Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le samedi 09 mars 2019

le 09 mars 2019 : 12 ème Journée culturelle 2019 : Talks Show Organisé par Mosquée Othmane Officiel au Centre Culturel de la Vie

 

 

 12 ème Journée culturelle 2019 : Talks Show Organisé par Mosquée Othmane Officiel au Centre Culturel de la Vie Associative 

234 Cours Emile Zola à Villeurbanne  

 

 

Récitation Coranique  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allocution d'Azzedine Gaci 

(Imam et recteur de la Mosquée Othmane de Villeurbanne) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Suite à un accident de voiture (qui termine en épave, et pour ma part dos bloqué), je ne pourrais intervenir cet après midi à la journée culturelle de la Mosquée Othmane de Villeurbanne. Je m'en faisais une joie. Merci aux organisateurs de m'avoir sollicitée

Rassurez vous je n'aime pas laisser de vide, donc mon amie Karima Mondon me remplace sur le pouce. L'éthique est un sujet, qui comme moi, lui tient à coeur. Merci à elle.

 Puisse le Tout Rayonnant d'Amour vous accorder le meilleur et vous permettre de profiter de chaque instant 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 09 mars 2019

le 09 mars 2018 : Conférence-débat « Approches chrétiennes du dialogue islamo-chrétien, quels enjeux théologiques ? » Organisé par

 

 

 Conférence-débat « Approches chrétiennes du dialogue islamo-chrétien, quels enjeux théologiques ? » Organisé par Faculté de Théologie, à l'Université Catholique de Lyon Campus Carnot, 23 place Carnot à Lyon.

 

 

 

 Après une période marquée par une approche négative de l’islam, le concile Vatican II a particulièrement marqué un tournant dans l’essor du dialogue islamo-chrétien. Toutefois, ce dialogue semble de plus en plus habité par une diversité de sensibilités. Le propos cherchera à les décrypter et à analyser les enjeux théologiques des questions qu’elles soulèvent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Conférencier : Michel Younès, (Professeur de Théologie à l’Université Catholique de Lyon, Responsable du Centre d’Etudes des Cultures et des Religions, Coordinateur de la plateforme de recherches universitaires sur l’Islam en Europe et au Liban (PLURIEL).

 

 

 L'insistance du dialogue interreligieux est lié à la sortie de la 2 ème guerre mondiale au processus de paix.  C'est un projet dune éthique planétaire.  

 

La rencontre d'Assise en 1986 avec le Pape Jean Paul II demande de prier pour la paix. 
L'encyclique Eclesiam Suam de 1964 et la déclaration Nostra Aetate avec le Pape Paul VI, c'est la fraternité qui est sous jacente. L'église est en conversation avec  le monde, par le dialogue,  ça fait partie intégrante de l'identité avec l'église chrétienne. Il faut dialoguer sans calcul ni transition. Le dialogue avec l'islam prend une tournure particulière,  compte tenu de la montée du fondamentalisme,  l'église est préoccupée par la dialogue avec les musulmans. 
L'islam va adresser un clivage interne,  deux tendances vont s'opposer : l'existence d'un Dieu unique et une tendance intra chrétienne,  rendant presque impossible le dialogue.  Une 3 ème voie, la voie médiane.  
Les enjeux de la tendance,  à la sortie de 2 ème Guerre Mondiale, il y avait une urgence d'avoir une recherche de paix.  L'islam va prendre la figure de l'autre, la théologie du dialogue sous jacente à distance de ce qui sépare.  On va éviter tout ce qui est polémique. Mais on va trouver la figure d'Abraham, qui est la clef de voûte de cette tendance abrahamique.  Nous avons la foi en Dieu qui nous est commune. La volonté de rechercher ce qui est comun, c'est de ré découvrir nos valeurs partagées. 

