Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le mercredi 25 septembre 2019

le 25 septembre 2019 : Cérémonie de la journée nationale d'hommage aux Harkis et autres membres des formations supplétives au Monu

 

 

Cérémonie de la journée nationale d'hommage aux Harkis et autres membres des formations supplétives au Monument aux Morts de la ville d'Oran Place Bachaga Boualem (Balmont-la Duchère) à Lyon 9ème 

 

 

 Ils se sont battus par patriotisme comme supplétifs de l'armée française entre 1954 et 1962 pendant la guerre d'Algérie. Cinquante sept ans plus tard, les Harkis attendent toujours la reconnaissance des massacres subis en Algérie tout comme celle de leur abandon par la France.

 

 

 Pour ces Harkis d'hier et leurs enfants d'aujourd'hui, rejetés par la France, les Harkis le sont aussi par les Algériens.

 

 

Aujourd'hui encore, les familles réclament un droit d'inhumation en Algérie. Il est des rituels qui fondent nos sociétés. L'inhumation en est un. Les relations diplomatiques entre la France et l'Algérie peuvent certainement dénouer cette situation afin que leurs morts reposent en paix sur leur terre d'origine. 

 

 

Les Harkis sont si souvent dénigrés que leur voix ne porte pas. Et pourtant, si leurs aînés ont été les seconds de l'armée, ils restent des Français de premier plan. 

 

 

 Notre devoir est non seulement de leur rendre hommage pour leur courage mais aussi de les aider à laver leur honneur vis à vis de leurs enfants et de la société.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remise des insignes de chevalier de l'ordre du Mérite à Fatma Fefif 

 

 

 

 

 

 

Allocution de Mohamed Rabehi 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allocution de Clément Vivès Secrétaire général adjoint de la Préfecture du Rhône 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   
 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 22 septembre 2019

le 22 septembre 2019 : Visite de Jean Daniel Montet Jourdran Sous-Préfet, Directeur du Cabinet du Préfet en visite à la Mosquée Ey

 

 

 Visite de courtoisie de Jean Daniel Montet Jourdran Sous-Préfet, Directeur du Cabinet du Préfet en visite à la Mosquée Eyup Sultan à Vénissieux, dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 
 ?A l’occasion de la journée européenne du patrimoine, Jean-Daniel MONTET JOURDRAN, Sous-préfet, Directeur de Cabinet du Préfet de Région Auvergne Rhône-Alpes nous a rendu visite au sein de notre mosquée. Étaient également présents le président du #CRCM Rhône-Alpes Mr Benaissa CHANA ainsi que le délégué au dialogue inter-religieux Mr Abdel Malik Richard Duchaine. Après une visite de la mosquée accompagné des responsables de l’association, nous avons prit un repas puis offert des présents à nos invités.
 

 

valilik yardımcısı Jean-Daniel MONTET JOURDRAN, açık cami günü hasebiyle camimizde ziyaret etti. Onunla katılan, CRCM Başkanı Benaissa CHANA, ve dinler arası diyalog sorumlusu,
Abdel Malik Richard Duchaine de katıldılar. Teşkilat sorumlular ile bir cami tanıtımdan sonra, yemek verildi ve hediye takdim edildi.

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 22 septembre 2019

le 22 septembre 2019 : Cérémonie du Souvenir, en hommage aux martyrs, victimes de la barbarie nazie et privés de sépulture au Cime

 

 

Cérémonie du Souvenir, en hommage aux martyrs, victimes de la barbarie nazie et privés de sépulture au Cimetière Israélite de la Mouche 11 rue Abraham Bloch à Lyon 7 ème 

 

 

 Chaque année, la commun auté juive se recueille, auprès des tombes de ses défunts, à l'approche du Nouvel An Juif, Roch Hachana. 

 

 

Depuis la Libération, elle se souvient aussi des victimes de la barbarie nazie, assassinées dans les camps d’extermination et privées de sépulture, au cours d'une cérémonie traditionnelle d'hommage à ses martyrs. 

 

 

Allocution de Richard Wertenschlag (Grand Rabbin Régional)

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 A l'issue de la cérémonie, tous les participants sont invités à se rendre devant les stèles des anciens combattants, des résistants et des otage massacré dans la région lyonnaise, sous l'occupation.

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 19 septembre 2019

le 19 septembre 2019 : Conférence « La tradition, les manuscrits et le texte coranique » Organisé par Institut Français de Civilis

 

 

Conférence « La tradition, les manuscrits et le texte coranique » Organisé par Institut Français de Civilisation Musulmane 146 Boulevard Pinel à Lyon 8 ème par François Déroche est historien, lauréat de la médaille de bronze du CNRS. Professeur au Collège de France depuis 2014, il occupe la chaire Histoire du Coran. 

 

 

Depuis le début des années ’80, les manuscrits coraniques produits au cours des premiers siècles de l’islam (7e-10e siècles) ont commencé à faire l’objet de recherches systématiques. Ces dernières permettent de disposer

d’une image plus précise, bien qu’encore partielle, de l’état du texte au cours de cette période. 

 

 

 Au terme d’un patient travail d’une quarantaine d’années, les données collectées peuvent être confrontées aux informations qui ont été préservées par la tradition musulmane, essentiellement des hadith-s.

 

 

Cette approche combinée permet à l’historien de revenir sur les conditions de la

réception et de la diffusion du texte du Coran dans les débuts de l’islam. 

 

 

Cette approche combinée permet à l’historien de revenir sur les conditions de la

réception et de la diffusion du texte du Coran dans les débuts de l’islam. 

 

 

 Mais alors que, pour d’autres confessions, la vérité du message s’accommode de variations dans la formulation, telle n’est pas la position du dogme musulman, qui considère que le texte canonique du Coran, qu’il soit récité par les fidèles ou consigné sur les exemplaires d’abord manuscrits et par la suite imprimés, reflète très scrupuleusement la parole divine conservée sur un original céleste.

 

 

 À rebours de cette conviction, qui s’est peu à peu affirmée dans les premiers siècles de l’islam avant de s’imposer complètement, des données empruntées à la tradition musulmane permettent, par recoupement avec les indications tirées de l’examen des plus anciens manuscrits coraniques, de constater que la pluralité a caractérisé la genèse du Coran et sa transmission initiale, tant écrite qu’orale.

 

 

 En analysant différentes strates de la version qui s’est imposée, mais aussi les fragments de recensions qui ont progressivement été écartées, François Déroche montre que le Coran est resté longtemps ouvert à une pluralité de « lectures » et révèle un rapport originel de la communauté des fidèles à son égard très différent du littéralisme absolu vers lequel l’orthodoxie musulmane a évolué. Cette histoire riche et complexe fait également apparaître un Muhammad plus soucieux du sens du message qu’il annonçait que de sa lettre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article