Faire ensemble, vivre ensemble, agir pour la Paix

« Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends » (Sourate 48-verset 5).

posté le vendredi 26 avril 2019

le 26 avril 2019 : Soirée Culture & migrants organisé par Tout va bien Lyon, journal local qui réinvente demain et Le Rize 23-25 r


 

 Soirée Culture & migrants organisé par Tout va bien Lyon, journal local qui réinvente demain et Le Rize 23-25 rue Valentin Haüy, à Villeurbanne

 

 

A l’occasion de la sortie de notre hors-série " Quand la culture rencontre les personnes en migration ", TVB a le plaisir de vous inviter à une soirée culture & migrants le vendredi 26 avril de 19 h à 22 h au Rize de Villeurbanne. 

 

 

Au programme :
- une conférence d’Alter-Égaux sur les migrations internationales ;
- la rencontre des acteurs présents dans ce hors-série ;
- un buffet du monde, bio, préparé par Cannelle et Piment ;
- un concert de l’association Voix des artistes sans frontières

 

et d'autres surprises ! 

 

 

 Lors de cette soirée, vous pourrez récupérer des exemplaires de ce hors-série qui sera distribué gratuitement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 25 avril 2019

le 25 avril 2019 : Soirée-débat D’Abu Dhabi à Rabat : vivre la fraternité humaine en étant levain dans la pâte par le père Vi

 

 

 

 LA BELLE PORTE Diocèse de Lyon 22 rue Godefroy 69006 LYON Métro Foch   Soirée-débat   Jeudi 25 avril 2019          

D’Abu Dhabi à Rabat : vivre la fraternité humaine en étant levain dans la pâte     

par le père Vincent FEROLDI  

Directeur du Service national pour les relations avec les musulmans (SNRM) de l’Eglise catholique en France 

 

 

 Deux événements se sont passés ces derniers jours,  d'abord l'incendie de la toiture de Notre Dame de Paris et la tuerie dans des églises au Sri Lanka faisant 359 morts. Un  impensable pour les Sri Lankais. C'est le contexte de l'immédiateté. 

 

 

Deuxième phénomène qui nous marque le wahabisme qui remontent au 18 ème siècle,  il va y avoir une quête identitaire,  on va prendre quelques éléments de notre quotidien,  c'est un phénomène sociétal. 

 

 

La quête identitaire n'est pas liée seulement  aux musulmans, par le vêtement,  par la nourriture. Et puis il y a le populisme,  ces phénomènes sont bien présents dans notre actualité.   

 

 

 Il faut vivre la culture de la rencontre et l'ouverture du cœur avec le 800 ème centenaire de la rencontre de Saint François d'Assise et du Sultan a Damiete en Égypte.  

La fraternité humaine dans la culture de la rencontre. C'est le don de la sagesse divine,  qui fait la fraternité humaine des religions. 

 

 

Au nom de Dieu qui a créé les êtres humains égaux en droit,  en devoir et en dignité.  La fraternité humaine, c'est ce qui nous lie notre foi en Dieu.  Notre priorité première est de vivre la fraternité.  

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le mercredi 24 avril 2019

le 24 avril 2019 : Commémoration régionale et républicaine à Lyon du 104ème anniversaire du Génocide des martyrs Arméniens de 1915

 

 

 Commémoration régionale et républicaine à Lyon du 104ème anniversaire du Génocide des martyrs Arméniens de 1915.

Organisé par CCAF Centre Place Antonin Poncet à Lyon 2 ème 

 

 

 "Venez nombreux, avec vos amis et les amis de vos amis.

 

Le C.C.A.F. Centre France vous invite à LYON à la commémoration régionale et républicaine du 104e anniversaire du Génocide des martyrs Arméniens de 1915. à 15h30, après l'office religieux organisé par les 3 églises arméniennes, nous nous rassemblerons devant l’église apostolique «Sourp Hagop / Saint-Jacques » (295, rue André Philip à l'angle de la rue d'Arménie - LYON 3ème) pour défiler jusqu'au Mémorial Lyonnais des Génocides (place Antonin Poncet - LYON 2ème).

Cette Marche pour la Justice fera une halte Pont WILSON pour rendre hommage au Prix Nobel de la Paix et Président des Etats-Unis, Woodrow WILSON.

 

 

 A 17h30, place Antonin Poncet, les personnalités se recueilleront en déposant une gerbe et nous démarrerons la cérémonie officielle de la commémoration régionale et républicaine.

 

Hommages spéciaux au Père KOMITAS, à Charles AZNAVOUR et à Michel LEGRAND : le salut par sa voix, sa musique, son art.

104 ans que l’État turc a décidé, organisé, appliqué et exécuté méthodiquement un crime imprescriptible sur ses sujets arméniens, dépositaires indigènes et autochtones d’une civilisation multi-séculaire.