 

 

 La vie de Louis Massignon est considéré que la filiation adamique, si il y a des différences, c'est dues à l'ignorance non coupable.  Cette tendance va reconnaître,  suite à la déclaration Nostra Aetate,  va minimiser les différences.  Voir la déclaration de Jean Paul II à Casablanca en 1985,  devant 100000 jeunes qui déclare que nous avons beaucoup de liens qui nous unis.  Ca va déboucher sur le dialogue spirituel devient l'horizon du dialogue islamo chrétien qui est base sur le dialogue soufie.  C'est la tente de hospitalité qui s'élargit pour un dialogue entre chrétiens et musulmans.  

Le Père Maurice Borrmans parle la mystique chrétienne,  tout comme Christian de Chergé, qui privilégie le dialogue avec les musulmans par la prière en commun.  Le dialogue théologique devient inutile.  Quels sont les enjeux de cette approche,  cette théologie du dialogue,  vient de la création de la nature  créé.  C'est Dieu qui éclairera les différences de l'hospitalité divine. 

 

 

 Cette tendance fera que l'islam soit à l'intérieur du salut.  C'est la transformation du regard de l'annonce.  Appeler les autres à reconnaître le Christ ne sert à rien,  c'est faire du prosélytisme négatif.  Nous sommes dans une mission d'accueil et de comportement.  Nous sommes des frères séparés.  Il s'agit véritablement, avec l'islam,  il n'y a rien de commun,  et tout ce qu'il y aurait de commun serait de faux semblant.  Prenons les leçons du passé,  voyons les réalités du moment,  voyons l'islam politique avec une dimension sectaire, où l'on exige une allégeance.  La condamnation de l'apostasie entre ce que dit Allah dans le Coran et la condamnation des convertis.  C'est une erreur qui tue et qui fait des faux-semblants. Par naïveté,  on va dire que le dialogue anesthésie les relations avec chrétiens et musulmans. 

 

 

 L'annonce directe de convertir les musulmans au christianisme est une déviation judéo - nazaréene. 

 

Les frères sont appelés à la réconciliation,  selon l'encyclique Nostra Aetate,  et à promouvoir la paix et la réconciliation entre chrétiens et musulmans.  Cette voie médiane qui appelle les catholiques à une forme de sagesse,  pour une approche plus nuancée.  Cette approche est souvent mal perçue des deux côtés, globalement, on a l'impression d'osciller entre deux,  et on développe une approche  théologique inclusive qui s'appuie sur les germes du verbe,  à travers la création et à travers les traditions religieuses.  
L'église catholique ne rejete rien,  elle annonce et elle continue à annoncer la venue du Christ.  L'esprit agit dans le coeur des individus. Dialogue et annonce,  que va choisir la voie médiane ? Ce n'est pas interchangeable.  Quelles sont les différentes formes du dialogue,  dialogue des oeuvres et dialogue théologique et introduire un 3 ème terme,  dialogue,  annonce et conversion.  Que reflète ce 3 ème terme,  ca ne suffit pas,  dialoguer avec les musulmans n'est pas suffisant. Le discours de Ratisbone, l'émergence d'un dialogue d'interpellation,  ce qui ne va pas bien. Que disent les musulmans par rapport aux chrétiens ? Pour rendre une paix durable en la présence interpelative de l'autre. 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le vendredi 08 mars 2019

le 08 mars 2019 : Table Ronde à l'IFCM, « Les femmes face au dialogue des cultures »  Organisé par La Grande Mosquée de Lyon 146 B

 

 

 Table Ronde à l'IFCM, « Les femmes face au dialogue des cultures »  Organisé par l'Institut Français de Civilisation Musulmane 146 Boulevard Pinel à Lyon 8 ème 

 

 

L'arbre de vie du l'Institut Français de Civilisation Musulmane  

 

 

 

 

  À l'occasion de la journée internationale de la femme le 08 mars. L'institut Français de Civilisation Musulmane pour sa première manifestation à tenu à rendre hommage avant l'inauguration officielle aux femmes.

