisme ancien et un antisémitisme nouveau.  Il ya le quantitatif et ily a le qualificatif.  C'est parfois trop facile de dire que les crimes antisémite,  c'est l'islam.  Il faut avoir une vigilance de tout instant. Alain Soral et Dieudonné on été condamnés pour des propos antisémites.  
Beaucoup de juifs soviétiques ont immigrés en Israël avec une volonté de construire un état sioniste,  actuellement il y a plus de 16 millions de juifs dans le monde,  alors qu'ils ne sont que 6 millions qui vivent en Israël. 
70 ans après la création de l'état d'Israël, il n'y a pas une majorité de juifs. Aujourd'hui,  57 % des français disent qu'ils n'ont pas de sympathie pour les israéliens et 71% de ces mêmes français jugent qu'Israël ne fait pas d'effort pour apaiser le conflit avec les palestiniens. 
BDS,  n'est pas un délit,  c'est une opinion. 
On ne peut pas dire que le peuple français soit antisémite. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Conférence organisé par Les amis du Monde diplomatique, Association France Palestine Solidarité (AFPS), Librairie La Gryffe, Collectif 69 Palestine, Union Juive française pour la Paix (UJFP 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 09 octobre 2018

le 09 octobre 2018 : Conférence -débat « La place de l'islam dans les transitions démocratiques » avec Pierre Vermeren (Historien

 

 

Conférence -débat « La place de l'islam dans les transitions démocratiques » avec Pierre Vermeren (Historien spécialiste du Maghreb) à l'Espace Saint Ignace 20 rue Sala à Lyon 2 ème 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Jusqu'en 2011, le monde arabe était une exception. Et 2011,  nous avons assisté à des révolutions selon des pays,  tels que la Tunisie,  l'Égypte, la Lybie,  la Syrie,  le Yémen.  Les 2 pays qui ont eu une révolution démocratique,  c'est la Tunisie et l'Égypte, quoique dans ce pays,  il y a eu un coup d'état en 2013.  

 

On est sur du temps très long,  on en reparlera de 100 ou 150 ans. 
Alors,  c'est sûr,  en 2011,  il s'est passé beaucoup de choses intéressantes. En Syrie,  c'est une guerre civile meurtrière. Pour l'instant,  c'est la Tunisie qui a réussi son printemps arabe. 

 

 

Même en Arabie Saoudite,  il y a le Prince Salman,  qui change d'optique.  
L'Algérie a connu une guerre civile qui a fait plus de 200000 morts.  L'Algérie est née d'une guerre d'indépendance douloureuse.  
Le Maroc,  le roi du Maroc, commandeur des croyants,  incarne l'islam politique. 
Islamiste et islamique,  n'existe pas,  c'est pareil pour la laïcité.  La laïcité n'existe pas dans les pays arabes.  

 

1) l'islam qui existe en Afrique du Nord,  n'a rien à voir avec l'islam avant l'indépendance. Les pays de l'est ne demandaient qu'à aider ces pays arabes.  Les régimes arabes ont arabisé l'idéologie par des cours de religions d'une certaine manière.  ? 

 

 

 En Égypte,  le code Napoléon est appliqué,  tout comme en Algérie,  en Tunisie et au Maroc.  

 

Le nationalisme arabe était très puissant dans les années 70, les Frères Musulmans ont gagné beaucoup de force en Égypte. En 89 en Algérie été créé le Front Islamique du Salut.  Ces mouvements islamiques ont été très violemment réprimés. 
Les musulmans pensent que c'est une volonté de Dieu,  le pétrole,  la richesse du sous sol en Arabie Saoudite,  c'est comme ça que le wahabisme est venu au Maroc avec le salafisme.  

  

 

 La Turquie à son tour est devenue une dictature religieuse inconditionnelle.  C'est de la qu'est né les printemps arabes.  En Égypte,  tout le monde le sait,  le pouvoir est corrompu.  En Tunisie,  c'est la belle famille du dictateur, la famille Trabelsi qui s'approprie toute la richesse du pays.  C'est l'immolation de Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid, en Tunisie.  Ce n'est pas une révolution d'analphabête,  ce sont de jeunes diplômés, qui étaient dévalorisés pour leur avenir, étant obligés de vendre des tomates et des oranges sur les marchés. 

