Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le samedi 26 octobre 2019

le 26 octobre 2019 : Conférence mensuelle de la Mosquée Es Salem avec Cheykh Ahmed Miktar « Comment s'imprégner les attributs d'Al

 

 

 Conférence mensuelle de la Mosquée Es Salem avec Cheykh Ahmed Miktar « Comment simprégner les attributs d'Allah, exalté soit-il ? »

 

 

 

 

 

 

Présentation de  la soirée par Foued Daas

(Imam et recteur de la Mosquée Es Salem)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Je suis le Sheikh Ahmed Miktar. Je suis né en 1968 au Maroc et je suis arrivé en France en 1985 pour faire mes études. J’ai donc étudié aux Beaux-Arts, puis la théologie à l’IESH. Je suis maintenant l’imam de la Grande Mosquée de Villeneuve-d’Ascq.

 

 

 Dieu dit dans le Coran: « Ils n’ont pas apprécié Dieu à Sa juste valeur alors que la terre tout entière est dans Sa poignée, le jour de la résurrection, et que les cieux sont enroulés dans Sa main droite. Gloire et pureté à Lui qui est bien au-dessus des associés qu’ils Lui donnent ! »

 

 

"Pour les savants de la Sunna, Dieu possède des Attributs réels et par lesquels Il est qualifié, tels que : Science, Puissance, Force, Gloire, Mansuétude, Sagesse, Grandeur, Pouvoir irrésistible, Éternité, Vie, Volonté normative (irâda ) et Volonté créatrice (mashî'a ). Ces Attributs ne sont ni des corps, ni des accidents, ni des substances, pas plus que Son Essence n'est un corps, ni un accident, ni une substance. Ces savants s'accordent également sur le fait que Dieu possède Ouïe et Vue, Face et Main (cf.Coran), mais qui ne sont pas comme l'ouïe, la vue, les faces et les mains (des créatures). Ce ne sont pour Dieu ni des membres, ni des organes, ni des éléments. Affirmer leur existence ne signifie pas qu'Il a besoin d'eux, et que c'est par eux qu'Il produit les choses; mais leur signification est à la fois la négation de leurs contraires et l'affirmation qu'ils existent en tant que tels et qu'ils subsistent en Lui. Mentionner la Science divine ne signifie pas seulement la négation en Lui de l'ignorance, et la Puissance divine la négation de l'impuissance, mais c'est bel et bien affirmer cette Science et cette Puissance. Si la négation de l'ignorance suffisait pour être qualifié de savant, et celle de l'impuissance pour être qualifié de puissant, n'importe quelle chose inanimée dont on nierait l'ignorance et l'impuissance serait alors savante et puissante ! Il en irait de même pour tous les attributs. 

 

 

L'attribution que nous Lui faisons nous-mêmes de telles qualités n'est pas forcément un Attribut pour Lui, mais notre attribution est celle d'une qualité qui existe en nous et qui est la transposition d'un Attribut subsistant en Lui. Quiconque fait de sa propre attribution un Attribut de Dieu, sans que cet Attribut ait été réellement affirmé de Dieu, est véritablement un menteur, mentionnant pour Dieu quelque chose qui ne saurait réellement Le qualifier. 

 

  
Dieu peut bien être mentionné par quelqu'un d'autre, car l'acte de mentionner est un attribut de celui qui mentionne et non de celui qui est mentionné, tandis que celui qui est qualifié ne l'est pas forcément par l'attribution de celui qui lui accorde des qualités. Ainsi donc, si l'attribution de celui qui Le qualifie suffisait pour être un Attribut de Dieu, les attributions que Lui donnent les polythéistes et les infidèles seraient pour Lui des Attributs réels, tels qu'avoir une épouse, un fils et des égaux !
 
 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 24 octobre 2019

Le 24 octobre 2019 : Conférence-débat : « Charisme et autorité en 2019. Le général Diego Brosset, un exemple de charisme et d’auto

 

 

 Conférence-débat : « Charisme et autorité en 2019. Le général Diego Brosset, un exemple de charisme et d’autorité pour les générations futures. » à l'Université Catholique, 10 place des archives à Lyon, avec pour témoins, le Gouverneur Militaire de Lyon, le Général Philippe Loiacono et le Président du Medef de Lyon, Laurent Fiard. animée par le journaliste historien Gérard Chauvy.

