Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le samedi 25 janvier 2020

le 24 janvier 2020 : Soirée Syrienne avec l'association Alwane à la Maison des Passages 44 rue Saint Georges à Lyon 5 ème L'amour

 

 

 

 

Soirée Syrienne avec l'association Alwane à la Maison des Passages 44 rue Saint Georges à Lyon 5 ème

L'amour au temps de l'Insurrection et de la guerre, cabaret poétique et musical 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une création de la Compagnie Leïla Soleil (Anthologie de Maram Al-Masri)

Ce cabaret poétique et musical ouvre une porte sur la parole des poètes syriens d’aujourd’hui et interroge : 

Peut-on écrire l’amour en temps de guerre ? Peut-on encore aimer dans une Syrie touchée par le soulèvement, la répression et la guerre ?

La réponse émane de ces textes écrits au cœur de l’extrême par des auteurs, connus ou non, certains s’exprimant même sous des pseudonymes.

Trois voix en Français et en arabe sont les interprètes de cette ode à la vie.

Montage de textes – Conception : Hadda Djaber / Textes dits : Mohamed Brikat – Hadda Djaber / Chant, oud, ney, percussions

Buffet syrien à partir de 19h30 / Présence d'Amnesty International Relais Personnes déracinées Lyon/ Vente d'artisanat 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le samedi 25 janvier 2020

Le 24 janvier 2020 : Conférence « Quelle fin des temps ? Apocalypse et millénarisme chez Irénée » Organisé par Faculté de Théologi

 

 

Conférence « Quelle fin des temps ? Apocalypse et millénarisme chez Irénée » Organisé par Faculté de Théologie, UCLy Amphi M. Delbrêl (K102) UCLy | Campus Carnot 23 place Carnot, Lyon 2 ème 

 

 

 Frère Elie Ayroulet (Professeur, vice-doyen de la faculté de théologie de l’UCLy, responsable du master en théologie patristique, responsable du pôle de recherche « Bible, littératures et cultures antiques »)

 

 

 En des temps où le futur est souvent envisagé avec crainte, comment Irénée nous aide-t-il à penser l’Histoire et sa fin ?

Conférence organisée dans le cadre des activités académiques pour l'année saint Irénée 2020 et à l'occasion du 20e anniversaire du Collège Supérieur et du 1er festival lyonnais de philosophie "La philo éclaire la ville"

 

 

 


 Amaury Dewavrin

(Vice-recteur en charge des Affaires économiques et sociales et Secrétaire Général) : 

 

 

 

 

 

 

 

 

Xavier Dufour (Directeur au Collège Supérieur) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Comment Irénée appréhende t il la fin des temps et de l'apocalypse ?  Cette condition de la vie après la mort,  ce radicalement nouveau. 

 

 

 Une théorie du salut par la connaissance. Souvent ce thème se trouve avec une autre idée,  le fait d'un royaume terrestre pour le Christ. 

 

 

 La pensée d'Irénée va s'affirmer sur une pensée du Christ,  l'héritage de la terre fait à Abraham. 

 

 

La parole de Dieu est présente dans chacune de ses phrases,  c'est un exemple parfait. Le propre de la théologie, ce sont les écritures,  c'est une forme de midrash.  L'écriture est citée d'une façon très dense.  Il faut convoquer toutes les théologies de l'ancien testament pour avoir une écriture saine. 

 

 

 On peut être imprégné de l'ancien testament pour avoir une lecture renouvelée de nouveau testament. C'est le sens des écritures chez Irénée,  c'est la question de la création, le salut concerne toute la création de Dieu,  qui inclut la terre,  qui inclut le cosmos.

 

 

 Le salut de Dieu concerne toute création,  ce salut doit etre bien concret.  Il y va de la fidélité de Dieu,  on ne peut pas séparer la théologie et le salut de Dieu.

 

 

   Le salut concerne l'homme et de sa chaire.  Quand Dieu créé,  la création, ce n'est pas pour être détruit, pour Irénée,  Dieu est fidèle a cette créature toute particulière qu'est l'être humain. 

 

 

 Dans cette fidélité de l’œuvre de la création, la création n'est pas un leurre pour Dieu, mais c'est un don de Dieu. Le salut concerne toute l'oeuvre de Dieu : "vere non allegorice". C'est le disciple qui reçoit la parole du maître.  Dieu n'est que générosité. 

 

 

Irénée est un des premiers penseurs chrétiens. La fin des temps est synonyme de la création de Dieu,  c'est intéressant de savoir que nous sommes géré par la volonté de Dieu.   Y a t il une influence du messianisme juif ? 

 

 

 Il s'agit bien d'une élévation et non d'une absorption,  à moins de naître d'en haut pour mériter le royaume des cieux. 

 

 

Un trait proprement irénéen au millénium,  l'accoutumance et la croissance. 

 

 

L'éternité,  c'est la croissance, c'est l'apport d'une pensée chrétienne du salut qui se fonde sur la réalité de l'incarnation.  