 

Les partis politiques sous contrôle,  la presse est aussi sous contrôle.  
A la fin des années 70, on a supprimer la philosophie, on a clochardisé la Tunisie. 

 

 

 Le livre d'Aziz Krichen aux éditions de la Sorbonne.  La révolution n'a pas débouché sur du neuf,  cette bipolarité idéologique ne correspond pas à ce que les jeunes avaient demandé.  

 

Les élections en Tunisie et en Égypte ont eu lieu,  dans le courant 2011, les islamistes remportent les élections. 
Les islamistes ont gouverné avec imprudence et brutalité en Égypte. 
En conclusion,  comment articuler la sphère politique et la sphère religieuse en même temps.  

 

 

 

 

 Les islamistes ont déçu,  car il n'y a eu aucun progrès,  si bien que le peuple a été très déçu. Les sociétés sont à reconstruire, la laïcité c'est très dangereux à utiliser dans les pays arabes.   Il faut se méfier des faux sens et des faux amis.  

 

 

 

 

 En Turquie, c'est l'islam qui contrôle l'état.

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le mardi 09 octobre 2018

le 07 octobre 2018 : Une matinée d’hommage lyonnais à Charles Aznavour en l’église apostolique arménienne de St Jacques à Lyon

 

 

 L’artiste arménien Claude TCHAVOUCH, ami d’enfance de Charles AZNAVOUR, souhaitait marquer son départ pour l’autre monde. Depuis des années Claude avait réalisé deux œuvres étonnantes : un grand portrait en peinture et une sculpture du buste du chanteur.

 

 

Ce dimanche 7 octobre, l’église apostolique arménienne de St Jacques a organisé un hommage solennel en deux temps. D’abord une cérémonie religieuse, messe chantée et colorée, tout en arménien, présidée par le Père Isaahag HEKIMIAN, archiprêtre, accompagné de plusieurs diacres et chantres, suivie d’un Requiem. Le diacre Vazken ESKIJIAN s’est beaucoup investi dans la préparation. 

 

 

 A l’entrée Claude exposait le portrait du chanteur et un Livre d’Or était ouvert pour accueillir le message des paroissiens et amis qui avaient fait le déplacement. Chacun a pu écrire un dernier mot pour Charles AZNAVOUR et sa famille. Plus d’une centaine de personnes étaient présentes.

 

 

 Après la cérémonie, tout le monde s’est retrouvé pour d’un cocktail autour du buste et du portrait du plus grand chanteur arménien de notre temps, dans la grande salle polyvalente de l’institut arménien. Temps d’hommage, de rencontres et de partage ouvert par le Père Isaahag HEKIMIAN, suive de Monsieur Jean-Jacques OSMANDJIAN, Président de la paroisse St Jacques, puis de Jean-Paul CHAUDY, président de l’équipe lyonnaise des Ambassadeurs de Paix, et de Madame Gayane MANUKYAN, Vice-Consul Général de la République d’Arménie.

 

 

 De nombreuses personnalités présentes ne se sont pas exprimées, mais saluons la présence de Mme Christina EISENBERG, présidente de Cap Diverses Cités, accompagnée de son mari, et du vice-président Abbès BENCHIKH, de Michel BREDARD, président de l’association lyonnaise des Familles pour la Paix (ALFP), et de nombreux arméniens très engagés dans la vie locale, à l’exemple de Georges KEPENEKIAN, actuel maire de Lyon.

 

 

 Ce partenariat plus que centenaire entre la France et l’Arménie avait été puissamment soutenu par Charles AZNAVOUR tout au long de sa carrière de chanteur. Cet adieu qui n’est qu’un aurevoir, ne doit pas interrompre cette coopération. Nous prions pour qu’il soit bien accueilli dans sa nouvelle demeure par Jésus qu’il aimait tant, et qu’il continue à chanter et enthousiasmer bien au-delà de la communauté franco-arménienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article