Sarah Zouak & Justine Devillaine et Nicole Fabre

 

Dans les sociétés contemporaines devenues plurielles, Le dialogue des cultures est indispensable pour que l’humanité puisse affronter les problèmes majeurs qui se posent à elle : la crise environnementale, le partage des ressources naturelles, la justice sociale, la formation aux nouvelles sciences et technologies qui changeront nos sociétés dans les décennies à venir. 
Au cœur de ces bouleversements se pose une question aujourd’hui majeure : 

La place et l’engagement des femmes en ce XXIe siècle. 

- Quel regard jettent-elles sur le monde actuel ? 
- Comment peuvent-elles participer à apaiser les tensions contemporaines intercommunautaires ? 
- Comment peuvent-elles contribuer à l’avènement d’une société plus juste et plus égalitaire, jusque-là façonnée par le masculin ? 

A l’occasion de la Journée internationale des femmes, l’IFCM réunit une table-ronde pour en débattre et penser le monde à venir avec les fondatrices de l'association Lallab Sarah Zouak, Justine Devillaine et la bibliste Nicole Fabre.

 

 

Allocution de Kamel Kabtane (Recteur de la Grande Mosquée de Lyon et Préqident de l'Institut Français de Civilisation Musulmane) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Allocation de Caroline Gadou (sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de la zone de défense Sud-Est, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, préfet du Rhône)

 

 

 

 

 

 

Allocution de Zohra Perret-Madani, (Vice-présidente de l'Institut Français de Civilisation Musulmane et présidente de l’Association France-Algérie) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Intervention de Sarah Zouak

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Intervention de Justine Devillaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Discutante Nicole Fabre, pasteure bibliste de l'Église protestante unie de France 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Intervention de Bruno Abdelhak Guiderdoni (Astrophysicien et Vice Président de l'Institut Français de Civilisation Musulmane) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  En ce 8 mars l'ifcm organisait sa première manifestation en l'honneur des femmes et c'est avec elles que la fête internationale des droits des femmes a été dignement fêté. Elles étaient plus d'une centaine à venir découvrir le bâtiment de l'ifcm qui s'offrait à elle en guise de reconnaissance a toutes ces femmes mais aussi pour affirmer haut et fort leur volonté de trouver leur place dans cet édifice dédié à la connaissance et au savoir. Un film produit par l'association LALLAB qui traitant des combats que mènent les femmes au Maroc pour affirmer leur présence dans la société. Un débat auquel ont participé des hommes et des femmes est venu clore cette rencontre et consacrer ce premier événement dans les bâtiments flambants neufs qui s'ouvraient à elles en ce 8 mars 2019. La directrice de cabinet du Préfet Mme GADOU avait tenu à marquer par sa présence son intérêt et son soutien aux activités de l'ifcm

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 03 mars 2019

le 03 mars 2019 : Rencontre avec Malika Dif : Islam & Intégration dans notre société à la Mosquée Othmane de Villeurbanne

 

 

 Rencontre avec Malika Dif : Islam & Intégration dans notre société à la Mosquée Othmane de Villeurbanne 

 

 

 Sa rencontre avec l’Islam.

Convertie à l’islam depuis plus de 45 ans, Malika Dif est auteure de plusieurs ouvrages. Elle est également appréciée pour les nombreuses conférences qu’elle donne régulièrement dans toute la France. 

 

 

 Accompagner les nouveaux musulmans, c’est le défi que Malika Dif veut relever. Par ses ouvrages et ses conférences, Malika Dif est une figure populaire déjà assise dans les mosquées de France. 

 

 

 Malika a eu sa première approche de l’Islam, il y a environ 45 ans, à l’époque où l’Islam ne préoccupait personne, où les immigrés étaient considérés uniquement comme de la main d’œuvre et totalement ignorés. Issue d’une famille chrétienne, elle a toujours été croyante mais quelque peu intriguée et gênée  par tous les mystères de l’Eglise. Elle trouvait rarement de réponses claires à ses questions. 