Et aussi 104 ans que l’État turc, impuni, continue à nier son crime de Génocide et désormais exporte sa violence jusque chez nous.

Dans le débat républicain, notre devoir de transmission s’impose aux

 

 

générations successives comme une pédagogie et une grille de lecture du monde d’aujourd’hui.

Et nul doute que la négation du crime par son auteur exige Justice et Réparations à l’égard des descendants de victimes.

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 


Commentaires

 
 
 
posté le jeudi 18 avril 2019

le 18 avril 2018 : Conférence débat « La libre pensée dans le Monde arabo-musulman d’hier et d'aujourd'hui » organisé par le Foru

 

 

 Conférence débat « La libre pensée dans le Monde arabo-musulman d’hier et d’aujourd’hui » organisé par le Forum de solidarité Euro-Méditerranée par le Professeur Hamadi Redissi.(Professeur de sciences politiques à l’Université de Tunis. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et études sur le monde arabo-musulman rédigés dans une perspective comparative et pluridisciplinaire (histoire, théorie et sociologie politiques). À la Maison des passages 44, rue Saint-Georges 69005 Lyon

 

 

 Les Omeyyades ou Umayyades  sont une dynastie arabe de califes qui gouvernent le monde musulman de 661 à 750. Ils sont originaires de la tribu de Quraych, qui domine La Mecque au temps de Mahomet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 À la suite de la guerre civile ayant opposé principalement Muʿāwiyah ibn ʾAbī Sufyān, gouverneur de Syrie, au calife ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib, et après l'assassinat de ce dernier par les Khawarij, Muʿāwiyah fonde le Califat omeyyade en prenant Damas comme capitale, faisant de la Syrie la base d'un Califat qui fait suite au Califat des biens guidés et qui devient, au fil des conquêtes, le plus grand État musulman de l'Histoire. 

 

 

 

 Ainsi, les successeurs de Muʿāwiyah Ier étendent les frontières du Califat de l'Indus jusqu'à la péninsule Ibérique, entrant en guerre à plusieurs reprises notamment avec l'Empire byzantin et l'Empire khazar, et faisant disparaître le Royaume wisigoth. Les Omeyyades vont même au-delà des Pyrénées avant d'être arrêtés par le duché d'Aquitaine à la bataille de Toulouse (721) puis par Charles Martel à la bataille de Poitiers (732). Des guerres intestines les obligent à rebrousser chemin

 

 

 Devant une expansion aussi importante et l'incorporation de populations non-musulmanes toujours de plus en plus nombreuses, des problèmes d'assimilation, mais aussi de financement, ne tardent pas à se manifester. Les non-musulmans (chrétiensjuifszoroastriens, etc.) jouissent d'une relative liberté de culte et d'une large autonomie judiciaire, mais ils sont soumis à l'impôt de la ǧizyah en compensation de leur exemption du service militaire.

 

 

 Étant donné l'expansion rapide, la plupart des fonctionnaires byzantins sont reconduits à leur poste après l'incorporation au Califat. Cette tolérance religieuse permet d'assurer une stabilité dans la Syrie, majoritairement chrétienne et fief des Omeyyades, mais d'autres provinces connaissent des troubles récurrents qui poussent à bout les finances de l'État afin de pacifier des régions souvent éloignées, mettant en danger une stabilité politique difficile sur un aussi vaste territoire.

 

 

 Ces troubles sont souvent dus à une inégalité sociale entre les musulmans arabes et les populations conquises, mais également entre tribus arabes rivales.

 

 

 Vers 746 sort du silence au Khorassan un mouvement assez hétéroclite, dirigé par les Abbassides, qui finit par faire chuter et remplacer le Califat omeyyade après la bataille du Grand Zab, en 750. À la suite de cette bataille, la plupart des membres de la dynastie omeyyade sont tués, mais l'un de leurs survivants s’installe en al-ʾAndalus et fonde un nouvel État à Cordoue, cinq ans plus tard.

 

 

Sous les Omeyyades, l'aire de répartition de l'arabe se voit multipliée. De célèbres bâtiments, comme le dôme du Rocher ou la Grande mosquée des Omeyyades, sont construits pendant leur règne. Cependant, les califes omeyyades, à l'exception notable de ʿUmar II, souffrent d'une mauvaise réputation dans l'historiographie chiite. Les adversaires des Omeyyades leur reprochent principalement d'avoir transformé, selon eux, le califat d'une institution religieuse en une institution dynastique et héréditaire, mais aussi d'avoir versé le sang de la famille du Prophète, toujours selon leurs adversaires chiites. Le nationalisme arabe considère la période omeyyade comme une partie de l'âge d'or arabe, qu'il aspire à restaurer. 

  
 


Commentaires

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article