 

 

Diego Brosset (BuenosAiresArgentine3octobre 1898 ChampagneyHaute-Saône20 novembre 1944) est un général françaisCompagnon de la Libération. Né à Buenos Aires d'une famille de magistrats lyonnais, il arrive en France à l'âge de 2 ans. Pendant la Première Guerre mondiale, engagé volontaire « pour la durée de la guerre », au grade de seconde classe, le 7 septembre 1916, il combat au 28e bataillon de chasseurs alpins. Il est promu caporal le 23 février 1918 et sergent le 16 septembre. Il termine la guerre à ce grade avec quatre citations. Après la guerre, il part suivre un stage d'élève aspirant à Issoudun, et obtient ce grade le 20 avril 1919. Il devient adjudant le 13 août 1919. En 1920, il entre à l'École militaire d'infanterie, alors à Saint-Maixent, dont il sort sous-lieutenant en 1921. Il va alors servir pendant une quinzaine d'années comme officier colonial méhariste au Sahara, sillonnant la Mauritanie, le Sud algérien, le Sud marocain et ce que l'on appelle le Soudan français (aujourd'hui le Mali). Il est fait Chevalier de la Légion d'Honneur par décret du 26 décembre 1927. Il est promu capitaine en 1930 avec cinq citations de plus. 

 

 

Il rentre en France et se marie avec Jacqueline Mangin (1910-2000), la fille du général Charles Mangin. De 1933 à 1937, il est officier des Affaires indigènes1 dans le sud marocain, commandant du secteur d'Akka. Il obtient un diplôme des Langues orientales et entre à l'École de Guerre en 1937. Il est affecté à l'état-major du corps d'armée colonial au début de la guerre mais il en est écarté à cause de son anticonformisme. Il est nommé professeur de stratégie et tactique à l'école supérieure de guerre de Bogota en Colombie en avril 1940 pendant la Drôle de guerre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Gérard Chauvy, né le 13 juillet 1952, est un journaliste français. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages qui concernent aussi bien l'histoire de Lyon, sa ville natale, que l'époque contemporaine. Il collabore régulièrement au Progrès et publie dans la revue Historia.

 

 

 

 

 

 

le Père Olivier Artus (Recteur de l'Université Catholique de Lyon) , né le 15 septembre 1954 à Lille, est un médecin, prêtre catholique et exégète français, notamment spécialiste du Pentateuque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le général Henri Pinard-Legry, Président de l’association de soutien à l’armée française et délégué général de l’union des associations IHEDN. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le général de corps d’armée Philippe Loiacono est né le 29 juillet 1962 à Castres. Saint-Cyrien de la promotion lieutenant-colonel Gaucher (1983-1986), il choisit l’arme des Troupes  de Marine et poursuit sa formation à Draguignan. Il sert au 3e Régiment d’artillerie de marine à Verdun puis au 5e Régiment Interarmes d’outre-mer à Djibouti comme officier de tir et officier de reconnaissance.

Il est affecté au 11e Régiment d’artillerie de marine à la Lande d’Ouée où il tient la fonction de commandant d’unité. Il participe à différentes opérations dans la corne de l’Afrique, en ex-Yougoslavie et au Rwanda.

Breveté d’études militaires supérieures, il est promu colonel en juillet 2004. L’année suivante, il prend le commandement du 4e Régiment du Service Militaire Adapté à la Réunion.

A l’issue de son temps de commandement, à l’été 2007, il rejoint l’Inspection de l’Armée de Terre pour y exercer les fonctions d’assistant militaire auprès du général inspecteur. Il participe notamment aux travaux du Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale ainsi qu’à la montée en puissance de la Mission pour la Coordination de la Réforme (MCR) en charge de l’animation et de la coordination de la mise en œuvre de la réforme portant réorganisation du ministère de la Défense.