 

 

 

 

 

 

 

 


Commentaires

 
 
 
posté le dimanche 19 janvier 2020

Le 18 janvier 2020 : Soirée Caritative exceptionnelle à LYON Organisée par Projet d'Ecole Scolaire Trilingue AMANA à Montpellier à

 

 

 Soirée Caritative exceptionnelle à LYON Organisée par Projet d'Ecole Scolaire Trilingue AMANA à Montpellier à l'Espace Viviani à Lyon 8 ème 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Youssouf Moindze (imam à Vénissieux)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Samah Bint Abdel Adhim (Conférencière et Enseignante Conseillère matrimoniale) …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Fouad Ezbiri, (un combattant français ayant remporté de nombreux titres nationaux et internationaux en kickboxing, muay thaï et MMA).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Cheikh Docteur Mohamed Najah est originaire du Maroc. Marié depuis l’âge de 24 ans, il est aujourd’hui père d’une famille de 5 enfants. Depuis son installation en France en 1985, il œuvre en vue de favoriser la conciliation de l’exigence citoyenne des musulmans en France avec celle de leur pratique religieuse. Passionné de sciences religieuses, Cheikh Mohamed Najah a bénéficié d’une formation en matière de théologie auprès de plusieurs Cheikhs, dont certains sont célèbres dans le monde musulman : La plus grande influence du Cheikh Najah parmi les auteurs de l’aube de l’Islam se trouve dans la personne de l’Imam Abou Hamid Al Ghazali. Véritable référence dans le monde musulman pour la sagesse et la profondeur de ses réflexions, il émut le Cheikh par ses livres et particulièrement par son ouvrage majeur « Ihya ‘Ulum Din » (La Revivification des Sciences de la Religion), qui constitua l’une de ses premières lectures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 16 janvier 2020

le 16 janvier 2020 : Echange entre M. le Rabbin Rivon Krygier et Mgr Michel Dubost Organisé par Faculté de Théologie, UCLy

 

 

 Échange entre le Rabbin Rivon Krygier et Monseigneur Michel Dubost à la Faculté de Théologie à l'Université Catholique de Lyon Campus Carnot

 

 

Pâque juive et Pâque chrétienne : quelle place pour l'accueil et le salut de l'étranger, de celui qui n'est pas de ma confession?"

Événement organisé en ouverture de la Semaine de Prière pour l'Unité des Chrétiens. 

 

 

 

 

Le Père Jacques Descreux, Doyen de la Faculté de Théologie, UCLy et Professeur de Nouveau Testament


 

 

 

 

 

 Rivon Krygier Rabbin de la communauté massorti Adath-Shalom (Assemblée de la paix à Paris)

 

 

Le rite fondateur,  commencer l'aventure d'Israël,  qu'ils soient hébreux ou égyptiens,  un rituel sauve de la mort,  dans l'Exode,  le peuple tout entier d'Israël est sauvé de la mort. Aller à Jérusalem,  le peuple d'Israël renouvelait son alliance avec Dieu.  Le convertis,  l'étranger,  rentre dans la communauté d'Israël.  On insiste dans le texte biblique, toute personne qui récuse l'idolâtrie,  rentre dans le peuple juif.  

 

 

 Sur le thème de l'agneau,  c'est de prendre les aliments et de les consommer rituellement.  Il s'agit des herbes amères,  cette amertume renvoi la signification du peuple d'Israël,  il faut goûter à l'amertume pour comprendre ce que le peuple d'Israël a enduré.  Il y a énormément de versets dans la thora qui donne l'explication,  car vous aviez été étranger en Égypte,  comment connaît on l'âme de l'étranger ?

 

 

 Le défaut qui est en toi, ne l'attribue pas à ton prochain.   La leçon de la mémoire égyptienne,  c'est d'avoir été étranger. Le seder de pessah. Il n'y a pas de bonnes réponses sans avoir de bonnes questions.  C'est qui fait toute la raison d'être de notre peuple,  c'est le plus grand défi des uns et des autres.  Pour rentrer dans cette aventure,  il faut être élu par Dieu, ce n'est pas uniquement pour le peuple juif,  c'est d'une dimension universelle. 

 

 

Nous peuple juif,  nous avons tendance à nous replier sur nous même,  mais grâce au christianisme, nous prenons conscience que nous ouvrons sur le monde actif. La générosité ne suffit pas.

 

 

 

 

 Monseigneur Michel Dubost est administrateur apostolique « sede plena » du diocèse de Lyon depuis le 24 juin 2019.

 

 

La célébration de la pâques, nous commençons dehors. Il est clair, le sens eschatologique, le Christ est rédempteur et quand nous célébrons la pâques,  il n'y a pas d'étranger.  Non seulement, la pâques annonce le rassemblement de toute l'humanité.  Il n'y a pas pas d'étrangers ? Qu'est ce que ça veut dire ? Quand on l'a mis dans ce contexte là, ça change tout,  voici le repas du seigneur.  

 

 

Nous avons l'évolution du repas pascal, les premiers chrétiens étaient des juifs.  Il y a un risque que ne parler que comme ça. Le judaïsme est une alliance qui a une actualité.  On peut dire aujourd'hui,  puisque Dieu nous aime, nous sommes devant une réalité, l'apôtre Paul pensait que l'alliance était définitive. Le premier dialogue interreligieux était avec les juifs.  

 

 

 Jean Paul II disait : "Qui rencontre le judaïsme,  rencontre le Christ, nous ne pouvons pas avoir de plan révolutionnaire avec les juifs".  La haggada, c'est le repas célèbre avec les juifs. Le texte dit : "Tu ne peux pas avoir de texte politique,  ce n'est pas si facile d'être juif.  Il faut vivre en élu de Dieu, il faut accepter d'être élu par Dieu.  Le pouvoir est à Dieu,  c'est ce pouvoir là qui est important.

 

 

Toute la haggada,  c'est prendre conscience à la bénédiction de Dieu.  L'homme est il vraiment libre, l'est on vraiment ? La liberté consiste à répondre à Dieu,  on est membre du peuple de Dieu,  parce que nous acceptons cette liberté ? A côté du mot liberté, il y a une espérance. 

Les chrétiens se posent beaucoup de questions que les gens ne se posent pas, on ne peut pas réagir comme ça,  il faut que les chrétiens osent dire leur foi.  Nous découvrons ce que nous pensons ce que la parole de Dieu nous apprend 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article