 

 

 Femme active et mariée, elle voyageait beaucoup et avait de nombreuses affinités avec le monde oriental. C’est en feuilletant un livre sur l’art musulman qu’elle découvre la phrase « la ilâha illa Allah » sculptée sur le devant d’une mosquée, « là je tenais quelque chose ! » nous confie-t- elle . A partir de ce déclic, elle entreprend de nombreuses recherches. Hélas  il n’existait aucun ouvrage traitant de la foi, et ce n’est qu’à l’aide d’un vieux Coran mal traduit, de l’œuvre de Djalal al Din Rûmi (célèbre soufi) et de quelques livres d’orientalistes que Malika fait ses premiers pas dans l’Islam 

 

 

 C’est lors d’un séjour en Algérie qu’elle est amenée à participer au  séminaire annuaire de la pensée islamique  tenu par d’imminents oulémas (cheikh Ghazali, Al Qaradâwî …) , c’est à travers eux qu’elle fera son apprentissage. Ses yeux sont pleins de reconnaissance et de respect lorsqu’elle dit :  « Ils m’ont transmis un grand savoir ; une manière de comprendre et de vivre l’Islam au quotidien, sans contrainte », elle dit d’elle même qu’elle fut une  « étudiante » pendant douze ans, puisque en dehors de son travail elle consacrait tous ses loisirs à approfondir ses connaissances.

 

 

 Femme active

C’est en 1981 que Malika décide avec d’autres sœurs de donner des cours aux enfants, à la mosquée de Paris, car à cette époque il n’existait aucune structure ni aucune activité éducative. En effet, à cette période, il n’y avait que peu de lieux de culte. C’étaient pour la plupart des « mosquées garage » les fidèles se réunissant là où ils le pouvaient. Les femmes venaient pour la plupart du Maghreb et dans leur majorité étaient analphabètes. C’était en quelque sorte une grande révolution, chaque femme enseignait ce qu’elle savait, Malika, elle, donnait des cours d’histoire.

 

 

 Cette opération remporta un grand succès, les mères en venant chercher leurs enfants posaient beaucoup de questions, elles ressentaient un véritable besoin de s’instruire, et de fil en aiguille on créa des cours de tous niveaux pour les femmes, les maris venaient même y assister avec leurs épouses.

 

 

 Les cours portaient sur la foi, le jeûne, les ablutions ….mais également sur la femme ses droits et devoirs, il y avait un réel besoin de dépasser les coutumes et traditions de chacune et de remettre la femme en conformité avec l’Islam. Malika  souhaitait venir en aide aux femmes tant dans la pratique de la religion que dans la vie quotidienne ; elle voulait leur faire comprendre que l’on pouvait s’intégrer dans un pays tout en vivant son Islam

 

 

 Le recteur de la mosquée était bien disposé à l’égard des femmes et sur leur demande leur fit construire une salle d’ablution, qui remplacerait la salle insalubre qu’elles utilisaient  auparavant.

 

 

 Ce mouvement prit de l’ampleur et Malika fut sollicitée pour des inaugurations de mosquées, puis pour des conférences. Elle fut amenée à rencontrer  des frères  de l’UJM (union des jeunes musulmans) de Lyon qui l’on incité  à écrire un livre mettant au clair les droits de la femme, permettant de régler la question de la polygamie et de la situation particulière du prophète de l’Islam, et ce afin de combattre les préjugés. Actuellement elle travaille sur son prochain livre qui traite de la maladie. Il nous aidera à mieux comprendre à partir de sources coraniques sa signification, l’obligation de se soigner, la mort …

 

 

 

 

 Lumière d’Islam en Occident met en oeuvre différentes actions au service des nouveaux venus à l’Islam et de leurs proches. Une association spécialisée dans l’accompagnement des convertis à l’islam…

Nombreux sont ceux qui chaque année se tournent vers l’islam, y trouvant une voie lumineuse éclairant leur existence. Religion de plus d’un milliard d’êtres humains et seconde religion de France, l’islam plonge ses racines dans un message universel et fraternel.