Auditeur du centre des hautes études militaires et stagiaire à l’Institut des hautes études de défense nationale en septembre 2008, il devient adjoint au sous-chef « performance-synthèse » de l’état-major de l’armée de Terre en 2009 avec en particulier la responsabilité de conduire l’ensemble du chantier «participation pleine et entière» de la France dans l’OTAN pour la partie Terre.

A l’été 2010, il rejoint l’état-major des Armées pour y exercer les fonctions de chef de bureau relations internationales au sein de la division Cohérence Capacités de la chaîne Plans. Dans ce cadre, il porte les positions françaises au sein de l’agence européenne de défense, participe pleinement à la montée en puissance de la coopération franco-britannique et apporte sa contribution aux principaux travaux de l’Alliance atlantique.

Nommé général le 9 juillet 2012, il prend le commandement du Service Militaire Adapté.

Le 1er août 2015, il prend les fonctions de commandant du Centre Interarmées de Coordination du Soutien. Il est promu général de division le 1er août 2017.

Il est élevé au rang et appellation de général de corps d’armée le 1er juillet 2018, et nommé Gouverneur militaire de Lyon, officier général de zone de défense et de sécurité Sud-Est et commandant de zone Terre Sud-Est.

Le général de corps d’armée Philippe LOIACONO est officier de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre national du Mérite et titulaire de deux citations. Il est marié et père de trois enfants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laurent FIARD,

 

- Président du MEDEF Lyon-Rhône et de la commission des mandats
- Co-fondateur et co-président du groupe Visiativ, éditeur de logiciels collaboratifs, 330 salariés
- Co-fondateur d’Axeleo, accélérateur de startups dans le numérique B2B

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le mercredi 23 octobre 2019

le 23 octobre 2019 : Conférence Le Forum de Solidarité Euroméditerranéenne (FORSEM) : « L’Algérie, une révolution pacifique inédit

 

 

Conférence Le Forum de Solidarité Euroméditerranéenne (FORSEM) : « L’Algérie, une révolution pacifique inédite » À la Bourse du Travail de Lyon, place Guichard à Lyon 

 

 

 « L’Algérie, une révolution pacifique inédite »

Avec Lahouari Addi, sociologue

Et Tahar Khalfoune, juriste

Conférence-débat sur le thème «L’Algérie, une révolution pacifique inédite»

 

 

 À l’approche du scrutin présidentiel du 12 décembre rejeté massivement par les Algériens, les mesures de répression se multiplient (arrestation ce 10 octobre de Abdelwahab Fersaoui président du RAJ, arrestations massives d’étudiants le mardi 8 octobre pour empêcher la manifestation hebdomadaire d’Alger, mise à l’isolement de Karim Tabbou, arrestations de dizaines de militants politiques et associatifs le 4 octobre et lors du rassemblement commémoratif du 5 octobre 1988, violations des droits des détenus dénoncés par leurs avocats, procès truqués, condamnation de Louisa Hanoune, dirigeante du Parti des travailleurs, à 15 ans de prison... Mais la détermination des Algériens à venir à bout, pacifiquement, d’un régime politique disqualifié et sans rémission possible est inébranlable.

 

 

 

 

 

 

 

 

Solidaires du peuple algérien en lutte depuis huit mois, les organisations soussignées, répondant à l’invitation de ses initiateurs, apportent leur soutien à la conférence du 23 octobre, où elles réaffirmeront, dans la continuité des rassemblements organisés devant le consulat d’Algérie à Lyon les 20 juin et 26 septembre et de la rencontre du 5 septembre à la Mairie du 1er

arrondissement de Lyon, leur exigence de libération de Lakhdar Bouregaâ,

Louisa Hanoune, Karim Tabbou, Samira Messouci, Samir Belarbi, Abdelwahab Fersaoui et de tous les détenus politiques et d’opinion (plus d’une centaine dénombrée) en Algérie.

Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), Fédération du Rhône de la

Libre Pensée, Mouvement de la Paix, Collectif des Algériens de France (CAF), Groupe de

réflexion et d'actions métropolitain (GRAM), Ensemble ! 69, Parti Ouvrier Indépendant

(POI 69), France Insoumise Lyon 8 ème

 

 

 

 

 

 

Lahouari ADDI, professeur émérite de sociologie politique  à l’IEP de Lyon 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Tahar KHALFOUNE, juriste

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 19 octobre 2019

le 19 octobre 2019 : Soirée de récitation coranique par Cheykh Yasser Abdelbasset Abdel Samad à la Mosquée de Décines Charpieu

 

 

Soirée de récitation coranique par Cheykh Yasser Abdelbasset Abdel Samad à la Mosquée de Décines Charpieu fils de Cheikh Abdelbasset bin Mohammed bin Salim bin Abdul Samad qui est un grand réciteur du Coran, il est né en 1927 dans le village de Alemraazza- Armant-Qena dans le sud de l'Egypte. Son père le Cheikh Mohammed Abdessamad fut un grand réciteur du coran dans son village.

 

 

Cheikh Abdelbasset Abdessamad fut le premier président du syndicat des réciteurs égyptiens en 1984. Il a reçu plusieurs prix tels que l'Ordre de Mérite en 1956 de la Syrie, l'Odre Alarz du Liban, l'Ordre de la médaille d'Or de la Malaisie, des prix en provenance du Sénégal et du Maroc. 

 

 

Présentation de l'évènement par Abdelasset Zouiten

(Recteur de la Mosquée de Décines-Charpieu)

 

Abdelbasset Abdessamad a appris le Coran à travers le Cheikh de l'école coranique du village, le Cheikh Mohammed El Amir et a étudié les lectures du Cheikh Mohammed Salim Hamadah. Il a accompli l'apprentissage du Coran à l'âge de 10 ans. 

 

 

Cheikh Abdelbasset devint un grand réciteur dans le Sud de l'Egypte ( Assai'd), mais l'évènement qui bouscula sa vie fut sa visite en 1950 au mausolée du Sayida Zineb à l'occasion des festivités qui coïncidaient avec sa naissance et qui furent organisées par les grands cheikhs tels que Abdelfattah Che3cha3i, Moustafa Isma'il , Abdeladim Zaher, Abu L3inin Sh3esha3 et d'autres...

Les organisateurs de ces festivités lui demandèrent alors de réciter quelques versets du Coran pendant une dizaine de minutes, le Cheikh lut Sourate Al Ahzab et attira l'attention du public qui demandait au cheikh de continuer sa récitation, une récitation qui a finalement duré une heure et demie. 

 

 

En 1951, Cheikh Abdelbasset Abdessamad entre à la radio égyptienne, lors de sa première récitation il a lu Sourat Fatir. Une année plus tard il a été désigné comme réciteur de la mosquée Imam Shafe'i, puis de la mosquée Imam EL Hussein en 1985 succédant au Cheikh Mahmoud Ali El Banna.

Le Cheikh Abdelbasset a laissé plusieurs enregistrements radiophoniques de ses récitations coraniques en plus du Coran Muratal et Mujawad. Plusieurs stations de radio du monde musulman gardent les enregistrements que le Cheikh a effectué lors de ses nombreuses visites qui l'ont conduit en Arabie Saoudite où il a accompli le Hajj en 1952 et a récité à la Mecque et à Médine, Syrie, Emirats Arabes unis, Maroc, Inde, Pakistan, Indonésie, Afrique du Sud, la mosquée d'Al Quds et la mosquée Ibrahimi en Palestine, France, Royaume Uni, Etats unis d'Amérique, ainsi que d'autres pays des 5 continents.

 

Cheikh Abdelbasset Abdessamad fut le premier président du syndicat des réciteurs égyptiens en 1984. Il a reçu plusieurs prix tels que l'Ordre de Mérite en 1956 de la Syrie, l'Odre Alarz du Liban, l'Ordre de la médaille d'Or de la Malaisie, des prix en provenance du Sénégal et du Maroc. Le dernier prix qu'il a reçu fut après son décès par le président Egyptien Husni Mubarak à l'occasion de la célébration de la nuit sacrée en 1990.

Cheikh Abdel Basset est décédé le 30 novembre 1988. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Intervention de Cheykh Mohammed Minta

(Imam de la Mosquée de Décines-Charpieu) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article