 

 

 

 

 Répondre aux besoins spécifiques des nouveaux venus à l’islam…

« Dieu ouvre à l’islam le cœur de celui qu’Il veut diriger », Coran (6, 125)

 

 

 Lumière d’Islam en Occident est une association française fondée en 2009 par un groupe de convertis à l’islam pour répondre aux besoins des nouveaux venus à la religion musulmane (appelés communément “[re-]convertis”).

Ayant eux-mêmes effectué ce cheminement et traversé les épreuves de la conversion, ils ont créé cette association pour accompagner celles et ceux qui le souhaitent dans leur cheminement spirituel, les conseiller et les orienter pour une meilleure connaissance de l’islam, pour les prémunir contre les influences extrèmes ou sectaires, et pour répondre à leurs questions spécifiques, dans une démarche simple et fraternelle. en favorisant leur épanouissement au sein de la communauté musulmane…

 

 Au sein de la communauté musulmane, Lumière d’Islam en Occident développe ses activités dans différents domaines :

  •  accompagnement individuel (écoute et conseil),

  •  séminaires d’initiation à l’islam et à ses fondements,

  •  travail en groupes de lecture et d’étude,

  •  organisation de conférences et rencontres,

  •  visites de mosquées et de centres islamiques,

  •  constitution de listes d’ouvrages de référence (pour tout âge et tout niveau).

  • Pour ses activités, Lumière d’Islam en Occident dispose d’animateurs et de conférenciersformés dans les disciplines islamiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Son message :  « Instruisez-vous et oeuvrez ! » 

 

 

 Elle est consciente qu’à l’heure actuelle il est difficile, pour la femme musulmane, de trouver du travail avec le voile, bien que beaucoup d’entre elles soient compétentes, aient  fait de longues études et soient devenues psychologue, ingénieur ou médecin …Elles sont mises à l’écart à cause de leur religion ou de leur nom de famille. « Certains perdent une occasion de faire fructifier leur entreprise ! » mais il faut dit-elle « faire du bien à la société pour faire du bien à la communauté ».

 

 

 Les femmes et les musulmans  en général ne sont pas assez engagés  au niveau de la citoyenneté, on oublie que voter c’est important ! Ils ne le sont pas non plus dans des associations non musulmanes, dans les activités organisées dans les quartiers, dans les associations de parents d’élèves.

 

 

 « Vous imaginez si au secours populaire il y avait des femmes portant le hijeb? ce serait génial, les gens verraient que nous ne sommes pas indifférents ni communautarisés, ça donnerait une bonne image de l’Islam et les gens porteraient sur nous un  regard  nouveau ! ».

 

 

 Si elle avait un message à faire passer à la nouvelle génération ce serait sûrement : Construisez vos  propres écoles, engagez-vous dans les études, vous n’êtes pas des immigrés, vous êtes chez vous en France et vous y construirez l’avenir de vos enfants.

 

 

Il est certain que les parents de la deuxième génération n’avaient pas nécessairement les bases pour éduquer leurs enfants en dehors de la coutume (manque de repères, culture différente). 

 

 

 Pour cette raison il semblerait souhaitable de créer une école pour parents en vue de leur apprendre à exercer l’autorité parentale, à surveiller leurs enfants, leur faire comprendre que la drogue est une réalité tout comme l’alcool et la cigarette car la majorité d’entre eux ne pense pas que cela puisse arriver dans leur famille.

 

 

 Il faut leur faire comprendre qu’il est nécessaire d’instaurer un dialogue avec leurs enfants, faire en sorte qu’ils se plaisent dans leur milieu familial et qu’ils puissent trouver dans cette cellule l’écoute, la compréhension …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article